Lalla Meryem révèle à Paris les chefs-d’œuvre de l’Art du livre au Maroc

La Princesse Lalla Meryem et le président français François Hollande ont inauguré, ce jeudi, le pavillon du Maroc au Salon du Livre de Paris “Livre Paris” qui met cette année à l’honneur les lettres marocaines.

Pour la première fois depuis sa création, le Salon met en lumière les lettres et la culture d’un pays d’Afrique et du monde arabe, témoignant ainsi du dynamisme et de la richesse des échanges entre le Maroc et la France sur le plan éditorial et littéraire.

L’édition 2017 de ce rendez-vous culturel permettra de plonger dans la création littéraire marocaine grâce à de nombreux événements organisés au cœur du salon et hors les murs, outre des rencontres avec des auteurs marocains et de nouveaux talents émergents afin d’échanger sur la diversité et le dynamisme de la production littéraire du pays.

La Princesse Lalla Meryem et le chef de l’Etat français ont ainsi visité le pavillon du Maroc dont la conception, sous le thème :”Maroc à livre ouvert”, a pour objectif de mettre en avant les enjeux liés à la littérature en particulier et à la culture et aux questions de société en général.

This slideshow requires JavaScript.

Composée de manuscrits rarissimes, de documents inédits, de pièces muséologiques d’une immense valeur historique et symbolique, l’exposition permet de lire et de relire les facettes de la culture marocaine.

Selon une conception scénographique et esthétique, l’exposition met en lumière la quintessence de la pensée marocaine. Trois livres sacrés, très anciens et inédits, se regroupent au centre de l’exposition pour dessiner les traits d’une conviction marocaine profonde, celle du respect des croyances : un Coran sur parchemin, rare et précieux, copie datée probablement du 3ème siècle H. / IXe s. ; un évangile traduit en arabe conservé à la Qaraouiyne et datant du XIIe siècle, l’une des pièces rares et uniques dans le monde arabe et musulman, véritable joyau ; un rouleau de Torah écrite sur parchemin, avec graphie en hébreu, fixée dans un support métallique rotatif, l’ensemble dans un coffret couvert en cuir de couleur rouge, chef-d’œuvre exceptionnel jamais exposé). Ces trois livres viennent témoigner de la cohabitation et du respect des religions monothéistes au Maroc.

L’exposition nous fait aussi apercevoir les fondements de l’Etat marocain, caractérisés par l’adoption d’un islam modéré basé sur le rite malékite, la doctrine achaârite, le soufisme sunnite et la Commanderie des Croyants (“Al-Moata’ ” de Al-Mahdi Mohammed ibn Tumart pour illustrer le rite malékite ; “Dalāil Al-khayrāt wa šawāriq Al-Anwār Fī Dikri Salāti ’alā An-nabiyyi al-Muẖtār” de Mohammed ibn Mohammad ibn Sulaymān al-Jazouli concernant le soufisme sunnite et des documents de la Béïâ qui est à la base de la Commanderie des Croyants).

Rappelons qu’hier, la Princesse Lalla Meryem, toujours accompagnée du président français François Hollande, avait présidé le vernissage “Splendeurs de l’écriture au Maroc, Manuscrits rares et inédits”, exposition pilotée par la Direction des Archives en réponse à la volonté du Roi Mohammed VI de montrer les chefs-d’œuvre de l’Art du livre au Maroc à l’Institut du monde arabe.

 

LE1 avec MAP

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Latest from Art & Diplomatie

Go to Top
%d bloggers like this: