fbpx

Hemidti : «Je vais libérer les soldats égyptiens capturés mais cela les mettrait en danger»

Partager

Le groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide dirigé par Hemidti a annoncé mercredi qu’il allait libérer le groupe de soldats égyptiens détenus à Khartoum, précisant qu’ils seraient remis aux autorités égyptiennes «lorsque l’occasion se présentera».

Il s’agit du dernier rebondissement en date d’un épisode trouble qui se déroule depuis que des combats ont éclaté au Soudan samedi.

Les soldats égyptiens ont été capturés, ainsi que plusieurs avions de guerre égyptiens, sur une base aérienne à Merowe, à environ 320 km au nord de Khartoum. Un responsable du groupe paramilitaire R.S.F. a déclaré qu’ils étaient au moins 30 soldats, principalement des pilotes et des mécaniciens d’aviation.

L’Égypte a déclaré que les soldats étaient venus au Soudan pour des exercices militaires conjoints. Mais le R.S.F. pense qu’ils étaient là pour soutenir l’armée soudanaise en effectuant des frappes aériennes contre le groupe paramilitaire dans leur lutte de contrôle du pays. Ces derniers jours, les FAR ont affirmé que l’Égypte effectuait ces frappes aériennes à partir d’une autre base, alors même que l’Égypte nie tout rôle dans la guerre.

Les soldats égyptiens détenus sont devenus des pions dans ce conflit.

Hemditi, le Chef de la R.S.F. a promis à l’Égypte de rendre les détenus sains et saufs. Toutefois, il a annoncé qu’en les transportant à Khartoum, où des combats féroces font rage, ils seraient mis en danger et pourraient être utilisé comme boucliers humains.

Des observateurs occidentaux à Khartoum ont déclaré au New York Times que cela semblait faire partie d’une négociation entre Hemidti et al-Sissi.

La R.S.F. a affirmé sur Twitter que les détenus étaient «en sécurité et recevaient les soins nécessaires» et qu’ils seraient rapatriés «en fonction des conditions que traverse le pays».

- Advertisement -