Emmanuel Macron : La langue française c’est la langue de la lumière

Emmanuel Macron s’est livré hier, lors de l’inauguration du Louvre Abu Dhabi, à un exercice de style qu’il maîtrise parfaitement et qu’il adore particulièrement. Sans aucune note, ni fiche, le Président français, parfois les yeux larmoyants, emporté par son lyrisme et la beauté du lieu, a mené durant exactement 20 minutes, une épreuve de séduction et un combat de mots, devant un parterre de Chef d’Etats, qui écoutaient religieusement le messie parisien venant détruire l’obscurantisme par la lumière de l’art et de la langue … française.

Dans le passage ci-après, Emmanuel Macron démontre avec toute la ferveur de sa jeunesse, sa détermination à utiliser la langue française et la francophonie comme outils et armes d’influence et de reconquête des terres décolonisées en Afrique et au Proche et Moyen Orient. Emmanuel Macron s’est même confié à “son ami et Cher Prince”, MBZ, qu’il rêvait secrètement de voir la langue française revenir aux écoles publiques des pays du Golfe, en donnant exemple de la Jordanie et le Maroc.


Retranscription de cette partie du discours

Des humanités et des sciences ici avec vous, ce sera le combat pour la langue, la langue française que je veux plus forte et plus rayonnante ici comme dans toute la région à vos côtés. J’ai un rêve secret, mon cher ami, mon cher Prince, c’est que le français reprenne sa place dans ton enseignement secondaire et partout dans les écoles publiques, et je prendrai toute ma part pour y aider, parce que le français n’est pas une longue fermée, c’est une langue de traducteurs, c’est une langue de passage, c’est une langue qui s’est toujours construite dans le plurilinguisme, et la Jordanie le sait bien comme nombre des pays qui sont là, et le Maroc le sait parfaitement. Je veux une francophonie forte parce que je veux une francophonie qui portera avec vous ce combat en Afrique, au Proche et Moyen-Orient, un combat contre l’obscurantisme. Le français c’est la langue de la raison, c’est la langue de la lumière, c’est la langue de ce dôme, parce que ce n’est pas une langue fermée, c’est une langue qui s’est matinée de tous les continents où elle a été, parce que la francophonie ne doit plus être une langue des complexes, les complexe de ceux qui ont colonisé ou de ceux qui ont décolonisé. Ça doit être aussi la langue de la jeunesse, de cette même conquête.

LE1

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Art & Diplomatie

Allez en Haut de la page