fbpx

Abdellah Kadiri, l’impétueux colonel chef de parti est mort

Partager

Major de sa promotion à Saint-Cyr, rescapé de justesse du peloton après les attentats de Skhirat, co-fondateur du RNI puis du PAM, ministre de tourisme et secrétaire général du PND puis du PDN, Abdellah Kadiri, le colonel qui a tout gardé de sa formation militaire sauf le mutisme, s’est éteint ce mardi matin à l’âge de 82 ans.

Les nouvelles générations connaissent le défunt, Abdellah Kadiri, depuis sa sortie médiatique de 2009 puis celle de 2013. Des sorties hasardeuses qui vont lui coûter un peu moins que 5 millions dhs, suite à sa condamnation pour diffamation à l’encontre du Conseiller Royal, Fouad Ali El Himma.

Abdellah Kadiri n’a jamais eu sa langue dans sa poche. Ces altercations à répétition avec Mahjoubi Aherdane sur le rural et ses théories sur Dlimi, sont devenues de notoriété publique, le mettant à l’écart du paysage politique marocain.

LIRE AUSSI  «Palestine libre», dernière parole de l'aviateur américain avant de s'immoler par le feu devant l'ambassade israélienne à Washington

Dans un ultime baroud d’honneur et à l’occasion des élections communales de 2009, Abdellah Kadiri, créera un nouveau parti, le PDN. Il se présentera et gagnera son siège d’élu. Il en a fait une question d’honneur.

C’est une personnalité unique du paysage politique marocain qui s’en est allée, dans un moment où l’attente de changement de paradigme et de modèle n’a jamais été aussi pressante.

Le défunt sera inhumé, après la prière d’Al-Asr, à sa ville natale, Berrechid.

- Advertisement -