fbpx

Royal Air Maroc lance un 3ème vol hebdomadaire Casablanca-Moscou

/

Dans la perspective de l’augmentation du volume des échanges entre le Maroc et la Russie, le Maroc décide d’augmenter ses dessertes Casablanca-Moscou, rapporte Maghreb Intelligence.

«Le Maroc va devenir l’une des principales destinations pour les russes» affirme le site d’information Maghreb Intelligence. La raison, selon la même source : «la neutralité souveraine et assumée du Royaume vis à vis le conflit en Ukraine».

En effet, au moment où de sévères sanctions se sont abattues sur la Russie, notamment la fermeture des espaces aériens des États-unis, de l’UE, du Canada et du Royaume-unis à tous ses avions, et l’interdiction de séjour dans ces mêmes pays à ses ressortissants, la neutralité du Royaume du Maroc constitue une réelle bouffée d’oxygène aux russes et une opportunité de désescalade des tensions. Surtout que les ressortissants russes sont exonérés de visa pour entrer au Maroc et y séjourner.

Les autorités marocaines ont donc décidé rapidement de saisir l’opportunité, en procédant au lancement d’un nouveau vol hebdomadaire entre Casablanca et la capitale russe, Moscou. Des équipages de la compagnie nationale Royal Air Maroc ont d’ores et déjà présenté, cette semaine, des demandes de visa au consulat général russe à Casablanca, révèle MI.

«L’objectif est de lancer dans les meilleurs délais un troisième vol hebdomadaire entre Casablanca et Moscou au lieu de deux actuellement. Ces fréquences pourraient augmenter dans un avenir proche et éventuellement assurer des liaisons avec Agadir et Essaouira » affirme une source diplomatique.

Pour renforcer ces dessertes, d’autres compagnies aériennes russes devraient être mises à contribution comme la plus grande compagnie aérienne de Russie, Aeroflot et S7 Airlines, troisième compagnie du pays.

Les risques d’utilisation de l’arme nucléaire dans la crise ukrainienne

//

La bataille autour de l’Ukraine s’éternise. Des armes neuves et d’autres équipements provenant de l’Union européenne et des États-Unis continuent affluent en Ukraine permettant aux forces ukrainiennes de continuer à se battre contre les russes. La bataille atteint ce que l’expert en résolution de conflits William Zartman appelle une situation «d’impasse douloureuse». L’équilibre des forces sur le terrain n’est pas complètement ou parfaitement symétrique, mais ce qui était autrefois considéré comme une asymétrie des forces complètement disproportionnée s’est progressivement rééquilibré, en faveur des forces ukrainiennes.

Analyse de Francesca Giovannini publiée par Bulletin of The Atomic Scientists -TheBulletin.org

La crise en Ukraine devient une guerre d’endurance

Les théories des relations internationales nous enseignent que les défenseurs ont un avantage stratégique. Ils connaissent le terrain sur lequel ils se battent, et surtout ils ont la volonté absolue de repousser l’attaquant.

Ce que les médias rapportent du terrain d’affrontement en Ukraine confirme largement ces thèses  théoriques. La compétence des militaires ukrainiens est encore renforcée par un niveau sans précédent de mobilisation et de résistance des civils.

Pendant ce temps, les forces russes rencontrent des difficultés considérables pour réapprovisionner leurs troupes déployées à l’avant. Les performances de l’armée sont visiblement insuffisantes. Aucun objectif stratégique n’a été atteint. Et pour la première fois depuis le début du conflit, les médias russes reconnaissent les premières victimes du pays. À mesure que la situation perdure, le moral des troupes russes s’effrite. Les combats se relâchent, les pertes continuent à augmenter du côté russe.

En règle générale, dans les situations d’impasse, selon Zartman, les coûts de la poursuite de la guerre dépassent (souvent de beaucoup) les avantages à en tirer. Pourtant, il est raisonnable de supposer que pour Poutine, perdre la guerre avec l’Ukraine n’est pas une option. Il a affirmé que l’Ukraine est une partie indivisible de l’identité et du territoire russes. En outre, avec deux tiers de l’ensemble des forces militaires russes sur le terrain, perdre une guerre contre ce qui est perçu comme une armée beaucoup plus faible entraînerait des coûts de réputation importants pour la Fédération de Russie et pour Poutine.

Ce dernier ne serait pas non plus disposé à accepter une solution négociée qui laisserait le régime actuel au pouvoir. Les coûts que Poutine a déjà été prêt à payer pour son invasion de l’Ukraine sont faramineux. Se contenter d’une victoire en demi-teinte semble très improbable. Pour que les coûts de l’invasion en valent la peine, Poutine a besoin d’une victoire décisive..

La question de savoir ce que «gagner» signifie pour Poutine entre en jeu

Les options de Poutine

Quelles sont les options dont dispose Poutine ? Une décision de Poutine d’utiliser des armes nucléaires tactiques ne semble peut-être plus complètement farfelue. En fait, il a ordonné dimanche aux forces nucléaires russes de passer à un état d’alerte plus élevé, bien que l’on ne sache pas très bien ce que cet ordre signifiait en termes pratiques. On pense généralement que les missiles nucléaires terrestres et sous-marins de la Russie et des États-Unis sont maintenus en état d’alerte élevé à tout moment.

Aujourd’hui, à l’heure où j’écris cet article, un scénario qui conduirait la Russie à utiliser des armes nucléaires en Ukraine semble improbable. Comme beaucoup d’autres, je fais trois hypothèses : la Russie a tout intérêt à ne pas détruire l’Ukraine, car Poutine veut l’occuper ; même si Poutine est un «voyou», il n’est pas assez fou pour briser le tabou de l’utilisation d’armes nucléaires en temps de guerre, tabou qui dure depuis 75 ans ; et les Russes disposent de nombreuses autres options pour soumettre l’Ukraine.

Mais ces hypothèses devraient peut-être être remises en question

Hypothèse 1 : Ne pas détruite l’Ukraine

Premièrement, l’hypothèse selon laquelle Poutine veut éviter de détruire l’Ukraine ne résiste guère à l’épreuve de la réalité. S’il est vrai que dans la première phase du conflit, les Russes ont pris des mesures pour réduire les coûts civils et la destruction des infrastructures, au cours des dernières 24 heures, les tactiques russes ont clairement changé de ciblage et de rythme. Le ciblage de bâtiments résidentiels, de gazoducs et de stations énergétiques montre à quel point les Russes ressentent désormais l’urgence du temps et la crainte de voir la résistance ukrainienne se coaliser. Plus le conflit s’éternise, plus les Russes devront s’intensifier pour briser la «détermination» des Ukrainiens. En fin de compte, une victoire décisive pourrait être plus importante pour Poutine que la préservation des infrastructures. Et si l’objectif de Poutine est de faire de l’Ukraine une zone tampon entre la Russie et l’Occident, limiter les dégâts sur le sol ukrainien pourrait finalement compter peu dans l’esprit de Poutine.

Hypothèse 2 : Poutine n’est pas assez fou pour utiliser l’arme nucléaire

En ce qui concerne la deuxième hypothèse : Jusqu’à quel point Poutine devrait-il être plus fou pour briser le soi-disant « tabou nucléaire » ? Il me semble qu’il a été prêt à briser le tabou de la souveraineté nationale plus d’une fois. Si je ne pense pas qu’il prendra la décision d’utiliser des armes nucléaires tactiques à la légère, je ne crois pas non plus que la crainte de briser un précédent (réel ou imaginaire) soit une contrainte pour lui. Il est également intéressant de noter que Poutine a fait référence à plusieurs reprises aux armes nucléaires au cours de cette crise. Dimanche, il a ordonné la mise en état d’alerte des forces nucléaires de son pays, en réponse, selon lui, aux déclarations agressives des pays occidentaux. Dans le discours qui a annoncé l’invasion de l’Ukraine, Poutine a affirmé que « l’Ukraine était sur la voie de l’acquisition d’armes nucléaires. » Il n’existe bien sûr aucune preuve pour étayer une telle affirmation, mais il est intéressant de noter la prééminence de l’argument nucléaire dans la pensée de Poutine. Plus important encore, les Russes envisagent apparemment une mesure de représailles pour contrer le soutien de l’Occident à l’Ukraine ; il s’agirait notamment pour la Russie de quitter le nouvel accord de contrôle des armes nucléaires START, qui plafonne les arsenaux nucléaires déployés des États-Unis et de la Russie – un geste sous-entendu samedi par l’ancien président russe Dmitri Medvedev, actuellement chef adjoint du Conseil de sécurité de la Russie.

Hypothèse 3 : Les Russes disposent de nombreuses autres options pour soumettre l’Ukraine

Enfin, nous savons que les Russes disposent encore de nombreuses options stratégiques conventionnelles et non nucléaires. Ils n’ont pas déployé toutes leurs capacités cybernétiques. Ils envoient davantage de chars. L’utilisation de drones en essaim et d’autres armes « exotiques » pourrait également être en phase de planification. Et plusieurs de mes collègues du Belfer Center l’ont souligné, la Russie dispose d’une puissance de feu suffisante pour détruire les villes ukrainiennes sans avoir à recourir aux armes nucléaires.

En outre, alors que cette guerre folle fait rage, des fenêtres pour la diplomatie et les négociations pourraient apparaître en cours de route. L’une d’entre elles s’est ouverte ce lundi, avec les pourparlers entre les délégations russe et ukrainienne qui se sont tenus en Biélorussie.

Arme nucléaire

Ce qui rend l’utilisation d’armes nucléaires tactiques plausible (bien que peu probable) à mes yeux, c’est leur valeur sans équivoque du message de Poutine. L’utilisation d’une ou de plusieurs armes nucléaires tactiques serait une tentative incontournable de Poutine de briser l’unité de l’Occident et de tester la détermination de certains pays de l’OTAN. Il signalerait également une fois pour toutes sa volonté de faire tout ce qui est nécessaire pour atteindre ses objectifs politiques et stratégiques.

Je ne prétends pas que ce soit un scénario probable, mais je m’inquiète.

J’ai célébré les victoires militaires des féroces et fiers Ukrainiens. J’ai pleuré devant les images diffusées à la télévision. J’ai haleté en lisant les messages du président Zelensky confirmant encore et encore sa volonté inébranlable de rester et de se battre avec le peuple ukrainien jusqu’à la fin. Mais un scénario plus inquiétant est en train d’émerger et avec lui un dilemme catastrophique pour le président Zelensky et l’Occident. Plus il résiste et plus l’Occident résiste, plus il risque de pousser involontairement Poutine à envisager de nouvelles escalades, y compris jusqu’au seuil nucléaire.

Zelensky doit-il se rendre et partir, dans l’espoir d’apaiser la Russie ? Ou doit-il continuer à se battre avec son peuple, avec l’aide croissante de l’Occident, pour défendre leur droit de vivre librement ? Le combat pour la liberté vaut-il le prix d’une éventuelle attaque nucléaire ?

C’est un dilemme existentiel sans solution parfaite, auquel personne ne devrait jamais être confronté. C’est un dilemme qui pourrait bientôt nous hanter tous, à moins que la raison ne soit restaurée par une diplomatie renouvelée.

Francesca Giovannini

Francesca Giovannini est la directrice exécutive du Project on Managing the Atom au Belfer Center for Science & International Affairs de la Harvard Kennedy School.
Elle est également chargée de cours au Centre for International Security and Cooperation de l’université de Stanford. Mme Giovannini a occupé le poste de responsable de la stratégie et de la politique auprès du secrétaire exécutif de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICEN), basé à Vienne. Avant d’être nommée à l’étranger, Mme Giovannini a travaillé pendant cinq ans à l’American Academy of Arts and Sciences de Boston en tant que directrice du programme de recherche sur la sécurité mondiale et les affaires internationales.

Coupe du monde 2022 : Associated Press accuse le Qatar d’avoir engagé d’anciens espions pour faire taire l’ex-patron du football allemand

/

L’agence de presse américaine Assosiated Press (AP) a publié dimanche soir une longue enquête sur le «Projet Riverbed» visant à atténuer les critiques de l’ancien président de la Fédération allemande, Theo Zwanziger au sujet de l’organisation de la coupe du Monde de football au Qatar. AP révèle que Doha a fait appel à une société américaine, Global Risk Advisors (GRA), fondée par un ancien agent de la CIA, Kevin Chalker, qui aurait usé de méthodes d’espionnage musclées sous couvert de mission de veille et de lobbying. «Projet Riverbed» aurait coûté à ce pays du Golfe 27 millions de dollars. Associated Press affirme  que la mission est un échec puisque l’allemand Theo Zwanziger continue à critiquer l’organisation de la Coupe du Monde au Qatar.

En sa qualité de responsable de la fédération allemande de football et membre du comité exécutif de la FIFA, Theo Zwanziger a fait partie des acteurs footballistiques les plus virulents contre la décision d’attribuer la Coupe du monde 2022 au Qatar. Les droits de l’homme et la chaleur torride du désert étaient ses principaux griefs contre cette décision.

«La richesse infinie de ce petit pays qu’est le Qatar se propage presque comme un cancer à travers le football et le sport», avait déclaré Zwanziger, exhortant l’instance dirigeante du football mondial, FIFA, à revenir sur sa décision de 2010.

Le gouvernement qatari était tellement accablé par les critiques de Zwanziger qu’il a décidé d’agir, écrit Associated Press dans son enquête. Il a ainsi fait appel à une société employant d’anciens agents de la CIA pour une opération d’influence secrète de plusieurs années, sous le nom de code «Project Riverbed», selon des documents internes de la société consultés par AP.

Faire taire Zwanziger en usant de pratiques d’espionnage

Les documents dont fait référence Associated Pres indiqueraient que le but de l’opération était d’utiliser l’espionnage pour faire taire Zwanziger. 

«Ce fut un échec», estime l’agence de presse américaine.

«C’est un sentiment très, très étrange lorsque vous êtes impliqué dans le sport et que vous êtes attaché aux valeurs du sport, d’être suivi et de subir toute une campagne d’influence», a déclaré Zwanziger à l’AP dans une interview réalisée la semaine dernière.

La Coupe du monde du Qatar, dont le coup d’envoi est maintenant prévu en novembre, est l’aboutissement de plus d’une douzaine d’années d’efforts et de milliards de dollars dépensés pour «aider à propulser la petite nation du désert sur la scène mondiale», ironise l’AP.

«Ce projet a longtemps été entaché d’allégations de corruption et de malversations» poursuit la même source. Des procureurs américains ont déclaré en 2020 que des pots-de-vin avaient été versés à des membres du comité exécutif de la FIFA pour obtenir leur vote.

Le Qatar a nié tout acte délictuel, écrit AP.

Des documents examinés par l’agence de presse révèlent de nouveaux détails sur les efforts déployés par le Qatar pour décrocher et conserver le tournoi, en particulier sur le contrat passé par le pays avec l’ancien officier de la CIA Kevin Chalker et sa société, Global Risk Advisors. Les documents s’appuient sur les rapports précédents d’AP concernant le travail de Chalker pour le Qatar.

Les responsables qataris n’ont pas répondu aux demandes de commentaires, souligne l’Associated Press (AP).

Chalker a admis dans une déclaration que Global Risk Advisors (GRA) a bel et bien travaillé sur le «Projet Riverbed», mais a précisé qu’il s’agissait uniquement «d’un projet de surveillance des médias mené par des stagiaires et supervisé par un employé à temps plein, qui étaient chargés de lire et de résumer les articles de presse».

«Le récit de l’AP pour cet article est basé sur de fausses informations provenant de sources non identifiées», indique la déclaration de l’ancien agent de la CIA.

Kevin Chalker fondateur de Global Risk Advisors

Le porte-parole de Chalker, David Wells, a déclaré qu’il n’était pas en mesure de dire qui était le client du «Projet Riverbed» ou de fournir d’autres détails, comme la durée du projet ou le nom des employés qui y ont travaillé. L’avocat de Chalker, Brian Ascher, a déclaré que Zwanziger n’avait jamais fait l’objet d’une campagne d’influence secrète de la part de Global Risk Advisors

«Les dossiers examinés par AP indiquent tout le contraire», écrit l’agence de presse.

«L’objectif principal du Projet Riverbed était de neutraliser les critiques de Theo Zwanziger concernant la Coupe du monde 2022 au Qatar et ses tentatives de contraindre la FIFA à retirer la Coupe du monde au Qatar», indique un document de la société GRA consulté par l’AP.

Associated Press affirme avoir examiné des centaines de pages de documents provenant des entreprises de Chalker, y compris un rapport final, des mémos et des documents budgétaires, que des sources ayant un accès autorisé lui ont fourni. Lesquels sources ont déclaré qu’elles étaient troublées par le travail de Chalker pour le Qatar et ont requis l’anonymat par crainte de représailles.

«AP a entrepris plusieurs démarches pour vérifier l’authenticité de ces documents», souligne L’Agence de presse américaine. Il s’agit notamment de confirmer les détails de divers documents auprès de différentes sources, comme d’anciens associés de Chalker, et d’examiner les métadonnées des documents électroniques, ou l’historique numérique, lorsqu’ils sont disponibles, pour vérifier qui a créé les documents et quand.

«Les documents du “Projet Riverbed” mettent en évidence les efforts d’espionnage musclés que des entrepreneurs privés comme Chalker peuvent fournir à des pays riches comme le Qatar, qui ne disposent pas de leur propre service de renseignement. Cette tendance a incité certains membres du Congrès à proposer de nouveaux contrôles sur le type de travail que les agents de renseignement américains peuvent effectuer après leur retraite» écrit Associated Press.

Kevin Chalker poursuivit pour piratage et espionnage

Elliott Broidy, un ancien responsable de levées de fonds pour le compte de l’ancien président américain Donald Trump, a intenté un procès à Kevin Chalker, l’accusant de monter une vaste campagne de piratage et d’espionnage à la demande du Qatar. 

Broidy reproche à Chalker et sa société GRA de cibler Zwanziger par une campagne d’influence occulte telle que celle décrite dans les documents examinés par l’AP. Pour sa défense, l’équipe juridique de Chalker estime que le procès n’est pas fondé, et que la plainte déposée par Broidy a été rejetée.

«Kevin Chalker ont utilisé des pirates informatiques ayant une expérience des forces spéciales et des services de renseignement américains pour promouvoir la politique étrangère de l’État du Golfe et ont même « intercepté des informations sensibles et privées de citoyens américains», d’après la plainte fédérale de Elliott Broidy .

Un «réseau d’influenceurs»

Le «Projet Riverbed a démarré en janvier 2012 et s’est terminé à la mi-2014. «Des techniques de renseignement traditionnelles complexes pour cibler des individus dans le cercle d’influence de Zwanziger et modifier le sentiment associé à la Coupe du monde du Qatar, ont été utilisées», avance l’AP cotant un document résumant la mission de Global Risk Advisors (GRA).

Cela revenait à créer un «réseau d’influenceurs» composé de personnes proches du responsable du football allemand qui lui transmettraient des opinions favorables concernant l’accueil de la Coupe du monde par le Qatar. La société GRA envoyait une «source» ou un «rabatteur» pour parler aux influenceurs de telle manière qu’ils ne soupçonneraient pas faire partie  d’une campagne de communication organisée.

«Ces diverses interactions ont duré quelques secondes, quelques minutes ou quelques heures», indique le rapport. «Quel que soit le temps investi, l’interaction véhiculait toujours un message cohérent : la Coupe du monde 2022 au Qatar était bonne pour les affaires, rapprochait le Moyen-Orient et l’Occident, et était bénéfique pour le monde entier.»

GRA a déclaré dans l’un des ses mémos que des milliers de ces interactions ont eu lieu avec le réseau de Zwanziger. 

La société a utilisé une «approche à volets multiples» axée sur quatre cibles qui transmettaient sans le savoir des messages pro-Qatar à Zwanziger : 

  1. la FIFA et ses associés,
  2. la fédération allemande de football et ses associés,
  3. la communauté internationale du football
  4. la propre famille de Zwanziger

«C’est certainement quelque chose qui va bien au-delà de tout lobbying auquel nous nous attendions», a déclaré à l’AP l’avocat de Zwanziger, Hans-Jörg Metz.

Theo Zwanziger, une cible toute désignée et pas la seule

«Compte tenu de son rôle clé au sein des instances dirigeantes du football, Zwanziger était une cible toute désignée. Avocat de profession, il était très respecté pour avoir dirigé les réformes de la fédération allemande de football, l’une des plus grandes associations sportives du monde» écrit Associated Press.

Lorsqu’il a été question de l’organisation de la Coupe du monde par le Qatar, il avait des opinions bien arrêtées et ne s’est pas privé de les partager, allant même jusqu’à remettre en question la moralité des responsables de la FIFA sur fond d’allégations d’achat de votes et de corruption.

«Je n’ai jamais pu comprendre cette décision. C’est l’une des plus grandes erreurs jamais commises dans le sport», a déclaré Zwanziger dans une interview de 2013.

Zwanziger n’est pas le seul haut fonctionnaire de la FIFA à avoir été la cible d’un espionnage financé par le Qatar, indique AP.

Chalker a également aidé à superviser l’espionnage de l’ancien membre du comité exécutif de la FIFA, Amos Adamu, pendant la Coupe du monde 2010 à Johannesburg, selon les nouveaux dossiers examinés par l’AP. 

Cette mission a consisté à utiliser plusieurs équipes de surveillance pour suivre et photographier secrètement Adamu et les personnes qu’il rencontrait pendant plusieurs jours, selon les nouveaux dossiers. Il s’agissait également d’obtenir les enregistrements du téléphone portable d’Adamu et de recruter un agent de sécurité de l’hôtel et un journaliste local comme sources, selon les documents.

Adamu, qui a été banni deux fois par la FIFA pour conduite contraire à l’éthique, a refusé de commenter ces informations. Tandis que Chalker a nié avoir été impliqué dans une mission d’espionnage d’Adamu, rapporte l’AP.

Le Nigérian Amos Adamu suspendu trois ans en 2010 et deux ans en 2017 pour corruption par la Fifa

Des méthodes sorties des films d’espionnage

Pour le «Projet Riverbed», Chalker a engagé des chargés de mission et des chefs de projet en Allemagne et à Londres, dont certains avaient déjà travaillé pour la CIA, affirme l’agence de presse américaine se basant les documents à sa disposition.

Les dossiers du GRA regorgent d’un langage opaque et fleuri qui semble tout droit sorti des pages d’un roman d’espionnage : GRA mettrait en place des entités «Cover for Action» qui pourraient être utilisées par le personnel de GRA pour travailler sous couverture, ainsi que des bureaux «Blancs» et «Noirs» – officiels et non officiels – pour gérer les tâches administratives. Broidy a également prétendu dans son procès que de tels efforts de dissimulation ont été utilisés contre Zwanziger.

Les cibles que le Qatar aurait espionné à travers la société Global Risk Advisors

«Projet Riverbed» un budget de 27 millions de dollars et peu de résultats

Les documents de la GRA indiquent que le «Projet Riverbed» avait été initialement approuvé pour un budget de 27 millions de dollars et que le Qatar avait pris du retard dans ses paiements et n’avait pas apporté tous les fonds. Le défaut de paiement a entraîné une rotation du personnel et des dépenses inutiles, telles que des frais juridiques et administratifs pour la création de bureaux qui n’ont jamais été utilisés, selon les documents.

Malgré les contraintes budgétaires, GRA a déclaré que le «Projet Riverbed» était un succès.

Le rapport de synthèse de GRA indique que le projet a « atténué les critiques de Zwanziger » et modifié le sentiment de l’avocat allemand «à un point tel qu’il ne constitue plus une menace pour le maintien du Qatar dans l’organisation de la Coupe du monde 2022.»

«Zwanziger pense désormais que le Qatar devrait conserver la Coupe du monde 2022 afin que la communauté internationale prenne davantage conscience des conditions des travailleurs migrants au Qatar et fasse pression pour une réforme en profondeur des droits de l’homme et des travailleurs qataris», indique la GRA dans sa note de synthèse.

«L’entreprise avait tort», écrit Associated Press.

Ancien président de la fédération allemande de football et ancien membre du comité exécutif de la FIFA

« La conclusion du rapport du «Projet Riverbed» a été : “nous avons désormais rallié Zwanziger à notre cause”. Dans le fond, bien sûr, je ne l’ai jamais été», a déclaré Zwanziger à AP.

Dans une interview avec une radio allemande en juin 2015 – un an après l’achèvement supposé du «Projet Riverbed» – Zwanziger a répété son affirmation selon laquelle le «Qatar était un cancer du football mondial.»

La Fédération qatarie de football a alors intenté une action civile contre Zwanziger afin de l’empêcher de tenir de tels propos à l’avenir. L’affaire a été rejetée par le tribunal régional de Düsseldorf, qui a décidé que Zwanziger était dans son droit à la liberté d’expression.

Zwanziger a connu d’autres difficultés juridiques plus tard, lorsque lui et des membres du comité d’organisation de la Coupe du monde 2006 en Allemagne ont fait face à des enquêtes de corruption à Francfort et en Suisse. Zwanziger a nié tout acte répréhensible et, en août 2019, a accusé les procureurs suisses d’avoir délibérément fait une mauvaise interprétation des éléments de preuve. Le procès suisse s’est terminé en avril 2020 sans jugement.

«Zwanziger a déclaré qu’il était tout à fait justifié d’apprendre à présent qu’il était la cible d’une campagne de manipulation avortée» conclut l’enquête de l’angce américaine Associated Press..

FC Media rafle à Mediarep l’Appel d’offre d’affichage urbain de la SNRT

/

Finalement, c’est sur les panneaux de FC Media, que la SNRT diffusera ses publicités pour l’année en cours. Le leader national de l’affichage a remporté ce marché à l’issue d’un appel d’offre auquel a soumissionné un concurrent unique, Mediarep, une régie publicitaire fondée par l’actuelle ambassadrice du Royaume en Norvège, Nabila Freidji. L’offre financière du soumissionnaire retenu s’élève à 14.447.400 dhs, alors que le marché était estimé à 15.600.000 dhs TTC.

Dans le cadre du renforcement du lien entre sa marque et son audience et de sa relation de proximité avec celle-ci, la SNRT a lancé, le 8 décembre 2021, un appel d’offre pour choisir son partenaire pour l’affichage urbain 4X3 pour l’année 2022 dont le coût des prestations a été estimé à 15.600.000,00 dhs TTC.

L’avis de cet appel d’offre publié sur les quotidiens, Assahra Almaghribiya et Le Matin, a suscité l’intérêt de deux sociétés spécialisées de la place, FC Media, détenue par Mohamed Mounir Majidi, et Mediarep cofondée par l’actuelle ambassadrice du Royaume en Norvège, Nabila Freidji.

A l’examen des offres techniques et financières, le maître d’ouvrage de la SNRT représentée par la Direction Marketing et Programmation TV, a éliminé la soumission de Mediarep et a retenu celle de FC Media qui en plus d’une offre technique plus étoffée a présenté la meilleure offre financière arrêtée à 14.447.400,00 dhs.

Extrait du PV de l’AO 51AOM/SNRT/2021

Grâce à une présence sur tout le territoire marocain, FC Media est devenu un acteur national incontournable de l’affichage et le mobilier urbains. La société couvre également les univers aéroportuaire, ferroviaire, autoroutes ainsi que les centres commerciaux et centres de loisirs.

FC Media a étoffé son offre avec de nouveaux panneaux numériques de grande qualité qui lui ont permis de se démarquer davantage de ses concurrents. En effet, en plus de la diffusion d’un contenu plus attractif, plus agréable et plus riche, ces nouveaux supports digitaux ont permis à FC Media de proposer à ses clients une offre premium unique sur le marché. Une offre qui de surcroît permet une meilleure facturation. Un panneau numérique serait facturé, au prix facial de 1 à 1,5 millions de dirhams, soit 3 à 4 fois le tarif d’un panneau classique.

Ce marché de la SNRT remporté par FC Media, est un événement majeur du secteur publicitaire. Après deux années de vaches maigres durant lesquelles les annonceurs ont drastiquement réduit et souvent annulé leurs budgets de communication et de publicité, cet investissement de presque 15 millions de dirhams représente l’espoir d’un appel d’air que pourrait suivre d’autres opérateurs publics et privés.

L’attente est très forte des sociétés d’affichages et régies publicitaires, des agences de communications mais également des médias, sauvagement concurrencés par les GAFA. Une attente qui est entrain de muer à de la panique avec les perspectives économiques désastreuses qui se dessinent, résultat de la conjugaison de facteurs aggravants qui sont la sécheresse, la pandémie, l’inflation et l’instabilité géopolitique.

La guerre de tranchées continue entre Youness Moujahid et Khalil Hachimi Idrissi

/

La nouvelle est tombée ce mercredi et c’est une première. Le Conseil National de la Presse présidé par Youness Moujahid retire la carte de presse à Khalil Hachimi Idrissi, directeur général de l’agence officielle MAP, pour une durée d’une année. Maghreb Intelligence qui a rapporté l’information en exclusivité, qualifie cette décision de «séisme dans le milieu médiatique et de la presse au Maroc». Si la motivation officielle de ce verdict inédit du CNP est le contenu jugé diffamatoire d’un livre édité par la MAP, la réalité des faits est plus complexe. Il s’agit d’un nouvel épisode d’une «guerre de tranchées» entre les deux rivaux de la presse nationale, Youness Moujahid et Khalil Hachimi Idrissi.

Préparez votre bol de popcorn, le récit est autant croustillant que désolant!

Juin 2018, à l’occasion de la constitution du Conseil National de la Presse, une lutte d’influence entre le clan Youness Moujahid et celui de Khalil Hachimi Idrissi éclate au grand jour.

Acte 1 : Constitution du CNP

Le DG de la MAP soutenu par la majorité de ses journalistes, par Nourredine Miftah, Président de la FMEJ et par Ali Bouzerda et Abdessamad Bencherif, respectivement têtes de listes candidates «Le Changement» et «Fidélité et responsabilité», a vigoureusement accusé le SNPM, représenté par le duo Abdallah Bakkali et Youness Moujahid, de verrouiller les élections du CNP en faveur de la liste que soutient le syndicat, à savoir celle de Hamid Saâdni «Liberté, probité et professionnalisme».

Khalil Hachimi Idrissi va pousser ses journalistes de la MAP à déposer plainte en référé auprès du tribunal administratif de Rabat afin d’invalider l’opération d’élection des membres du Conseil national de la presse. Une plainte qui sera rejeté par le tribunal qui s’est déclaré incompétent. Débouté également en appel, le clan MAP décide de boycotter ces élections.

Les protagonistes vont continuer à se harponner par communiqués interposés, même après l’annonce des résultats en faveur de la seule liste en course, celle de Hamid Saâdni qui comprend tous les ténors du Syndicat de la presse.

Acte 2 : Élections des instances du CNP

Le jeudi 4 octobre 2018, la veille des élections des instances du CNP, Khalil Hachimi Idrissi publie l’un de ses communiqués les plus virulents contre des confrères. Il décrit le binôme Younes Moujahid et Abdallah Bekkali «d’individus disqualifiés moralement et discrédités sur le plan déontologique». Encore plus grave, il les met dans le même sac que les membres de la Fédération Internationale des Journalistes en les accusant d’être «au service d’un agenda «étranger» !

«Ces individus ont toujours été au service d’un agenda étranger» a écrit le DG de la MAP dans son communiqué. 

L’offensive à l’arme lourde de Khalil Hachimi Idrissi n’a pas eu l’effet escompté. Le lendemain, soit le vendredi 05 octobre 2018, les membres du CNP élus en juin, se sont réunis au siège du ministère de la Culture et de la Communication, en présence du ministre Mohamed Laaraj, et ont élu Youness Moujahid président du Conseil National de la Presse pour un mandat de quatre ans, renouvelable une fois.

https://twitter.com/IFJGlobal/status/1048238266443599872

Acte 3 : Abdellah Bekkali accuse Khalil Ahchimi Idrissi de dilapidation de deniers publics

Le 9 mai 2019, lors d’une conférence de presse donnée à Tanger, Abdellah Bekkali, président du SNPM aurait accusé Khalil Hachimi Idrissi de dilapidation de deniers publics, entre autres. Le journaliste d’Assabah, rapporte ces propos dans un article publié sur les colonnes du quotidien arabophone. Il n’en fallait pas plus pour que le patron de la MAP porte plainte. D’abord devant le tribunal de première instance de Rabat contre Bekkali et Ramchi, le 27 juin 2019. Six mois plus tard, le tribunal donne son verdit et décide, le 14 janvier 2020, de rejeter la plainte pour vices de forme. Khalil Hachimi Idrissi dépose une deuxième plainte à Casablanca contre le président du SNPM, le journaliste et le directeur de publication du groupe Eco Media, Abdelmounaïm Dilami. Ce n’est que le 5 juillet 2021, soit dix-huit mois plus tard que le verdict est tombé: Abdellah Bekkali est innocenté alors que Dilami et Ramchi sont condamnés pour diffamation à une amende de 10.000 dirhams chacun et 1.000 dirhams chacun au titre des dommages profit du plaignant. Abdellah Bekkali s’en sort miraculeusement.

Acte 4 : Cartes de presse professionnelles «made» par la MAP

Ne s’avouant pas vaincu, le patron de la MAP va tenter en mars 2020, un «forcing» pour s’émanciper du CNP. Dès les premières semaines de l’avénement de la pandémie et peu content de la délivrance des cartes de presse à ses journalistes par le Conseil de Moujahid, il annonce dans une dépêche officielle qu’il allait lancé sa propre carte de presse professionnelle. Encore une fois il ne va pas y aller de main morte. Il va justifier sa démarche inédite par le fait que le CNP est «une association non constitutionnelle, et dans laquelle la MAP n’a le statut ni d’électeur ni d’éligible».

«Les conditions exigées par le Conseil national de la presse (CNP) , — une association non constitutionnelle, et dans laquelle la MAP n’a le statut ni d’électeur ni d’éligible— pour délivrer la carte de presse, ne sont pas opposables à des journalistes du service public qui demeurent régis par le code de la fonction publique et du statut de la MAP conformément à l’art. 3 de la loi 13-89 du journaliste professionnel.» souligne la dépêche.

«(..) c’est la carte de presse professionnelle de la MAP qui prévaut pour les journalistes de l’Agence marocaine de presse à l’exclusion de tout autre carte» s’insurge le DG de l’agence.

Le lendemain, mardi 24 mars, Youness Moujahid répond à cette décision de Khalil Hachimi Idrissi avec autant de virulence. Le président du CNP affirme que «la MAP n’a le statut ni d’électeur ni d’éligible dans le CNP pour délivrer la carte de presse aux journalistes du service public».

Il estime que cette décision constitue une « violation flagrante de la loi 90.13, portant création du CNP, et en particulier de son article 2, qui stipule que l’octroi de la carte de presse professionnelle est du ressort exclusif du Conseil».

«Il est donc faux de prétendre que les journalistes de l’agence ont été privés de leur carte de presse, un paralogisme avancé par la direction de l’agence pour « justifier » sa décision de produire une carte de presse alternative, en violation flagrante de la loi» fustige le communique du CNP.

Acte 5 : Suspension de l’édition et de la distribution des journaux en raison de la pandémie

Le 25 mars, le jour où le CNP s’est réuni pour adopté en plénière le règlement intérieur du régulateur de la profession, Khalil Hachimi Idrissi va attaquer le Conseil encore une fois pour remettre en cause son appel à la suspension de l’édition et de la distribution des journaux en raison du coronavirus.

L’attaque n’a pas réussi à faire couler le CNP, puisque deux mois plus tard, le 11 mai 2020, le règlement intérieur du Conseil sera entériné par décret du Chef du Gouvernement avant d’être publié au dernier Bulletin officiel (numéro 6885 du 25 mai 2020).

Le décret publié, Youness Moujahid se met enfin sur selle pour traiter les affaires relatives à la déontologie ou concernant la médiation et l’arbitrage dont il est saisi. Il ne manquera pas d’ailleurs, sept mois plus tard d’appliquer ses prérogatives sur celui qui voulait sa peau, Khalil Hachimi Idrissi.

Acte 6 : Le Syndicat national de la presse marocaine étrille la MAP

Juin 2021, Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) dirigé par Abdellah Bakkali, allié de Youness Moujahid au sein du CNP, publie un rapport cinglant sur le travail syndical au sein de la MAP durant la période 2019-2021.

Khalil Hachimi Idrissi réplique par une dépêche officielle violente. «Le SNPM n’est pas présent à la MAP car ce syndicat a été incapable de faire élire des délégués. Pas un seul. Nous le mettons au défi de produire un quelconque récépissé légal de constitution. La direction ne peut pas recevoir un syndicat fantôme qui n’a pas une existence légale et formelle en son sein», a-t-il écrit.

Pour le patron de la MAP, le SNPM et ses dirigeants actuels ( Bakkali et Moujahid, ndlr) sont «des hommes du passé pour ne pas dire du passif. Ils ont transformé ce syndicat en rente personnalisée et en officine politique misérabiliste gérée dans l’opacité la plus complète».

Et d’ajouter, «Les syndicalistes honnêtes et authentiques ont été marginalisés. Les responsables actuels, et à leur tête Abdellah Bakkali, que le DG de la MAP a trainé devant la justice pour diffamation, ont conduit ce syndicat au naufrage et à la perte de ses positions, autrefois solides, dans de nombreuses institutions médiatiques».

Acte 7 : Youness Moujahid retire la carte de presse à Khalil Hachimi Idrissi

Youness Moujahid attendra le moment opportun pour enclencher une nouvelle salve contre le patron de la MAP.

Les remous suscités suite à l’édition du livre « Figures de la presse marocaine » par l’agence de presse ont été du pain béni pour le Président du CNP. Tous les griefs du duo Moujahid/ Bekkali y sont rassemblés : mal utilisation des derniers publics, copinage et soupçons de diffamation.

Youness Moujahid va oser l’impensable. Il décide de retirer la carte de presse au DG de l’agence de presse officielle du Royaume, nommé par le Souverain. Du jamais vu!

Techniquement, Khalil Hachimi Idrissi n’a plus le droit d’exercer sa profession de journaliste durant une année entière. La sanction notifiée à Khalil Hachimi Idrissi ce mercredi 9 février 2022 comprend en plus du retrait de la carte de presse, une amende de 50.000 dirhams.

Dès sa publication, le livre incriminé par le CNP a suscité beaucoup de réactions passionnées. Et pour cause, l’auteur a signé un ouvrage où il a autant distribué d’hommage que de coups de chicotte (Expression empruntée de Jeune Afrique).

En décalage avec sa mission de médiateur de la MAP où il est sensé favoriser le débat et la réflexion sur l’éthique et les bonnes pratiques de la profession, Driss Ajbali assume le fait d’avoir «écarter la méthode scientifique pour laisser libre cours à une subjectivité assumée tout au long de son travail de rédaction du livre».

Feu Fahd Yata : « Figures de la presse marocaine » ou les élucubrations subjectives d’un pâle biographe…

Feu Fahd Yata, n’a pas été particulièrement amusé par le récit de Driss Ajbali financé par son ami Khalil Hachimi Idrissi. Le 13/08/2021, il publie un article pour lequel il a choisi un titre qui résume tout le mal qu’il pensait du livre : « Figures de la presse marocaine » ou les élucubrations subjectives d’un pâle biographe

Fahd Yata s’est demandé si l’objectif de l’auteur n’était autre que «de faire la part entre « les copains et les coquins », au gré de ses amitiés, de ses préférences idéologiques, de ses partis-pris et de sa subjectivité».

«Bien évidemment, tous ceux affublés de qualificatifs laudateurs, d’une titraille bassement racoleuse, y trouveront leur compte, tandis que les autres n’y comprendront que bassesse et insignifiance, voyant dans cet ouvrage une machine à régler des comptes, parfois anciens…» s’est-il indigné.

Anis Hajjam : La MAP et la mémoire broyée

L’ancien animateur télé Anis Hajjam, n’a pas manqué d’exprimer lui aussi son étonnement à la lecture du livre de la MAP.

Dans un article publié sur les colonnes de L’Opinion, Anis Hajjam corrige les erreurs et approximations de sa propre biographie parue sur l’ouvrage de Driss Ajbali. «– moi qui ne suis pas né en 1961, moi qui n’ai pas démarré ma carrière à la RTM, moi qui n’ai jamais été membre du jury de Studio 2M, moi qui ne «trainais» pas dans toutes les manifestations et festivals de cinéma, moi qui ne me consacre pas à l’écriture journalistique que récemment, moi qui ne traite pas que de musique…» s’est-il offusqué.

Et d’ajouter «Dommage pour une publication, validée par la MAP, censée servir de référence pour de futures générations amenées à faire des recherches sur le journalisme marocain d’avant et d’hier». 

Anis Hajjam estime que l’ami Khalil Hachimi Idrissi (Driss Ajbali, ndlr) qui qualifie cette belle oeuvre ratée de «travail herculéen» a dû s’arrêter au dénombrement (non exhaustif et parfois insensé) des personnes, pas en fonction de ce qu’ils sont, de ce qu’ils ont donné ou à quoi ressemblait leur parcours.

«Dommage pour un spécialiste du ton que j’ai connu à Paris, dans une autre vie, comme producteur et manager des Frères Bouchnak» a-t-il lancé.

Mustafa Elfanne : Les décisions du CNP comportent une menace pour l’État

Inattendue et choquante, la décision du CNP de retirer la carte au Patron de la MAP a tétanisé les commentateurs. Si Ridouane Erramdani s’est contenté d’écrire la phrase suivante sur son sa page Facebook : «Conseil militaire de la presse…», son confrère Mustafa Elfanne va s’insurger contre le Conseil de Youness Moujahid.

Sur sa page Facebook, Elfanne va se lancer dans une tirade pour laquelle il choisira la chute suivante : «Les décisions rendues par le Conseil menacent l’Etat…».

«Je ne dirai pas que ces décisions ont été rendues en dehors de la loi, hors de la constitution, hors de l’histoire et hors de la géographie. Je dirai plutôt qu’il faut remercier Dieu tout puissant car ce Conseil « souverain » n’a pas assorti ces lourdes peines contre ces journalistes d’une autre peine qui les priverait de liberté» a-t-il écrit.

«Nos collègues de ce Conseil « souverain » (CNP, ndlr) empêchent un haut fonctionnaire nommé par arrêté royal d’exercer sa profession» a-t-il ajouter.

Pour Mustafa Elfanne, cette décision de Youness Moujahid ne serait que «vengeance, règlement de comptes et surtout une manoeuvre préparant les conditions d’un second mandat à la tête du CNP».

En plus de Khalil Hachimi Idrissi, quatre autres journalistes sont sanctionnés par le CNP notamment Ahmed Najim de Goud

Ahmed Najim est l’autre journaliste dont le nom a fuité de la dernière fournée de journalistes sanctionnés par le CNP. Le directeur de publication de Goud a été incriminé pour diffamation à l’encontre d’une «influenceuse politique», Chama Darchoul.

Dans un article diffamatoire il a entre autres sous-entendu que cette jeune dame aurait utilisé son frère travaillant au Cabinet Royal pour accéder à de l’information sensible.

Najim s’est vu retirer sa carte de presse pour une durée de six mois.

Acte 8 : Said Ida Hassan avance que Khalil Hachimi Idrissi remplacerait Nasser Bourita

A la lecture des articles que publie l’ancien directeur du bureau de la MAP à Madrid, Said Ida Hassan sur son site web Andaluspress, on ne peut pas dire qu’il porte Khalil Hachimi Idrissi dans son coeur.

Dans un papier en date du 09 février 2022, soit le jour même de la décision du CNP de retirer la carte de presse au DG de la MAP, Said Ida Hassan avance que les jours de Nasser Bourita étaient comptés à la tête du ministère des Affaires étrangères et que Khalil Hachimi Idrissi serait candidat à sa succession.

L’ancien agencier de la MAP à Madrid et ami de Youness Moujahid, évoque des rumeurs de salons à Rabat sur une éventuelle volonté royale de remplacer Bourita et les lie avec les activités diplomatiques, qu’il qualifie d’intenses, récemment entreprises par Khalil Hachimi Idrissi.

Said Ida Hassan fait allusion à deux rencontres en une semaine du patron de la MAP avec l’ambassadrice de Jordanie et celui de l’Inde.

Ce sont les expressions utilisées dans les dépêches résumant ces rencontres qui ont poussé entre autres le fondateur d’Andaluspress, de penser que Khalil Hachimi Idrissi pourrait succéder à Nasser Bourita.

En effet, la dépêche parle de l’entrevue du DG de la MAP avec l’ambassadeur indien comme «occasion pour les deux parties de passer en revue les moyens d’approfondir la coopération entre les deux pays et de hisser les relations bilatérales à des niveaux supérieurs, particulièrement dans le domaine des médias, en vue de permettre aux peuples des deux pays de mieux se connaître». Une expression usuellement utilisée entre chefs d’Etats ou chefs de diplomatie.

Khalil Hachimi Idrissi rêve de faire de la MAP l’axe central du «pôle audiovisuel public»

Nommé le 27 juin 2011 par le Roi Mohammed VI à la tête de la MAP, Khalil Hachimi Idrissi a hérité d’une institution qui battait de l’aile.

On se rappelle tous de l’image qu’avaient l’agence de presse officielle durant le printemps arabe, surtout auprès des jeunes qui ont investit les réseaux sociaux.

Il faut reconnaitre à Khalil Hachimi Idrissi d’avoir réussi le pari du web, d’avoir améliorer significativement le «Brand Content» de la marque MAP et d’avoir ouvert l’agence sur le monde.

Nul ne peut nier aujourd’hui le fait que la MAP est devenue la principale sinon l’unique source fiable de l’information au Maroc, dans un monde infesté par les fake-news. Khalil Hachimi Idrissi a également réussi à trouver un mix entre l’info gratuite et payante ainsi qu’à saturer les moteurs de recherches en multipliant les portails notamment les régionaux.

Fort de ce succès, il décide de s’attaquer au pôle audiovisuel public que représente désormais la SNRT. Pour cela, il va enrichir l’arsenal juridique de l’agence en lobbyant, notamment avec le soutien de son ami Mustapha El Khalfi, pour l’entrée en vigueur du projet de loi 02.15 relatif à la réorganisation de la MAP.

La loi n° 02.15 a permis à Khalil Hachimi Idrissi à afficher son objectif de faire sortir l’Agence de la logique du produit unique « la dépêche » et de lancer un service de diffusion audiovisuelle par satellite.

Le 14 octobre 2021, le patron de la MAP lance un signal aux pouvoirs publiques en faisant dire à un «professeur chercheur» tout haut ce qu’il pense tout bas. Dans une dépêche signée par le professeur chercheur, Saïd Tammame, Khalil Hachimi Idrissi affiche son ambition : «La loi 02-15 relative à la réorganisation de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP) a conféré à l’Agence de nouvelles missions qui la prédisposent à devenir l’axe central du « pôle public », qui se compose également de la Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision (SNRT) et de la SOERAD-2M».

Particulièrement pressé, il va s’aventurer dans deux expériences audiovisuelles dont l’impact et l’utilité restent encore à démontrer : La radio et la télé de la MAP. Au vu des ressources humaines et moyens financiers dont dispose l’agence, les projets RIM et M24 se sont retrouvés plus en concurrence avec les médias privés qu’avec le trio SNRT, SOREAD et Medi1. Le modèle Khalil Hachimi Idrissi arrive à son plafond de verre.

L’autre perversion du modèle KHI, est le déséquilibre de sa stratégie d’ouverture commerciale de la MAP. Au fil du temps, le portail de l’agence et ses réseaux sociaux sont devenus des espaces publicitaires de marques internationales. Encore plus inquiétant, la MAP a mis à sa crédibilité et son statut en jeu en se laissant utilisée comme outil d’influence sur les politiques publiques, à l’image des campagnes PR du constructeur chinois Huawei, en guerre commerciale pour se placer au Maroc. Encore plus problématique, Khalil Hachimi Idrissi a rendu la MAP plus difficile d’accès aux entreprises marocaines au moment où il déroule le tapis rouges aux marques étrangères.

Notant qu’aucune agence de presse officielle au Monde ne fait de publicité pour une téléphone où une boisson gazeuse., sauf celle de Khalil Hachimi Idrissi.


Références

Scandale : L’Agence du Sud finance avec de l’argent public la construction de l’extension du lycée français OSUI de Dakhla

Pandémie, sécheresse, crise économique et sociale, crise chronique de l’enseignement, crises diplomatiques, autant de voyants rouge que tout haut responsable marocain patriote, intègre et compétent doit prendre en compte dans l’exercice de ses fonctions.

Cette situation alarmante semble échapper au Directeur Général de l’Agence pour la Promotion et le Développement Économique et Social des Provinces du Sud du Royaume, APDS, Jabrane Reklaoui. Ce haut responsable n’a trouvé mieux pour démarrer l’exercice 2022 que de lancer un marché public pour la construction de l’extension du lycée français de Dakhla, Odette du Puigaudeau. Un établissement géré par le très riche réseau privé OSUI, qui réalise un Chiffre d’Affaires annuel d’environ 616 millions de dirhams au Maroc, rien qu’en frais de scolarité. Un scandale !

Jabrane Reklaoui, Directeur Général de l’APDS vit sur une autre planète. Que le tourisme s’écroule, que l’école publique s’effondre, que la France diffame nos institutions, que les jeunes des provinces du sud restent au chômage rien n’est prioritaire pour lui que l’extension d’un lycée géré par le très riche programme français, OSUI.

Le 28 janvier 2022, l’APDS, connue communément par l’Agence du Sud, a lancé un appel d’offre pour des travaux d’extension de l’école Odette du Puigaudeau de l’OSUI à la ville de Dakhla. Un appel d’offre constitué en quatre lots, d’une valeur estimée à 6.328.748,00 de dirhams.

Tableau extrait des avis d’appels d’offres ouverts N°01/2022, N°2/2022, N°3/2022, N°6/2022

Priorité N°1 de Jabrane Reklaoui en 2022, l’extension du Lycée français

Comme mentionné sur le tableau ci-dessus, l’appel d’offre relatif à l’extension du Lycée français est le premier à être lancé cette année par l’APDS. Les numéros des AO ne mentent pas : 01/2022, 02/2022, 03/2022 et 06/2022.

Nos recherches nous ont également révélé qu’il s’agit du seul projet lancé cette année concernant la ville de Dakhla par l’Agence du Sud.

Pourquoi donc Jabrane Reklaoui s’est-il précipité à lancer les consultations sur ce projet dès le début de l’année? L’OSUI ou lui-même, ont-ils craint que les relations entre Rabat et Paris s’enveniment davantage et capotent leurs projets? A-t-il subit la pression de l’OSUI pour que les travaux soient achevés avant la rentrée prochaine pour ne pas perdre une année de chiffre d’affaires? Nous n’avons pas de réponse.

En 2020, l’OSUI a constaté un Chiffre d’Affaires de 58 millions d’euros

Pour éclairer nos lecteurs, l’OSUI, Office Scolaire et Universitaire International, est un réseau privé d’établissements scolaires affiliés à la mission laïque française. Installé au Maroc depuis 1996, il est venu en renfort du système AEFE ( Agence pour l’enseignement français à l’étranger), submergé par la forte demande marocaine.

Contrairement aux écoles AEFE, directement gérées par la France et le Ministère des Affaires Etrangères français et reçoivent des subventions publiques, les écoles OSUI sont auto-financées.

Le programme OSUI étant une association sans but lucratif, ne génère pas de bénéfices et se doit de réinvestir le chiffre d’affaire engrangé par les frais de scolarité des élèves, dans les locaux, les équipements et l’équipe pédagogique et administrative.

Le caractère privé de ce réseau, implique logiquement des tarifs bien plus élevés que ceux de l’AEFE. Un business qui a généré en 2020 un chiffre d’affaires de 57 934 873 d’euros, soit 613.581.928,00 de dirhams pour seulement 10 établissements.

Financer un lycée privé français avec de l’argent public, une hérésie

Si l’Etat français ne donne pas de subvention au programme OSUI au Maroc, pourquoi donc l’Agence du Sud va-t-elle le faire ? Même la carte de la cause nationale ne marche pas dans ce cas d’espèce. Ce n’est pas une école privée, gérée par une association française qui fera le poids.

Jabra Reklaoui, Directeur Général de l’Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social des Provinces du Sud du Royaume

En se faisant entrainer dans cette affaire, M. Jabrane Reklaoui ne rend pas service aux parents qui ont accepté de payer plus cher parce que l’OSUI leur a fait comprendre que c’est notamment pour investir dans le maintien d’une qualité constante d’enseignement.

Alors que toute la région Dakhla-Oued Eddahab a besoin du moindre dirham en ce contexte de crise socioéconomique et de tensions géostratégiques, Jabrane Reklaou veut mobiliser plus de 6,3 millions de dirhams ainsi que des ressources humaines et administratives de l’APDS, de la préfecture et des services centraux et plusieurs mois d’aller-retour au profit d’un privé français bien loti. Une hérésie.

Irina et Touhfa attisent «les feux du désamour» entre Biden et MBZ devant notre porte

/

Le 17 janvier dernier, Abu Dhabi fut le théâtre d’une attaque par drones des rebelles houthis du Yémen faisant trois victimes civiles. Un coup très dur, porté aux Émirats Arabes Unis qui puisent leur puissance du dynamisme de leur place financière et de la sécurité de leurs terres. Inattendue et spectaculaire cette agression a fait couler beaucoup d’encre. Pour plusieurs analystes, cet évènement est la confirmation du désamour chronique entre Joe Biden et Mohammed Ben Zayed. Ce dernier, se retrouve pour la première fois menacé et son pays non protégé. MBZ ne se faisait pas d’illusion sur la politique de la nouvelle administration américaine envers son régime. Avant même son investiture, Biden a déclenché les hostilités en arrêtant son lobbyeur Thomas Barrack et son conseiller George Nader, en bloquant le contrat de vente des F35 et en supportant le Qatar.

Il n’était que question de temps pour que ces vives tensions deviennent publiques et que leurs répliques arrivent jusqu’à notre pays. Aujourd’hui, tout porte à croire que nous y sommes.

Après des rumeurs sur l’échec de la dernière visite de Aziz Akhannouch à Abu Dhabi, deux phénomènes des réseaux sociaux se sont subitement mis à parler. Il s’agit de l’israélienne Irina Tsukerman et du YouTubeur marocain «Touhfa». Appartenant à deux mondes parallèles, rien ne semble les lier. Pourtant la semaine écoulée, ils se sont synchronisés pour que chacun de son côté tire à l’arme lourde sur les relations entre le Maroc et Israël d’une part et le Maroc et les Émirats Arabes Unis d’autre part. Irina Tsukerman s’en est pris à Nasser Bourita et Jared Kushner, tandis que Touhfa s’est chargé de Mansour ben Zayed et Tahnoun ben Zayed, deux hauts responsables émiratis. Une double-campagne lancée le jour même de part et d’autre, soit le 24 janvier 2022, et neuf jours avant l’annonce de la visite officielle d’une délégation ministérielle menée par le Chef de Gouvernement marocain à Doha.

Ces épiphénomènes sont ce qu’on appelle dans le jargon de la communication, des signaux faibles d’une crise en devenir. Ils peuvent être également des escarmouches de gens bien informés sur les orientations stratégiques du Royaume. Seule certitude est que le monde, assiégé par la pandémie, s’engage davantage dans la voie de la guerre que celle de la paix où plus rien n’est acquis et où plus rien n’est permanent.

Comme Donald Trump, Mohammed Ben Zayed doit se demander nuit et jour, pourquoi est-il traité de la sorte par l’administration américaine et d’une partie du gouvernement israélien. Lui qu’il a fait pour l’Etat hébreu ce que jamais un autre émir de son pays ou de tout le Golfe n’a réalisé.

Après avoir sauvé la face à Netanyahu et Trump, qui ont échoué à mettre sur pied un accord de paix définitif entre palestiniens et israéliens, en soutenant les accords d’Abraham, MBZ n’a reçu en retour que des déceptions.

George Nader, conseiller de MBZ, arrêté pour pédophilie puis accusé de complot contre les États-unis

Avant même son ascension au pouvoir, Joe Biden, dans sa guerre contre Donald Trump, a fait tomber l’un des principaux conseillers et lobbyeurs de MBZ auprès de la Maison Blanche, l’homme d’affaires américano-libanais George Nader.

Interrogé une première fois par le procureur spécial Robert Mueller en sa qualité de témoin sur l’ingérence de la Russie dans l’élection de présidentielle américaine de 2016, George Nader s’est enfui à Abu Dhabi, avant d’être arrêté le 4 juin 2018 à l’aéroport JFK de New York pour possession d’images pédopornographiques. Il sera condamné fin juin 2020 à 10 ans de prison ferme pour trafic de sexe et de pornographie enfantine.

La pression sur l’ancien conseiller de MBZ ne va baisser avec l’arrivée de Biden. Le 16 janvier 2022, George Nader, plaide coupable pour le rôle qu’il a joué en aidant les Émirats arabes unis à donner des millions de dollars de contributions de campagne illégales dans le système politique américain pendant l’élection présidentielle de 2016.

Tom Barrack, le milliardaire et ami de Trump arrêté pour avoir travaillé secrètement pour MBZ

Le milliardaire américain et ami de Donald Trump a été arrêté en juillet 2021 pour «avoir tenté d’influencer la politique étrangère lors de la campagne présidentielle de Trump en 2016 et pendant les premières années de l’administration Trump».

Sept chefs d’inculpation ont été retenus contre Thomas Barrack, accusé de s’être servi de son accès à Trump pour promouvoir les objectifs de politique étrangère des Émirats arabes unis.

L’acte d’inculpation stipule que Barrack et deux autres individus agissaient et conspiraient en vue d’agir comme des agents des Émirats entre avril 2016 et avril 2018.

Les investigation ont également révélé que la société d’investissement immobilier et privé de Tom Barrack a reçu environ 1,5 milliard de dollars de la part de l’Arabie saoudite et des EAU juste entre la période allant de l’investiture de Trump à Juin 2021.

Biden et Bennett bloquent la vente des F35, MBZ dépité, claque 19 milliards de dollars dans le plus grand deal d’achat de Rafales de l’histoire de la France

MBZ tenait à ses F35. Ces avions dernière génération que les alliés des États-unis s’arrachent, tellement ils apporteraient une suprématie aérienne manifeste. L’acquisition de ces appareils, était d’ailleurs une des conditions que le prince héritier des E.A.U avait imposé à Donald Trump pour signer les accords d’Abraham. Netanyahu avait signifié clairement son désaccord mais l’ancien président américain avait réussi à décrocher le feu vert du Congress.

Arrivé au pouvoir, Biden ne dira pas non à la vente des F35 à MBZ mais pose de nouvelles conditions: Les Émirats n’en auront qu’une version sous-équipée tout en se soumettant à l’obligation systématique d’un accord du Pentagone avant toute utilisation.

MBZ rejète l’offre et signifie son irritation pour non respect d’engagement de l’accord ratifié par l’administration Trump. La riposte du dirigeant émirien sera à la hauteur de sa colère. Le 3 décembre 2021, à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron à Abu Dhabi, MBZ offre au président-candidat le plus grand bon de commande de l’histoire du constructeur français Dassault. «80 avions de chasse pour Abu Dhabi, soit une commande d’environ 19 milliards de dollars sans les armements, c’est du jamais-vu pour Dassault et une somme exceptionnelle pour l’industrie française. » avait titré LesEchos.

Avec cet accord, MBZ n’a pas réussi qu’à faire perdre au Pentagone 19 milliards de dollars mais à faire gagner Emmanuel Macron le double de la marge nette qu’il allait constaté en vendant ses sous-marins à l’Australie. Ce fameux «deal du siècle» de la marine française, capoté à la dernière minute par l’alliance AUKUS, l’alliance militaire entre l’Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Le Qatar, l’allié préféré des démocrates au Moyen-Orient, propulsé nouvel allié majeur de l’OTAN

Les démocrates ont cultivé depuis l’ère Obama une affinité particulière avec le Qatar. La puissante influence médiatique de la péninsule a joué un rôle décisif durant le printemps arabe et a constitué un relais efficace aux médias pro-démocrates dans la guerre du Yemen et les affaires Khashoggi et Pagasus.

C’est aussi au régime du Qatar que Biden a confié le rôle d’intermédiation et de gestion du retour des Taliban au pouvoir, excluant de facto le parrain historique du mouvement l’Arabie Saoudite ainsi que les Émirats arabes unis.

L’avènement du conflit en Ukraine va positionner davantage Doha sur la scène internationale en sa qualité d’allié indéfectible de Washington. D’ailleurs pour rassurer l’Allemagne, Biden a demandé au Qatar de se préparer à fournir du gaz naturel à l’Europe en cas de déclenchement de guerre avec la Russie. La concurrence entre Tamim et MBZ n’en a fait que s’amplifier.

En effet, au moment où le président israélien visitait Dubaï, l’Émir du Qatar Tamim ben Hamad était reçu par Joe Biden à la Maison Blanche. Le président démocrate le couvre d’éloges, le qualifie de «bon ami» et le désigne officiellement «allié majeur de l’OTAN». Une désignation qui a été refusée auparavant à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Pour enfoncer le clou et montrer une autre preuve de son désamour pour MBZ, Biden annonce en présence de Tamim et devant les caméras la signature d’un contrat de vente de 50 Boeing 737 MAX au Qatar. Et comme dans la politique la vengeance est toujours un plat qui se mange froid, le montant de ce juteux «deal» annoncé par le président américain s’élève à 20 milliards de dollars. Soit 1 milliard de dollars de plus que la contrat des Rafales signé entre Mohammed Ben Zayed et Emmanuel Macron, deux mois plus tôt.

«Abu-Dhabi n’est plus protégée»

Pour la troisième fois depuis le début du mois de janvier et en deux semaines seulement, les Émirats arabes unis ont été la cible d’attaques de drones et de missiles lancés par les rebelles houthis du Yémen. Ce lundi 31 janvier, un missile balistique visant Abu Dhabi a certes été intercepté par le système de défense aérien du pays, sans faire aucune victime humaine ni de dégât matériel, mais le timing de son lancement est crucial. L’agression a coïncidé avec la visite «historique» du président israélien, Isaac Herzog, aux Émirats.

Longtemps épargné, le régime MBZ se sent pour la première fois menacé et son territoire «non protégé». Rappelons que la première attaque en date du 17 janvier 2022, revendiquée par les Houthis, a fait trois morts, des travailleurs asiatiques, un Pakistanais et deux Indiens.

La réaction officielle des États-unis, outre la condamnation de l’attaque, a été de mettre en garde ses citoyens contre les risques liés aux voyages aux Émirats arabes unis.

«Reconsidérez votre voyage en raison de la menace d’attaques de missiles ou de drones», a publié le département d’État américain sur son site Web.

La pire chose qu’on pourrait faire à MBZ. Qui pour éviter que son pays soit touché par les guerres en Syrie et au Yémen entretenait des relations directe avec l’Iran en dépit de sa position officielle anti-mollahs. Parait-il, le sujet iranien a été un des points traités lors de la visite non annoncée de Naftali Bennett à Abu Dhabi le 13 décembre 2021.

Dommages collatéraux en Egypte et crispation au Maroc

Egypte : al-Sissi met fin à la rébellion des hommes de paille d’Abu Dhabi

Le désamour entre Biden et MBZ a eu des répercussions immédiates en Egypte. Abdelfattah al-Sissi, se préparant à s’émanciper de l’emprise des pays du Golfe sur son pays, a du gérer la pression des démocrates sur la question des droits de l’homme et faire face à une rébellion synchronisée des hommes de paille des Émirats arabes unis dans son pays.

Au sujet des revendications des ONG américaines, al-Sissi a mené une grande campagne de «cosmétique» sur les prisonniers politiques et leurs conditions d’incarcération. Quand à la montée au créneau d’homme d’affaires critiquant l’hégémonie économique des militaires, le «Raiss» a réglé le sujet en direct devant les caméras puis a disqualifié les meneurs, notamment le promoteur milliardaire Naguib Sawiris et le magnat des médias Mohamed Al-Amin. Ce dernier sera même inculpé d’agression sexuelle sur jeunes filles mineurs de son orphelinat.

Les relations entre Biden et al-Sissi restent fortes, en dépit de la pression qu’exercent quelques sénateurs démocrates au sujet des droits de l’homme en Égypte. L’administration américaine vient d’approuver la vente de radars de défense aérienne et d’avions C-130 Super Hercules au Caire pour une valeur combinée de plus de 2,5 milliards de dollars. Al-Sissi a su gagner la confiance de Biden grâce à sa gestion de sa bonne distance avec MBZ et à sa médiation, en avril de l’an dernier, pour aider à mettre fin aux hostilités entre Israël et les militants du Hamas.

Maroc : Les relations avec Israël battent de l’aile, volte-face d’Irina Tsukerman et Touhfa accuse les Émirats d’espionnage

Les répliques des tensions entre les États-unis et les Émirats arabes unis commencent à se faire ressentir au Maroc. Une secousse aurait à ce titre touché le Chef de Gouvernement, Aziz Akhannouch, lors de sa dernière visite à Abu Dhabi. «Elle se serait mal passée» croit savoir un observateur. «D’ailleurs depuis son retour, il semble être en disgrâce» poursuit notre source.

Si c’est le cas, Akhannouch devrait se rattraper lors de son voyage prévu ce weekend au Qatar à la tête d’une délégation ministérielle. Cette visite qui survient au lendemain de la rencontre entre Biden et Tamim, verra la signature de plusieurs conventions bilatérales avec le gouvernement qatari.

L’autre dommage collatéral des tensions USA/E.A.U sont les accords d’Abraham. Mohammed Ben Zayed étant l’un des initiateurs du deal, s’est retrouvé du jour au lendemain sans relais à la Maison Blanche et face à un gouvernement Naftali Bennett, qui tient plus à regagner la confiance de l’administration américaine, que de faire plaisir à son allié arabe.

Les accords d’Abraham se retrouvent ainsi au point mort. Le processus de normalisation entre le Maroc et Israël également.

D’ailleurs, mis à part l’accueil chaleureux réservé au ministre de la défense israélienne, le Général Benny Gantz, Rabat n’a fait aucun pas vers le renforcement des relations diplomatiques avec Tel-Aviv. Le chargé d’affaires israélien David Govrin, dont les sorties médiatiques désastreuses l’ont rendu peu fréquentable, a beaucoup de peine à faire bouger les lignes. Govrin fonctionne avec un logiciel déformé de par les contextes jordaniens et égyptiens dans lesquelles il a évolué depuis le début de sa carrière. De plus, il se retrouve désarmé face à la condition sine qua non du Royaume pour des relations «normales» avec l’Etat hébreu: «la reconnaissance da la marocanité du Sahara».

Ce contexte particulièrement tendu est resté une affaire de coulisses et de diplomates, jusqu’à ce que deux «influenceurs» s’emmêlent. Ils appartiennent certes à deux mondes parallèles mais partagent par contre la même mission celle de propagandistes.

Irina Tsukerman se lâche sur notre «héros national», Nasser Bourita

Depuis le 24 janvier 2022, c’est l’incompréhension totale et la stupéfaction générale sur le Twitter marocain. Irina Tsukerman, fervente défenseur de la cause nationale et des relations maroco-israéliennes s’est mise subitement à s’en prendre à «l’héros national» Nasser Bourita.

Ce n’est pas moins de 114 tweets assassins que l’avocate et propagandiste israélienne a posté en rafale et en 4 salves sur 7 jours.

Méthodique, elle prenait en cible une personnalité et un sujet et disait systématiquement tout le mal qu’elle pensait de Bourita et du Qatar.

Irina Tsukerman : Ses principaux sujets de prédilection

Les 114 tweets s’articulent tous autour de trois principaux «topics» :

  1. Pegassus
  2. Les Houthis
  3. Le Qatar

Irina Tsukerman : Ses cibles à abattre

  1. Jamal Benomar : Elle l’accuse d’espionnage pour le Qatar et d’être pro-Houthis,
  2. Nasser Bourita : Elle l’accuse d’avoir couvert Jamal Benomar et d’avoir mal défendu le Maroc des attaques de l’administration américaine et de l’Elysée,
  3. Jared Kushner : Elle l’accuse d’avoir saboter les Accords d’Abraham en imposant aux E.A.U l’accord d’Al-Ula,
  4. Yariv El Baz : Elle l’accuse de n’avoir d’autres objectifs que de s’enrichir sur le dos des Accords d’Abraham,
  5. Richard Attias : Elle l’accuse d’avoir profiter du Maroc, de l’Arabie saoudite et des E.A.U tout en fermant les yeux sur la campagne de diffamation du journal Le Monde contre ces mêmes pays.

Irina Tsukerman : Ses lignes rouges

  1. Le Roi Mohammed VI
  2. Israël

Irina Tsukerman : Son plaidoyer

L’avocate et propagandiste israélienne affirme que les Accords d’Abraham se désagrégaient et que les relations entre le Maroc et les Etat-unis et Israël allaient dans le mauvais sens. Alarmiste jusqu’au bout, elle prédit une prise de position négative de Joe Biden au sujet du Sahara.

Irina Tsukerman blâme en premier lieu le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita pour :

  1. avoir subit la pression des États-unis sur les droits de l’homme sans montrer aucune résistance ni déployer une stratégie de défense,
  2. n’avoir pas bien exploité les liens prouvés liant le Hezbollah, les Houthis et les séparatistes du Polisario,
  3. avoir été sous l’influence de l’ancien envoyé spécial de l’ONU au Yémen, le marocain Jamal Benomar, accusé d’espionnage pour le Qatar et d’acquaintance avec les Houthis. Une influence qui aurait poussé Bourita à ne pas s’engager dans une campagne anti-yéménite,
  4. avoir laissé faire Richard Attias en faisant appel à son agence de communication Publicis sans lui demander des comptes sur la campagne de diffamation contre le Maroc lancée par le journal LeMonde. Notamment au sujet de l’affaire Pegasus. Une information basée sur un fait qu’elle rapporte affirmant l’existence d’un lien d’actionnariat entre Lagardère, Publicis et LeMonde. Ce qui est faux.

L’influenceuse israélienne s’est également lâchée sur le groupe composé de Jared Kushner, Yariv El Baz et Richard Attias en les accusant «d’escroquerie». Pour elle, cette «clique» aurait vidé les accords d’Abrahams de tout leur sens en cherchent uniquement à s’enrichir.

Pour le gendre de Donald Trump, les accusations de Tsukerman vont plus loin. Elle estime que Kushner a torpillé les Accords d’Abraham le jour même où il a fait pression sur MBZ et MBS au nom de Trump pour lever l’embargo sur Tamim.

«Le Sommet d’Al-Ula qui a débouché sur une reprise complète des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats, le Bahreïn et le Qatar, a donné l’occasion à ce dernier de mener une opération de sabotage des accords de normalisation entre Israël et les pays arabes», affirme-t-elle.

Irina Tsukerman va consacrer autant de tweets injurieux contre le Qatar que contre Nasser Bourita. Un pays qu’elle tient pour responsable de la campagne mondiale contre Pegasus dans le but de «ruiner un pan entier de l’industrie israélienne» et tuer dans l’oeuf les Accords d’Abraham. Elle accuse également Doha d’encourager les Houthis dans leurs attaques contre les Emirats arabes unis.

Le YouTubeur Touhfa : «Les émiratis espionnent les marocains à travers Hespress»

Un autre influenceur, un autre environnement et d’autres éléments de langages. Ce YouTubeur installé en Floride aux Etat-unis qui brasse dans son sillage une large frange des marocains résidents à l’étranger avec une forte audience féminine, s’est engagé dans une campagne anti-émirats. Curieusement, sa première vidéo sur le sujet a été postée exactement le même jour que la première salve de tweets d’Irina Tsukerman, le 24 janvier 2022.

Le plaidoyer de Touhfa est plus simple. Le ministre des Affaires Étrangères des E.A.U, Mansour ben Zayed et le maître-espion d’Abou Dhabi, Tahnoon ben Zayed utilisent des proxies notamment le site web d’information Hespress, racheté en 2019 par les Emirats, pour «espionner et attaquer le Maroc».

Ce sont pratiquement les mêmes accusations portées contre le site d’information quatre années plus tôt. En cette période, les relations entre Rabat et Abu Dhabi étaient au plus bas et Hespress avait adopté une ligne éditoriale anti-Qatar.

Sauf que cette fois-ci, Touhfa va impliquer les cheikhs sus-cités, deux des plus hauts responsables émiratis après MBZ et Ben Rachid. Pour le YouTubeur, Mansour ben Zayed, ministre des Affaires étrangères serait aigri de ne pas avoir accès au Roi Mohammed VI. Cela l’aurait poussé à manoeuvrer contre les intérêts du Maroc en soutenant entre autres l’Algérie et en «espionnant les hauts responsables du pays», notamment à travers Hespress.

Rapprochement avec le Qatar en marche !

L’annonce ce mardi de la visite officielle d’une délégation ministérielle menée par Aziz Akhannouch, au lendemain de la rencontre importante entre Joe Biden et Tamim ben Hamad est un signal fort donné par le Maroc sur sa nouvelle orientation stratégique de sa diplomatie. C’est aussi sans aucun doute une conséquence de l’isolement de MBZ sur la scène internationale suite à son bras de fer avec Biden.

Rappelons que le Prince hériter émirati avait réussi à froisser son ancien ami, Mohammed ben Salmane qui s’est mis dans la tête de mener une guerre économique avec les E.A.U afin de réaliser les objectifs de sa vision 2030.

Concernant ce nouveau rapprochement avec le Qatar, Akhannouch qui entretient de bonnes relations avec le père de Tamim, aura sans aucun doute plus de facilité à mener à bien cette mission.

Un monde de tous les dangers

Depuis la crise financière de 2008, la planète est entrée dans une zone de turbulence avec des cycles de crises relativement longs. Les pays se doivent de piloter leur économie et leur sécurité avec peu de visibilité en prenant beaucoup de risques.

Les grandes démocraties vacillent. On l’a vu durant l’assaut du Capitole et on le voit aujourd’hui avec ce spectacle dramatique que nous offrent les présidentielles françaises ainsi qu’avec cet émerveillement prononcé de l’intelligentsia allemande et française devant la montée en puissance du nouveau Tsar russe Vladimir Poutine.

La fragilité et la versatilité sont devenues l’une des principales caractéristiques des relations internationales de notre époque. Nos dirigeants s’y adaptent, les citoyens les subissent.

Seul remède à ses gueules de bois à répétition est de rester unis autour d’un projet de société et autour de notre leader.

Othman Benjelloun canalise l’investissement chinois en Afrique

///

Othman Benjelloun, l’homme d’affaire, d’influence et de soft power, fait partie de ceux qui ont vu de très prés la naissance de l’hyperpuissance chinoise. Il fut d’ailleurs le premier marocain à être reçu par le fondateur du Parti communiste chinois, Mao Tsé-Toung. Une visite qui s’inscrivait dans la stratégie américaine pensée et déroulée par son ami Henry Kissinger. Laquelle stratégie consistait à contenir par une muraille de feu, d’alliances mais aussi de business, une Chine, hyperpuissance en devenir. Kissinger estimait qu’un monde bipolaire peut être dangereux, et qu’une pluralité des pôles de puissance donnait davantage de jeu. Alors que les démons de la guerre totale sont de retour, Sir Othman Benjelloun, de haut de ses 90 ans, remet ses gants de velours pour offrir au Royaume, un levier économique et diplomatique d’influence, d’innovation et d’action porteur de paix et d’espoir dans un continent, objet de de toutes les convoitises.

«Le mot retraite n’existe pas dans mon vocabulaire. Dans notre famille, on travaille tant qu’on a la capacité de le faire». Cette devise est celle de Othman Benjelloun, reprise sur les colonnes de notre confrère Médias24 cette semaine. Une déclaration que le «Gentleman de la finance marocaine» a fait suivre aussitôt par des faits. Il a eu l’honneur d’accompagner le Souverain pour le lancement du projet qui fait intégrer et propulser le Royaume dans le cercle très fermé de la BioTech mondiale. Ensuite, il mobilise, le jour même, la filiale de sa banque à Shanghai pour canaliser les investissements chinois en Afrique.

« Ma succession ? Je n’y ai jamais pensé », nous avait-il lancé. « Les gens me disent que je devrais prendre ma retraite et passer le relais depuis 15 ans déjà et on me le dit encore aujourd’hui. A chaque fois, je réponds que le mot retraite n’existe pas dans mon vocabulaire. Dans notre famille, on travaille tant qu’on a la capacité de le faire ».

Othman Benjelloun, Médias24 – 26/01/2022

SENSYO Pharmatech, un coup de maître du Roi Mohammed VI, une mise en oeuvre de Othman Benjelloun

SENSYO Pharmatech concentre toute la vision et l’ambition du Roi Mohammed VI pour son pays :

  1. UN MAROC SOUVERAIN

La pandémie a joué un rôle de révélateur, en mettant en évidence la dépendance aux approvisionnements de produits essentiels tels que les denrées alimentaires, les médicaments, l’énergie et les matières première. Le Roi Mohammed VI a été l’un des premiers dirigeants du monde à annoncer publiquement la nouvelle réorientation stratégique de son pays sur la voie de la souveraineté «sanitaire, énergétique, industrielle, alimentaire». Une prise de conscience motivée par la bonne lecture royale de ce mouvement structurel de montée des tensions géopolitiques.

De fait, la crise pandémique a révélé le retour en force du thème de la Souveraineté. Qu’elle soit sanitaire, énergétique, industrielle, alimentaire ou autre, sa préservation est devenue l’enjeu d’une véritable compétition qui suscite des réactions fébriles chez certains.

Roi Mohammed VI, Discours du 08/10/2021
  1. UN MAROC DANS LA COUR DES GRANDS

Depuis le début de son règne, le Roi Mohammed VI voyait très grand pour son pays. Un projet comme Tanger Med a transformé le poids stratégique mondial du Royaume, corrigeant le déséquilibre historique au fil des années qui s’était installé entre les deux rives nord et sud de la Méditerranée.

SENSYO Pharmatech s’inscrit dans cette catégorie de projets de rupture, aussi bien par la taille, les investissements consentis que par l’appui et l’ambition royaux. Un projet vise non seulement à ce que le Maroc maintienne sa trajectoire ascendante mais à s’imposer à la cour des grands.

Les chiffres du projets sont éloquents et les ambitions sont grandes :

  • 500 millions d’euros, d’investissements;
  • 16 millions d’unités de capacité combinée de production en 2024;
  • 20 vaccins et produits bio-thérapeutiques, dont 3 anti Covid-19;
  • 2 milliards de doses de vaccins Siinopharm à horizon 2025
  • 70% des besoins du Royaume et plus de 60% de ceux du Continent
  • Création d’un Pôle africain d’innovation biopharmaceutique et vaccinale de facture mondiale
  • N°1 en Afrique et 5ème mondial dans le monde dans l’industrie du «Fill & Finish».
  • UN MAROC LIBÉRÉ DES EMPRISES DE SES PARTENAIRES HISTORIQUES

Avec un partenaire technologique suédois, un premier client chinois, un financement marocain et un expert de Corée du Sud, SENSYO Pharmatech est le «business case» qui démontre la ferme volonté du Roi Mohammed VI de s’ouvrir à de nouvelles alliances stratégiques.

D’ailleurs, c’est cet engagement irréversible et stratégique pris par le Souverain qui a déclenché autant de haine et d’attaques de la France envers le Maroc et la monarchie au point de faire circuler les rumeurs d’un plan de retrait de ses investissements dans le pays.

Ce partenariat multidimensionnel que représente SENSYO Pharmatech, peut être lu également de l’angle du soft power marocain pour solutionner définitivement le dossier du Sahara marocain. Si la Chine suit de très prés le dossier du Sahara en raison du cas de Taiwan, le renforcement des partenariats économiques et scientifiques avec la Suède, permettront aux deux partenaires de se mieux se connaître et au pays scandinave de libérer une partie de son intelligentsia du poison de l’emprise idéologique des protégés du régime militaire algériens.

Après SENSYO Pharmatech, Othman Benjelloun mobilise BOA Shangai pour canaliser l’investissement chinois en Afrique

Othman Benjelloun ne s’est pas contenté des images du lancement de la plateforme de Benslimane. Le même jour, et pour honorer l’engagement pris devant le souverain pour accompagner la réussite du projet SENSYO Pharmatech, il scelle à travers Bank Of Africa un partenariat avec l’AMDIE visant à canaliser les investissements chinois en Afrique.

En effet, dans une dépêche de l’Agence de presse officielle MAP, Bank Of Africa, le groupe financier panafricain contrôlé par Othman Benjelloun, annonce la signature avec l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE) d’une convention de coopération pour «encourager les investissements chinois en Afrique».

«Une convention de partenariat a été signée entre Khalid Nasr, directeur général exécutif de Bank Of Africa d’une part, et Youssef El Bari, directeur général de l’AMDIE d’autre part, ayant pour objet la définition des modalités de coopération entre l’AMDIE, Bank Of Africa et BOA Shanghai en matière de développement des investissements chinois au Maroc et en Afrique, et des relations d’affaires entre les opérateurs marocains et chinois de manière générale», indique le communiqué de la banque de Othman Benjelloun.

Les deux parties prévoient la mise en place d’un comité ayant pour rôle de fixer les orientations stratégiques de cette collaboration et de veiller à la mise en œuvre des actions inscrites dans le cadre de ce partenariat, précise la même source.

Ce partenariat, le premier du genre concernant la Chine, est d’une importance cruciale à plusieurs dimensions aussi bien sur le plan économique, que sur le plan diplomatique et géostratégique :

  1. institutionnaliser et formaliser les relations économiques avec la Chine, qui ont connu des hauts et des bas et plusieurs tentatives non abouties. En s’adossant de manière formelle à BAO Shangai, l’AMDIE peut dérouler sa machine de guerre pour accueillir, traiter et analyser toutes les opportunités d’investissement chinois au Maroc et en Afrique.
  2. mettre en pratique des recommandations du souverain quand à l’encouragement des PPP dans l’action due l’exécutif. L’AMDIE profitera de l’expertise de BOA Shangai mais également de l’Intelligence économique poussée du groupe bancaire, unique institution financière de la place y avoir consacré un département dédié.
  3. protéger et sécurisé l’action diplomatique du Royaume avec la Chine des parasites et des vendeurs de sable.

La feuille de route royale pour le Maroc de demain se précise de jour en jour avec des actions concrètes et visibles. Le Maroc de Mohammed VI sort de sa zone de confort au prix de coups bas et de lâches manoeuvres qui regardent encore le monde dans le rétroviseur et à travers du prisme du colonialisme et de l’impérialisme.

Fin des prolongations pour Abdellatif Jouahri, Ahmed Lahlimi et Badre Kanouni

Le prochain Conseil des Ministres devrait apporter son lot de surprises. Outre, la nomination des secrétaires d’Etat qui devraient venir renforcer un gouvernement Akhannouch peu performant, des rumeurs perssistantes parlent d’une vague importante de changement qui toucherait le top management de plusieurs institutions publiques. Selon Assabah, en seraient concernés, entre autres, Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib, Ahmed Lahlimi, Haut Commissaire au Plan et Badr Kannouni, président du directoire du groupe Al Omrane. Le ministère de l’Intérieur devrait connaitre également d’importants changements. Khalid Safir, l’un des plus brillants et des plus performants de la maison en serait la tête d’affiche.

Fin novembre, circulait sous le monteau, une liste de candidats aux postes de Secrétaires d’Etat auprès du gouvernement Aziz Akhannouch. Quelques noms étaient même cités sur des supports de presse. «Une tentative d’élimination de quelques profils», disait-on.

Selon les informations d’Assabah, Aziz Akhannouch aurait proposé une première liste au Cabinet Royal, qui lui a été retournée estampillée par un «niet catégorique». Une deuxième liste composée de six Secrétaires d’Etat aurait été quand à elle approuvée. L’hebdomadaire arabophone croit savoir que le Parti de l’Istiqlal devrait avoir la part du lion dans ces nominations, se considérant laisé, en tant que membre de la majorité gouvernementale dans la distribution des portefeuiles ministeriels.

Le ministère de l’Intérieur pour sa part se prépare à vivre un séisme au sein de son organigramme. On évoque le départ de Khalid Safir, qui serait appelé à d’autres fonctions en dehors de la maison de Laftit, et de son remplacement au poste de Wali, Directeur Général des Collectivités Locales, par Jelloul Samsseme. Ce dernier est Wali attaché à l’administration centrale du Ministère de l’Intérieur. Il avait fait les frais d’une colère royale en 2015, suite à une plainte d’un MRE. Assabah avait, fin 2020, sorti le même nom pour le même poste qualifiant le Wali Samsseme, d’«amnistié».

D’autres Walis et gouverneurs arrivés en âge légal de départ à la retraite ainsi que ceux n’ayant pas été satisfaisants, devraient céder leur place à de nouveaux visages.

Abdellatif Jouahri, Ahmed Lahlimi et Badre Kanouni enfin libérés

Les départs de ces hauts reponsables a toujours été d’actualité. Si Badre Kanouni s’y attendait en raison de ses 11 années passées à la tête du groupe Al Omrane, Abdellatif Jouahri et Ahmed Lahlimi de part leur stature était des «éternels». Ils jouissent d’une considération particulière dans l’appareil de l’Etat et assurent le rôle de tours de contrôle de la situation financière, économique et social du pays.

Programmée avant 2017, le remplacement du Wali Bank Al Mghrib aurait été retardé pour plusieurs raisons. Notemment, l’échec de Mohamed Boussaid a mené à bien la mise en place du nouveau régime de change et l’avénement de crises économiques successives. Abdellatif Jouahri a joué un rôle central depuis 2017 pour alerter, dénoncer et contenir les flux sortants importants de devises. Il a également occupé le payssage médiatique sur des sujets d’ordre économique et social à travers des points de presse devenues un rendez-vous incontrournable. Son indépendance envers les acteurs du secteur bancaire et envers l’excutif et le soutient du Souverain dont il joussiait lui donnait une forte crédibilité auprès du public.

L’autre mission que Abdellatif Jouahri a mené avec tact et fermeté et l’assainissement du passif de la banque d’Othmane Benjelloun. Voilà deux hommes qui se sont cotoyés durant plusieurs années qui devraient se retirer des affaires la même année.

A l’occasion de son discours d’ouverture de la 11 ème législature, le 8 octobre 2021, le Roi Mohammed VI a appelé à «une refonte substantielle du Haut-Commissariat au Plan dans la perspective d’en faire un mécanisme d’aide à la coordination stratégique des politiques de développement et d’accompagnement de la mise en œuvre du modèle de développement». Le rapport de Chakib Benmoussa présenté au Roi recommandait la création d’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement. La décision du souverain a été de confier cette mission au HCP.

Contrairement à Abdellatif Jouahri, le Haut commissaire au plan qui fêtera ses 83 ans en mars prochain, Ahmed Lahlimi ne parlait que peu, par contre il publiait des rapports qui parlaient pour lui. Comme, Jouahri son indépendance à l’exécutif, il y tenait. D’ailleurs, il a toujours été la cible des critiques des plus virulentes sur ses prédictions qui vont souvent à l’encontre de l’agenda politique du gouvernement.

Le remplacement de ces deux hauts responsables est inévitable, toutefois auraient-ils la bonne relève ?

Mehdi Alaoui, le «Batma» du Digital

Décidément, certains jeunes de notre pays sont démunis de tout respect et de toute considération de l’honneur qui a été le leur, de recevoir une haute distinction des mains de notre Roi.

Si le scandal dit «Hamza Mon BB» a révélé le véritable visage de la chanteuse populaire Dounia Batma, le scandal de «La Factory», de l’APEBI et de #MoroccoTech a confirmé que Dounia Batma et Mehdi Alaoui sont les deux faces d’une même pièce.

Comme Batma, Mehdi Alaoui s’est cru intouchable par le wissam royal. «Je suis de la famille Aalaoui Hasani, et j’ai les bras longs», répétait-il à ces pauvres jeunes qui tient en laisse au Technopark.

Comme Batma, Mehdi Alaoui terrorisait son écosystème. «On ne pouvait rien dire, on pensait qu’il était soutenu par quelqu’un de puissant et de très haut placé» s’est confié à nous, un jeune Startupper tétanisé.

Comme Batma, Mehdi Alaoui avait sa cour de fidèles. «Les jumeaux Lakhdissi, Nasser Kettani, Oussama Choubai, Tarik Hilali et sa femme Marwa Cheikh-Youssef, font la loi au Technopark. Les jumeaux Lakhdissi sont les pires», s’est confié à nous un autre jeune qui est passé par App Editor.

Comme Batma, Mehdi Alaoui a été condamné en appel. La Cour d’Appel de Commerce de Casablanca a confirmé le jugement rendu en première instance condamnant Mehdi Alaoui et sa société App Editor de contrefaçon de la marque «La Factory».

Comme Batma, Mehdi Alaoui s’est vu ouvrir toutes les portes. La Caisse Centrale de Garantie le labèlise sans qu’il ait le statut requis et lui offre sur un plateau d’or une rente de plusieurs millions de dirhams, tout en associant sa marque «La Factory» usurpée, à une grande campagne de communication du fonds Innov Invest. La RAM «oublie» de son côté de lui demander, jusqu’à ce jour, les justificatifs d’un virement de 1,2 millions dhs. Le Technopark le coopte au sein de son Conseil d’administration et lui donne des bureaux de 500 m2, dont il «oublie» souvent d’en payer le loyer.

Comme Batma, Mehdi Alaoui adore les Range Rover et les villas. «Il a plusieurs voitures et des villas dans plusieurs villes. Il vit comme un prince» se dit sous le manteau au Technopark.

Mehdi Alaoui, usurpateur de la marque «La Factory» et arnaqueur dans l’âme, a transformé le wissam royal en un passe droit, une immunité contre toute poursuite et un laissez passer à toutes les caisses.

Sinon, comment peut-on expliquer cette agilité soudaine et ce tapis rouge déroulée par Hicham Zanati Serghini, Directeur Général de la SNGFE EX-CCG au profit de Mehdi Alaoui ?

Comment peut-on expliquer que l’OMPIC lui accorde les droits sur la marque «Startup» ? Comment l’Etat peut donner à quelqu’un le droit de propriété d’un mot générique ? C’est comme si on donnait le droit de propriété à «Entreprise».

Comment peut-on expliquer que la Royal Air Maroc qui ne roule pas sur l’or, n’arrive pas à justifier une dépense de 1,2 millions dhs en faveur de cet individu ?

Peu de personnes et d’organisations ont pu échapper de justesse de ses arnaques. La dernière en date est Einat Levi, conseillère du Chargé d’Affaires israélien David Govrin. Elle se serait rétractée au dernier moment de l’organisation d’un évènement bidon que lui aurait proposé Mehdi Alaoui.

Il a dû certainement s’inspirer de son ami Adnane Addioui, membre du CSMD, qui a réussi à escroquer l’ambassade des pays-bas d’un montant de 1,6 million de dirhams. Décidément, c’est générationnel et c’est propre à notre écosystème numérique.

Contrefaçon de la marque «La Factory», Mehdi Alaoui condamné par la Cour d’Appel de Commerce de Casablanca

La Cour d’Appel de Commerce de Casablanca en date du 15/10/2019 a reconnu la contrefaçon de la marque «La Factory» par Mehdi Alaoui et sa société App Editor.

Ci-après le texte du jugement N°1948, en première instance du dossier N°205/82112019, en date du 04/03/2019 :

Le tribunal, en séance publique, en première instance et par contumace, a statué :

Sur la forme : en acceptant l’article introductif. 

Sur le sujet : Que l’acte de contrefaçon est avéré et que la partie défenderesse (Mehdi Alaoui et App Editor) doit cessé d’utiliser sa marque déposée sous peine d’une amende menaçante de 5 000 dirhams pour chaque jour de retard à compter de la date de notification, et en engageant au profit de la demanderesse ( La société La Factory de Marrakech) une indemnité de 50 000 dirhams, et la nullité de l’enregistrement de la marque «La Factory by Screendy», sous le numéro 193947 auprès de l’office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale, et l’autorisation au Directeur de l’Office d’inscrire ce jugement après qu’il soit devenu définitif au Registre National des Marques, et d’en publier le jugement en attente de publication après qu’il soit devenu définitif dans deux journaux en français et en arabe en caractères gras aux frais du défendeur.

Nasser Kettani, Oussama Choubai et les jumeaux Lakhdissi : le cercle proche de Mehdi Alaoui pour mettre la main l’Apebi et le Technopark

Vous avez fait connaissance du Professeur, de Berlin et de Lisbonne, aujourd’hui nous vous présentons, Zouheir Lakhdissi, alias Helsinki, Mouhsine Lakhdissi, Oslo, Oussma Chouabi, Denver et Nasser Kettani, alias Rio.

Ces monsieurs sont tous membres du Conseil d’Administration de l’Apebi, ont tous préparé l’évènement MorooccTech, qui a couté au contribuable marocain 5 millions de dirhams pour aucun résultat, et sont tous mobilisés contre les sages de la fédération pour imposer leur candidat Medi Alaoui.

Incubateurs labélisés CCG, prisons pour esclaves

Sur les 500 m2 de ses bureaux au Technopark, sensés accueillir décemment les jeunes porteurs de projets technologiques, Mehdi Alaoui va en trancher plus du tiers pour un studio d’enregistrements de ses lucratifs événements, dont le catering est assuré par son épouse qui change de casquette de DG à TopChef quand il s’agit d’économiser des dirhams.

Entassés dans des bureaux peu confortables, ces jeunes porteurs de projets qui doivent, en plus de donner un pourcentage de leur financement ou une part de leur capital à Mehdi Alaoui, subir une forme d’esclavage digital. Il les utilise comme des ressources pour ses projets ou des prétextes pour collecter des fonds. «Il y a deux gars, cela fait trois ans qu’il les traines dans toutes les présentations clients. Jusqu’à aujourd’hui ces jeunes n’ont rien produit» témoigne un jeune du Technopark.

Le système de labélisation de la CCG se pervertit quand il tombe entre les mains de personnes qui se croient intouchables, à l’image de Mehdi Alaoui ou des actionnaires de H-Seven. Ils transforment les jeunes porteurs de projets en actifs à générer du cash. Ils les taxent pour se faire accompagner et se faire financer. Ils les trainent dans tous les évènements comme des bêtes des foires et encaissent sur le dos, souvent, des sommes faramineuses. Le cas de l’émission de 2M financée par la CCG et inwi, «Qui va investir dans mon projet ?» co-produite par Mehdi Alaoui, en est le meilleur exemple. J’invite à ce sujet, M. Serghini à contacter un par un les lauréats de la première édition et de leur demander si Mehdi Alaoui a bien honoré ses engagements devant les caméras et devant les marocains.

J’invite par la même occasion M. Serghini qui dépense un argent fou pour promouvoir son ami Mehdi Alaoui, de vérifier combien de projets financés par la CCG ont donné lieu à une véritable création de valeur, parmi l’ensemble des projets financés par la Caisse.

M. Serghini doit savoir que ses jeunes sont souvent exploités dans des projets personnelles des labellisés. Mehdi Alaoui et ses semblables, non seulement ils ne délivrent pas le mission pour laquelle, ils sont payés, mais ils enchainent les jeunes porteurs de projets et condamnent toute créativité et innovation.

Je recommande à M. Serghini de regarder de près ce que fait le Ministre Younes Sekkouri avec le programme «Awrach» et comment son sytème arrive à réguler le flux du cash.

Ne payant pas ses loyers, ne payant ses impôts et rouler en Range Rover, telles sont les valeurs de l’entreprenariat inculqués aux jeunes, sponsorisés par la CCG

L’entrepreneuriat des jeunes n’est pas juste des photos, des émissions télé et des statistiques à présenter à qui est de droit. L’entrepreneuriat est un état d’esprit, des valeurs et une leçon de vie.

Mehdi Alaoui n’offre rien de tout cela aux jeunes. Il représente le modèle de celui qui roule en Range Rover, qui ne paie son loyer ( d’ailleurs dans sa guerre contre Laima Benmakhlouf, il incitent les jeunes à ne plus payer les leur), qui ne paie pas ses impôts et qui contrefais des marques.

Bravo le modèle!