MBZ livre l’ancien PDG de Sonatrach au régime algérien

Start

Mohammed Ben Zayed a fini par céder aux pressions du régime algérien en extradant l’ancien patron de la Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, en fuite à Abu Dhabi depuis 2019. Interpellé sur la base du mandat d’arrêt international lancé par le tribunal de Sidi M’hamed, le haut responsable algérien a atterri à l’aéroport de Boufarik en fin d’après midi.

Abdelmoumen Ould Kaddour, ancien président de la très stratégique société pétrolière algérienne, Sonatrach fait partie de la longue liste des personnalités victimes de la chasse aux sorcières lancées par les nouveaux occupants du palais d’El Mouradia.

Ould Kaddour a siégé à la tête de la Sonatrach de 2017 à 2019. Durant le Hirak algérien, son nom figurera parmi les principaux accusés dans l’affaire de la raffinerie d’Augusta qu’il avait racheté en 2018, pour un montant de plus de 700 millions de dollars. Limogé le 24 avril 2019, il s’exilera à Abu Dhabi, où il se croyait, lui son fils et son épouse, à l’abri des poursuites judiciaires de son pays grâce à leurs passeports français.

Ce n’est qu’en février 2021 qu’Alger décidera de lancer contre lui un mandat d’arrêt international et mènera une pression médiatique sur Abu Dhabi en distillant aux médias nationaux algériens l’information de son arrestation aux Emirats arabes unis. Le démenti émirati ne se fera pas attendre, indiquant que l’ancien responsable recherché par l’Algérie n’a pas été inquiété. « M. Ould Kaddour, qui a été l’hôte de notre pays à Abu Dhabi, n’a pas fait l’objet d’une quelconque interpellation ou convocation officielle par nos instances aéroportuaires ou sécuritaires », avait assuré un haut responsable émirati.

Trois mois plus tard, le 16 juin 2021 exactement, Abu Dhabi informe Alger de sa décision de procéder à l’extradition d’Ould Kaddour dans le cadre d’une convention d’entraide judiciaire qui lie les deux pays. Le «feu vert» aurait été «donné par les autorités émiraties à la justice algérienne», rapportait le quotidien El-Watan.

Ce mercredi 4 août en fin d’après-midi, un avion en provenance des E.A.U, transportant Ould Kaddour a atterri à la base aérienne des Forces aériennes algériennes de Boufarik, mettant fin à la cavale du l’ancien patron de Sonatrach et ouvrant un nouveau chapitre dans les relations entre Alger et Abu Dhabi en froid depuis plus de 2 ans.

Ould Kaddour, qui devra répondre aujourd’hui à de graves accusations notamment de corruption, est connu pour avoir un passé sulfureux. Il y a 14 ans, il a été accusé d’espionnage au profit de puissances étrangères. Une accusation qui lui a valu le 26 novembre 2007 une condamnation à une peine de 30 mois de prison ferme.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.