fbpx

Macron «persona non grata» au Maroc

Partager

Vendredi soir, sur LCI, la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, a prétendue qu’une visite de Macron au Maroc était en préparation. Il n’en est rien.

La réponse cinglante du Maroc n’a pas tardé : «La visite du président Macron au Maroc, ni à l’ordre du jour, ni programmée»

Immature, arrogant et condescendant, le locataire de l’Elysée ne réalise pas encore que la rupture entre le Palais et la Macronie est définitive. Il n’est pas le bien venu au Maroc.

Encore un énième coup de bluff de la Macronie qui échoue. Encore une énième tentative foireuse d’ingérence dans les affaires internes du Royaume.

La décision de Rabat de faire appel aux aides des capitales amies suite au séisme d’Al Haouz et d’exclure Paris, a fait enrager Emmanuel Macron. A telle enseigne qu’il a décidé de montrer son ugly face.

Il ordonne à sa machine à salir, une certaine presse à la botte de la Macronie, pour attaquer la personne du Roi et à appeler les marocains à se rebeller contre la monarchie.

Dans la foulée, il décide d’enfreindre tous les us et coutumes diplomatiques, en adressant un discours, honteux, directement aux marocains, mimant, de la manière la plus médiocre, la stratégie d’Obama en Egypte. Le démocrate s’était adressé, en 2009, directement aux égyptiens, préparant le terrain au printemps arabe.

L’indignation populaire des Marocains a été forte. Ils le qualifient désormais, de «Barhouche», un terme en dialecte marocain qui veut dire immature et enfantin. Le sentiment anti-français étaient perceptibles dans tous leurs commentaires et réaction, à l’image de toutes les populations africaines depuis l’arrivée de Macron au pouvoir.

En réponse à cet échec, il décide de maintenir la pression médiatique sur le Royaume, en propageant des fakenews.

Macron charge sa ministre aux affaires étrangères, Catherine Colonna, de la sale besogne.

Un interview est rapidement organisé, le vendredi 15 au soir, sur la chaine d’information, LCI.

La cheffe de la diplomatie française, choisi minutieusement le décor, un salon marocain, pour annoncer qu’une visite officielle de Macron était en préparation, en réponse à une prétendue invitation du Roi Mohammed VI.

La réaction du gouvernement marocain ne s’est pas faite attendre. Dès le lendemain matin, le couperet tombe via une dépêche publiée par l’Agence de presse officielle MAP.

«La visite du président Macron au Maroc, ni à l’ordre du jour, ni programmée», déclare séchement le gouvernement marocain.

De surcroît, s’indigne-t-il, «comment Mme Colonna ait pris cette initiative unilatérale et se soit donnée la liberté de faire une annonce non concertée concernant une échéance bilatérale importante»

Ce nouvel incident provoqué par Emmanuel Macron met en lumière l’état de fébrilité du président qui accumulent échec après échec dans tout ce qu’il entreprend, aussi bien sur le plan domestique que diplomatique.

Il avait tenté le même procédé rêverie dernier quand il avait annoncé que ses relations avec le souverain Alaouite étaient bonnes. Pareillement, le gouvernement avait répondu brutalement que « les relations ne sont ni amicales ni bonnes, pas plus entre les deux gouvernements qu’entre le Palais royal et l’Élysée ».

La rupture entre le Palais et Macron est définitive.

Les relations bilatérales entre le Maroc et la France reprendront leur cours normal pas avant le départ du «Barhouche».

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

- Advertisement -