fbpx

Abdelfatah Louarak

L’exercice naval OXIDE à La Réunion, l’Amiral Christophe Prazuck à Rabat

/

Habituellement à prédominance maritime, l’exercice naval Oxide a, cette année, renforcé sa dimension interarmées. La France et l’Afrique du Sud ont engagé des moyens de l’armée de l’air, de l’armée de terre -parachutistes du 2e régiment de parachutistes d’infanterie de marine- aux côtés d’imposants moyens maritimes. L’Amiral Christophe Prazuck, patron de la Marine française, qui n’a pas pris part à cet exercice, tenait quant à lui des discussions avec les hauts responsables militaires à Rabat.

L’ïle de La Réunion a accueilli, du 24 novembre au 7 décembre 2017, cet exercice. Cette dixième édition menée avec la South Africa National Defense Force visait à renforcer la coopération bilatérale en améliorant l’interopérabilité entre les forces des deux pays. Conduit par une trentaine de personnels depuis le quartier général de la caserne Lambert, l’exercice a mobilisé près de 500 militaires sur la thématique du narcotrafic dans le bassin sud de l’océan Indien.

La première semaine a été animée par des exercices de phases par zone. Au large des côtes, la frégate sud-africaine et le B2M français se sont entraînés sur le thème du ravitaillement en mer à travers un « bundle dropping » (largage par avion d’un colis à récupérer). Ils ont également réalisé une visite à bord d’un navire suspect, ou encore une opération de protection d’un navire ami. Dans les airs, les avions ont procédé à des repérages de zone et des largages de parachutistes. Au sol enfin, les parachutistes ont profité du déploiement de ces moyens pour parfaire leur entraînement.

La deuxième semaine a permis de réaliser une synthèse des connaissances pendant un exercice réaliste de trois jours fondé sur un scénario d’interception d’un grand cartel de trafiquants de stupéfiants. Les missions coordonnées entre les armées, en synergie internationale, avaient pour objectif de mettre fin aux agissements criminels et d’arrêter les leaders. De la conduite des opérations au conseil juridique, en passant par la logistique, la communication, la météo et la santé, tout était parfaitement maîtrisé pour permettre aux forces de s’adapter aux exigences du scénario et de mener l’exercice à son terme avec succès.

Le patron de la Marine Française en visite au Maroc pour promouvoir l’interopérabilité entre les armées des deux pays

Au lendemain de la fin de l’exercice OXIDE à l’extrême sud du continent africain, Rabat a reçu la visite de l’Amiral Christophe Prazuck, Chef d’État-major de la Marine nationale française, en visite de travail au Royaume, du 10 au 12 décembre. Le patron de la Marine française a eu des entretiens avec l’Inspecteur général des Forces armées royales, le général de Corps d’armée Abdelfatah Louarak, en présence de l’attaché de Défense, le colonel Sébastien Houel, et de l’attaché naval près l’ambassade de France à Rabat, le Capitaine de frégate Xavier Bourdeau de Fontenay.

Les discussions, qui ont porté sur le bilan de la coopération militaire entre les Forces armées des deux pays, ont examiné les opportunités de la consolidation des relations militaires bilatérales entre les deux pays en vue de promouvoir l’interopérabilité entre les deux armées.

La coopération militaire maroco-française, qui est régie par un accord-cadre de coopération militaire technique et un accord relatif au statut des Forces des deux pays, porte globalement sur le soutien réciproque, la formation, l’organisation d’exercices combinés, l’échange de visites d’information, ainsi que d’autres projets de partenariat. En termes spécifiques à la marine, la coopération entre la Marine Royale et la Marine nationale française est multidimensionnelle. Elle concerne notamment les entraînements opérationnels, un partenariat dans le domaine de la plongée et de la guerre des mines, des Chartes de jumelage entre les Écoles et Centres de formation, ainsi que le domaine de l’hydrographie et de la cartographie.

La dernière réunion de la Commission militaire mixte maroco-française s’est tenue en octobre 2017 à Rabat.

UPDATE – Le général Abdeslam Tamidi, chef du 5ème Bureau de l’Etat-Major des Forces armées royales, en mission auprès de la de la Minusca et de la Monusco

/

Comme nous le relations dans un précédent article, une délégation militaire de haut rang conduite par le général de Corps d’Armée Abdelfattah Louarak, Inspecteur Général des Forces armées royales, a effectué une visite de cinq jours (du 6 au 10 août) aux contingents des FAR déployés en République centrafricaine et en République Démocratique du Congo, respectivement dans le cadre de la Minusca et de la Monusco.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La délégation militaire marocaine, composée également du général de Division Belkhir El Farouk, Commandant la Zone-Sud et d’officiers supérieurs des FAR, a vu la participation exceptionnelle du général de Brigade Abdeslam Tamidi, Chef du 5e Bureau de l’Etat-Major général des FAR, un soldat de l’ombre d’une rare compétence, peu connu du grand public et très discret en raison de la sensibilité de ses fonctions et des dossiers qu’il gère.

Pour précision, il ne s’agit pas du général Tamidi ancien patron du 4ème Bureau sous Hassan II.

Rappelons que le 5ème Bureau est un service secret militaire chargé du renseignement au sein de l’armée marocaine, de la surveillance des courants qui la traversent, et veille aussi à toute intrusion étrangère au sein des Forces Armées Royales.

A sa création en 1956 en même temps que la création des FAR, il est scindé en deux 20 ans plus tard (1976) pour devenir autonome du 2ème Bureau, autre important service de renseignement des FAR.

Le Général Belkhir El Farouk à l’occasion de la cérémonie d’investiture du nouveau Commandant de la Zone Sud

 

LE1

Le général Abdelfatah Louarak en Centrafrique et en RDC pour remonter le moral des troupes marocaines

/

Sur instructions du Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d’Etat-Major général des Forces armées royales, une délégation militaire de haut rang conduite par le général de Corps d’Armée Abdeltif Louarak, Inspecteur Général des FAR, et composée notamment du général de Division Belkhir El Farouk, Commandant la Zone-Sud et du général de Brigade, Chef du 5e Bureau de l’Etat-Major général des FAR a effectué une visite aux contingents des FAR déployés en République centrafricaine et en République Démocratique du Congo, respectivement dans le cadre de la Minusca et de la Monusco. La visite s’articule autour de quatre axes :

  • Remonter le moral des troupes
  • S’enquérir des moyens matériels et techniques des contingents marocains
  • Discuter avec les responsables de la Minusca et de la Monusco de la situation sécuritaire, politique et opérationnelle dans la région
  • Appuyer l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo

La visite qui s’est achevée ce jeudi, et qui a duré 5 jours, a été l’occasion pour la délégation des FAR de s’enquérir de près des conditions de vie et d’emploi des militaires des deux contingents marocains.

En vue de remonter le moral des troupes marocaines stationnées dans ces contrées lointaines et connaissant un environnement dangereusement belliqueux, il était également question pour l’importante délégation militaire marocaine de comprendre les tenants et aboutissants des attaques dont sont victimes les soldats marocains et qui ont fait, ces derniers mois, plusieurs morts et blessés parmi nos valeureux combattants.

Le général Louarak, le général El Farouk et le chef du 5e Bureau (renseignement militaire marocain) ont, par ailleurs, tenu des entretiens avec les responsables militaires et civils des de la MINUSCA et de la MONUSCO qui ont porté sur la situation sécuritaire, politique et opérationnelle dans la région et les moyens techniques, technologiques, humains et de renseignement à mettre en œuvre pour parer à toute autre attaque meurtrière et ce dans le cadre de la stabilisation de la situation dans les principales agglomérations des deux pays et la contribution au rétablissement de l’autorité de l’État dans les deux territoires.

Les troupes marocaines qui participent également à l’application, dans le cadre de la MONUSCO, de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région, sont particulièrement la cible de groupuscules rebelles difficilement identifiables. D’où la présence de cette haute délégation militaire marocaine qui, fait rare, comprend dans une seule mission, les généraux Louarak et El Farouk en plus du patron du renseignement militaire.

LE1

Exclusif – Le général Louarak promu général de Corps d’armée

/

Le général Abdelfatah Louarak, inspecteur général des Forces Armées Royales, a été élevé aujourd'hui par le Roi Mohammed VI, Commandant suprême et chef d'Etat-major des FAR, au rang et appellation de général de Corps d'armée.


Le successeur du général Bouchaib Arroub avait le grade de général de division jusqu'à sa promotion ce matin par le souverain au grade de général de Corps d'armée, et ce en marge de la cérémonie de prestation de serment des officiers lauréats des différentes écoles militaires et d'ingénieurs du Royaume organisée à la place du Mechouar à Tétouan.

Les titulaires du grade de général de Corps d'armée dans les rangs des FAR se comptent sur le bout des doigts. Outre le général Hosni Benslimane, patron de la gendarmerie royale, qui a ses '4 étoiles' depuis plusieurs années, on citera les généraux Bouchaib Arroub, Abdelhak Kadiri, Abdelaziz Bennani et Driss Benaissa Fakir tous généraux de Corps d'armée.

Le grade de général d'armée quant à lui est réservé au Commandant suprême.
En revanche, le titre honorifique de maréchal a été délivré seulement une fois dans l'histoire du Maroc, au profit du général Ameziane. (1)

(1) Nous remercions nos lecteurs pour leur contribution à l'enrichissement du contenu de nos articles.

Abdellah El Hattach

Le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de sortie des promotions du Cours Supérieur de Défense et du Cours d’État-Major

Le Prince Moulay Rachid a présidé mercredi, au Collège Royal de l’Enseignement Militaire Supérieur à Kénitra, la cérémonie de sortie de la 17ème promotion du Cours Supérieur de Défense et de la 51ème promotion du Cours d’État-Major. Et c’est sur instructions du Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales, que Moulay Rachid a représenté le souverain à cet événement annuel qui a vu la consécration de 129 lauréats, dont 42 officiers originaires des pays amis du Royaume, parmi lesquels 18 officiers africains.

A son arrivée au Collège Royal de l’Enseignement Militaire Supérieur de Kénitra, Moulay Rachid a été salué par l’Inspecteur Général des FAR, le Général de Division Abdelfatah Louarak, et le nouveau directeur du CREMS, le Général de Brigade Omar El Ouaadoudi, successeur du Général Mohamed Bendra, avant de passer en revue un détachement d’honneur des Forces Royales Air qui rendait les honneurs. Par la suite, et en l’absence du ministre chargé de l’Administration de la Défense nationale, Abdeltif Loudiyi, le Prince Moulay Rachid a été salué par le Commandant la Gendarmerie Royale, le Général de Corps d’Armée Hosni Benslimane, les officiers supérieurs de l’Etat Major Général des FAR, le Wali de la Région Rabat-Salé Kénitra, gouverneur de la préfecture de Rabat, Mohamed Mhidia, les attachés militaires près de plusieurs ambassades accréditées au Royaume et les professeurs du corps enseignant.

Le Général de brigade Omar El Ouaadoudi, directeur du CREMS, a présenté devant le Prince Moulay Rachid le bilan annuel du Collège et proclamé les résultats obtenus par les officiers stagiaires.

A la fin de la cérémonie, le Prince Moulay Rachid a procédé à la remise des brevets à six officiers du Cours Supérieur de Défense et six officiers du Cours Etat-Major.

La 17ème promotion du Cours Supérieur de Défense et la 51ème promotion du Cours d’Etat-Major comptent 129 lauréats, dont 42 officiers originaires des pays amis du Royaume à savoir: Arabie Saoudite, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Chine, Congo Brazzaville, Côte d’Ivoire, Egypte, Espagne, Gabon, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Guinée Equatoriale, Italie, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tanzanie, Tchad, Togo et Tunisie.

 

LE1

Après le #CEMAT un Haut responsable du ministère français de la Défense en visite à Rabat

/

En exécution des Hautes instructions Royales, Abdeltif Loudyi, Ministre délégué auprès du Chef du Gouvernement, chargé de l’Administration de la Défense Nationale a reçu, vendredi au siège de cette Administration, Jean- Paul BODIN, Secrétaire Général pour l’Administration du ministère français de la Défense, qui effectue une visite de travail au Royaume à la tête d’une importante délégation.

Lors de leur entretien, les deux responsables ont exprimé leur satisfaction quant à l’excellence et au dynamisme de la coopération bilatérale entre les deux départements de la défense, reflet des relations historiques d’amitié et de confiance qui lient le Royaume du Maroc et la République Française, sous le leadership du Roi Mohammed VI et du Président Hollande.

Les parties française et marocaine ont examiné, à l’occasion de cette réunion, différents aspects de la coopération bilatérale dans le domaine de la défense, notamment la formation, l’échange d’expérience et d’expertise, et la modernisation de la gouvernance administrative et financière. Ils ont, en outre, passé en revue le bilan des actions sociales menées en faveur des vétérans marocains ayant combattus dans les rangs de l’armée française.

Les deux parties ont fait état, enfin, de leur ambition partagée de développer davantage leurs relations exemplaires de partenariat en explorant de nouvelles voies de coopération, dans le même esprit d’amitié et de confiance partagée.

Pour rappel que dans le cadre du renforcement de la coopération militaire entre le Maroc et la France, le général de division, Abdelfatah Louarak, Inspecteur général des Forces armées royales, avait reçu début de cette semaine, le lundi 13 mars 2017, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, Chef d’état-major de l’armée de terre française.

LE1 avec MAP

Le #CEMAT Jean-Pierre BOSSER rend visite au Général Abdelfatah LOUARAK

/

Le renforcement de la coopération militaire entre le Maroc et la France était au cœur des entretiens, lundi au siège de l’Etat-major des FAR à Rabat, entre le général de division, Abdelfatah Louarak, Inspecteur général des Forces armées royales, et le général d’armée Jean-Pierre Bosser, Chef d’état-major de l’armée de terre française, qui effectue une visite de travail au Maroc du 12 au 14 mars.

C’est sur instructions du Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d’Etat-Major général des Forces Armées Royales, que le général Louarak –issue de l’Ecole de Guerre de Paris- a eu des entretiens avec le général Jean-Pierre Bosser. Le général Jean-Pierre Bosser, dont c’est la première rencontre avec le général Louarak depuis que ce dernier a pris ses nouvelles fonctions en remplacement du général Bouchaïb Arroub dont il était le bras droit au 3e Bureau, dirige une importante délégation militaire laquelle examinera avec son homologue marocaine les différents aspects de la coopération bilatérale et les moyens de la développer à travers une meilleure interopérabilité.

Cette visite de la délégation militaire française a été mise à profit pour examiner les modalités de renforcement des accords et arrangements techniques qui lient les Armées des deux pays. Des accords qui englobent notamment le soutien réciproque, les activités d’échanges et de formation ainsi que l’organisation d’exercices combinés d’entraînements.
La coopération entre les Forces Armées Royales et les Forces Armées Françaises constitue un pilier essentiel du partenariat stratégique entre le Maroc et la France.

Le1 avec MAP

Maroc : Etat d’alerte ou simples mesures de routine ?

/

Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, a présidé, il y a quelques jours, au siège de son département à Rabat, une importante réunion consacrée «à l’évaluation des dispositifs de sécurité mis en place au niveau des plateformes aéroportuaires ainsi qu’à l’état d’avancement du plan d’action mené par l’ensemble des départements visant à hausser la pertinence des mesures de sûreté et de sécurité déployées au niveau desdites plateformes.»

Le communiqué parle de «hausser la pertinence des mesures de sûreté et de sécurité», ce qui signifie en d’autres termes élever le degré d’alerte au niveau des installations aéroportuaires.

Mais au vu de l’identité, des fonctions et des responsabilités des personnalités qui ont pris part à cette réunion de haute importance, on comprend très bien que l’objet de la rencontre ne s’est pas limité uniquement à la sécurité dans le périmètre des aéroports mais s’est vu élargir à d’autres volets.

Conseil de sécurité nationale

Il est très rare de voir à la télévision marocaine tout ce beau monde réuni autour d’une même table. Visages graves et regards concentrés, les gros pontes de la sécurité au Maroc écoutaient studieusement Mohamed Hassad donner ses orientations à un parterre composé d’une vraie Dream Team.
Outre Charki Draiss, le ministre délégué à l’Intérieur et homme fort du département, étaient également présents à la réunion le Général de Corps d’Armée Hosni Benslimane, Commandant de la Gendarmerie Royale, le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du Territoire, Abdellatif Hammouchi et le Wali-Directeur général des Affaires intérieures, Moulay Driss Jaouhari, véritable « boîte noire » du ministère de l’Intérieur et ancien membre du Cabinet de Driss Basri.

Ont pris part également à cette rencontre, le Directeur général de l’Administration des Douanes et impôts indirects, le Directeur général de l’Office national des aéroports et le Directeur de l’Aéronautique civile. Jusque-là, tout paraît normal dans l’objet de la réunion car tous ces responsables interviennent directement dans la sécurité des aéroports qui relèvent de leurs prérogatives.

Seulement, la présence du Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et le représentant du Directeur Général de la DGED, qui a remplacé Mohamed Yassine Mansouri lequel accompagne le Roi Mohammed VI dans sa tournée Africaine, a soulevé quelques interrogations légitimes : a-t-on parlé sécurité au niveau aéroports «exclusivement», ou bien a-t-il été question d’«autre chose» ? Plusieurs sources concordantes avancent qu’il était question de sécurité dans son ensemble et comment protéger les citoyens marocains et leurs biens, ainsi que les intérêts du pays, dans un monde en pleine ébullition. D’où la présence des représentants des Affaires étrangères et de la DGED afin d’élargir le périmètre d’alerte à toutes les représentations du Maroc à l’étranger.

L’autre objectif de cette réunion, qui coïncide avec une situation en Algérie presque explosive qui risque de dégénérer à tout moment, et la préparation par le Conseil de sécurité des Nations unies de nouvelles discussions sur le Sahara marocain devant aboutir à une nouvelle résolution en avril prochain, était de relever tous les dispositifs de sécurité et de consolider les efforts de tous les intervenants concernés par la mise en œuvre d’un nouveau plan d’action global ayant pour objectif de renforcer les dispositifs de sécurité pour protéger les biens et les personnes et garantir au citoyen en environnement durable de paix et de quiétude.

Au moment où tous ces hauts responsables de l’Intérieur, de la gendarmerie, de la DGED, de la police et des Affaires étrangères discutaient de l’importance de la coopération bilatérale avec plusieurs pays partenaires en vue de développer les capacités communes en terme de sécurité, le général de Division Abdelfatah Louarak, Inspecteur général des Forces armées royales se trouvaient dans la région du Nord pour superviser plusieurs opérations de sécurité en Méditerranée, notamment celles ayant trait à l’immigration clandestine et au trafic de drogue. Il faut dire aussi, et sur un tout autre registre, que le nord du Maroc vit, depuis quelques mois, sur le rythme d’un stress social et de contestation, qui nécessite une approche de dialogue, davantage politique, ainsi que des mesures sécuritaires s’inscrivant dans le cadre d’une «approche anticipative» prônée par les services sécuritaires marocains en vue de faire face à tout dérapage loin de toute logique répressive.

Le professionnalisme des services de sécurité marocains est aujourd’hui reconnu et loué par les différents partenaires du Maroc, en Europe, aux Etats-Unis, dans les pays arabes et en Afrique, et c’est dans ce sens que la Direction générale de la sûreté nationale organise actuellement à Casablanca, une session de formation autour du thème «La lutte contre le terrorisme et la sécurisation des frontières dans la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord» initiée en partenariat avec INTERPOL et le gouvernement du Canada.

Abdellah El Hattach

Le Roi Mohammed VI visite l’hôpital de campagne des Forces Armées Royales déployé à Juba

Juba – SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné du Président sud-soudanais, M. Salva Kiir Mayardit, a visité jeudi l’hôpital de campagne des Forces Armées Royales (FAR) déployé à Juba, dans le cadre d’une mission humanitaire au profit des populations de la République du Soudan du Sud.
A son arrivée à l’Hôpital de campagne, le Souverain a été salué par le Général de division Abdelfatah Louarak, Inspecteur général des Forces Armées Royales, le général de brigade Abdelkrim Mahmoudi, inspecteur de la santé militaire, le colonel Fouad Sakit, médecin chef de l’hôpital médical-chirurgical de campagne à Juba, et le ministre de la santé, Houssine Louardi.

Par la suite, SM le Roi a pris connaissance des équipements modernes dont dispose l’hôpital de campagne multi-spécialités et des prestations de qualité qu’il offre aux citoyens de la République du Soudan du sud.
Le Souverain, accompagné de M. Salva Kiir Mayardit, a effectué une tournée à travers les différentes dépendances et services de cette structure hospitalière, qui connait depuis son ouverture une grande affluence de la part de la population sud-soudanaise, avant de poser pour une photo souvenir avec le staff de l’hôpital de campagne.

Déployé à partir du lundi 23 janvier dernier en plein cité de Juba, l’Hôpital de campagne multi-spécialités qui accueille une moyenne de 400 à 600 patients par jour, dispose d’une capacité de 30 lits extensibles à 60. Son staff, composé de 20 médecins spécialistes, 18 infirmiers, dispense des soins de grande qualité dans diverses spécialités, notamment la pédiatrie, la médecine interne, la chirurgie, la cardiologie, la traumatologie, la médecine dentaire, l’ophtalmologie et la médecine ORL.

Doté de tous les équipements nécessaires pour la réussite de cette opération humanitaire, l’hôpital de campagne de Juba dispose notamment d’un laboratoire d’analyses médicales et d’une pharmacie disposant de lots de médicaments variés.

Durant la période du 23 janvier au 1er février, l’hôpital de campagne a accueilli 4583 patients et enregistré 7936 consultations, dont 1259 pour des cas d’urgence médicale. Le staff médical de l’hôpital a assuré, durant la même période, 20 interventions chirurgicales, et un accouchement.

L’opérationnalisation de cet Hôpital de campagne qui s’inscrit dans la tradition humanitaire panafricaine du Royaume, traduit la Haute Sollicitude Royale à l’égard des populations sud-soudanaises pour leur porter assistance et leur prodiguer les soins nécessaires.
Elle constitue également un axe de solidarité active du Maroc avec le peuple frère de la République du Soudan du Sud.

MAP

Le Roi Mohammed VI s’envole vers l’Ethiopie

//

Casablanca – Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagné de SA le Prince Moulay Ismaïl, a quitté, vendredi après-midi, l’aéroport international Mohammed V de Casablanca à destination de la République démocratique fédérale d’Ethiopie.

A Son départ de l’aéroport international Mohammed V, SM le Roi a passé en revue un détachement de la Garde Royale qui rendait les honneurs avant d’être salué par le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane et le ministre de l’Intérieur, M. Mohamed Hassad.

Le Souverain a été également salué par le Général de division, Abdelfatah Louarak, Inspecteur général des Forces armées royales, le Général de corps d’armée, Housni Benslimane, Commandant la Gendarmerie royale, le Général de brigade, El Abed Bouhamid Alaoui, Inspecteur des Forces royales air, le Général de brigade, Mustapha Alami, inspecteur de la Marine Royale et le Général de brigade, Mustapha Mestour, inspecteur des Forces auxiliaires (zone Nord).

Par la suite, SM le Roi a été salué par le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Direction de la Surveillance du territoire national, M. Abdellatif Hammouchi, l’ambassadeur de la République d’Ethiopie au Maroc, Mme Yeshi Tamrat Bitew, le wali de la Région Casablanca-Settat, M. Khalid Safir, les élus et les représentants des autorités locales.

Sa Majesté le Roi est accompagné lors de cette visite d’une délégation officielle composée notamment du Conseiller de SM le Roi, M. Fouad Ali El Himma, du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Salaheddine Mezouar, du ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Nasser Bourita, ainsi que d’autres personnalités civiles et militaires.