fbpx

Le nouveau ministre des Affaires étrangères : « Il est nécessaire de renforcer les relations avec le Maroc et les États-Unis»

Start

L’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arantxa González Laya, a remis ce matin le portefeuille du ministère des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération à José Manuel Albares, un proche confident du président du gouvernement Pedro Sánchez. Le ministre sortant a déclaré que c’était un moment doux-amer. Doux pour les réalisations et amer car il y a beaucoup à faire. Justement, le nouveau ministre des Affaires étrangères a souligné la nécessité de renforcer les relations avec le Maroc et les États-Unis. «Pour les Espagnols, les choses ne peuvent pas bien se passer à l’intérieur si nous ne les faisons pas bien à l’extérieur», a déclaré José Manuel Albares.

José Manuel Albares, qui remplace Arancha González Laya à la tête du ministère des Affaires étrangères après le transfert de portefeuille ministériel et la refonte de l’Exécutif , a pris ses fonctions ce lundi lors de la cérémonie qui s’est tenue dans la salle d’audience du Palacio de la Zarzuela : « Je partage pleinement votre projet politique : vos objectifs et vos idéaux. J’ai travaillé avec lui, le conseillant, apprenant avec lui, toujours dans le domaine des relations internationales », a-t-il déclaré en s’adressant à Pedro Sánchez.

Le nouveau ministre s’est exprimé sur la situation actuelle concernant la crise sanitaire, arguant que «si nous ne le faisons pas bien, cela pourrait se transformer en crise diplomatique en raison des déséquilibres qui peuvent survenir autour du vaccin». « Je suis bien conscient que je prends le ministère dans des moments très difficiles. Jamais auparavant nous n’avons connu une crise sanitaire qui s’est transformée en crise économique et en crise sociale ».

Toutefois lors de son investiture, si quelque chose a pris de l’importance, ce sont ses propos sur le crise qui a éclaté entre le Maroc et l’Espagne après l’accueil par l’Espagne du chef des séparatistes du Polisario, Brahim Gali : «Avec nos voisins du sud, nous devons renforcer davantage nos relations, notamment avec le Maroc, notre grand voisin et ami du sud», a-t-il déclaré devant Arancha González Laya.

Albares a également souligné, en évoquant le États-Unis et le Maroc, l’obligation de son pays de travailler avec ses alliés et amis sur les sujets de « changement climatique », « de la sécurité » et « des mouvements migratoires ».

« Il y a des choses que nous pouvons faire seuls au sein du ministère, mais nous devons travailler en équipe avec d’autres ministères », a-t-il déclaré, avant de souligner que « nous devons expliquer au monde que l’Espagne est un endroit sûr pour venir passer le été .»

Il a également souligné que l’Espagne «est à la pointe du monde en matière de vaccination».

Il est à noter que les relations entre Madrid et Washington se sont dégradées suite au soutien financier qu’a apporté l’Espagne au régime de Maduro au Venezuela. Une crise telle, que la Maison Blanche avait menacé le gouvernement de Pedro Sanchez de représailles économique sur son pays. ( lire Arancha González Laya, sacrifiée sur l’autel des relations entre le Maroc et l’Espagne ? )

Les anciens ministres des Affaires étrangères Marcelino Oreja (UCD) et les « populaires » Ana Palacio et Josep Piqué étaient également présents à la cérémonie de passation de pouvoir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.