Bourita : le Maroc se réserve le droit de réagir avec sévérité contre toute menace à sa sécurité

Start

Le Maroc a réaffirmé son attachement au cessez-le-feu, tout en se réservant le droit de réagir avec «a plus grande sévérité» contre toute menace à sa sécurité, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

«Le Maroc a réaffirmé son attachement au cessez-le-feu et au processus politique, tout en se réservant le droit de réagir avec la plus grande sévérité et en légitime défense contre toute menace à sa sécurité», a souligné Bourita dans une interview publiée lundi par le bimensuel européen «The Parliament Magazine».

Interrogé sur l’impact d’un éventuel effondrement de l’accord du cessez-le-feu sur la stabilité régionale, le ministre a rappelé que depuis 2016, les milices du «polisario» ont perpétré à plusieurs reprises des actes illégaux, notamment du racket et du banditisme dans la zone tampon d’El Guerguarat et à l’est du mur de défense, en violation des accords et au mépris flagrant des appels à l’ordre du Secrétaire général de l’ONU et des résolutions du Conseil de sécurité.

 

«Le mois dernier, ces milices ont pris la décision d’intensifier encore leur mépris du droit international en bloquant la circulation des biens et des personnes entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest, via le Maroc à El Guerguarat», a-t-il fait observer.

«Le Maroc a fait preuve d’une extrême retenue et continue en fait de faire preuve de retenue, non pas par faiblesse mais plutôt parce qu’il est un acteur responsable qui favorise le traitement multilatéral et institutionnel des questions d’importance stratégique pour la région», a-t-il expliqué.

Notant que la grande région du Sahara et du Sahel est confrontée à nombre de défis (terrorisme, crime organisé et trafic), il a relevé l’engagement direct du Maroc avec le secrétaire général de l’ONU et les membres du Conseil de sécurité, entre autres, «en cherchant à mettre fin au comportement belliqueux des milices du polisario».

Après l’échec de ces tentatives, le Maroc a décidé d’agir dans le cadre de ses droits et devoirs, a souligné Bourita, précisant que «cette opération non offensive, sans aucune intention belliqueuse, a été menée selon des règles d’engagement claires, pour rétablir la libre circulation».

«Ceci est d’autant plus important pour le Maroc qui, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, n’a épargné aucun effort pour contribuer à la stabilité et au développement du Sahel», a-t-il souligné.

«Le Royaume a toujours préconisé une approche multidimensionnelle pour faire face aux multiples défis sécuritaires, humanitaires et environnementaux auxquels la région du Sahel est confrontée», a-t-il indiqué.

Et pour cause, le Royaume du Maroc, qui a des liens forts et historiques avec les pays du Sahel, «estime que la coopération régionale est particulièrement importante pour la gestion des frontières dans la lutte contre le terrorisme et la protection de l’intégrité territoriale», a-t-il précisé.

D’autre part, a-t-il poursuivi, «nous avons choisi de focaliser également nos actions sur l’aspect religieux, notamment à travers un programme complet de formation des imams au profit de plusieurs pays partenaires du Sahel et la promotion de l’islam sunnite modéré».

Cette approche de la coopération en matière religieuse, a-t-il soutenu, «a été largement saluée par la communauté internationale et servira de modèle pour la coopération religieuse avec d’autres pays de la région».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.