fbpx

Le Patriarcat latin dénonce le meurtre «de sang-froid» de femmes par l’armée israélienne à la paroisse de Gaza

Partager

ROME – Le Patriarcat latin a déclaré, ce samedi dans un communiqué, que l’armée israélienne a exécuté de manière brutale des femmes dans une paroisse de Gaza.

Deux femmes ont été tuées et plusieurs autres blessées lors d’une série d’attaques ciblées contre une église catholique et un couvent par les israéliens à Gaza, le Patriarcat latin de Jérusalem a condamné la violence, surtout à l’approche de Noël.

Dans un communiqué en date du 16 décembre, le patriarcat latin de Jerusalem a déclaré qu’aux alentours de midi ce samedi, «un tireur d’élite de la [Force de Défense Israélienne] a assassiné deux femmes chrétiennes à l’intérieur de la paroisse de la Sainte Famille à Gaza, où la majorité des familles chrétiennes s’est réfugiée depuis le début de la guerre.»

Actuellement, plus de 600 personnes, dont la majorité de la petite communauté chrétienne de Gaza, se sont réfugiées dans cette paroisse. Le Patriarcat a identifié les victimes comme étant une mère et sa fille, Nahida et Samar. L’une d’elles a été tuée en tentant de sauver l’autre, qui avait été abattue. Sept autres personnes ont également été blessées par balles en tentant de protéger les fidèles à l’intérieur de l’église.

LIRE AUSSI  Zelensky annule tous ses voyages à l'étranger en raison de l'offensive russe dans le nord du pays

«Aucun avertissement n’a été donné, aucune notification n’a été fournie. Elles ont été abattues de sang-froid à l’intérieur de l’enceinte de la paroisse, où il n’y a pas de combattants,» a déclaré le patriarcat.

Selon le patriarcat, plus tôt ce jour-là, une roquette d’un char de l’IDF a «ciblé» le couvent où vivent les Missionnaires de la Charité, l’ordre fondé par Mère Teresa, qui fait partie du complexe de l’église et qui abrite 54 personnes handicapées.

Bien qu’étant désigné comme un lieu de culte depuis le début de la guerre actuelle, le générateur du couvent, sa seule source d’électricité, et ses réserves de carburant ont été détruits, et la maison elle-même a été endommagée par «l’explosion et l’incendie massif» résultant de la roquette.

«Deux autres roquettes, tirées par un char de l’armée israélienne, ont ciblé le même couvent et ont rendu la maison inhabitable,» a déclaré le patriarcat, notant que les personnes handicapées y vivant sont maintenant «déplacées» et n’ont pas accès aux respirateurs du couvent «dont certains ont besoin pour survivre.»

De plus, trois personnes ont été blessées à l’intérieur du complexe de l’église vendredi soir à la suite de bombardements intensifs dans la région, et les panneaux solaires et les réservoirs d’eau, que le patriarcat a dit, «sont indispensables pour la survie de la communauté,» ont été détruits.

«Ensemble dans la prière avec toute la communauté chrétienne, nous exprimons notre proximité et nos condoléances aux familles affectées par cette tragédie insensée,» a déclaré le patriarcat, disant, «nous ne pouvons qu’exprimer que nous sommes désemparés de comprendre comment une telle attaque a pu être menée, d’autant plus que toute l’Église se prépare pour Noël.»

Le patriarcat a assuré les croyants qu’ils suivent les développements de la situation «avec une grande préoccupation» et fourniront plus d’informations si nécessaire.

Le pape François a déclaré qu’il est en contact quotidien avec la paroisse de la Sainte Famille et son pasteur, le père Gabriel Romanelli, qui se trouve actuellement à Rome et n’a pas pu retourner à Gaza après avoir assisté au consistoire du 30 septembre où le Patriarche latin de Jérusalem, le Cardinal Pierbattista Pizzaballa, a reçu son chapeau rouge.

En l’absence de Romanelli, le pasteur associé de la paroisse s’occupe de ceux qui s’y réfugient, ainsi que des prêtres et des religieuses qui vivent à Gaza.

Un précédent bombardement de l’église grecque orthodoxe Saint Porphyre de Gaza, datant du XIIe siècle, où des centaines de personnes se réfugient également, a fait 18 morts, dont une travailleuse de Caritas avec son mari et sa jeune fille.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -