fbpx

Israël offre une nouvelle fenêtre d’évacuation de quatre heures pour les civils de Gaza face à l’avancée militaire

Partager

Le New York Times a rapporté qu’Israël a accordé aux résidents de Gaza une autre fenêtre de quatre heures pour se déplacer vers le sud. Alors que l’armée israélienne se prépare à encercler la ville de Gaza, un bastion du Hamas, elle a de nouveau exhorté dimanche les civils dans le nord de la bande de Gaza à se diriger vers le sud, vers des zones qu’elle décrit comme plus sûres, et a annoncé qu’elle offrirait une fenêtre de quatre heures pour le faire.

Les habitants de Gaza étaient autorisés à emprunter en toute sécurité la route Salah al-Din, l’axe principal du nord au sud de la bande, entre 10 heures et 14 heures, heure locale, a indiqué sur les réseaux sociaux Avichay Adraee, le sulfureux porte-parole de l’armée israélienne. Il a ajouté qu’Israël avait offert une fenêtre similaire samedi, mais que ses forces avaient été attaquées par le Hamas, qui a tiré des mortiers et des obus antichars.

L’attaque, qui n’a pas pu être immédiatement vérifiée de manière indépendante, a été décrite par Adraee comme un exemple de l’utilisation par le Hamas de civils comme “boucliers humains”.

Depuis près d’un mois, Israël incite les Palestiniens du nord de Gaza à quitter leurs foyers et à se diriger vers le sud, près de la frontière égyptienne, dans le cadre de sa tentative de destruction du Hamas. En représailles à l’attaque du Hamas du 7 octobre, qui a tué environ 1 400 personnes en Israël, l’armée israélienne a bombardé sans relâche la bande de Gaza, y compris les zones du sud qu’elle a décrites comme plus sûres pour les civils.

LIRE AUSSI  Maariv : Pour les Bibistes, Netanyahu est le messie annoncé

Certains Palestiniens ont refusé de tenir compte des avertissements d’Israël et sont restés dans le nord. D’autres doutent des assurances d’Israël, et alors que la fenêtre d’évacuation s’ouvrait et se refermait dimanche, il n’était pas clair combien de Gazans avaient tenté de faire le voyage.

Ahmed Ferwana, 63 ans, a déclaré au New York Times qu’il n’osait pas se rendre dans le sud depuis son domicile à Gaza.

“Je veux partir mais je ne veux pas perdre ma vie en chemin”, a-t-il dit lors d’un appel téléphonique, ajoutant : “Il vaut mieux mourir chez soi que mourir dans la rue.”

Les résidents disent également que les frappes israéliennes ont laissé des cratères sur l’autoroute et que les perturbations des connexions téléphoniques et Internet signifient que de nombreux habitants de Gaza pourraient ne pas être au courant de la dernière annonce d’Israël.

Israël a été critiqué pour avoir exigé que les civils quittent leurs maisons, aggravant ainsi la crise humanitaire dans l’enclave dirigée par le Hamas, alors que des centaines de milliers de personnes ont fui. Plus de 9 700 personnes ont été tuées dont 4 800 enfants et 2 550 femmes, dans les attaques israéliennes à Gaza depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé de Gaza.

L’annonce d’une brève fenêtre pour les évacuations ne semblait pas être le type de “pause humanitaire” que les responsables américains ont exhorté Israël à observer pour permettre l’entrée de davantage d’aide dans la bande de Gaza assiégée.

Vendredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël n’envisagerait pas de cessez-le-feu tant que les quelque 240 personnes prises en otage par le Hamas et d’autres groupes armés lors des attaques du 7 octobre ne seraient pas libérées — une position ferme qui semblait être un désaveu au secrétaire d’État américain, Antony J. Blinken, qu’il venait de rencontrer.

Les forces terrestres israéliennes sont entrées dans Gaza il y a un peu plus d’une semaine et se sont frayé un chemin jusqu’à la périphérie de la ville de Gaza, qui était la partie la plus peuplée de la bande avant la guerre.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -