Othman El Ferdaous : Le devenir du ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports est étroitement lié au nouveau modèle de développement

Othman El Ferdaous, le jeune et nouveau ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports a repris officiellement les clés du ministère, avenue Ibn-Sina à Rabat, dans une cérémonie de passation de pouvoir avec son collègue du parti et son prédécesseur, l’inimitable, Hassan Abayaba. Portant un masque de protection, ses premiers mots étaient l’expression de sa fierté de la confiance royale, puis un indice en or sur sa feuille de route : « Le nouveau modèle de développement ».

L’ambiance était particulière. Porter un masque devant les caméras durant un moment particulièrement important dans la vie d’un ministre, c’est inédit et particulièrement. Le cliché restera à jamais gravé dans la mémoire collective et dans les annales politiques du pays.

OEF, acronyme officiel du ministre Othman El Ferdaous. – Son utilisation d’ailleurs pourrait être salvatrice pour la MAP qui écorche systématiquement l’orthographe «d’El Firdaouss»– a donc fait le déplacement mercredi, au lendemain de sa nomination, à Avenue Ibn-Sina pour déloger avec respect son prédécesseur, la mal aimé des journalistes, Hassan Abayaba. Ce dernier, qui est loin d’être une vilaine personne, a fait le job. Il a mis en avant son jeune successeur. Il l’a félicité de la confiance placée en lui par le Souverain tout en lui souhaitant plein succès dans ses nouvelles fonctions.

Dans sa déclaration devant les caméras de la MAP, le pauvre Abayaba, qui doit passer des moments difficiles, surtout qu’il a été limogé à 24 heures seulement avant de faire partie de la liste des bénéficiaires de la retraite ministérielle, a reconnu à demi-mot son échec à mener à bien sa mission.

« J’éspère, Inchallah, que grâce à Monsieur le nouveau Ministre, ce ministère devienne comme le veut Sa Majesté le Roi et le peuple marocain»

Abayaba, a également salué la compétence des cadres du ministère qui s’acquittent de leurs missions avec rigueur et engagement, rapporte la MAP témoin de la scène.

Le nouveau modèle de développement comme feuille de route

Sous son masque de protection, OEF a résumé en une phrase sa feuille de route pour son mandat : «Le Nouveau Modèle de Développement».

Pour sa déclaration faite en arabe, le nouveau ministre a choisi un mot assez fort «مصير». Parfaitement arabophone, homme de communication et parfaitement informée ( un spécialiste de la veille stratégique ), le choix de cette expression, qui peut être traduite par «destin», «salut» ou «devenir» révèle deux idées principales de sa vision.

La première est l’importance cruciale pour le devenir du département, donc pour le pays, du nouveau modèle de développement. Un modèle qui a disparu des radars médiatiques avec l’éclatement de la crise sanitaire. Une crise qui d’ailleurs bouleversera complètement ls priorités du CSMD. Une commission, pour qui, en passant, le confinement ne lui a pas du tout réussi.

La seconde idée, est que le salut des départements de la Jeunesse et de la Culture passera par une rupture réelle. Car sur ces secteurs, le gouvernement se retrouve complètement dépassé, entre autres en raison de l’émergence d’acteurs plus dynamique et plus agile, à l’image de la Fondation nationale des musées.

Enfin, OEF doit être particulièrement serein. En raison, bien sur, de la suspension des compétitions footballistiques, qui déchainent les passions, et usent les énergies. Une occasion en or pour le nouveau ministre de se pencher sur les problématiques de la Jeunesse, de l’Enfance, de la Culture, de la Presse et surtout de la productivité et de la réorganisation (aucun travail n’a été fait par Abayaba ni par le Chef de Gouvernement pour repenser le ministère après la fusion des départements), dans un contexte extrêmement complexe et inédit.

Nawfal Laarabi

Nawfal Laarabi

Intelligence analyst at UBERAL
Social media strategist / Intelligence analyst. 20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.
Nawfal Laarabi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Omar Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement des organes des Traités des droits de l’Homme de l’ONU

Article suivant

La Fondation Lalla Asmae pour Enfants et Jeunes Sourds contribue à hauteur de 200.000 DH au fonds spécial/Covid-19

Derniers articles de Notes

19 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap