Abdelfattah Louarak

L’armée marocaine fête son 64-ème anniversaire avec une ambition renouvelée et des défis de son époque

Rajeunie et jamais mieux équipée, l’armée du Roi Mohammed VI fête ce jeudi son 64-ème anniversaire avec des ambitions renouvelées, des défis de son époque et une doctrine qui se distingue de celle du défunt roi Hassan II. Entre les mutations profondes de la géopolitique, l’omniprésence de la technologie et Le bouleversement des structures socio-économiques, l’institution militaire marocaine sera appelée à participer, de plus en plus, au renforcement de la solidarité nationale outre sa prérogative première, défendre l’intégrité territoriale du Royaume. L’encadrement des jeunes à l’occasion du rétablissement du service militaire et le soutien au système de santé civil durant la pandémie du Coronavirus, s’inscrivent dans ce rôle solidaire des Forces Armées Royales qui vise à construire un Maroc encore plus unis et plus fort.

A l’occasion de cet anniversaire, l’agence de presse MAP a publié un article qui retrace les étapes déterminantes, les exploits marquants et les sacrifices consentis par les Forces Armées Royales depuis sa création le 14 mai 1956, pour défendre l’intégrité territoriale du Royaume, renforcer la solidarité nationale et internationale et préserver la paix dans le monde.

Sollicitude royale

Au lendemain de l’indépendance du Royaume, le défunt roi Mohammed V a tenu à doter le Royaume d’une armée moderne et professionnelle, une lourde responsabilité confiée à Hassan II, alors au Prince Héritier, qui après son ascension au trône a poursuivi avec détermination les efforts de perfectionnement de l’organisation des FAR et de leurs équipements.

Le roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d’Etat-major général des FAR, a repris le flambeau en veillant, depuis son intronisation, à améliorer davantage l’institution militaire, à moderniser ses équipements et à promouvoir ses ressources humaines et ses capacités d’intervention, dans l’objectif de l’aligner au niveau des armées les plus développées du monde.

Aujourd’hui, les FAR constituent une fierté partagée pour tous les Marocains, un maillon inhérent à l’unité nationale et un honorable ambassadeur des valeurs authentiques du Royaume partout où le devoir appelle ses membres.

Engagement des FAR pour le maintien de la paix dans le monde

Le déploiement des unités des FAR dans le cadre des opérations de maintien de la paix des Nations-Unies à travers le monde est la parfaite illustration de cet engagement de l’institution militaire en faveur des valeurs universelles de la paix, de la sécurité et de la solidarité dans le monde. C’est dans ce cadre que les contingents des FAR continuent de s’acquitter de leurs nobles missions dans le cadre de ces opérations en RD-Congo et en Afrique centrale, sans oublier les efforts inlassables déployés par les équipes de l’hôpital militaire de campagne à Zaatari en Jordanie au profit des réfugiés syriens.

Avec le retour du service militaire, les FAR de nouveau investies dans l’insertion socio-professionnelle

Le 10 août 2019, un an après l’adoption de la loi rétablissant le service militaire obligatoire pour les hommes et femmes âgés de 19 à 25 ans, le premier groupe des jeunes assujettis au service militaire ont rejoint les casernes, pour suivre une formation de 12 mois. Depuis ce sont pas moins de 15.000 appelés qui ont regagné 14 centres de formation à travers le pays. 

Investies ainsi de la double mission de favoriser l’insertion professionnelle et sociale des jeunes, les FAR se sont mobilisées pour rendre le service militaire pour les jeunes appelés, filles et garçons, une occasion propice pour bénéficier de formations professionnelles idoines. Elles ont mis en place toutes les infrastructures nécessaires, les cadres enseignants et les ressources pédagogiques pour la réussite de cette opération lancée à l’initiative du roi Mohammed VI.

2020 : au front contre le Coronavirus

L’année 2020 restera sans doute marquée comme l’année du service militaire et de la lutte contre le nouveau coronavirus, la pandémie qui a secoué le monde entier et causé d’énormes dégâts aussi bien sur le plan des vies humaines que sur le plan socio-économique.

Depuis l’annonce de l’urgence sanitaire, les Forces Armées Royales sont montées au front, suite à l’appel de sa Majesté le Roi, Chef suprême et Chef d’État-Major Général des FAR qui a, dès la détection des premiers cas de contamination au Maroc, donné ses instructions afin que la médecine militaire prenne part conjointement avec son homologue civile à cette délicate mission.

C’est dans ce contexte que les hôpitaux militaires de campagne Covid-19, installés à Nouaceur et Benslimane, ont vu le jour en un temps record, et que les équipes de la médecine militaire se sont jointes aux rangs des staffs médicaux dans plusieurs hôpitaux civils pour combattre ce virus.

Le 64-ème anniversaire des FAR est donc une occasion pour rendre un vibrant hommage à des hommes et des femmes qui sont engagés, avec courage, abnégation et dévouement, pour assurer la surveillance et la protection des frontières terrestre, maritime et aérienne du Royaume et veiller à la sécurité et la quiétude de tout un peuple et de ses institutions. 

Avec MAP

Le Général de Brigade Abdelaziz Chatar, nouveau Commandant de la Garde Royale

Le Général de Brigade, infanterie, Abdelaziz Chatar, vient d’être nommé nouveau Commandant de la prestigieuse Garde Royale. Il succède ainsi au Général de division Mimoun Mansouri, qui dirige ce corps d’armée depuis plus de quarante ans. Un changement attendu depuis le mouvement de rajeunissement de l’état -major des Forces Armées Royales, et qui aurait été précipité par la pandémie du Coronavirus qui aurait touché, selon des sources médiatiques, plusieurs éléments de la Garde Royale.

Clap de fin pour le Général de division Mimoun Mansouri, 74 ans, l’un des derniers généraux emblématiques des Forces Armées Royales, héritage militaire du défunt Roi Hassan II.

Il dirige depuis la fin des années 1970, le plus ancien corps militaire au monde toujours en activité, la Garde royale. Il a succédé au Général Abdeslam Sefrioui (héros de la guerre du Golan en 1973).

Général de Division Mimoun Mansouri

Après l’accession au trône du Roi Mohammed VI, Mimoun Mansouri, alors Général de brigade, survivra au « nettoyage » auquel a procédé le jeune roi et commandant suprême et chef d’Etat-major général des Forces Armées Royales. Il sera même promu en 2002, général de division et confirmé dans son poste de Commandant de la Garde royale, une marque de pleine et totale confiance du souverain.

Il est à noter que le général Mimoun Mansouri, est issu d’une grande famille de commis de l’Etat, originaire d’El Aroui dans la province de Nador. Il est en effet le frère de Benali Mansouri, chargé de mission au Cabinet royal et ancien ministre des Transports et de Mustapha Mansouri, actuel ambassadeur du Maroc en Arabie saoudite et ancien président de la Chambre des représentants et du Rassemblement national des indépendants.

Coronavirus a précipité le changement

Après le départ en retraite du puissant homme de pouvoir, le Général Hosni Benslimane et le remplacement des généraux incontournables Abdelaziz Bennani et Bouchaib Arroub, les Forces Armées Royales ont entamé un processus de modernisation et de rajeunissement du commandement supérieur de l’armée marocaine.

« Il fallait passer de l’armée de Hassan II à celle de Mohammed VI, jeune, moderne et ouverte sur le monde », avait déclaré un ancien haut gradé à la retraite à notre confrère Maghreb Intelligence à l’annonce, en octobre 2017, de mise ne retraite de plus d’une quarantaine de généraux et de colonels, par l’Inspecteur général des Forces Armées Royales, le général de Corps d’armée Abdelfatah Louarak, 9 mois seulement après sa nomination.

Une opération «mains propres» spectaculaire pilotée de très près par le Roi Mohammed VI qui a ouvert la voie à une nouvelle génération d’officiers aux commandes des FAR.

Trois généraux de l’ancienne garde avaient été épargnés par cette mutation de l’armée marocaine. Il s’agit, du général Abdelkébir Benyaïch, Commandant de la sécurité des Palais, le général Bénachir Sourallah, Commandant de la 1ere Brigade d’Infanterie Parachutiste, qui est de tous les déplacements royaux et le général Mimoun Mansouri.

Selon des informations relayées par nos confrères d’Al Alam et Maghreb Intelligence, un foyer de coronavirus a été découvert dans trois quartiers de la capitale Rabat. Parmi les cas de Covid-19 confirmés, figurent plusieurs éléments de la Garde royale et leurs familles.

Ces sources médiatiques avancent le chiffre de 128 cas avérés qui seraient actuellement pris en charge à l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat. Alors que 600 autres personnes, entre membres de la Garde royale et leurs familles, attendent toujours les résultats des tests des autorités sanitaires militaires marocaines.

Suite à cette grave défaillance dans la gestion de la pandémie au sein de la Garde Royale, un corps militaire sensible et fortement symbolique, le Roi Mohammed VI aurait ordonné le remplacement immédiat du Général Mimoun Mansouri, par le Général Abdelaziz Chatar.

Juillet 2017 : Abdelaziz Chatar, promu Général de Brigade, infanterie

Le nouveau Commandant de la Garde royale fait partie de cette nouvelle génération d’officiers supérieurs qui a pour mission de porter la vision du Roi Mohammed VI d’une armée jeune et moderne.

Le Général Abdelaziz Chatar est peu connu du public. Son nom apparait officiellement en juillet 2017, à l’occasion d’une dépêche sur sa promotion de sept autres officiers des FAR. Il sera en effet promu général de brigade au moment même où Abdelfatah Louarak passera Général de Corps d’armée.

On retrouve le nom de Abdelaziz Chatar, dans la liste des officiels accrédités par les Nations unies à l’occasion de la tenue de la COP22 à Marrakech. M. Chatar est désigné comme «chargé de mission au Palais Royal».

Abdelaziz Chatar apparait également dans la liste de personnalités ayant reçu la plus haute distinction honorifique décernée par le Pérou, «L’ordre du Soleil». Il a été désigné par les officiels péruviens comme «Protocole du Palais royal». Cette décoration a été décernée en 2006, soit deux ans après la visite historique du roi Mohammed VI à Lima et Amérique du sud en novembre 2004.

La Garde Royale, un corps d’armée prestigieux

La Garde royale est un corps à part entière relevant des Forces Armées Royales mais dont la charge historique et culturelle fait de lui une «organisation» à part. Etant le plus ancien corps militaire au monde toujours en activité, la Garde royale puise ses origines dans la prestigieuse garde noire créée au XIème siècle par Youssef Ibn Tachfine pour assurer sa propre protection.

Connue par sa cavalerie émérite, son bataillon musical unique et son incroyable maniement des armes, la Garde royale, et comme son nom l’indique, veille à la sécurité des résidences et de la famille royales.

Elle rend les honneurs à l’occasion des visites officielles, défile lors des fêtes nationales ou religieuses, escorte le souverain lors de ses déplacements à l’intérieur du royaume.

D’ailleurs le monde entier garde en souvenir les images historiques du défunt Roi Hassan II, dans sa dernière apparition en public, regardant fièrement défiler la Garde royale sur les Champs-Elysées au son de la Marche Verte, le 14 juillet 1999.

Si certaines de ses unités gardent par exemple le Mausolée Mohammed V à Rabat en tenue traditionnelle, ses unités d’élite, en treillis et béret rouge, sont en revanche constamment opérationnelles dotées d’armes automatiques modernes.

Déployé en seulement six jours, l’hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action à tout moment

Dans un climat de ferveur patriotique et de mobilisation sincère, qui ne sont guère étrangères aux Forces armées royales (FAR), les équipes du 2ème Hôpital militaire de campagne Covid-19 de Benslimane se tiennent prêtes à entrer en action à tout moment pour épauler la médecine civile dans le combat contre la pandémie du nouveau coronavirus.

Lire ici

Coronavirus: L’armée et l’Intérieur lancent conjointement une nouvelle plateforme téléphonique «Allô 300»

En vue de renforcer les mécanismes et canaux de communication directe et d’élever le niveau de vigilance des citoyens pour garantir leur sécurité sanitaire, une nouvelle plateforme téléphonique «Allô 300» a été lancée en coordination entre le ministère de l’Intérieur et les Forces armées royales (FAR).

Un communiqué conjoint indique qu’à travers cette plateforme qui fonctionne 24h/24 et 7j/7, une équipe spécialisée veillera à donner des conseils et des réponses à toutes les questions des citoyens, de recevoir leurs réclamations concernant le volet sanitaire lié au covid-19 et de les orienter vers les services compétents selon les cas

Cette nouvelle plateforme s’ajoute aux deux lignes téléphoniques du ministère de la santé «Allô Yakada» (0801004747) et (Allô SAMU 141) dédiées aux informations et conseils relatifs à l’aspect sanitaire, ajoute la même source.

Abdellatif Hammouchi reçoit le n°2 du ministère de l’intérieur du Qatar

Abdellatif Hammouchi a présidé mardi 3 décembre une réunion de haut niveau, à Rabat, avec une délégation sécuritaire du Qatar menée par le n°2 du Ministère de l’Intérieur du Qatar, le Secrétaire Général du ministère et Directeur Général de la Sureté Nationale Qatari, le Général Major Saad Bin Jassim Al Khulaifi.

Une délégation composée de hauts responsables de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) a participé également aux travaux de cette réunion.

Lire ici

African Lion 2018 : Démarrage à Tifnit des exercices militaires

/

Les manœuvres militaires de l’African Lion 2018 ont commencé lundi 16 avril dans la ville marocaine de Tifnit. Des unités de la marine américaine, de Grande-Bretagne et de Tunisie participent à et des manœuvres et exercices militaires multilatéraux avec leurs homologues des Forces Armées Royales. L’accent sera mis sur des opérations d’entraînement pour contrer des organisations extrémistes violentes, des combats de rue et des raids. Les FAR sont représentées par des unités de différents corps.

Lire ici