fbpx

Bahreïn flotte sur une vaste réserve de pétrole et de gaz

Partager

La carte des réserves d’énergie du monde et l’équilibre des pouvoirs correspondant, a été radicalement changée avec l’annonce de la découverte par le Bahreïn d’une vaste réserve de pétrole et de gaz.

La découverte de 80 milliards de barils de pétrole de schiste, équivalente à toute la réserve de la Russie, propulse le minuscule Etat du Golfe au sommet de la ligue pétrolière de schiste.

Le chef du gouvernement bahreïni, Cheikh Khalifa Ben Salmane al-Khalifa, a déclaré à la presse, que le pays “ne savait pas encore quelle quantité de pétrole pouvait être extraite.” L’ampleur de la découverte, cependant, est sur le point d’en faire un grand acteur sur le marché mondial, dynamisant considérablement son économie et rehaussant son profil dans la région, où il joue un rôle plus modeste en comparaison avec son géant voisin, l’Arabie Saoudite.

Bahreïn a soutenu l’Arabie saoudite dans le conflit diplomatique avec son voisin, le Qatar, qui détient la troisième plus grande réserve de gaz du monde. La scission dans les rangs des pays du Conseil de coopération du Golfe a pratiquement paralysé le fonctionnement de l’OPEP, ce puissant un cartel pétrolier de 14 pays.

Le pétrole a été découvert dans le bassin de Khalij-al-Bahreïn, situé au large de sa côte ouest. Le champ contient également environ 14 milliards de mètres cubes de gaz et devrait être en production dans les cinq prochaines années.

Bahreïn est un petit acteur dans le secteur des hydrocarbures, le plus petit producteur du Golfe et le 57e à l’échelle mondiale. Avant la découverte, il détenait des réserves de seulement 125 millions de barils. Il envisage désormais d’inviter des compagnies pétrolières internationales à l’aider à développer le bassin pétrolifère de schiste, son premier du genre.

Bahreïn pompe environ 45 000 barils de pétrole par jour à partir de son champ de Bahreïn, découvert en 1932, et 160 000 barils par jour à partir du champ offshore d’Abu Sada partagé avec l’Arabie saoudite. Cela se compare à dix millions de barils par jour pompés par l’Arabie Saoudite, le plus grand exportateur de brut au monde.

Un porte-parole de la compagnie pétrolière nationale de Bahreïn, Bapco, a déclaré dans ce sens : “Ce que nous avons annoncé, c’est du pétrole in situ. Jusqu’à présent, nous ne savons pas quelle quantité peut être extraite et le coût de sa production. L’industrie américaine du pétrole de schiste extrait normalement 5 à 10% des réserves connues de pétrole de schiste et l’augmentation de ce pourcentage dépend de l’avancement de la technologie. ”

La Russie et l’Arabie Saoudite sont les deux plus grands producteurs de pétrole du monde, suivis de près par les États-Unis. L’Arabie saoudite entreprend un vaste programme de réformes visant à se débarrasser de ce que le prince héritier Mohammed Ben Salmane qualifie de «dangereuse dépendance au pétrole».

La découverte de 80 milliards de barils de pétrole de schiste, équivalente à toute la réserve de la Russie, propulse le minuscule Etat du Golfe au sommet de la ligue pétrolière de schiste.

Les estimations varient en fonction du moment où les réserves de pétrole de l’Arabie Saoudite vont s’épuiser, mais le programme de réformes vise à diversifier son économie alors que la demande mondiale de pétrole diminue avec le développement des technologies propres et des énergies renouvelables.

Bahreïn, comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, a introduit la TVA pour la première fois cette année dans le cadre d’une campagne d’austérité qui a notamment consisté à réduire les subventions aux carburants. Les plans de l’Arabie saoudite pour faire flotter la compagnie pétrolière d’Etat, Aramco, ont été retardés après un accueil froid des investisseurs internationaux à l’évaluation de 2000 milliards de dollars demandée par Riyad. L’un des sujets de préoccupation est la menace de la concurrence de la production de schiste aux États-Unis, qui n’est pas membre de l’OPEP.

Bahreïn ne fait pas non plus partie du groupe, mais a généralement suivi ses directives de production. Les analystes de l’OPEP prévoient que l’approvisionnement en pétrole des pays extérieurs au cartel augmenterait plus vite que la demande mondiale totale cette année.

- Advertisement -