Naftali Bennett

Naftali Bennett veut faire d’Israël le noyau d’un bouclier mondial contre les menaces de cybersécurité

/

Alors que l’affaire Pegasus occupait les Unes des principaux médias internationaux, Tel-Aviv organisait une conférence internationale sur la cybersécurité à laquelle ont participé des officiels israéliens notamment le nouveau premier ministre Naftali Bennett. Ce dernier a révélé, ce mercredi, lors de son intervention, qu’Israël mettait en place un «bouclier mondial en réseau» au sein duquel les gouvernements partenaires du monde entier étaient invités à collaborer en temps réel pour identifier les attaques de cybersécurité, donner l’alerte et collaborer à l’élaboration de solutions. La #Cyberweek2021 de Tel-Aviv est une opération minutieusement orchestrée pour blanchir le nouveau gouvernement israélien, d’alourdir le passif de Netanyahu et de libérer Israël de la pression médiatique mondiale de l’affaire Pegasus.

La Cyberweek, conférence internationale annuelle sur la cybersécurité organisée à l’Université de Tel-Aviv lancée ce lundi 19 Juillet ne pouvait pas mieux tomber. La veille au soir, «Forbiden Stories» et 16 grands médias internationaux mettaient en ligne des supposées analyses de 50.000 numéros de téléphones qui auraient été infectés par le malware Pagasus développé par la firme israélienne NSO.

Au lieu de s’en embarrasser, le gouvernement israélien est passé à l’attaque. Pour le nouvel exécutif, NSO c’est de l’histoire ancienne. Une carte brulée, sacrifiée et affectée au passif de Netanyahu. Les services de renseignement de l’Etat hébreux ont eu tout le temps nécessaire pour gérer l’exposition médiatique de sa pépite technologique et mettre en place une nouvelle stratégie cybernétique plus inclusive.

L’anticipation d’Israël de la pression médiatique internationale s’est matérialisée d’une part par la formalisation de la coopération sur la cybersécurité avec le Maroc et l’Arabie Saoudite quelques jours seulement avant la mise en ligne des révélations de «Forbiden Stories» et d’autre part, le choix de la date de la tenue de la Cyberweek de Tel-Aviv. Sachant que les anciennes éditions de l’évènement se tenaient plus tôt, la dernière semaine de juin.

Article Haaretz incriminant Netanyahu – «Où Bibi est allé, NSO a suivi : Comment Israël a poussé les ventes de cyber-armes»

15 juillet 2021 – Signature d’un accord de coopération dans le domaine de la cyberdéfense,

17 Juillet 2021 – Israël autorise un groupe de sociétés de cybersurveillance à travailler pour le gouvernement d’Arabie saoudite

CyberWeek2018 : 17-21 juin

CyberWeek2019 : 23-27 juin

Israël montre patte blanche et invite à une collaboration mondiale contre les cybermenaces

Alors que les panelistes invités ce lundi à la #CyberWeek2021 se tenaient dans leurs interventions respectives au programme de la conférence en dépit de l’excitation médiatique mondiale au sujet de l’affaire Pegasus, seule la Cheffe du National Cyber ​​​​Security Center du Royaume-Uni, Lindy Cameron, a profité de la présence du ministre israélien de la Défense Beni Gantz pour crever l’abcès et évoquer publiquement le sujet.

« Nous assistons maintenant à un phénomène de pays qui n’ont pas de capacités élevées et sont capables de l’acheter, avec moins de contrôle direct sur l’impact direct et indirect de leurs activités », a déclaré la responsable britannique faisant allusion à la technologie NSO vendue à plusieurs pays à travers le monde.

« Nous pensons que les cybermenaces auxquelles nous sommes confrontées sont des menaces mondiales. Il est important que tous les cyberacteurs utilisent leurs capacités de manière légale, responsable et proportionnelle pour garantir que le cyberespace reste un espace sûr et prospère pour tous. Et nous travaillerons avec nos alliés pour garantir cette.» a-t-elle souligné.

Beni Gantz sera obligé de répondre à l’allusion faite par la responsbale britannique et annoncera qu’Israël « étudiait » les publications des médias sur la société NSO. «Nous approuvons l’exportation de produits cybernétiques uniquement vers les gouvernements et uniquement à des fins légales et pour la prévention du crime et du terrorisme», a-t-il ajouté. Et de souligner «Les pays qui achètent ces systèmes doivent respecter les conditions d’utilisation».

Le lendemain, le premier ministre israélien Naftali Bennett s’invitera à la conférence et déroulera la nouvelle stratégique bienveillante de son pays face aux cybermenaces.

Naftali Bennett va entamer son intervention par alerter des dangers des cyberattaques qui sont entrain de remplacer les soldats et et les avions, soulignant qu’elles sont désormais « l’une des plus grandes menaces pour la sécurité nationale et le monde entier » .

«Si dans le passé, un pays malveillant devait, pour mener une offensive, envoyer un avion avec des soldats et des bombes, aujourd’hui le meilleur moyen est une cyberattaque. Tout ce qu’il faut, ce sont des cerveaux, des connaissances, de l’expérience et une bonne connexion Internet. C’est facile», a-t-il affirmé.

Il va ensuite révéler qu’Israël mettait en place un « bouclier mondial en réseau » au sein duquel des gouvernements partenaires du monde entier collaboreront en temps réel pour identifier les menaces de cybersécurité, ainsi qu’alerter et travailler ensemble pour développer des solutions.

Il s’agira d’un « réseau de défense mondial en ligne et en temps réel », a-t-il déclaré Bennett. « Nous invitons tous les pays bien intentionnés partageant les mêmes idées à unir leurs forces. »

Face aux cybermenaces, ce réseau mondial « alertera, enquêtera et développera conjointement un antivirus et le diffusera dans tous les pays membres du réseau. Unis, nous nous tenons debout, divisés, nous tombons », s’est-t-il exclamé.

Pour contrer ce nouveau danger, le Premier ministre a estimé que le marché privé et le gouvernement devaient s’unir.

«Le nouveau réseau fonctionnera de la même manière que la Direction nationale de la cybersécurité d’Israël, en charge de la cyberdéfense nationale. Celle-ci travaille avec le secteur privé et d’autres entités gouvernementales afin d’aider à défendre la nation contre la menace croissante de cyberattaques», a-t-il expliqué.

Et de rajouter, «En Israël, nous avons des jeunes gens très intelligents qui s’engagent dans l’armée, dans le domaine du renseignement à un très jeune âge, et sont ensuite “jetés” dans la société israélienne avec d’énormes capacités. J’étais l’un d’entre eux il y a 29 ans

«En tant que pays, nous devons nous protéger. Nous avons donc créé le seul cyberorganisme national au monde, dont le rôle est de surveiller toutes les industries en Israël – eau, électricité, etc., et cette autorité est également responsable du marché privé», a martelé le Premier ministre israélien.

Le cyber hiver est là

Selon The Time of Israël, Yigal Unna, chef de la Direction nationale israélienne de la cybersécurité et signataire du partenariat sur la cyberdéfense avec le Maroc, qui a prévenu l’année dernière que « le cyber hiver arrivait », a déclaré mercredi lors de la conférence que « le cyber hiver est là ».

« Les menaces proviennent de tous les fronts », a-t-il alerté, et les cyberattaques sont en augmentation. « Il nous reste encore à découvrir à quel point cet hiver sera rude, mais oui, nous y sommes ».

Une entreprise sur cinq en Israël a été victime d’une cyberattaque en 2020, indique le responsable israélien. La moitié d’entre elles étaient des entreprises de haute technologie, et près de 42 % étaient de grandes entreprises. Une entreprise sur 30 a signalé des pertes dues à des cyberattaques en 2020, et « 2021 s’annonce encore pire », a-t-il déclaré.

Israël coopère aujourd’hui en matière de cybersécurité avec 90 pays, a-t-il révélé.

Le secteur de la cybersécurité israélien a levé 3,4 milliards de dollar en 2021, soit 41 % du total des levés au niveau mondial.

Au premier semestre 2021, rapporte The Times Of Israël, les entreprises de cybersécurité israéliennes ont levé 3,4 milliards de dollars à travers 50 transactions. Sept de ces sociétés sont devenues des licornes, évaluées à plus d’un milliard de dollars, selon la Direction nationale israélienne de la cybersécurité.

L’argent levé au cours des six premiers mois de cette année dépasse la somme récoltée par les startups israéliennes de cybersécurité au cours de l’année dernière – qui était déjà un record, avec 2,9 milliards de dollars, révèle la même source. Le chiffre semestriel représente 41 % du total des fonds levés par les entreprises de cybersécurité dans le monde, et représente trois fois le montant levé au cours de la même période un an plus tôt.

Israël : Le marocain Meir Ben-Shabbat laisse sa place à Eyal Hulata, un officier supérieur du Mossad

Le gouvernement israélien a approuvé, ce lundi, la nomination d’Eyal Hulta, Conseiller à la Sécurité Nationale et chef du Conseil de sécurité nationale. Son prédécesseur, le marocain Meir Ben Shabbat a envoyé il y a quelques jours une lettre officielle mettant fin à son mandat. Hulata, 45 ans, a été chef de la Division de la planification stratégique et des politiques et de la Division de la technologie du Mossad.

C’est officiel, celui qui avait été reçu par le roi Mohammed VI en décembre 2021 exprimant son émotion et sa gratitude au souverain devant les caméras, en sa qualité de Chef de la délégation israélienne signataire de l’accord tripartite aux côté du Royaume et des États-Unis, l’israélo-marocain Meir Ben-Shabbat a été officiellement remplacé ce lundi.

Il s’agit du Dr Eyal Hulta, un officier supérieur du Mossad, spécialiste du dossier iranien qui a été choisi par le nouveau premier ministre, Naftali Bennett, puis approuvé par le Conseil de gouvernement pour occuper le poste de conseiller à la sécurité nationale et chef d’état-major de la sécurité nationale (Conseil de sécurité nationale).

Dr Eyal Hulta Photo : Cabinet du Premier ministre israélien

Au Mossad, Hulta état le chef de la Division de la planification stratégique et des politiques et chef de la Division de la technologie. Selon la presse israélienne qui a publié son profil, il a été «chargé de promouvoir les liens politiques stratégiques essentiels pour l’État d’Israël et sa sécurité, ainsi que de développer des réponses technologiques aux besoins de l’organisation, sur un large front de domaines».

Selon les observateurs israéliens, Hulta devrait être la liaison de Bennett avec l’administration Biden concernant la conduite de la campagne diplomatique contre l’Iran. Un sujet complexe en vue des divergences d’intérêt entre les deux pays sur le dossier iranien.

Dr Eyal Hulta, âgé de 45 ans, marié et père de trois enfants et réside Kfar Saba, rapporte le site israélien spécialisé en de défense israeldefense.co.il. Il est titulaire d’un doctorat en physique de l’Université de Tel Aviv, d’une maîtrise en administration publique de l’Université de Harvard et du diplôme du programme «Talpiot» de Tsahal pour la formation au leadership technologique à l’Université hébraïque. Au cours de son service au sein de l’institution, qui a duré 23 ans, Eyal Hulta a remporté le prix de la sécurité israélienne, souligne la même source.

Démission de Meir Ben-Shabbat

Meir Ben-Shabbat l’ancien titulaire du poste de Chef du Conseil de sécurité nationale israélien, avait annoncé son attention de quitter le gouvernement quelques jours après l’installation du gouvernement Bennett-Lapid. Quand le choix sur le successeur a été arrêté, Ben-Shabbat a envoyé sa démission au secrétaire du Gouvernement où il assure qu’il allait travailler avec le nouveau Conseiller pour la passation des dossiers. Ci-après la traduction de sa lettre de démission partagée par le journaliste Barak Ravid.


A l’aimable attention de M. Shalom Shlomo
Secrétaire de Gouvernement


Objet : Cessation de fonctions

Conformément à la loi sur le siège de la sécurité nationale, 5768-2008, section> et suite à ma conversation avec Rosh
Gouvernement en date du 30 juin 2021, je vous annonce la fin de mon mandat en tant que conseiller à la sécurité nationale et en tant que chef d’état-major de la sécurité nationale.

Je suis reconnaissant du privilège qui m’est conféré d’occuper ce poste et de renforcer la sécurité nationale.

J’ai rencontré des gens formidables, vu le beau visage du pays qui chaque jour donne des conseils au combat et s’émeut quotidiennement par les expressions de dégoût et d’admiration à l’endroit de notre pays, de la part des dirigeants mondiaux, des chefs d’État, des rois, des présidents et des ministres.

Bénit soit le peule qui s’est apaisé.

Je souhaite beaucoup de succès au Dr Eyal Hultaa, désigné succésseur.

Comme convenu avec le Premier ministre, je travaillerai pour lui transférer le poste d’ici fin août 2021 (et si nécessaire – même au-delà).

Urgent – Un avion des Forces Royales Air atterrit en Israël

/

L’avion de transport militaire Hercules (CNA-OK) appartenant aux Forces Royales Air marocaines a atterri ce dimanche à la base aérienne de Hatzor en Israël. Selon les médias israéliens, le Maroc pourrait participer à des manœuvres militaires internationales majeures programmées cette semaine par l’Etat hébreux.

Le vol RMAF213 a atterri il y a 4 heures à Kanaf 4, la base de l’armée de l’air israélienne de Hatzor. Il s’agit d’un avion de transport de l’armée de l’air marocaine Lockheed C-130 Hercules immatriculé CNA-OK C130.

L’arrivée de cet avion militaire marocain survient en amont d’un exercice international conjoint avec l’armée de l’air israélienne et mené par les États-Unis.

Sollicité par le journaliste Barak Ravid de walla. co.il, le porte-parole de l’armée israélienne, Tsahal, a refusé de donner de détails au sujet de l’arrivée de l’avion militaire marocain, notamment sur la durée de son escale et sur l’éventuelle participation du Maroc aux manœuvres militaires aux côtés d’Israël.

« Tsahal coopère avec divers pays et armées étrangers, tout en menant des exercices, des réunions de haut niveau, des recherches et des développements conjoints. Nous ne parlerons pas de coopération avec un pays en particulier. » a-t-il souligné.

Le vol RMAF130 a été particulièrement suivi, ce dimanche matin, par les observateurs israéliens sur Twitter. Et pour cause, c’est la première fois qu’un avion militaire marocain atterrit en Israël.

https://twitter.com/ItayBlumental/status/1411624540837457920

La coopération en matière de sécurité entre Israël et le Maroc est une question politiquement très sensible, affirme le journaliste Barak Ravid. Ce dernier, rappelle l’information rapportée par l’agence de presse turque concernant la participation de navires de la marine israélienne et marocaine à un exercice international en mer Noire.

Après le départ de Netanyahu, le processus de paix entamé il y a quelques mois après la signature des accords d’Abraham, semble reprendre de plus belle. Le gouvernement Bennet-Lapid accélère depuis quelques jours avec la bénédiction de Washington la mise en œuvre desdits accords: nomination d’un ambassadeur du Bahreïn en Israël et ouverture des représentations diplomatiques à Abu Dhabi et à Dubaï en présence du ministre des affaires étrangères Yair Lapid.

Maroc -Israël : Mohammed VI félicite le tombeur de Netanyahu

//

Le Maroc devient le troisième pays arabe à féliciter le nouveau ministre d’Israël, Naftali Bennett, après le vote de confiance du Knesset dimanche dernier en faveur du nouveau gouvernement issue de la coalition dite de changement qui a mis terme à douze années de règne de Benjamin Netanyahu.

Le Roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations à Naftali Bennett, à l’occasion de son élection au poste de Premier ministre de l’Etat ‘Israël, rapporte l’agence de presse officielle marocaine MAP.

Dans ce message, indique la même source, le souverain alaouite a exprimé au nouveau premier ministre de l’Etat hébreux, ses chaleureuses félicitations pour son élection et ses meilleurs vœux de succès dans ses hautes fonctions.

Le roi a saisi cette occasion pour faire part à Naftali Bennett de la détermination du Royaume du Maroc à poursuivre son rôle agissant et ses bons offices en faveur d’une paix juste et durable au Moyen-Orient, à même de garantir à l’ensemble des peuples de la région de vivre côte à côte dans la paix, la stabilité et la concordance, conclut la dépêche de la MAP.

https://twitter.com/simonarann/status/1404922312953057282

Il est à noter que Mohammed VI a fait preuve de beaucoup de prudence quand à la gestion de la relations avec le premier ministre sortant Benjamin Netanyahu. Ce dernier avait tout essayer pour décrocher une rencontre avec le roi du Maroc dans l’espoir de faire basculer en sa faveur les élections marathons de ces deux derniers années.

Ce message personnel de Mohammed VI au tombeur du «roi Bibi» est annonciateur d’une nouvelle ère de relation avec l’exécutif de l’Etat hébreux. Il n’est plus impossible d’imaginer une remontre au sommet Mohammed VI-Bennett pour donner un coup d’accélérateur au processus de paix palestinien.

Le Bahreïn et les EAU ont également félicité officiellement l’intronisation de Bennett

Les dirigeants des Emirats arabes unis et de Bahreïn ont félicité dimanche le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, pour son nouveau rôle de Premier ministre.

Sur Twitter, le ministère émirati des Affaires étrangères a écrit : «Les #EAU félicitent le Premier ministre Naftali Bennett et le Premier ministre adjoint et ministre des Affaires étrangères Yair Lapid pour la formation d’un nouveau gouvernement #israélien»

«Nous sommes impatients de travailler ensemble pour faire avancer la paix régionale, renforcer la tolérance et la coexistence, et nous lancer dans une nouvelle ère de coopération dans les domaines de la technologie, du commerce et de l’investissement», poursuit la même source.

Lundi, le ministre émirati des Affaires étrangères, Cheikh Abdallah ben Zayed, annonce dans un tweet qu’il a félicité le ministre des Affaires étrangères et Premier ministre désigné Yair Lapid et lui a souhaité du succès lors d’un appel téléphonique au cours duquel les deux diplomates ont discuté de «la coopération bilatérale entre les deux pays, en plus des accords d’Abraham».

Pour sa part, le prince héritier de Bahreïn, Salmane, a été le premier chef d’Etat arabe à envoyer un télégraphe de félicitations à Bennett, dans lequel il a exprimé ses vœux sincères au gouvernement nouvellement formé pour qu’il réussisse dans ses missions «d’une manière qui renforce les piliers du développement, de la stabilité et de la paix dans la région et dans le monde».

Pour rappel, le président américain Joe Biden a été le premier dirigeant à féliciter le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett, à la suite du vote à la Knesset qui a mis fin au mandat de 12 ans du chef du Likud Benjamin Netanyahu.

3 ministres femmes du nouveau gouvernement israélien sont marocaines

/

Le gouvernement de coalition investit dimanche par le Knesset compte le plus grand nombre de femmes depuis la création de l’Etat d’Israël. Sur les neufs ministres femmes, trois sont marocaines et deux sont irakiennes.

Le nouveau gouvernement dirigé par Naftali Bennett et Yair Lapid a enregistré un record, celle du gouvernement le plus féminin de l’histoire d’Israël avec neuf portefeuilles ministériels sur 27 détenus par des femmes soit 33%.

Ce record a été largement considéré comme un moment historique pour Israël, un pays qui, malgré de nombreux progrès, accuse un retard dans l’égalité des sexes. Lequel retard semble être difficile à rattraper si l’on se réfère au traitement médiatique réservé par certains médias ultraorthodoxes à la présence féminine dans le gouvernement Bennett.

A titre d’exemple, le site d’information haredi Behaderey Haredim a illustré un article sur la composition du nouveau gouvernement en floutant le visage de toutes les femmes ministres.

Cette photo floutée a fait le tour des réseaux sociaux et a suscité un tollé au sein des militants des partis centristes et de gauche.

Réagissant à cette polémique, Pnina Tamano-Shata, ministre de l’Immigration et de l’Intégration a déclaré : « Combien faut-il de distorsion mentale pour masquer les visages des femmes, dans le contexte d’un service gouvernemental. Vous pourrez peut-être masquer nos visages, mais pas notre présence ici, forte, impactante dans la direction israélienne

La tendance des médias haredi à censurer les images de femmes est répandue, mais elle est aussi relativement récente, souligne The Jerusalem Post.

Sur 9 ministres femmes, 3 sont marocaines, 2 irakiennes et 1 éthiopienne

Une autre particlualrité du nouveau gouvernement israélien, c’est que sur les neuf femmes ministres 5 d’entre elles sont originaires de deux pays arabes : 3 du Maroc et 2 d’Irak.

Yifat Shasha-Biton

Download Morocco Flag Png HQ PNG Image | FreePNGImg

Yifat Shasha-Biton, née en 1973 à Tel-Aviv, est en charge du ministère de l’Éducation. Ancienne militante dans le domaine de l’éducation, Yifat Shasha-Bitton est d’origine irako-marocaine, sa mère était infirmière au Maroc et son père est originaire d’Irak. Il possédait une entreprise de transport avant d’émigrer à Israël.

Meirav Cohen

Download Morocco Flag Png HQ PNG Image | FreePNGImg

Meirav Cohen, née en 1983 à Jérusalem, est en charge du ministère de l’égalité sociale. Elle est diplômée de l’Université hébraïque de Jérusalem avec une maîtrise en économie et administration des affaires. Elle a été nommée en 2011 membre du conseil municipal de Jérusalem. Ses deux parents sont marocains. Meirav Cohen est mère de trois enfants.

Karine Elharrar-Hartstein

Download Morocco Flag Png HQ PNG Image | FreePNGImg

Karine Elharrar-Hartstein, née le 9 octobre 1977 44 à Tel-Aviv est en charge du Ministère de l’énergie. Elle souffre de dystrophie musculaire et utilise un fauteuil roulant pour se déplacer. Karine Elharrar-Hartstein est titulaire d’une maîtrise en droit de l’Institute of Academic Administration Administration et d’un second master diplôme en droit du Washington College of Law à l’Université américaine.

Elle est issue d’une famille marocaine qui a déménagé en Israël dans les années cinquante.

Orna Barbivai

download flag iraq svg eps png psd ai vector color free 2019 - el fonts  vectors

Orna Barbivai, née le 5 septembre 1962 à Afula au nord d’Israël est en charge du ministère de l’Économie. Elle est la première femme à atteindre le grade de général de division dans l’armée.

Orna Barbivai, mariée et mère de trois enfants, est membre du parti Bleu et blanc depuis 2019. Elle est titulaire d’une licence en sciences sociales et humaines de l’université Ben Gourion, en plus d’une maîtrise en administration des affaires à l’université de Haïfa.

Sa mère a immigré en Israël depuis l’Irak et son père a immigré de Roumanie.

Ayelet Shaked

download flag iraq svg eps png psd ai vector color free 2019 - el fonts  vectors

Ayelet Shaked, née le 7 mai 1976 à Tel-Aviv est en charge du ministère de de l’Intérieur. Titulaire d’une licence en génie électrique et informatique de l’université de Tel Aviv, Ayelet Shaked est mariée à un pilote militaire et mère de deux enfants.

Elle a précédemment servi dans l’armée en tant qu’entraîneur d’infanterie dans la «Brigade Golani» puis a travaillé dans le domaine de la haute technologie.

Ayelet Shaked est d’origine irakienne. Son père travaillait comme comptable avant son émigration dans les années cinquante d’Irak par l’Iran vers Israël, et sa mère qui donnait des cours de Torah à Bagdad.

Pnina Tamano-Shata

Ethiopia flag icon - Country flags

Pnina Tamano-Shata, née la 1 janvier 1981 en Éthiopie, est en charge du ministère de l’Immigration et de l’Intégration. Ancienne journaliste de télévision et avocate, est diplômée en droit de l’Ono Academic College, située dans la ville Kiryat Ono dans le district de Tel Aviv.

Célibataire, elle est célèbre pour sa maîtrise de la langue amharique, ainsi que de l’anglais et de l’hébreu, et pour avoir été la première femme éthiopienne à remporter un siège parlementaire à la Knesset, du parti Bleu et blanc.

Le Bahreïn premier pays arabe à féliciter le nouveau ministre israélien

/

Le prince héritier de Bahreïn, Salman ben Hamad ben Issa Al Khalifa, a envoyé un message de félicitations à Naftali Bennett et Yair Lapid à l’occasion de la formation du gouvernement israélien qu’ils dirigeront. L’information a été confirmée par l’agence de presse officielle BNA.

Dans son message, le prince héritier et premier ministre du Bahreïn a exprimé ses «vœux sincères de réussite au nouveau gouvernement israélien, de sorte à ce qu’il «renforce les piliers du développement, de la stabilité et de la paix dans la région et dans le monde».

Plus tôt dans la journée le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdullatif bin Rashid Al Zayani avait publié sur les réseaux sociaux une vidéo d’adieu à l’attention du ministre des affaires étrangères sortant Gabi Ashkenazi. Le chef de la diplomatie du Bahreïn a exprimé son plaisir d’avoir travailler avec lui sur les Accords d’Abrahams.

Abdullatif Al Zayani a publié la vidéo simultanément avec une autre vidéo adressée à Gabi Ashkenazi par son homologue des E.A.U, le Cheikh Abdallah ben Zayed Al Nahyane.

Israël : A peine intronisé, Naftali Bennett reçoit un coup de fil de Biden

Une heure à peine après le vote de confiance du parlent israélien donnant lieu à la constitution d’un gouvernement issu de la coalition dite de changement, le président américain Joe Biden a appelé au téléphone le nouveau chef de gouvernement israélien Naftali Bennett. Une célérité par laquelle, l’administration américaine confirme sa volonté de mettre fin à 1é années de l’ère Netanyahu.

Lors de cet entretien téléphonique dont le contenu a été publié sur le compte twitter du premier ministre, Joe Biden a félicité le Premier ministre Naftali Bennett pour la formation d’un gouvernement avec le Premier ministre suppléant Yair Lapid et a exprimé son souhait de renforcer davantage les liens entre les deux pays.

Les États-Unis «restent inébranlables dans leur soutien à la sécurité d’Israël», a déclaré Biden, affirmant que le gouvernement américain s’était engagé à travailler avec le nouveau gouvernement israélien.

Selon la source israélienne, Bennett a remercié Biden pour son message de félicitations et pour son engagement de longue date envers Israël et sa sécurité. Il a également remercié, son allié, le président américain pour son soutien lors de l’opération militaire «Gardiens des murs» contre le Hamas.

Les deux dirigeants ont souligné l’importance de l’alliance entre Israël et les États-Unis, ainsi que leur engagement à renforcer les liens entre les deux pays et à maintenir la sécurité de l’État d’Israël, rapporte le communiqué israélien.

Avant cet appel téléphonique, l’administration américaine a publié quelques minutes après l’annonce des résultats du vote du Knesset, un communiqué de félicitation de la «coalition du changement».

« Au nom du peuple américain, je félicite le Premier ministre Naftali Bennett, le Premier ministre suppléant et ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, et tous les membres du nouveau cabinet israélien », a-t-il déclaré .

«Israël n’a pas de meilleur ami que les Etats-Unis», a-t-il poursuivi.

«Le lien qui unit notre peuple est la preuve de nos valeurs communes et de décennies d’étroite coopération. Les États-Unis restent inébranlables dans leur soutien à la sécurité d’Israël », souligne la Maison Blanche, affirmant que le gouvernement américain s’était engagé à travailler avec le nouveau gouvernement israélien.

« Mon administration est pleinement engagée à travailler avec le nouveau gouvernement israélien pour faire progresser la sécurité, la stabilité et la paix pour les Israéliens, les Palestiniens et les peuples de toute la région» a conclut Joe Biden.

https://twitter.com/naftalibennett/status/1404150231923572736

« Merci, Monsieur le Président ! » a tweeté le nouveau premier ministre en insérant le communiqué de la Maison Blanche. «Je suis impatient de travailler avec vous pour renforcer les liens entre nos deux pays.» a-t-il souligné.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a également félicité Bennett et Lapid dans un tweet, affirmant qu’il avait hâte de travailler avec eux deux.

« L’Autriche est attachée à Israël en tant qu’État juif et démocratique et continuera de se tenir aux côtés d’Israël », a déclaré Kurz.