Le Shutdown oblige le président Trump à annuler son voyage à Davos

Le président américain Donald Trump a annulé jeudi son voyage prévu au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, en raison de la fermeture prolongée de l’arrêt des activités gouvernementale. Le président a également présenté ses «sincères salutations et ses excuses» aux organisateurs du rassemblement des dirigeants mondiaux et des élites mondiales. La conférence de Davos doit commencer le 22 janvier et se terminer trois jours plus tard.

«En raison de l’intransigeance des démocrates sur la sécurité des frontières et de la grande importance de la sécurité pour notre nation, j’annule respectueusement mon voyage très important à Davos, en Suisse, pour le Forum économique mondial », a tweeté le président Donald Trump pour expliquer l’annulation de son déplacement à Davos.

Le chef de la délégation américaine, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, devrait assister à la réunion de Davos, même en l’absence de Trump.

Parmi les autres responsables qui se rendront à Davos figurent le secrétaire d’État, Mike Pompeo, le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, et le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer.

Les coûts liés à la réservation d’hôtels ont déjà atteint 2,9 millions de dollars, selon le site d’information Quartz.

Dans un tweet au vitriol, Trump a qualifié les négociations de “perte totale de temps “

Il est à rappeler que mercredi, Trump avait brusquement interrompu les discussions sur les dépenses de la Maison Blanche avec les démocrates du Congrès qui avaient, de nouveau, rejeté sa demande d’un mur frontalier de 5,7 milliards de dollars.

«Je viens de quitter une réunion avec Chuck et Nancy, une perte de temps totale. J’ai demandé ce qui allait se passer dans 30 jours si j’ouvrais rapidement le dossier, allez-vous approuver la sécurité à la frontière qui comprend un mur ou une barrière en acier? Nancy a répondu NON. J’ai dit au revoir, rien d’autre ne fonctionne! » a publié Donald Trump sur son compte Twitter.

«Notre réunion n’a pas duré longtemps », a déclaré à la presse pour sa part la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, aux journalistes, dans l’allée glacée de la Maison Blanche. « Il fait froid ici et il ne faisait pas beaucoup plus chaud dans la salle de crise. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Etats-unis

Facebook
Allez en Haut de la page