fbpx

Le PDG de Pfizer épinglé pour ses déclarations «trompeuses» sur les vaccins pour enfants

Start

Le directeur général de Pfizer, Albert Bourla, est dans le collimateur de l’autorité de régulation pour les déclarations qu’il a faites lors d’une interview sur la BBC à la fin de l’année dernière au sujet du vaccin COVID, alors non approuvé, destiné aux jeunes enfants. Ces affirmations auraient été qualifiées de «trompeuses» et de «trop promotionnelles».

C’est la dernière conclusion d’une affaire en cours auprès de l’autorité britannique de réglementation du marketing pharmaceutique, la Prescription Medicines Code of Practice Authority (PMCPA), rapporte The Telegraph.

https://twitter.com/telegraph/status/1596800264161198080?s=61&t=TeXXFD9gu9iWoMJVuY2XBw

Dans une interview accordée à la BBC le 2 décembre 2021, Burla, le patron de Pfizer a déclaré «qu’il n’y a aucun doute dans son esprit que les avantages, absolument, sont en faveur de la vaccination des jeunes âgés de 5 à 11 ans contre le COVID».

Il a ajouté que : «Le COVID dans les écoles est en plein essor […] Cela perturbe, de manière significative, le système éducatif, et il y a des enfants qui auront des symptômes graves.»

Bourla a donné cette interview avant que le vaccin n’ait reçu le feu vert pour être administré aux enfants ce qui signifie que tout ce qui est considéré comme une promotion du vaccin pourrait être considéré comme une violation des règles strictes de commercialisation des médicaments dans le pays.

En fait, ce n’est qu’en février de cette année que le gouvernement britannique a décidé que les enfants âgés de 5 à 11 ans pouvaient se voir offrir le vaccin. Le gouvernement a également laissé la décision de vacciner ou non les enfants entre les mains des parents.

Dans une plainte déposée par UsForThem, un groupe de campagne de parents au Royaume-Uni qui vise à mettre en lumière les dommages causés aux enfants pendant la pandémie, le groupe a déclaré que les commentaires de Bourla étaient «honteusement trompeurs» et «extrêmement promotionnels par nature». L’organisation a fait valoir que l’interview de Bourla enfreignait plusieurs clauses du code de l’Association de l’industrie pharmaceutique britannique (ABPI).

Selon le Telegraph, la PMCPA, qui veille à l’application du code de l’ABPI, a jugé que Pfizer avait enfreint les règles de plusieurs façons, notamment en induisant le public en erreur, en faisant des déclarations non fondées et en ne présentant pas les informations de manière factuelle et équilibrée.

Dans une décision antérieure, la PMCPA avait également conclu que Pfizer avait jeté le discrédit sur l’industrie, encouragé l’utilisation irrationnelle d’un médicament et omis de maintenir des normes élevées, ce qui constitue la partie la plus grave des infractions aux règles.

Mais Pfizer a riposté et a fait appel de ces décisions. En fin de compte, la PMCPA a annulé la plupart des infractions graves, selon le Telegraph.

Un leak inhabituel au Telegraph

La façon dont cette nouvelle est apparue est inhabituelle. Le PMCPA est un organisme d’autorégulation mis en place par l’industrie pharmaceutique, mais il peut appliquer et applique effectivement des sanctions strictes si des entreprises sont jugées en infraction avec ses règles de commercialisation. Dans les cas les plus graves, les conclusions sont publiées dans des revues médicales.

Ces affaires sont toujours téléchargées sur le site du PMCPA et, une fois terminées, elles peuvent être consultées par le public. Mais l’affaire Pfizer – officiellement intitulée AUTH/3591/12/21 – A complaint on behalf of UsForThem v Pfizer – est toujours en cours.

Il semble que les détails aient été communiqués au Telegraph à l’avance, mais à personne d’autre, ce qui n’est pas une pratique habituelle. La PMCPA a déclaré à Fierce Pharma Marketing qu’elle ne pouvait pas dire comment ou pourquoi cette information avait été vue par le Telegraph, mais un porte-parole a déclaré qu’ils «prévoient que le rapport de cas sera publié sur notre site Web avant Noël».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.