fbpx

David T. Fischer

David T. Fischer : «Ce fut l’honneur de ma vie d’être l’Ambassadeur des États-Unis au Maroc»

Celui dont le nom restera à jamais gravé dans la mémoire collective des Marocains et dans les annales de l’histoire, David T. Fischer, quitte ses fonctions ce mercredi 20 janvier après une mission des plus euphoriques de sa carrière de diplomate. «Ce fut l’honneur de ma vie d’être l’Ambassadeur des États-Unis au Maroc, l’un des pays les plus merveilleux, les plus beaux et les plus hospitaliers du monde» a -t-il déclaré avec beaucoup d’émotion lors de son dernier point de presse tenu mardi à Rabat. Si les mandats de Samuel L. Kaplan et de Dwight L. Bush Sr. étaient intenses et difficultueux par moments, David T. Fischer est entré dans l’histoire en étant la haute personnalité américaine qui a apposé sa signature sur la carte complète du Royaume, rétablissant ainsi la vérité occultée par les néo-colonialistes et leurs sbires : la légitimité et la souveraineté complète du Maroc sur ses provinces du Sud, sur Son Sahara.

«Merci à tous d’être avec nous aujourd’hui. Le 20 janvier, dans deux jours à peine, mon mandat d’ambassadeur des États-Unis au Maroc arrive à son terme» a déclaré David T. Fischer, devant un parterre de journalistes venus immortaliser les adieux du haut diplomate américain qui s’est pleinement investi dans le rapprochement stratégique entre les deux pays alliés. Lequel rapprochement a été couronné par la reconnaissance des États-Unis de la souveraineté du Royaume du Maroc sur ses provinces du Sud, matérialisée par l’adoption d’une carte complète du Maroc par le gouvernement américain et par l’inauguration d’un consulat dans la ville de Dakhla.

«Ce fut l’honneur de ma vie d’être l’Ambassadeur des États-Unis au Maroc. Le Maroc est l’un des pays les plus merveilleux, les plus beaux et les plus hospitaliers du monde – et l’un des amis les plus importants et les plus anciens des États-Unis d’Amérique.» a poursuivi l’ambassadeur.

M. Fischer a par la suite défendu le bilan de son mandat qui a enregistré un bond historique dans les relations américano-marocaines. Intensité, richesse, défis, efficacité et satisfaction sont autant de qualificatifs qui décrivent l’action de l’ambassadeur en seulement 12 mois.

En effet M. Fischer a prêté serment en tant qu’Ambassadeur des Etats-Unis au Royaume du Maroc le 16 janvier 2020, et est arrivé au Maroc le 21 janvier 2020.

«Je suis arrivé au Maroc il y a exactement un an. Mon tout premier jour ici, j’ai eu l’honneur de rencontrer Sa Majesté le Roi Mohamed VI. Cette réunion a donné le ton à tout ce qui a suivi. Je tiens à remercier Sa Majesté pour les bases qu’il a jetées pour guider l’amitié américano-marocaine vers un partenariat toujours plus étroit», s’est-il félicité.

Et de poursuivre, «Ce partenariat est vieux de plusieurs siècles, à commencer par une étape incroyablement audacieuse et visionnaire du Maroc, lorsqu’il est devenu le premier pays au monde à reconnaître les États-Unis d’Amérique naissants».

«J’ai passé l’année écoulée à rendre la pareille, renforçant cette amitié au profit des deux pays» a reconnu l’ambassadeur américain.

Mon gouvernement a redessiné notre carte officielle pour reconnaître les véritables frontières du Maroc

La chaleur et la joie exprimées par les marocains à la suite de la décision de l’administration américaine de reconnaitre la souveraineté du Maroc sur son Sahara semble avoir marqué l’ambassadeur américain. Un moment d’union nationale qu’il a tenu à souligner lors de ce point de presse.

«L’histoire s’est de nouveau faite cette année lorsque je suis devenu le premier ambassadeur des États-Unis à visiter le Sahara marocain, après que mon gouvernement ait redessiné notre carte officielle pour reconnaître les véritables frontières du Maroc», s’est-il-félicité.

«Ce fut un immense honneur de visiter les provinces du sud. J’ai un profond respect pour la place spéciale qu’occupe le Sahara dans le cœur de tous les Marocains», reconnait M. Fischer.

Lorsque j’ai visité le sud du Maroc, a-t-il poursuivit, j’ai déclaré devant la presse que je souhaiterais acheter une villa à Dakhla. Je plaisantais à l’époque, mais maintenant que tout le monde me pose des questions sur ce sujet… Vous savez, ce n’est peut-être finalement pas une mauvaise idée.

«Le Maroc nous tient à cœur et le restera toujours. C’est un pays dont il est facile de tomber amoureux. La chaleur de ses habitants est tout simplement inégalée.» a déclaré M. Fischer

Et c’est non sans émotion que l’ambassadeur a avoué que le Maroc et les marocains allaient lui manquer.

«Le Maroc, nos amis marocains et la vie que nous avons faite ici nous manqueront, mais nous partons heureux, sachant que l’avenir du partenariat américano-marocain est devenu inébranlable et ne peut que se renforcer».

Avec Biden, les relations entre le Maroc et les USA seront entre de bonnes mains

M. Fischer s’est montré par la suite rassurant quant à l’impact de l’arrivée de l’administration Biden sur les avancées réalisées avec l’administration sortante.

«L’avenir du partenariat américano-marocain est aujourd’hui plus fort que jamais, et ne peut que se renforcer davantage», s’est réjoui l’ambassadeur.

«Alors que nous nous préparons à quitter le Maroc, je veux que vous sachiez que l’avenir des relations américano-marocaines sera entre de bonnes mains» a-t-il souligné.

«Je suis sûr à 100% que la nouvelle administration Biden nommera une personne hautement qualifiée pour occuper ce poste d’ambassadeur, quelqu’un qui s’appuiera sur tout ce que nous avons fait ensemble, et que les relations bilatérales ne feront que croître et prospérer ensemble comme elles l’ont fait pendant plus de deux siècles» a affirmé l’ambassadeur américain.

Coopération Sécurité Défense Maroc-USA : une feuille de route de 10 ans

Désormais, c’est une feuille de route de 10 ans qui structure les relations américano-marocaines. Signée en octobre 2020, elle représente le socle et le symbole du partenariat stratégique à long terme entre les deux pays.

«Au cours de l’année écoulée, le Maroc et les États-Unis sont devenus des partenaires encore plus proches sur une série de questions de sécurité» a déclaré M. Fischer.

2 Octobre 2020 – Le Maroc et les Etats-Unis signent un mémorandum d’entente dans le domaine de la coopération sécuritaire, qui a paraphé par le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de l’Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, et le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper.

Cet engagement durable des États-Unis dans ses relations bilatérales avec le Maroc a été aussi matérialisé par un investissement de 312 millions dollars pour la construction d’un nouveau consulat dans le nouveau quartier résidentiel et d’affaires de la capitale économique, Casablanca et dont la pose de la première pierre s’est déroulée le 3 décembre 2020.

L’inauguration de ce nouveau consulat «démontre également notre soutien à l’avenir du Maroc en tant que porte d’entrée pour toute l’Afrique. Le Maroc est bien placé pour tirer parti de ses nombreux atouts importants, et les États-Unis sont fiers d’investir dans cet avenir» a souligné l’ambassadeur américain.

M. Fischer a annoncé dans le même registre que son pays prévoit de célébrer en 2021 le 200e anniversaire du don du Maroc de l’unique bâtiment historique américain hors des Etats-Unis, la «Légation américaine de Tanger». Il s’agit de la plus ancienne représentation diplomatique des Etats-Unis dans le monde dont l’édifice a été offert en 1821 par le Sultan Moulay Slimane.

M. Fischer a tenu par ailleurs à illustrer la qualité de coopération entre les deux pays en dévoilant le partenariat réussi dans la sécurisation de Tanger-Med.

« J’ai eu l’occasion de voir de mes propres yeux comment le Maroc et les États-Unis travaillent ensemble pour sécuriser le port Tanger-Med, l’un des plus grands ports à conteneurs au monde. J’ai visité l’installation portuaire et observé l’une des deux unités mobiles de numérisation, que les États-Unis ont fait don au Maroc en 2017 pour un coût de 4,5 millions de dollars. Ces unités aident désormais à inspecter les conteneurs et les véhicules de tourisme, assurant la sécurité du Maroc et la fluidité de son commerce» a-t-il révélé.

Réconciliation entre le Maroc et Israël

L’ambassadeur américain a évoqué dans son allocution la reprise des relations entre Rabat et Tel-Aviv sous l’égide du président américain Donald Trump. Un évènement qu’il a qualifié d’historique qui devrait contribuer à la stabilité de la région et la création de nouvelles opportunités commerciales.

«L’histoire entre nos deux pays est remplie d’événements importants, et je crois que nous avons encore fait l’histoire cette année, plusieurs fois’est-il félicité.

«Nous avons favorisé une réconciliation entre le Maroc et un autre de nos plus proches alliés, Israël. Le président Trump a fait cette annonce il y a seulement un mois, le 10 décembre, et beaucoup de choses se sont produites depuis lors.» a-t-il rappelé.

M. Fischer a précisé que le Maroc et Israël ont rouvert leurs bureaux commerciaux, qui deviendront bientôt des ambassades à part entière.

«Les hommes d’affaires et les investisseurs en Israël s’adressent déjà à leurs homologues marocains, cherchant à faire des affaires ici. Bien sûr, le tourisme en provenance d’Israël fleurira», s’est-il réjouit.

Covid, Culture, langue anglaise, entreprenariat, Competencies, Capabilities et ALE les principaux axes d’actions de coopération

Dans le tableau des réalisations de David T. Fischer et de ses équipes figurent les divers projets qui s’inscrivent dans le soutien apporté par les États-Unis au Maroc dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la formation professionnelle et l’entreprenariat.

M. Fischer a rappelé dans ce sens que le gouvernement américain a investi, par le biais de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), plus de 9,5 millions de dollars dans la réponse du Maroc à la pandémie COVID-19.

«Lorsque le COVID-19 est arrivé au Maroc, j’ai immédiatement donné la priorité à aider le Royaume à faire face de la pandémie, avec une assistance ciblée pour soutenir les personnes les plus vulnérables du Maroc» a déclaré l’ambassadeur.

M. Fischer révèle que l’USAID a travaillé avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires pour sensibiliser le public au COVID-19, pour former des agents de santé et pour fournir du matériel d’hygiène et du matériel de laboratoire.

«Le Département d’État américain et le Département de la défense ont également acheté des équipements de protection pour les laboratoires nationaux du Maroc. Je suis fier d’avoir soutenu le Maroc dès le début, dans sa bataille réussie contre la pandémie.» s’est-il félicité.

Au cours de l’année écoulée, j’ai visité presque tous les coins du Maroc, à la recherche de moyens d’améliorer notre coopération et de renforcer les liens entre nos deux grandes nations. Mon objectif a été de faire comprendre au Maroc que l’Amérique investit massivement dans cette amitié et croit fermement en notre avenir.

David T. Fischer, ambassadeur des etats-unis au Maroc

L’ambassadeur s’est également arrêté sur la coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation et de la culture, rappelant que les deux parties ont oeuvré ensemble pour préserver «le patrimoine culturel inégalé du Maroc», notamment la signature d’un accord visant à protéger «les objets culturels marocains contre le vol et la contrebande».

«La culture marocaine est incroyablement riche, et les États-Unis sont fiers d’aider les générations futures à vivre l’histoire culturelle du Maroc dans son intégralité», a dit le diplomate.

Sur le plan de l’éducation, M. Fischer dit avoir écouté les attentes des marocains pour l’apprentissage de la langue anglaise et d’avoir agi. Il affirme à ce sujet, que grâce à un partenariat étroit avec le ministère de l’Éducation, l’USAID a pu obtenir un montant record de financement pour l’enseignement de l’anglais dans les écoles publiques au Maroc.

«Je suis également fier d’avoir soutenu le pacte de 450 millions de dollars de la Millennium Challenge Corporation avec le Maroc. Ce partenariat renforce la sécurité foncière et l’éducation des futures générations de Marocains et crée 12 nouvelles zones industrielles.» a-t-il poursuivit.

David et Jennifer Fischer chez Abdellatif Hammouchi

Après cette conférence de presse, David T. Fischer accompagné de son épouse Jennifer Fischer a tenu à faire ses adieux en personne à Abdellatif Hammouchi, directeur général de la DGSN et de la DGST.

Lors de cette entrevue qui s’est déroulée au siège de la DGSN à Rabat, l’ambassadeur a tenu à exprimer «son profond respect et sa grande reconnaissance envers le corps sécuritaire marocain pour sa forte contribution à la consolidation de la coopération américano-marocaine, en particulier dans le domaine de la lutte contre le terrorisme».

L’ambassadeur a réitéré par la même occasion sa fierté pour le rôle qu’il a lui-même pu jouer dans le dossier du Sahara marocain et pour l’appui qu’il a pu apporter au plan d’autonomie proposé par le Royaume.

Il est à rappeler que M. Fischer avait préparé avec M. Hammouchi la visite haute en symbole du Secrétaire d’Etat américain et ancien Directeur de la CIA Mike Pompeo au siège de la DGST. Une rencontre qui avait réuni de hauts responsables des deux parties.

Les États-Unis adoptent officiellement la carte complète du Royaume Maroc

//

L’ambassadeur des États-Unis au Maroc, David T. Fischer, a présenté ce samedi 12 décembre, la nouvelle carte officielle du Royaume du Maroc adoptée par l’administration américaine. L’ambassadeur compte offrir cette carte signée par ses soins au roi Mohammed VI.

Quarante huit heures après la décision des États-Unis de reconnaitre la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud, l’ambassadeur américain à Rabat, David T. Fischer, a organisé ce samedi soir une cérémonie durant laquelle il a procédé à une représentation tangible de la proclamation de la marocanité du Sahara en signant la nouvelle carte officielle adoptée par Washington du Royaume du Maroc. Une carte qui inclue désormais l’ensemble du territoire du Sahara.

«Je suis heureux de vous présenter la nouvelle carte officielle du gouvernement des États-Unis du Royaume du Maroc», a annoncé David T. Fischer devant l’assistance, avant d’apposer sa signature sur la carte et plus précisément sur la région du Sahara.

«Je compte offrir cette carte en cadeau à Sa Majesté le Roi Mohammad VI, en reconnaissance de son audacieux leadership et de son soutien continu et inestimable à la profonde amitié entre nos deux nations» a annoncé l’ambassadeur américain.

L’ambassadeur a souligné également que cette carte constitue «une représentation tangible» de la proclamation faite jeudi dernier par le président américain Donald Trump sur la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

Fischer a ajouté qu’il ferait d’autres annonces d’événements importants dans les prochains jours en faveur de la consolidation du partenariat entre les deux pays.

Le journal «The New York Times» avait annoncé ces derniers jours que les Etats-Unis vont investir 3 milliards de dollars au Sahara dans des projets liés aux énergies renouvelables, aux banques et au tourisme, une information qui n’a pas encore été confirmée.

Jeudi dernier, Trump a annoncé la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara, matérialisée par l’ouverture d’un consulat US à la ville de Dakhla.

Ambassadeur américain David Fischer : La reconnaissance de la souveraineté du Royaume sur le Sahara est un pas pour le renforcement du partenariat stratégique US-Maroc

//

Suite à la promulgation du décret présidentiel statuant la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud, et l’accord du roi Mohammed VI d’entreprendre des mesures concrètes dans le processus de reprise des relations économiques et politiques avec Israël, l’ambassadeur américain au Maroc, David T. Fischer, a publié une déclaration où il rappelle les relations privilégiées entre son pays et le Royaume et salue le leadership de grande envergure du roi Mohammed VI.

«Aujourd’hui, le président Donald Trump a signé une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.
Le Maroc et Israël – deux des alliés les plus proches de notre pays – ont également convenu d’améliorer considérablement leurs relations
» a introduit l’ambassadeur américain à Rabat, David Fisher, son «statement» publié en arabe et en anglais sur la page officielle de son ambassade.

Ce sont des annonces passionnantes qui représentent des jalons véritablement historiques dans la relation déjà forte entre le Maroc et les États-Unis, construite sur plus de deux cents ans d’amitié, s’est félicité l’ambassadeur.

Et d’ajouter, « la riche histoire des relations entre le Royaume du Maroc et les États-Unis d’Amérique est unique. C’est aussi vieux que l’Amérique elle-même. Comme le président Trump l’a rappelé au monde aujourd’hui, le Maroc a été le premier pays à reconnaître les États-Unis d’Amérique en 1777 ».

L’ambassadeur américain a tenue à saluer le leadership du roi Mohammed VI et son engagement poure la paix, la sécurité et le développement du Moyen Orient et de l’Afrique.

«Je tiens à saluer le leadership de grande envergure du roi Mohammed VI pour son soutien continu et précieux sur des questions d’intérêt commun telles que la paix au Moyen-Orient et la stabilité, la sécurité et le développement dans la région et sur le continent africain

Le responsable américain a conclut sa déclaration en affirmant la volonté de son pays de renforcer le partenariat stratégique avec le Maroc et en assurant que « les nouvelles d’aujourd’hui ( reconnaissance de la marocanité du Sahara ) ne sont que le début de nombreux développements importants dans les années à venir ».

300 millions de dollars pour le nouveau siège du consulat Général des États-Unis à Casablanca

/

Le Consulat Général des États-Unis à Casablanca a organisé, jeudi, une cérémonie pour la pose de la première pierre de son nouveau siège, qui sera érigé au sein du nouveau pôle urbain Casa-Anfa pour un budget global de 300 millions de dollars.

Composé de plusieurs bâtiments et espaces verts, ce complexe, qui sera livré à l’horizon 2024, occupera une surface globale de 2,8 hectares, avec une conception qui conjugue le style américain contemporain aux nombreuses influences historiques du Maroc.

Nouveau symbole des liens historiques entre le Royaume et les Etats-Unis d’Amérique, le projet devra employer 300 Marocains dans chacune de ses étapes de réalisation et injecter jusqu’à 100 M$ dans l’économie marocaine.

L’aspect écologique a été placé au centre de la conception du nouveau complexe ultra moderne. Les locaux seront dotés d’un système d’énergie solaire photovoltaïque pour réduire de 25% la consommation d’énergie. Il bénéficiera d’installations d’efficacité hydrique et d’un système de récupération des eaux de pluie, en plus de ses espaces verts, dont les plantes du pays, résistantes à la sécheresse, ont judicieusement été choisies pour réduire la consommation d’eau.

De plus, les locaux bénéficieront d’un accès facile au réseau public de tramway de Casablanca, réduisant ainsi la nécessité d’emprunter les moyens de locomotion personnels. Tous ces aspects écologiques ont qualifié ce projet à devenir candidat du prestigieux certificat «Leadership in Energy and Environmental Design» (LEED).

«Les Etats-Unis misent sur l’avenir Casablanca comme hub régional dans les domaines des affaires, du commerce, de la culture et des voyages, alors que se concrétise le projet de SM le Roi Mohammed VI de faire du Maroc la porte d’entrée vers l’Afrique», a souligné l’Ambassadeur US à Rabat, David T. Fischer, lors de cette cérémonie marquée par la présence notamment du Wali de la région de Casablanca–Settat, Gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch.

Et de poursuivre: «Des services consulaires jusqu’aux réalisations économiques et commerciales, en passant par le rayonnement culturel et bien plus encore, nous bâtissons le Consulat général d’envergure mondiale que Casablanca mérite».

«J’ai eu le privilège d’habiter cette ville dynamique et d’être le témoin direct de l’amitié forte et durable que nous cultivons à travers les multiples liens économiques et culturels entre Casablanca et les Etats-Unis», a, pour sa part, dit la Consule générale à Casablanca, Jennifer Rasamimanana.

«En abritant notre centre culturel Dar America, en plus des installations spacieuses et accueillantes des services consulaires et commerciaux, le nouveau Consulat général viendra conforter nos efforts visant à approfondir et renforcer notre partenariat avec le Maroc», a-t-elle ajouté.

Ont également pris part à cette cérémonie de pose de la première pierre le directeur du protocole au sein du ministère des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidents à l’étranger, ambassadeur Anas Khales, du maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari et de la gouverneure de Hay Hassani, Khadija Benchouikh.

David T. Fischer, ambassadeur américain au Maroc reçu par Abdellatif Hammouchi au siège de la DGST

/

Décidemment, les responsables américains semblent apprécier de plus en plus l’accueil de l’homme fort de la «Homeland Security» marocaine, Abdellatif Hammouchi. Dix mois après la visite, première du genre, de l’ancien patron de la CIA et actuel ministre des affaires étrangères Mike Pompeo, c’est au tour de l’ambassadeur des États-Unis au Maroc David T.Fischer de se rendre au siège de la Direction générale de la Surveillance du territoire, pour rencontrer l’homme qui est sur tous les fronts surtout depuis l’éclatement de la crise sanitaire.

Septembre a été un mois marathon pour Abdellatif Hammouchi. Les couacs à répétition de l’exécutif dans la gestion du déconfinement, l’Aïd al-Adha et la rentrée scolaire, ont poussé Hammouchi de reprendre la main sur le dossier sanitaire dans le but d’endiguer la deuxième vague qui semble s’abattre sur le monde entier.

Par ailleurs, les évolutions inquiétantes des conflits régionaux, les transformations majeures dans la géopolitique du Moyen-Orient et de la méditerranée, le retour sur la scène internationale des talibans et l’instabilité politique au Sahel font ressurgir de nouvelles menaces terroristes. Lesquelles menaces que Hammouchi a tenu a y répondre en procédant à un coup de filet et une campagne médiatique bien orchestrée contre des cellules terroristes dormantes dans les quatre coins du pays.

Il faut être dupe pour penser qu’une telle opération soit une simple opération de «personal branding» du responsable sécuritaire. Il s’agit surtout d’un rappel aux citoyens marocains, aux partenaires et au monde entier de la solidité de ses institutions en dépit de la faiblesse de l’exécutif face à l’urgence sanitaire et économique.

Après Pompeo, Hammouchi reçoit Fischer à la DGST à Temara

«Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi a reçu jeudi l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique accrédité auprès du Royaume du Maroc, David T.Fischer, et ce dans le cadre des relations de coopération bilatérale dans les différents domaines sécuritaires» annonce la DGST dans un communiqué repris par l’agence de presse officielle, MAP.

Cette réunion bilatérale, nous apprend la même source, qui s’est déroulée au siège de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) à Rabat, a vu la participation des cadres des services centraux de la DGST et des représentants de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat.

La DGST a indiqué dans son communiqué que les deux parties ont évoqué les différents sujets sécuritaires d’intérêt commun notamment les mécanismes de coopération et de coordination en matière de lutte contre les risques du danger terroriste, l’extrémisme violent, le crime organisé et leurs liens croissants dans la région de l’Afrique du nord et du Sahel.

Elles ont aussi abordé les moyens à même de mettre en valeur cette coopération devenue un modèle à suivre dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, souligne la même source.

Les deux parties ont également passé en revue les mécanismes de développement et de renforcement de la coopération entre les services de la DGSN et la DGST et les agences américaines de sécurité dans le domaine de lutte contre les risques et dangers liés à la criminalité transnationale organisée, outre l’échange d’expertises et d’expériences.

Au terme de cette rencontre, le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire et l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat se sont félicité du bilan de la coopération stratégique bilatérale dans le domaine sécuritaire, exprimant la disposition des deux pays à développer les niveaux de cette coopération en contribution à la paix et à la stabilité mondiales, conclut le communiqué.