fbpx

Ancien chef du Shin Bet : « Netanyahu ne voulait pas éliminer Sinwar »

Partager

L’ex-chef du Shin Bet, Yuval Diskin, a émis de vives critiques sur la façon dont Benjamin Netanyahu a géré l’opération « Iron Sword », accusant l’ancien Premier ministre israélien de ne pas avoir voulu se retrouver dans une situation où il aurait dû confronter et potentiellement éliminer Yahya Sinwar, le leader du Hamas. Diskin a exprimé son soutien à l’échange de prisonniers et à la solution à deux États.

Au cours d’une conférence intitulée “Prisonniers – une question de prix ?”, organisée à Kiryat Ono, située à 11 km à l’est de Tel-Aviv, l’ancien Chef du Shin Bet, Yuval Diskin a sévèrement critiqué la gestion par Benjamin Netanyahu et son gouvernement du conflit à Gaza. Il a affirmé que « l’État d’Israël a trahi ceux qui ont été capturés et tués durant les premiers jours du conflit, et continue d’en payer le prix ».

Diskin a soutenu que Netanyahu avait été « sous le choc des combats durant les deux premières semaines » et que le gouvernement, sous sa direction, était paralysé depuis le “samedi noir” du 7 octobre, ne laissant que les organisations civiles et la société israélienne agir.

LIRE AUSSI  Nezha Hayat, seule femme arabe et africaine à la tête d'un Comité Régional de l'IOSCO

Interrogé sur une éventuelle élimination de Yahya Sinwar, Diskin a déclaré que le Premier ministre n’en avait pas l’intention : « Lorsque tu (Netanyahu) envoies Hertzi Halevy et Yossi Cohen persuader le Qatar de continuer à envoyer de l’argent à Gaza, il semble évident que tu ne souhaites pas éliminer Sinwar ». Concernant l’existence d’un plan du Shin Bet pour contrer une attaque telle que celle du 7 octobre, Diskin a révélé que l’État était « prisonnier d’une conception préétablie ». Il a ajouté : « Déjà à mon époque, nous avions observé la tendance du Hamas à opter pour des enlèvements de masse et des opérations d’envergure. Le scénario était prévisible, mais lorsque l’on est prisonnier d’une idée fixe, on pourrait introduire un éléphant rose dans la pièce et te convaincre qu’il s’agit d’un petit chat jaune ».

Diskin a également exprimé son soutien à un accord sur les prisonniers, mettant en lumière le cas d’Avera Mengistu, un Israélien retenu à Gaza depuis 2014. « Avant le 7 octobre, l’État accordait plus de valeur aux soldats et à leurs dépouilles », a-t-il déclaré, ajoutant que « lorsque cela concerne un Juif éthiopien à la peau noire ou un Bédouin du Néguev, il serait bon que la société israélienne se regarde dans le miroir ».

En conclusion, Diskin a affirmé son soutien à l’idée d’une solution à deux États, tout en nuancant : « Pour l’instant, nous n’avons pas de partenaire fiable. L’Autorité palestinienne est corrompue, faible et désintégrée, ce qui représente un risque trop grand. L’implication des Américains est nécessaire, et la question est de savoir si Biden remportera les élections. Il en va de même pour nous : qui gouvernera, et si c’est Netanyahu, il continuera de nous mener à notre perte ».

- Advertisement -