fbpx
/

Coupe du monde 2022 : Associated Press accuse le Qatar d’avoir engagé d’anciens espions pour faire taire l’ex-patron du football allemand

Start

L’agence de presse américaine Assosiated Press (AP) a publié dimanche soir une longue enquête sur le «Projet Riverbed» visant à atténuer les critiques de l’ancien président de la Fédération allemande, Theo Zwanziger au sujet de l’organisation de la coupe du Monde de football au Qatar. AP révèle que Doha a fait appel à une société américaine, Global Risk Advisors (GRA), fondée par un ancien agent de la CIA, Kevin Chalker, qui aurait usé de méthodes d’espionnage musclées sous couvert de mission de veille et de lobbying. «Projet Riverbed» aurait coûté à ce pays du Golfe 27 millions de dollars. Associated Press affirme  que la mission est un échec puisque l’allemand Theo Zwanziger continue à critiquer l’organisation de la Coupe du Monde au Qatar.

En sa qualité de responsable de la fédération allemande de football et membre du comité exécutif de la FIFA, Theo Zwanziger a fait partie des acteurs footballistiques les plus virulents contre la décision d’attribuer la Coupe du monde 2022 au Qatar. Les droits de l’homme et la chaleur torride du désert étaient ses principaux griefs contre cette décision.

«La richesse infinie de ce petit pays qu’est le Qatar se propage presque comme un cancer à travers le football et le sport», avait déclaré Zwanziger, exhortant l’instance dirigeante du football mondial, FIFA, à revenir sur sa décision de 2010.

Le gouvernement qatari était tellement accablé par les critiques de Zwanziger qu’il a décidé d’agir, écrit Associated Press dans son enquête. Il a ainsi fait appel à une société employant d’anciens agents de la CIA pour une opération d’influence secrète de plusieurs années, sous le nom de code «Project Riverbed», selon des documents internes de la société consultés par AP.

Faire taire Zwanziger en usant de pratiques d’espionnage

Les documents dont fait référence Associated Pres indiqueraient que le but de l’opération était d’utiliser l’espionnage pour faire taire Zwanziger. 

«Ce fut un échec», estime l’agence de presse américaine.

«C’est un sentiment très, très étrange lorsque vous êtes impliqué dans le sport et que vous êtes attaché aux valeurs du sport, d’être suivi et de subir toute une campagne d’influence», a déclaré Zwanziger à l’AP dans une interview réalisée la semaine dernière.

La Coupe du monde du Qatar, dont le coup d’envoi est maintenant prévu en novembre, est l’aboutissement de plus d’une douzaine d’années d’efforts et de milliards de dollars dépensés pour «aider à propulser la petite nation du désert sur la scène mondiale», ironise l’AP.

«Ce projet a longtemps été entaché d’allégations de corruption et de malversations» poursuit la même source. Des procureurs américains ont déclaré en 2020 que des pots-de-vin avaient été versés à des membres du comité exécutif de la FIFA pour obtenir leur vote.

Le Qatar a nié tout acte délictuel, écrit AP.

Des documents examinés par l’agence de presse révèlent de nouveaux détails sur les efforts déployés par le Qatar pour décrocher et conserver le tournoi, en particulier sur le contrat passé par le pays avec l’ancien officier de la CIA Kevin Chalker et sa société, Global Risk Advisors. Les documents s’appuient sur les rapports précédents d’AP concernant le travail de Chalker pour le Qatar.

Les responsables qataris n’ont pas répondu aux demandes de commentaires, souligne l’Associated Press (AP).

Chalker a admis dans une déclaration que Global Risk Advisors (GRA) a bel et bien travaillé sur le «Projet Riverbed», mais a précisé qu’il s’agissait uniquement «d’un projet de surveillance des médias mené par des stagiaires et supervisé par un employé à temps plein, qui étaient chargés de lire et de résumer les articles de presse».

«Le récit de l’AP pour cet article est basé sur de fausses informations provenant de sources non identifiées», indique la déclaration de l’ancien agent de la CIA.

Kevin Chalker fondateur de Global Risk Advisors

Le porte-parole de Chalker, David Wells, a déclaré qu’il n’était pas en mesure de dire qui était le client du «Projet Riverbed» ou de fournir d’autres détails, comme la durée du projet ou le nom des employés qui y ont travaillé. L’avocat de Chalker, Brian Ascher, a déclaré que Zwanziger n’avait jamais fait l’objet d’une campagne d’influence secrète de la part de Global Risk Advisors

«Les dossiers examinés par AP indiquent tout le contraire», écrit l’agence de presse.

«L’objectif principal du Projet Riverbed était de neutraliser les critiques de Theo Zwanziger concernant la Coupe du monde 2022 au Qatar et ses tentatives de contraindre la FIFA à retirer la Coupe du monde au Qatar», indique un document de la société GRA consulté par l’AP.

Associated Press affirme avoir examiné des centaines de pages de documents provenant des entreprises de Chalker, y compris un rapport final, des mémos et des documents budgétaires, que des sources ayant un accès autorisé lui ont fourni. Lesquels sources ont déclaré qu’elles étaient troublées par le travail de Chalker pour le Qatar et ont requis l’anonymat par crainte de représailles.

«AP a entrepris plusieurs démarches pour vérifier l’authenticité de ces documents», souligne L’Agence de presse américaine. Il s’agit notamment de confirmer les détails de divers documents auprès de différentes sources, comme d’anciens associés de Chalker, et d’examiner les métadonnées des documents électroniques, ou l’historique numérique, lorsqu’ils sont disponibles, pour vérifier qui a créé les documents et quand.

«Les documents du “Projet Riverbed” mettent en évidence les efforts d’espionnage musclés que des entrepreneurs privés comme Chalker peuvent fournir à des pays riches comme le Qatar, qui ne disposent pas de leur propre service de renseignement. Cette tendance a incité certains membres du Congrès à proposer de nouveaux contrôles sur le type de travail que les agents de renseignement américains peuvent effectuer après leur retraite» écrit Associated Press.

Kevin Chalker poursuivit pour piratage et espionnage

Elliott Broidy, un ancien responsable de levées de fonds pour le compte de l’ancien président américain Donald Trump, a intenté un procès à Kevin Chalker, l’accusant de monter une vaste campagne de piratage et d’espionnage à la demande du Qatar. 

Broidy reproche à Chalker et sa société GRA de cibler Zwanziger par une campagne d’influence occulte telle que celle décrite dans les documents examinés par l’AP. Pour sa défense, l’équipe juridique de Chalker estime que le procès n’est pas fondé, et que la plainte déposée par Broidy a été rejetée.

«Kevin Chalker ont utilisé des pirates informatiques ayant une expérience des forces spéciales et des services de renseignement américains pour promouvoir la politique étrangère de l’État du Golfe et ont même « intercepté des informations sensibles et privées de citoyens américains», d’après la plainte fédérale de Elliott Broidy .

Un «réseau d’influenceurs»

Le «Projet Riverbed a démarré en janvier 2012 et s’est terminé à la mi-2014. «Des techniques de renseignement traditionnelles complexes pour cibler des individus dans le cercle d’influence de Zwanziger et modifier le sentiment associé à la Coupe du monde du Qatar, ont été utilisées», avance l’AP cotant un document résumant la mission de Global Risk Advisors (GRA).

Cela revenait à créer un «réseau d’influenceurs» composé de personnes proches du responsable du football allemand qui lui transmettraient des opinions favorables concernant l’accueil de la Coupe du monde par le Qatar. La société GRA envoyait une «source» ou un «rabatteur» pour parler aux influenceurs de telle manière qu’ils ne soupçonneraient pas faire partie  d’une campagne de communication organisée.

«Ces diverses interactions ont duré quelques secondes, quelques minutes ou quelques heures», indique le rapport. «Quel que soit le temps investi, l’interaction véhiculait toujours un message cohérent : la Coupe du monde 2022 au Qatar était bonne pour les affaires, rapprochait le Moyen-Orient et l’Occident, et était bénéfique pour le monde entier.»

GRA a déclaré dans l’un des ses mémos que des milliers de ces interactions ont eu lieu avec le réseau de Zwanziger. 

La société a utilisé une «approche à volets multiples» axée sur quatre cibles qui transmettaient sans le savoir des messages pro-Qatar à Zwanziger : 

  1. la FIFA et ses associés,
  2. la fédération allemande de football et ses associés,
  3. la communauté internationale du football
  4. la propre famille de Zwanziger

«C’est certainement quelque chose qui va bien au-delà de tout lobbying auquel nous nous attendions», a déclaré à l’AP l’avocat de Zwanziger, Hans-Jörg Metz.

Theo Zwanziger, une cible toute désignée et pas la seule

«Compte tenu de son rôle clé au sein des instances dirigeantes du football, Zwanziger était une cible toute désignée. Avocat de profession, il était très respecté pour avoir dirigé les réformes de la fédération allemande de football, l’une des plus grandes associations sportives du monde» écrit Associated Press.

Lorsqu’il a été question de l’organisation de la Coupe du monde par le Qatar, il avait des opinions bien arrêtées et ne s’est pas privé de les partager, allant même jusqu’à remettre en question la moralité des responsables de la FIFA sur fond d’allégations d’achat de votes et de corruption.

«Je n’ai jamais pu comprendre cette décision. C’est l’une des plus grandes erreurs jamais commises dans le sport», a déclaré Zwanziger dans une interview de 2013.

Zwanziger n’est pas le seul haut fonctionnaire de la FIFA à avoir été la cible d’un espionnage financé par le Qatar, indique AP.

Chalker a également aidé à superviser l’espionnage de l’ancien membre du comité exécutif de la FIFA, Amos Adamu, pendant la Coupe du monde 2010 à Johannesburg, selon les nouveaux dossiers examinés par l’AP. 

Cette mission a consisté à utiliser plusieurs équipes de surveillance pour suivre et photographier secrètement Adamu et les personnes qu’il rencontrait pendant plusieurs jours, selon les nouveaux dossiers. Il s’agissait également d’obtenir les enregistrements du téléphone portable d’Adamu et de recruter un agent de sécurité de l’hôtel et un journaliste local comme sources, selon les documents.

Adamu, qui a été banni deux fois par la FIFA pour conduite contraire à l’éthique, a refusé de commenter ces informations. Tandis que Chalker a nié avoir été impliqué dans une mission d’espionnage d’Adamu, rapporte l’AP.

Le Nigérian Amos Adamu suspendu trois ans en 2010 et deux ans en 2017 pour corruption par la Fifa

Des méthodes sorties des films d’espionnage

Pour le «Projet Riverbed», Chalker a engagé des chargés de mission et des chefs de projet en Allemagne et à Londres, dont certains avaient déjà travaillé pour la CIA, affirme l’agence de presse américaine se basant les documents à sa disposition.

Les dossiers du GRA regorgent d’un langage opaque et fleuri qui semble tout droit sorti des pages d’un roman d’espionnage : GRA mettrait en place des entités «Cover for Action» qui pourraient être utilisées par le personnel de GRA pour travailler sous couverture, ainsi que des bureaux «Blancs» et «Noirs» – officiels et non officiels – pour gérer les tâches administratives. Broidy a également prétendu dans son procès que de tels efforts de dissimulation ont été utilisés contre Zwanziger.

Les cibles que le Qatar aurait espionné à travers la société Global Risk Advisors

«Projet Riverbed» un budget de 27 millions de dollars et peu de résultats

Les documents de la GRA indiquent que le «Projet Riverbed» avait été initialement approuvé pour un budget de 27 millions de dollars et que le Qatar avait pris du retard dans ses paiements et n’avait pas apporté tous les fonds. Le défaut de paiement a entraîné une rotation du personnel et des dépenses inutiles, telles que des frais juridiques et administratifs pour la création de bureaux qui n’ont jamais été utilisés, selon les documents.

Malgré les contraintes budgétaires, GRA a déclaré que le «Projet Riverbed» était un succès.

Le rapport de synthèse de GRA indique que le projet a « atténué les critiques de Zwanziger » et modifié le sentiment de l’avocat allemand «à un point tel qu’il ne constitue plus une menace pour le maintien du Qatar dans l’organisation de la Coupe du monde 2022.»

«Zwanziger pense désormais que le Qatar devrait conserver la Coupe du monde 2022 afin que la communauté internationale prenne davantage conscience des conditions des travailleurs migrants au Qatar et fasse pression pour une réforme en profondeur des droits de l’homme et des travailleurs qataris», indique la GRA dans sa note de synthèse.

«L’entreprise avait tort», écrit Associated Press.

Ancien président de la fédération allemande de football et ancien membre du comité exécutif de la FIFA

« La conclusion du rapport du «Projet Riverbed» a été : “nous avons désormais rallié Zwanziger à notre cause”. Dans le fond, bien sûr, je ne l’ai jamais été», a déclaré Zwanziger à AP.

Dans une interview avec une radio allemande en juin 2015 – un an après l’achèvement supposé du «Projet Riverbed» – Zwanziger a répété son affirmation selon laquelle le «Qatar était un cancer du football mondial.»

La Fédération qatarie de football a alors intenté une action civile contre Zwanziger afin de l’empêcher de tenir de tels propos à l’avenir. L’affaire a été rejetée par le tribunal régional de Düsseldorf, qui a décidé que Zwanziger était dans son droit à la liberté d’expression.

Zwanziger a connu d’autres difficultés juridiques plus tard, lorsque lui et des membres du comité d’organisation de la Coupe du monde 2006 en Allemagne ont fait face à des enquêtes de corruption à Francfort et en Suisse. Zwanziger a nié tout acte répréhensible et, en août 2019, a accusé les procureurs suisses d’avoir délibérément fait une mauvaise interprétation des éléments de preuve. Le procès suisse s’est terminé en avril 2020 sans jugement.

«Zwanziger a déclaré qu’il était tout à fait justifié d’apprendre à présent qu’il était la cible d’une campagne de manipulation avortée» conclut l’enquête de l’angce américaine Associated Press..

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.