fbpx

Entre le Palais Royal et Emmanuel Macron, la rupture est totale

Partager

Le Palais Royal ne veut plus des méthodes d’Emmanuel Macron à l’égard du Maroc et de son Roi. La haute autorité de l’Etat marocain tourne définitivement la page du président qui aura le plus abîmé son pays. Ce président mal élu qui a fait de l’arrogance et de la condescendence, en France et à l’étranger, sa marque de fabrique.

La coupe est pleine, la coupe déborde et ça suffit !

Les manoeuvres du président Emmanuel Macron depuis le terrible séisme qui a touché le Maroc, appelant à la rébellion du peuple marocain contre son Roi, a été la goutte qui a fait déborder le vase. Une machination de trop qui a poussé le Palais Royal a décidé de tourner définitivement la page Emmanuel Macron.

L’information a été rapportée en exclusivité par Maghreb Intelligence, ce lundi 11 septembre.

Selon les sources du journal, on apprend que pour le Palais Royal, les relations avec Emmanuel Macron sont définitivement « mises au placard ». « Les observateurs français qui semblent découvrir cette réalité en marge du séisme d’Al Haouz ne comprennent rien au Maroc de Mohammed VI », souligne à Maghreb-intelligence un responsable marocain.

Une rupture sans précédent

La dynamique complexe des relations diplomatiques entre le Maroc et la France a connu une période tumultueuse sous la présidence d’Emmanuel Macron. Selon la dépêche exclusive de Maghreb-intelligence, la fracture entre les deux États n’a jamais été aussi marquée.

Les dissensions entre Rabat et Paris n’est pas seulement une question de politique étrangère, elles reflètent une véritable fissure dans la relation personnelle entre les chefs d’État des deux nations. Un ancien ministre français déclarait récemment que l’Élysée ne parvenait pas à prendre pleinement conscience du tort que la gestion diplomatique de Macron a infligé aux relations franco-marocaines.

LIRE AUSSI  Ahmed Charaï : «Le leadership Américain doit vaincre les menaces et non se contenter de les gérer»

Indécente posture du locataire de l’Elysée

De nombreuses raisons contribuent à cette fracture. Le Roi Mohammed VI, connu pour son affection pour la France et sa culture, semble avoir été profondément troublé par la posture, le comportement et les déclarations d’Emmanuel Macron. Un ancien ambassadeur français à Rabat soutient que «tout ce qu’Emmanuel Macron fait et dit déplaît à Sa Majesté».

Les actions de Macron, perçues à Rabat comme une série de faux pas et de maladresses, ont été particulièrement mal accueillies. Sa tendance à s’aligner diplomatiquement sur l’Algérie, à négliger les appels du Maroc concernant le dossier du Sahara, et à faire pression sur le Maroc au sein des institutions européennes (comme le suggère l’affaire Stépahen Séjouré) ont exacerbé les tensions.

«Autant Alger passe son temps à insulter Paris à tout propos et c’est constant depuis 60 ans, autant le Maroc et la France sont toujours ménagés, même quand les hommes politiques n’avaient pas d’atomes crochus», s’est désolé Vincent Hervouet dans sa chronique de ce lundi 11 septembre sur Europe 1.

Depuis les années de Giscard, la relation entre le Maroc et la France a toujours été spéciale, voire privilégiée. Les mots d’un ancien diplomate de haut rang, rapportés par le grand reporter du Figaro, Georges Malbrunot, révèlent combien ces liens étaient forts, soulignant que même si des compromis devaient être faits au Conseil de sécurité au sujet du Sahara, le Maroc, et notamment son roi, étaient au courant de la position pro-marocaine de la France concernant l’intégrité territoriale du Royaume.

Pierre-Henri ­Dumont, le frondeur de la droite, le député Les Républicains du Pas-de-Calais, s’était indigné en mars dernier devant la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, avec ces mots :

«La récente tournée africaine du Président de la République a tourné au fiasco diplomatique. Avec la plupart des pays africains, nos relations sont distendues. Dans d’autres, les intérêts français sont même attaqués et notre présence indésirable».

«C’est là le triste résultat de 6 années d’un pouvoir qui a fait de la condescendence, en France et à l’étranger, sa marque de fabrique».

«Symbole de cet échec, notre relation avec le Maroc, jadis fer de lance de l’amitié entre la France et le continent, n’a jamais été aussi mauvaise depuis ses 40 dernières années».

Un échange tendu entre le Roi Mohammed VI et Macron

L’illustration la plus éloquente de la rupture entre le Roi Mohammed VI et Macron peut être retracée à un appel téléphonique entre les deux dirigeants. Lors de cet échange, le locataire de l’Élysée aurait sollicité des éclaircissements du Roi concernant l’affaire Pegasus. Après avoir reçu des assurances royales sur l’innocence du Maroc, la réponse de Macron aurait été abrupte et désinvolte. Mohammed VI aurait réagi en mettant fin à l’appel, et depuis lors, il a évité tout contact direct avec le président français.

L’avenir des relations franco-marocaines

La position actuelle du Maroc semble claire. Comme le note un expert des relations franco-marocaines : «Au Maroc, on attendra simplement qu’il [Macron] quitte la présidence de la France.».

Alors que le paysage politique évolue et que les présidents changent, il reste à voir comment les deux nations navigueront à travers ces eaux tumultueuses pour trouver un terrain d’entente et restaurer une relation qui a été, pendant longtemps, un pilier de la diplomatie régionale.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -