fbpx

Singapour exécute un homme qui voulait faire passer 1 kg de cannabis en contrebande

Partager

Singapour a exécuté mercredi un homme reconnu coupable d’avoir conspiré pour le trafic d’environ deux livres de cannabis, une punition que les groupes de défense des droits de l’homme ont qualifiée de grossièrement excessive, alors que d’autres pays dans le monde assouplissent leur position sur cette drogue.

Avec agences

Tangaraju Suppiah, un Singapourien de 46 ans, avait été condamné en 2018 pour s’être concerté avec deux autres hommes afin d’importer du cannabis en 2013. Bien qu’il n’ait jamais été en contact avec la drogue, il a été condamné à la peine de mort par pendaison après qu’un juge a estimé qu’il était lié aux autres hommes par l’intermédiaire de deux numéros de téléphone lui appartenant.

La législation singapourienne en matière de stupéfiants est l’une des plus sévères au monde et prévoit la peine de mort pour certaines infractions liées au trafic de stupéfiants. L’année dernière, le pays a exécuté 11 personnes, toutes pour des délits non violents liés à la drogue.

LIRE AUSSI  Politico : L'Égypte accentue la famine à Gaza

Singapour a continué à recourir aux exécutions pour les crimes liés à la drogue, même si son voisin et rival, la Malaisie, a récemment mis fin à la peine de mort obligatoire pour les crimes graves, y compris les crimes liés à la drogue.

Phil Robertson, directeur adjoint de Human Rights Watch pour l’Asie, a déclaré dans un communiqué que cette condamnation était «scandaleuse et inacceptable» et qu’elle «suscitait de vives inquiétudes quant au fait que Singapour se lançait à nouveau dans une opération visant à vider son couloir de la mort dans le cadre d’un effort de dissuasion malavisé qui, en réalité, en dit plus sur la barbarie de Singapour que sur toute autre chose».

Avant l’exécution, le plus haut responsable des droits de l’homme des Nations unies a demandé aux autorités de “reconsidérer d’urgence” la sentence.

«Nous sommes préoccupés par la régularité de la procédure et le respect des garanties d’un procès équitable», a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, dans un communiqué.

Les autorités singapouriennes ont rejeté ces demandes, affirmant que l’accusé avait bénéficié d’une procédure régulière. Dans un communiqué publié avant son exécution, le Bureau central des stupéfiants du pays a déclaré qu’il «avait eu accès à un avocat tout au long de la procédure».

«La peine capitale fait partie de la stratégie globale de prévention des dommages de Singapour, qui vise à la fois la demande et l’offre de drogues», précise le communiqué.

Les deux autres hommes liés à l’affaire ont tous deux témoigné contre Tangaraju lors de son procès. L’un d’eux, qui avait été arrêté avec le cannabis en question, a plaidé coupable de trafic de 499,9 grammes de drogue – juste en dessous des 500 grammes, ou 1,1 livre, qui entraînent la peine de mort – et a été condamné à 23 ans de prison et à 15 coups de bâton. L’autre a été relaxé, ce qui n’équivaut pas à un acquittement.

La famille de M. Tangaraju a fait campagne pour obtenir la clémence jusqu’à son exécution, en diffusant des appels vidéo et en écrivant des lettres à la présidente de Singapour, Halimah Yacob. Mardi, un tribunal singapourien a rejeté un appel de dernière minute de la famille.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -