Washington déclare Omar Bachir persona non grata à… Ryadh !

L’ambassade américaine à Khartoum a démenti ce qu’elle a appelé des « rumeurs » quant à une éventuelle participation du président soudanais, Omar Bachir, au sommet de Ryadh, qui réunira, dimanche prochain, plus de 50 chefs d’Etat et de gouvernement arabo-islamiques avec le président américain Donald Trump.

La mission diplomatique US à Khartoum a fait cette mise au moins via sa page Facebook démentant catégoriquement toute possibilité de participation du président soudanais à ce sommet.

Le texte exprime explicitement l’opposition de Washington à une telle possibilité : «Nous sommes opposés à la participation de toute personne faisant l’objet de mandats d’arrêt émis par la Cour pénale internationale, dont le président Bachir.» Le communiqué ajoute : « Il n’y a pas de changement dans la position des Etats-Unis considérant le Soudan comme un pays parrain du terrorisme et figure toujours sur la liste noire américaine des sponsors du terrorisme. »

Toujours selon le texte publié par l’ambassade US à Khartoum, «le gouvernement américain a été très clair avec le gouvernement du Soudan sur les mesures qui doivent être prises afin de supprimer le nom du payas de la dite liste et assouplir les sanctions économiques.»

Selon la fiche d’information publiée sur le site de la CPI, Omar Bachir est visé par dix chefs d’accusation – cinq chefs de crimes contre l’humanité (meurtre, extermination, transfert forcé, torture, viol), deux de crimes de guerre et trois de génocide. Deux mandats d’arrêt ont été émis contre le président soudanais. Le premier le 4 mars 2009, le second le 12 juillet 2010.

Rappelons que Ryadh accueille les 20 et 21 mai, un sommet entre les Etats-Unis et les pays arabo-islamiques d’obédience sunnite pour contrer l’hégémonie de l’Iran. L’Arabie saoudite avait convié Omar Bachir avant que le veto US ne tombe !

LE1

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Macron arrive à Riyad

Dans une visite inopinée non inscrite dans son agenda, le président français
Allez en Haut de la page