fbpx

Plus de 1 170 pèlerins sont morts au Hajj ( WSJ )

Partager

Alors que près de deux millions de pèlerins musulmans se sont rassemblés dans les déserts d’Arabie saoudite pour le hajj annuel, le royaume était prêt à tout affronter, des attaques terroristes aux manifestations contre la guerre d’Israël dans la bande de Gaza. Sauf la vague de chaleur qui a emporté plus de 1170 fidèles.

Les températures en Arabie saoudite ont dépassé les 52 degrés Celsius cette semaine, un niveau exceptionnellement élevé pour la mi-juin, qui a causé la mort de plus de 1 170 pèlerins. Parmi elles se trouvaient des centaines d’Égyptiens, de Jordaniens, de Marocains ( une vingtaine ) et même des Américains, a déclaré un porte-parole du Département d’État au WSJ ce vendredi 21 juin. La situation a été aggravée par un grand nombre de pèlerins non autorisés qui n’avaient pas accès aux installations de refroidissement ou aux soins de santé complets disponibles.

Il s’agit du nombre de morts est le plus élevé enregistré au hajj depuis une bousculade en 2015 qui avait tué plus de 2 000 personnes. Le bilan continue d’augmenter, des centaines de personnes étant toujours portées disparues ou hospitalisées pour des coups de chaleur sévères.

Une situation aggravée par des pèlerins non autorisés

Les pèlerins ont commencé à succomber à la chaleur dès samedi lorsqu’ils font un trajet de près de 16 kilomètres pour gravir le Mont Arafat, puis rester dehors pendant des heures pour prier avant de retourner à La Mecque.

Des témoins ont révélé au WSJ que la police saoudienne a arrêté les bus de transport de pèlerins non autorisés, les forçant à marcher des kilomètres sous une extrême chaleur, dépassant les 50 degrés.

Décès dans les rangs des pèlerins marocains : “pas de situation anormale”

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a affirmé, vendredi 21 juin 2024, qu’il n’y a pas eu de “situation anormale” au sujet des décès dans les rangs des pèlerins marocains lors de la saison actuelle du Hajj 1445, précisant que vingt décès ont été enregistrés à ce jour.

Dans un communiqué sur les “décès parmi les pèlerins marocains”, le ministère indique que ces cas de décès ont été enregistrés parmi les pèlerins faisant partie de l’organisation officielle et l’organisation des agences de voyages, soit quasiment le même nombre en comparaison avec la même période de la saison du Hajj de l’année dernière.

Au cours des vingt dernières années, rappelle le ministère, le nombre de décès parmi les pèlerins marocains se situait chaque année entre 30 et 45 cas.

S’agissant des décès de cette année, le ministère affirme qu’il s’agit de “morts naturelles”, soulignant que 15% des pèlerins marocains cette année sont âgés de plus de 80 ans.

La traque de l’Arabie Saoudite des pèlerins clandestins

L’Arabie saoudite limite le nombre de pèlerins de chaque pays. Pour contourner ces plafonds et économiser sur le coût des forfaits de voyage sanctionnés, de nombreuses personnes se rendent dans le pays en tant que touristes, puis se glissent dans les rituels du hajj. Les pèlerins non autorisés n’ont pas accès aux bus officiels ou aux lieux climatisés, ils ont donc dû faire le trajet jusqu’au Mont Arafat et passer toute la journée au soleil, souvent sans assez d’eau ou de parasols.

LIRE AUSSI  MBS en tête des dirigeants félicitant le nouveau président iranien Masoud Pezeshkian

Dans des interviews accordées au Wall Street Journal et des témoignages vidéo publiés en ligne, certains pèlerins ont déclaré que la police saoudienne leur avait accordé l’accès à Arafat samedi sans permis mais n’avait pas répondu plus tard à leurs appels à l’aide lorsqu’ils ont signalé que des gens s’étaient effondrés pendant la marche. D’autres ont dit que la police avait distribué de la nourriture, de l’eau et des parasols, mais que les ambulances étaient débordées par les besoins.

Réactions et mesures du gouvernement Saoudien

L’Arabie saoudite n’a pas commenté le nombre de morts et n’a pas répondu aux questions sur ce qui s’est passé lors du hajj de cette année, auquel environ 1,83 million de personnes ont participé. Lundi, elle a déclaré que plus de 2 700 personnes avaient été traitées pour des coups de chaleur. L’armée a déployé plus de 1 600 membres du personnel avec des unités médicales spécifiquement pour les coups de chaleur et a mobilisé 30 équipes de réponse rapide. En outre, 5 000 volontaires de la santé et des premiers secours ont également participé.

Le ministre de la Santé, Fahd Al-Jalajel, a déclaré mardi que les plans de santé avaient été réalisés avec succès, sans épidémie de maladie ou autres menaces pour la santé publique. Il a affirmé que les blessures liées au stress thermique avaient été minimisées en décourageant les pèlerins de réaliser les rituels pendant les températures de pointe.

Les autorités saoudiennes ont demandé aux pèlerins de rester hydratés et de porter des parasols. Elles ont conseillé lundi aux pèlerins d’éviter d’effectuer le rituel symbolique de la “lapidation du diable” à midi après une montée des températures et ont encouragé jeudi les fidèles à prier dans les mosquées locales de La Mecque plutôt que dans la mosquée centrale pour réduire la foule et éviter les températures élevées.

Un défi logistique et politique

Le hajj est une source de prestige politique et religieux pour l’Arabie saoudite, en tant que gardienne des deux sites les plus saints de l’islam, et génère des milliards de dollars de revenus pour le royaume chaque année.

Les incidents de sécurité et de sûreté peuvent avoir des répercussions géopolitiques, alimentant les appels de rivaux saoudiens tels que l’Iran et les rebelles houthis du Yémen à placer La Mecque et Médine sous administration internationale.

Avant le hajj de cette année, la principale préoccupation était que la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza risque de provoquer des troubles parmi les fidèles musulmans, dont beaucoup s’opposent à l’occupation israélienne des territoires palestiniens ainsi qu’à l’ouverture de l’Arabie saoudite à l’établissement de relations formelles avec Israël dans le cadre d’un accord soutenu par les États-Unis.

Efforts pour doubler la capacité du Hajj

L’Arabie saoudite a cherché à limiter le nombre de pèlerins non autorisés en menaçant d’arrestations et d’amendes, tout en visant à doubler la capacité officielle du hajj à six millions d’ici 2030. Cependant, les efforts du royaume pour construire une industrie touristique traditionnelle ont facilité l’entrée des étrangers dans le pays à d’autres fins et leur infiltration à La Mecque en attendant le début des rituels.

Le directeur de la sécurité publique saoudienne, le lieutenant général Mohammed Al-Bassami, a déclaré avant le hajj que les pèlerins non autorisés étaient “partenaires de cette transgression” et a répété les avertissements selon lesquels ils seraient arrêtés s’ils cherchaient à participer aux rituels.

Les pèlerins non autorisés peuvent être considérés comme responsables de la mise en danger de leur propre vie, a déclaré Umer Karim, expert en politique saoudienne à l’Université de Birmingham en Angleterre. Cependant, il a ajouté que «les autorités du hajj auraient pu prendre des mesures rapides qui auraient pu sauver des vies».

Parmi les morts figuraient plus de 680 Égyptiens, selon des responsables de leur gouvernement, dont presque tous avaient participé sans permis. Environ 700 Égyptiens sont toujours portés disparus.

Au moins 212 Indonésiens sont décédés, selon le ministère indonésien des Affaires religieuses, qui a identifié les coups de chaleur et la pneumonie comme les causes les plus courantes. Quatre-vingt-dix-huit ressortissants indiens sont morts de causes incluant la maladie et les blessures ainsi que la chaleur extrême le jour où les pèlerins se sont rendus à Arafat, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Randhir Jaiswal. Les deux pays ont déjà subi des bilans plus lourds les années précédentes.

Des dizaines d’autres pèlerins sont également décédés, y compris des Jordaniens, des Pakistanais, des Tunisiens, des Turcs et des Iraniens.

Il n’était pas clair combien d’Américains étaient morts. «La situation est dynamique, donc nous n’avons pas de chiffre précis à vous donner pour le moment», a déclaré le porte-parole du Département d’État jeudi soir.

Beaucoup de ceux qui sont morts étaient malades ou âgés, ce qui les rendait plus vulnérables à l’effort physique sous la chaleur. Des études récentes ont montré que la hausse constante des températures à La Mecque pourrait compromettre la tenue du hajj pendant les mois d’été dès les années 2040.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -