fbpx

HCR

De Marrakech, Antonio Guterres lance le nouveau réseau des Nations unies pour les migrations

A quelques heures du démarrage des travaux de la conférence intergouvernementale pour adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a réuni dimanche soir, lors d’une réception donnée à Marrakech, les chefs des délégations des pays présents à ce rendez-vous mondial. Le secrétaire général de l’ONU a longuement salué les responsables marocains sur l’organisation, malgré les délais très serrés, a rappelé les objectifs du Pacte pour les migrations, en choisissant bien ses mots, en réponse aux inquiétudes de quelques gouvernements et, enfin, a annoncé le lancement officiel du nouveau réseau des Nations unies pour les migrations.

Lire ici

Scolarisation des enfants de migrants : Le Maroc peut mieux faire

A quelques jours de la signature du Pacte pour les migrations sûres, ordonnées et régulières et du Pacte mondial sur les réfugiés, le Maroc se distingue une fois encore. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture -UNESCO-,dans son rapport mondial de suivi sur l’éducation 2019, intitulé « Migration, déplacement et éducation : Bâtir des ponts, pas des murs », a salué les efforts du Maroc pour l’éducation des enfants des migrants. Depuis l’adoption de la nouvelle stratégie du Maroc en matière d’immigration, le Maroc ne cesse de collecter les félicitations aussi bien en matière de prévention des flux migratoires clandestins qu’en matière d’insertion, d’éducation et d’accompagnement des migrants subsahariens installés au Maroc. Selon Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, ce rapport met en avant « les réalisations et les lacunes des pays en ce qui concerne le droit des enfants migrants et réfugiés à bénéficier d’une éducation de qualité », c’est dire qu’il reste d’autres obstacles à franchir.

Lire ici

Un printemps culturel japonais au Maroc sous le signe du don de soi et…du cinéma

Les relations bilatérales de coopération et d’amitié maroco-japonaises se consolident de plus en plus, au fil des ans. Si le Japon est beaucoup plus connu pour ses performances économiques et technologiques, un volet non moins important est le volet culturel auquel le peuple japonais y tient énormément. Il constitue la pierre angulaire de son Histoire et de son identité, et tient à juste titre à le faire connaître et partager. Cette coopération multiforme a été marquée par de nombreuses activités rien qu’en ce mois de mars 2018.

Le cinéma est à l’honneur et les relations entre les deux pays sont en « Si majeur ».

Après la projection de films à Fès en collaboration avec la commune de la ville, c’est autour de Rabat d’accueillir un événement similaire. Les cinéphiles ont rendez-vous du 26 au 28 mars avec la projection de trois films en collaboration avec l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et du cinéma qui abritera cet événement à 19 heures. Et, en marge de cette manifestation, l’ambassade du japon projettera dans ses locaux , le jeudi 29 mars, le film «Thermae Romae» adapté d’un manga.



Le film animé «5 centimeters per second» du réalisateur japonais Makoto Shinkai sera diffusé ce samedi, à 16 heures, sur la chaîne Tamazight. Il est en japonais et sous titré en arabe.

D’une durée de 63 minutes, l’histoire commence à Tokyo. Akaki Toono fait la connaissance d’Akari Shinohara, une nouvelle élève de sa classe à l’école élémentaire. Ils se lient rapidement d’amitié et se trouvent de nombreux intérêts communs. Mais à cause du travail de ses parents, Akari doit déménager. Les deux jeunes amis se promettent de s’écrire chaque jour et de se revoir, mais aucun n’avoue ses sentiments à l’autre. Le temps passe et Takaki apprend qu’il va déménager et que la distance les séparant sera encore plus grande. Le jeune garçon décide alors de rendre visite à Akari.

Pendant son voyage, par une nuit d’hiver, lorsque que son train est coincé par la neige, Takaki se remémore tous ses moments passés avec Akari…

Pour vous donner un avant goût, voici la bande annonce du film en français :

Reste à signaler que la projection des films à la télévision entre dans le cadre du «Program for Promotion of TV Broadcasting Abroad» de la Fondation du Japon, organisme public japonais chargé des échanges culturels avec les pays étrangers.

Ce programme consiste à fournir le droit de diffusion pour une période limitée des films ou des émissions japonais aux chaînes de télévision étrangères dans le but de mieux faire connaître les différents aspects du Japon. Les frais relatifs à ce droit sont supportés par la Fondation du Japon.

Pour le Maroc les 5 films animés de Makoto SHINKAI ont été choisis :

  • «The Place Promised in Our Early Days», diffusé les 1 et 2 juillet 2017
  • «The Voices of a Distant Star», diffusé le 17 mars 2018
  • «5 Centimeters per Second», diffusion en 2 parties les 24 mars et 1er avril 2018
  • «Children Who Chase Lost Voices» et «The Garden of Words», dont la diffusion sera programmée ultérieurement.

Par ailleurs, l’ambassadeur Takuji Hanatani a signé le 22 mars le contrat pour un don de 7 pianos en faveur de la Fondation Orient-Occident en présence de Rachid Badouli, directeur de la stratégie de la Fondation et de Jean Paul Cavalieri, représentant du HCR au Maroc et partenaire d’Orient-Occident.

Don de soi

On apprend que quatre contrats de don d’une valeur de 237 602 Euros ont été signés le 19 mars courant entre Takuji Hanatati, ambassadeur du Japon au Maroc et 3 associations marocaines, dans le cadre du programme «Don aux microprojets locaux contribuant à la sécurité humaine».

Depuis son lancement en 1989, ce programme a financé jusqu’à présent 358 projets associatifs marocains pour une enveloppe de 168 416 000 dirhams.

Le dernier don ira financer un projet de construction d’un centre des initiatives des enfants handicapés à Salé au profit de l’association Ennour d’un montant de à 82 627 Euros, et qui sera mis en œuvre en collaboration avec l’INDH et l’Entraide Nationale, par la construction d’un nouvel établissement avec des salles de classe en faveur des enfants à besoins spécifiques de M’haya au profit de l’Association Ennaim pour 81 007 Euros, d’une bibliothèque à Kerrouchen au profit de l’Association Ait Atman pour le développement rural pour 81007 Euros et du projet d’aménagement d’une piste dans la commune rurale de Kerrouchen longue de 7 kilomètres au profit de l’Association Ait Atman pour le développement rural. Coût de l’opération : 42 221 Euros.

Par ailleurs, et dans le cadre de la coopération tripartite entre le Japon, le Maroc et les pays africains, l’ambassadeur Hanatani a assisté le 12 mars à l’Institut des technologies des pêches maritimes de Larache à la cérémonie d’inauguration d’un cycle de formation sous le thème : « la gestion des points de débarquement aménagés et le développement d’activités connexes ». Il s’agit d’un projet de développement des capacités des ressources humaines dans le secteur de la pêche maritime dans les pays africains francophones. Ce projet tripartite a vu le jour en 2015.

Pour la session de cette année, 8 responsables et cadres venant de 8 pays y prennent part. Il s’agit du Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, le Madagascar, la Mauritanie et le Sénégal.

Espagne : Augmentation vertigineuse des migrants en provenance du Maroc, un signal de changement dans l’exode africain

///

 – Les migrants arrivent en Espagne par vagues massives

 – L’Espagne est l’entrée la plus rapide de l’Europe

 – L’UNHCR inquiet de la situation

Il ne se passe pas un jour sans que les autorités marocaines –gendarmerie, marine royale, forces auxiliaires, police- arrêtent ou font échec à une tentative d’immigration illégale ou clandestine vers l’Europe. Le Haut commissariat aux réfugiés, relevant de l’ONU, a averti l’Espagne de se préparer à une augmentation des migrants arrivant d’Afrique du Nord alors que les débarquements en 2017 doublaient par rapport à l’année précédente, les demandeurs d’asile préférant se diriger vers l’Europe en provenance du Maroc, considérant cette route comme la «plus sûre».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le corridor Maroc-Espagne est désormais l’itinéraire le plus rapide pour les migrants illégaux en Méditerranée. Ainsi, plus de 100 000 personnes ont traversé la Méditerranée au premier semestre de 2017, l’Italie restant la voie privilégiée pour les migrants économiques en provenance de Libye. Alors que la route maritime italienne reste la plus populaire dans l’ensemble -avec 59 000 migrants entre janvier et mai, la route espagnole vers l’ouest, en provenance du Maroc, s’est accrue avec 6 800 migrants dans la même période, soit une augmentation de 75% par rapport à 2016.

Entre 2010 et 2016, les arrivées par la mer en Espagne ont été en moyenne inférieures à 5000 par an, selon les données gouvernementales; elles devraient être supérieures à 11000 cette année.

Les arrivées actuelles poussent à bout les ressources d’accueil espagnoles et italiennes

Les migrants, en majorité des jeunes hommes du Niger, du Cameroun, de la Gambie, de la Guinée et de la Côte d’Ivoire, utilisent essentiellement la route Maroc-Espagne, car considérée comme la « plus sûre».

La sonnette d’alarme tirée par le HCR intervient au moment où l’Italie, qui croule sous un mouvement massif de migrants, a menacé de fermer ses ports maritimes aux bateaux d’ONG qui transportent des clandestins, sachant que le pays est submergé par le nombre d’Africains arrivant chaque jour, enregistrant un pic cette semaine de 13 500 arrivants en 48 heures.

Après la réunion il y a quelques jours, à Séville, des ministres de l’Intérieur du G4 –Espagne, France, Portugal, Maroc- en présence du ministre marocain Abdelouafi Laftit et Khalid Zerouali, wali-directeur de la migration et de la surveillance des frontières, l’Union européenne a programmé une réunion d’urgence pour faire face à ce qu’appelle Bruxelles «la crise des migrants» , qui a enregistré plus d’un million de demandeurs d’asile et de migrants économiques depuis 2015 en provenance du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

LE1

Le nombre de réfugiés syriens a franchi la barre des cinq millions

//

Terrible annonce que vient de faire le Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR) en date du 23 mars. Le nombre de réfugiés Syriens ayant fuit la guerre qui dure depuis plus de six ans a franchi pour la première fois la barre des cinq millions.

Le HCR a recensé très exactement 5 018 168 réfugiés syriens, dont 487 064 vivent dans des camps, ce qui représente entre le quart et le cinquième de la population que comptait le pays avant que les événements qui ont frappé le pays, en mars 2011, ne dégénère en guerre civile.

Depuis l’accord Union européenne-Turquie, conclu il y a un an, le nombre de réfugiés syriens qu’accueille la Turquie n’a cessé d’augmenter pour atteindre 3 millions de personnes environ, contre 1,3 millions stationnés en Jordanie, chiffre annoncé par le Roi Abdallah II lors du 28ème sommet de la Ligue Arabe, 233 000 en Irak, 120 000 en Egypte.

 

LE1