Abderrahim El Hafidi

La station de dessalement de Laâyoune prête fin 2021

Le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, s’est enquis lundi de l’état d’avancement du projet de renforcement de la production d’eau potable de la ville de Laâyoune à travers la réalisation d’une nouvelle station de dessalement d’eau de mer.

MAP

Au cours de cette visite de terrain, M. El Hafidi s’est informé de l’état d’avancement des préparatifs relatifs aux essais de mise en service de la première tranche, qui consiste en la réalisation d’une nouvelle station de dessalement d’une capacité de production de 26.000 m3/j à partir des forages côtiers.

La mise en service de la station, dont le coût est de 370 millions de dirhams (MDH), est prévue avant fin 2021, a déclaré à la MAP le directeur général de l’ONEE, ajoutant qu’il s’agit d’un “projet structurant et stratégique” pour les provinces du Sud du Royaume et qui aura des impacts “très positifs” sur la dynamique économique et de développement que connaît actuellement la région.

M. El Hafidi a précisé que ce chantier phare permettra de rehausser la capacité de production de l’eau potable à 60.000m3/j et de satisfaire ainsi les besoins en eau potable des habitants de Laâyoune et El Marsa ainsi que les centres Foum El Oued et Tarouma au-delà de l’horizon 2035.

L’ONEE a programmé également la réalisation de la deuxième tranche dudit projet qui consiste en une prise directe d’eau de mer sur un linéaire de 2 Km et une adaptation du système de prétraitement pour renforcer l’alimentation en eau brute de la station de dessalement.

D’un coût global de 300 MDH, la réalisation des travaux relatifs à cette tranche est prévue avant fin 2023.

Mix énergétique : Le Maroc a-t-il visé trop haut?

/

Le Maroc a choisi d’investir dans plusieurs projets gaziers de taille comme le Gazoduc Maghreb-Europe et le projet du gazoduc Maroc-Nigéria reliant 12 pays de l’Afrique de l’Ouest et l’Europe. Et le gaz naturel est amené à «jouer un rôle crucial dans l’amélioration de la sécurité énergétique mondiale et la flexibilité de l’approvisionnement couplé à des mesures d’intégration et de politique d’urgence». Cela dit, le Maroc réussira-t-il à réaliser 52% de son mix énergétique à partir des énergies renouvelables ? L’échéance 2030 approche à grand pas. Est-ce à dire que le défi sera relevé ?

Lire ici