fbpx

Biden approuve un projet pétrolier controversé en Alaska, suscitant l’ire des écologistes

Partager

L’administration Biden a approuvé un nouveau projet de forage pétrolier massif en Alaska, malgré les objections des défenseurs de l’environnement qui ont déclaré que l’approbation de ce projet irait à l’encontre des objectifs climatiques du président. Cette annonce est intervenue un jour après que l’administration, dans un mouvement inverse en faveur de la préservation de l’environnement, a déclaré qu’elle interdirait ou limiterait les forages dans d’autres régions de l’Alaska et de l’océan Arctique.

Avec AP

Le gouvernement a approuvé lundi une version réduite du projet dit Willow. La société énergétique ConocoPhillips a désormais le feu vert pour aller de l’avant avec ses projets de forage dans la réserve nationale de pétrole, située sur le versant nord de l’État. La société affirme que le projet a le potentiel de produire 180 000 barils de pétrole par jour.

Les partisans du projet Willow ont laissé entendre qu’il ferait baisser les prix du pétrole et renforcerait la sécurité nationale, mais l’annonce de lundi a suscité l’ire des défenseurs de l’environnement, qui ont qualifié le projet de «bombe à carbone» et affirment qu’il pourrait aggraver le changement climatique, nuire à la biodiversité et ralentir la transition vers des carburants plus propres.

Les partisans du président Joe Biden affirment qu’un grand projet pétrolier sur le versant nord de l’Alaska, riche en pétrole, représente une bouée de sauvetage économique pour les communautés indigènes, tandis que les écologistes affirment qu’il va à l’encontre des objectifs climatiques du président Joe Biden.

«Nous arrivons trop tard dans la crise climatique pour approuver des projets pétroliers et gaziers massifs qui sapent directement la nouvelle économie propre que l’administration Biden s’est engagée à promouvoir», a déclaré Abigail Dillen, présidente du groupe Earthjustice, dans un communiqué.

Le projet controversé est devenu un sujet galvanisant pour les jeunes activistes climatiques, et des millions d’entre eux ont envoyé des lettres à la Maison Blanche, arguant que la décision va à l’encontre des engagements climatiques du premier mandat du démocrate.

«Nous savons que le président Biden comprend la menace existentielle que représente le climat, mais il approuve un projet qui va à l’encontre de ses propres objectifs en matière de climat», a ajouté M. Dillen.

En Alaska, le projet Willow a bénéficié d’un large soutien de la part des législateurs fédéraux et de l’État, des syndicats et des chefs autochtones de l’Alaska, dont beaucoup ont vanté le potentiel de création d’emplois et d’augmentation des recettes.

«L’Alaska a réussi», a déclaré la sénatrice républicaine Lisa Murkowski, qui a soutenu le projet. «C’est une victoire énorme et nécessaire pour tout l’Alaska. Ce projet aura des retombées économiques et sécuritaires durables pour notre État et pour la nation».

Le projet comprendra plus de 200 puits répartis sur trois plateformes de forage et des kilomètres de pipelines et de routes.

Ryan Lance, président-directeur général de ConocoPhillips, s’est félicité de l’approbation de l’administration Biden.

«Willow s’inscrit dans les priorités de l’administration Biden en matière de justice environnementale et sociale, de facilitation de la transition énergétique et de renforcement de notre sécurité énergétique, tout en créant de bons emplois syndicaux et en apportant des avantages aux communautés autochtones de l’Alaska», a déclaré M. Lance.

ConocoPhillips a déclaré que le projet pourrait générer jusqu’à 17 milliards de dollars de nouvelles recettes pour les autorités fédérales, étatiques et locales. L’entreprise a également déclaré qu’elle créerait 2 500 emplois dans le secteur de la construction et environ 300 emplois permanents.

L’annonce faite dimanche par le gouvernement bloque le forage dans environ 3 millions d’acres de la mer de Beaufort et restreint le forage dans 13 millions d’acres de la réserve nationale de pétrole de l’Alaska.

Les défenseurs de l’environnement ont déclaré au cours du week-end que le compromis – permettre à l’énorme projet pétrolier Willow d’aller de l’avant tout en protégeant jusqu’à 16 millions d’acres de terres dans l’Arctique – n’en valait pas la peine.

«Ces protections inégalées pour les paysages et les eaux de l’Alaska sont la bonne décision au bon moment, et nous remercions l’administration Biden d’avoir pris cette mesure importante», a déclaré Athan Manuel, directeur du programme de protection des terres du Sierra Club, dans un communiqué publié dimanche.

«Cependant, les avantages de ces protections peuvent être annulés tout aussi rapidement par l’approbation de projets pétroliers et gaziers sur les terres publiques, et à l’heure actuelle, aucune proposition ne représente une plus grande menace pour les terres, la faune, les communautés et notre climat que le projet Willow de ConocoPhillips», a ajouté M. Manuel.

- Advertisement -