fbpx

Le président iranien s’entretient avec le Pape François

Partager

Le président iranien Ebrahim Raisi a eu un entretien téléphonique avec le pape François.

Raisi a critiqué le silence de la communauté internationale face aux crimes israéliens et l’a considéré comme contraire aux enseignements des religions abrahamiques.

LIRE AUSSI  Ahmed Charaï : «Le leadership Américain doit vaincre les menaces et non se contenter de les gérer»

Le président a exprimé sa gratitude de la position de l’Église catholique et du Vatican et les appels du pape en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza et a souligné la nécessité de l’unité religieuse face à l’agression «sioniste».

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, a confirmé cette conversation, précisant qu’elle avait eu lieu à la demande du président iranien.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le pape François avait réitéré son appel lors du discours de l’Angélus :

«Je continue à penser à la grave situation en Palestine et en Israël, où de très nombreuses personnes ont perdu la vie. Au nom de Dieu, je vous demande d’arrêter : cessez d’utiliser des armes ! J’espère que l’on cherchera à éviter absolument une escalade du conflit, à secourir les blessés et à apporter de l’aide à la population de Gaza, où la situation humanitaire est extrêmement grave. Que les otages soient libérés immédiatement. Il y a aussi beaucoup d’enfants parmi eux, qu’ils retournent dans leurs familles ! Oui, pensons aux enfants, à tous les enfants touchés par cette guerre, comme en Ukraine et par d’autres conflits : c’est ainsi que l’on tue leur avenir. Prions pour qu’il y ait la force de dire ‘ça suffit’»

Le pape François a également eu des entretiens téléphoniques avec le président palestinien Mahmoud Abbas (2 novembre), le président turc Recep Tayyip Erdoğan (26 octobre) et le président américain Joe Biden (22 octobre).

Parmi les questions abordées lors de ses conversations avec les dirigeants mondiaux, le pape a indiqué la nécessité de trouver des voies vers la paix et l’espoir de parvenir à une solution à deux États avec un statut spécial pour Jérusalem.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -