fbpx

Cartographie des destructions causées par le séisme au Maroc

Partager

Après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé les montagnes du Haut Atlas au Maroc, des milliers de personnes sont aux prises avec les conséquences. Le séisme de magnitude 6,8, centré près de l’Oukaïmeden, a déclenché une vague de destruction, suivie de trois répliques, qui ont fait plus de 2 900 morts, un chiffre qui devrait encore augmenter.

L’Australian Broadcasting Corporation, diffuseur public national en Australie, a publié un article qui examine les facteurs géologiques et historiques qui ont contribué à la catastrophe.

La situation du Maroc, à la jonction des plaques tectoniques africaine et eurasienne, une région marquée par la formation des montagnes de l’Atlas, explique pourquoi ce tremblement de terre a été si destructeur. Bien que les montagnes de l’Atlas ne s’élèvent que d’un millimètre par an en raison des mouvements des plaques, les grands tremblements de terre sont rares, mais pas impossibles. Le stress qui s’est accumulé dans les profondeurs du sous-sol au fil du temps a probablement déclenché cette catastrophe. Le United States Geological Survey (USGS) a identifié la cause du tremblement de terre comme étant une «faille inverse», résultat de la collision des plaques tectoniques, qui a conduit à l’épaississement de la croûte terrestre et à la libération de la tension accumulée.

Ce tremblement de terre est le plus puissant qu’ait connu le Maroc depuis plus d’un siècle, soulignant la vulnérabilité de la région. Des facteurs tels que des normes de construction inadaptées pour résister à de telles forces sismiques et la faible profondeur de l’origine du tremblement de terre ont encore aggravé les destructions. L’article met également en lumière les dégâts subis par le patrimoine culturel, notamment la mosquée historique de Tinmel, vestige du XIIe siècle, aujourd’hui en ruines.

Face à l’ampleur de la dévastation, les agences d’aide internationale lancent un appel au soutien, car les communautés touchées dans les montagnes de l’Atlas sont confrontées à un long chemin vers le rétablissement, ce qui exige une attention et une assistance mondiales.

Ci-après la traduction intégrale de l’article.

Dans la chaîne de montagnes qui traverse le Maroc au sud de Marrakech, des milliers de personnes creusent dans les décombres du tremblement de terre dévastateur de la semaine dernière.

Le tremblement de terre de magnitude 6,8 a frappé près de l’Oukaïmeden dans les montagnes du Haut Atlas, à environ 75 kilomètres au sud-est de Marrakech.

Au moins trois autres répliques ont suivi la première secousse, faisant plus de 2 900 morts confirmés par les autorités, un chiffre qui devrait encore augmenter.

Un examen plus approfondi de l’histoire, de la géographie et de la composition de la région permet de comprendre pourquoi ce tremblement de terre a été si meurtrier.

Le Maroc est situé sur la bordure nord de la plaque tectonique africaine, près de la frontière complexe avec la plaque eurasienne. Cette terre faisait autrefois partie du supercontinent Pangée, mais lorsque celui-ci s’est disloqué, les montagnes de l’Atlas se sont formées.

La chaîne de montagnes de l’Atlas, au sud de Marrakech, s’élève d’environ 1 millimètre chaque année. AP Photo : Mosa’ab Elshamy

Mais les plaques africaine et eurasienne continuent de se déplacer et, à mesure qu’elles se rapprochent, la chaîne de montagnes «s’élève activement». Les chercheurs ont constaté qu’elle s’accroît d’un millimètre par an, mais qu’elle ne produit que rarement des tremblements de terre de grande ampleur.

Le professeur Jesús Galindo-Zaldivar, de l’université de Grenade, a déclaré à The Conversation qu’il était probable que «le stress dû à la poussée des plaques s’accumule en profondeur depuis longtemps».

L’institut géologique des États-Unis (USGS) a déclaré que le tremblement de terre de cette semaine avait été provoqué par une «faille inverse».

Le professeur Galindo-Zaldivar a expliqué que ce phénomène se produit lorsque des plaques tectoniques entrent en collision, ce qui «entraîne un épaississement de la croûte terrestre».

«La tension le long de ces lignes de faille peut provoquer des tremblements de terre lorsque les roches se déplacent brusquement pour libérer la tension accumulée».

Il s’agit du plus important tremblement de terre que le Maroc ait connu depuis plus de 100 ans.

Les tremblements de terre les plus puissants au Maroc depuis 1900

Selon l’USGS, depuis 1900, il n’y a eu que neuf tremblements de terre de magnitude 5 ou plus dans un rayon de 500 km autour de cet région. Aucun n’a dépassé la magnitude 6.

De mémoire récente, le tremblement de terre le plus meurtrier au Maroc s’est produit à Agadir en 1960. Ce tremblement de terre de magnitude 5,9 a tué plus de 12 000 personnes lorsqu’il a frappé la ville côtière.

Cette catastrophe a entraîné une modification des règles de construction dans tout le Maroc, mais de nombreux bâtiments – en particulier les maisons rurales – ne sont toujours pas construits pour résister à une telle force.

Le tremblement de terre d’Agadir s’est produit à une profondeur relativement faible de 15 km de la surface.

LIRE AUSSI  Ahmed Charaï dans La Razón : la position claire de Sanchez sur le Sahara rend justice à l'histoire

Le premier tremblement de terre de la semaine dernière s’est produit à une profondeur d’environ 18 km, tandis que les répliques se sont produites à une profondeur d’environ 10 km.

Plus le tremblement de terre est profond, plus les ondes sismiques doivent parcourir de distance avant d’atteindre la surface.

L’impact d’un fort tremblement de terre – d’une magnitude de 6,8 – survenu à une faible profondeur a eu «un impact considérable sur la vie humaine».

«En raison de la faible profondeur de l’événement et de sa proximité avec des centres de population importants, de nombreux bâtiments ont subi de fortes secousses», a indiqué l’USGS.

Les données de l’USGS montrent l’intensité de la secousse qui s’est propagée à partir de son épicentre.

Intensité des secousses


Sur les 2 946 décès signalés jusqu’à mercredi, 1 684 se trouvaient à Al Haouz, une région qui compte environ 570 000 habitants, selon le recensement de 2014.

Al Haouz est connue pour ses villages pittoresques et ses vallées nichées dans les montagnes du Haut Atlas.

Mais aujourd’hui, des villages entiers situés dans la zone de fortes secousses ont été rasés par la force du tremblement de terre.

Dans certains endroits, comme à Tafeghaghte, les habitants affirment que plus de la moitié de la population est décédée.

Une vue des montagnes de l’Atlas, de l’activité sismique et des données sur la densité de population de la région révèle le nombre de personnes vivant dans les zones les plus durement touchées.

NOMBRE DE PERSONNES PAR KILOMÈTRE CARRÉ

Source : Densité de population/WorldPop, intensité des séismes/USGS earthquakes

Bill McGuire, professeur émérite des risques géophysiques et climatiques à l’University College de Londres, a reconnu qu’une combinaison de facteurs avait contribué à l’ampleur des pertes.

«Le problème est que, si les tremblements de terre destructeurs sont rares, les bâtiments ne sont tout simplement pas construits de manière suffisamment robuste pour faire face aux fortes secousses du sol, de sorte que nombre d’entre eux s’effondrent, entraînant un grand nombre de victimes», a-t-il déclaré.

Les montagnes de l’Atlas jouent un rôle important dans l’histoire géologique du Maroc, mais elles abritent également d’importants sites culturels.

La chaîne de montagneuse de l’Atlas s’étend sur 2 500 km, découpant le pays d’Agadir sur la côte ouest à la frontière avec Alger à l’est.

À Tinmel, à environ 50 km à l’est de l’épicentre, pas moins de 40 bâtiments semblent avoir été endommagés.

Parmi eux, niché à flanc de montagne, se trouve ce qui reste de la mosquée historique de Tinmel.

Cette structure a été construite au 12e siècle et constitue l’un des sites historiques les plus importants des montagnes de l’Atlas.

La mosquée de terre et de pierre a été construite par la dynastie médiévale des Almohades qui a conquis l’Afrique du Nord et l’Espagne.

Dans la vallée reculée de l’Atlas, les Almohades ont établi leur capitale avant de s’emparer de Marrakech et de marcher à travers la région.

La mosquée a été inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Aujourd’hui, elle est en ruine.

Répondant à une question de Reuters sur les dégâts signalés à Tinmel, une source du ministère marocain de la culture a déclaré : «Le ministère a décidé de restaurer la mosquée et va prévoir un budget à cet effet».

Dans la ville voisine de Talat N’Yaaqoub, des survivants ont déclaré à la chaîne ABC que lorsque le séisme a frappé, on a eu l’impression que les bâtiments avaient explosé vers le haut avant de s’effondrer sur le sol.

L’analyse des Nations unies montre que des centaines de structures ont été endommagées.

Les glissements de terrain provoqués par le tremblement de terre ont coupé l’accès aux villes et villages de montagne isolés, ralentissant les efforts d’acheminement des fournitures urgentes dans la zone sinistrée.

Alors que les routes ont commencé à être rouvertes, les Marocains qui ont échappé aux pires secousses du tremblement de terre ont formé une chaîne de secours qui serpente à flanc de colline sur la route nationale 10.

Dans leurs propres voitures, ils apportent de la literie, des vêtements, de la nourriture et d’autres aides à ceux qui en ont besoin.

L’aide a afflué à Talat N’Yaaqoub depuis la réouverture des routes. ABC News : Haidarr Jones

À l’ouest, le village d’Aït Othmane, près d’Amizmiz, semble avoir été entièrement rasé.

Le paysage montagneux de la région d’Adassil est maintenant parsemé de débris de briques et de bâtons cassés.

Dans une petite ville, Tikekht, toutes les maisons ont été détruites.

Les habitations traditionnelles en briques de terre, en pierre et en bois brut sont omniprésentes dans les montagnes du Haut Atlas, et certains bâtiments sont vieux de plusieurs centaines d’années.

Mais ils n’ont eu que peu de chance de résister au tremblement de terre qui a secoué la terre.

Ce qui était autrefois des bâtiments n’est plus qu’un amas de débris que les familles fouillent dans une recherche désespérée de leurs proches disparus.

Le village de Tikekht a été complètement détruit. ABC News : Haidarr Jones

L’ampleur de la catastrophe est difficilement concevable.

Le gouverneur d’Adassil a déclaré à une organisation humanitaire qu’environ 5 000 bâtiments avaient été détruits dans la région, et que des milliers d’autres avaient été endommagés et risquaient de s’effondrer complètement.

La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a prévenu qu’il faudrait des années pour réparer les dégâts et reconstruire les maisons et les infrastructures qui se trouvaient ici.

«Nous prévoyons de nombreux mois, voire des années, d’intervention», a déclaré Hossam Elsharkawi, directeur régional de la FICR pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Les organisations humanitaires ont lancé des appels au soutien de la communauté internationale.

Beaucoup de ceux qui ont survécu ont le sentiment d’avoir déjà été oubliés. ABC News : Haidarr Jones

- Advertisement -