fbpx

La Russie affirme que la Chine a accepté de lui fournir secrètement des armes

Partager

La Chine aurait approuvé la «fourniture d’une aide létale» à la Russie dans sa guerre en Ukraine au début de l’année et prévoyait de déguiser des équipements militaires en articles civils. Une information interceptée par Washington qui aurait réussi à infiltrer les services de renseignement russes, révélée au grand jour suite à la fuite des documents ultra-confidentiels du Pentagone.

Des écoutes américaines révèlent que le service de renseignement extérieur de la Russie aurait conclu un accord avec Pékin pour la fourniture d’une «aide létale».

Cette interception, apparemment obtenue grâce à des écoutes américaines du service de renseignement extérieur russe (SVR), a été incluse dans une note top secret, datée du 23 février, des développements récents liés à l’Ukraine et à la Russie compilés par le bureau du directeur du renseignement national (Office of the Director of National Intelligence). Il fait partie d’un certain nombre de documents inédits que le Washington Post a obtenus à partir d’un ensemble d’images de fichiers classifiés affichés sur un serveur privé de l’application de chat Discord.

Selon la note de renseignement, le SVR a rapporté que la Commission militaire centrale de Chine (CMC) avait «approuvé la fourniture progressive» d’armes et souhaitait qu’elle reste secrète. Le rapport n’indique pas la source des informations du SVR.

Le document, intitulé «The Watch Report» et produit par le bureau du directeur du renseignement national (ODNI) en tant que «A Summary of Recent Reporting and Select items from [intelligence] Community», est classé top secret et sa diffusion est très restreinte. Les informations relatives à la Chine figurent dans un sous-titre intitulé “BEIJING REPORTEDLY APPROVES COVERT SHIPMENTS OF LETHAL AID TO RUSSIA” (BEIJING APPROUVE LES EXPÉDITIONS COVERTES D’AIDE LÉTALE VERS LA RUSSIE).

Le rapport fournit les preuves les plus détaillées à ce jour de ce qui a conduit à une série d’avertissements publics et privés de l’administration Biden à Pékin à partir de la fin du mois de février.

La Chine, qui maintient sa neutralité dans la guerre en Ukraine, a dénoncé ces déclarations américaines et a affirmé qu’elle n’accepterait jamais la coercition ou que «les États-Unis pointent du doigt» alors que Washington envoie des quantités massives d’armes pour alimenter la guerre.

Approfondissement des relations de la Russie avec la Chine

Le document divulgué donne un aperçu de l’approfondissement des relations de la Russie avec la Chine, qui est désormais le principal ami étranger de Moscou. Bien que le dirigeant chinois Xi Jinping ait semblé consolider ses relations avec Poutine lors d’une visite de trois jours à Moscou le mois dernier, la Chine s’est abstenue de soutenir pleinement les efforts du dirigeant russe en Ukraine, se positionnant plutôt comme un pacificateur potentiel.

LIRE AUSSI  Netanyahu dissout le cabinet de guerre sans intention d'en former un nouveau

Les États-Unis et l’OTAN ont réagi avec scepticisme aux appels de Pékin en faveur d’un cessez-le-feu et à son plan de paix en 12 points, affirmant qu’aucune solution ne devrait permettre à la Russie de «se reposer» et de «se réarmer». L’Ukraine, quant à elle, exige que tout règlement négocié respecte ses frontières internationalement reconnues, ce qui impliquerait le retrait de la Russie se retire de Crimée et d’autres régions occupées de l’Ukraine.

Une autre évaluation des services de renseignement américains datant de la même période, qui fait partie d’un lot de dossiers Discord plus largement diffusé, estime que Pékin considérerait une attaque ukrainienne «significative» à l’intérieur de la Russie utilisant des armes américaines ou de l’OTAN «comme une indication que Washington est directement responsable de l’escalade du conflit et peut-être comme une justification supplémentaire pour la Chine de fournir à la Russie une aide létale».

L’Ukraine est soupçonnée d’avoir parrainé ou soutenu un certain nombre d’attaques à l’intérieur de la Russie, et les responsables américains affirment avoir averti Kiev de ne pas utiliser d’armes fournies par les États-Unis ou l’OTAN pour toute opération en dehors du territoire ukrainien.

Ces révélations interviennent dans un contexte de tensions accrues entre les États-Unis et la Chine et de communications tendues entre Pékin et Washington, notamment au sujet de Taïwan. Un voyage du secrétaire d’État Antony Blinken à Pékin, prévu début février, a été annulé à la dernière minute après qu’un ballon de surveillance chinois a été repéré au-dessus d’installations militaires sur le territoire continental des États-Unis.

Les “Discord Leaks” (fuites de documents de Discord)

Des dizaines de documents hautement confidentiels ont fait l’objet de fuites en ligne, révélant des informations sensibles destinées aux hauts responsables de l’armée et des services de renseignement. Dans le cadre d’une enquête exclusive, The Post a également examiné des dizaines de documents secrets supplémentaires, dont la plupart n’ont pas été rendus publics.

Le ballon a ensuite été abattu au-dessus de l’océan Atlantique par un avion de chasse américain, une réaction que le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a qualifiée d’«hystérique» et d’«effort pour détourner l’attention des problèmes intérieurs».

Le 19 février, au lendemain de sa rencontre avec Wang lors d’une conférence sur la sécurité à Munich, Blinken a déclaré à CBS News que les préoccupations de longue date de l’administration concernant le soutien que la Chine pourrait apporter à l’effort de guerre russe s’étaient récemment renforcées.

«Nous avons vu la Chine fournir un soutien non létal à la Russie pour l’Ukraine», a déclaré. Blinken. «L’inquiétude que nous éprouvons aujourd’hui se fonde sur des informations selon lesquelles la Chine envisage de fournir un soutien létal, et nous lui avons fait savoir très clairement que cela poserait un grave problème pour nous et dans nos relations».

Interrogé sur la signification du soutien «létal», Blinken a répondu : «Des armes. Les armes. … Toute une série de choses qui entrent dans cette catégorie, des munitions aux armes elles-mêmes».

De hauts responsables de l’administration, qui n’ont pas été autorisés à s’exprimer publiquement sur le sujet, ont déclaré par la suite que les envois envisagés comprenaient des munitions d’artillerie dont la Russie a désespérément besoin. Blinken a déclaré qu’il avait fait part à Wang des préoccupations des États-Unis.

En réponse, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré que Washington «devrait réfléchir à ses propres actions. Ce sont les États-Unis, et non la Chine, qui envoient sans cesse des armes sur le champ de bataille».

Le directeur de la CIA, William J. Burns, dans une interview accordée le 26 février à CBS News, a déclaré que l’administration était «convaincue que les dirigeants chinois envisagent de fournir des équipements létaux». Il a indiqué que le fait de rendre cette information publique, mais pas sa source, avait pour but de dissuader Pékin. Burns a ajouté que Blinken et le président Biden «ont estimé qu’il était important d’indiquer très clairement quelles seraient les conséquences d’une telle décision».

Les États-Unis pourraient sanctionner des entreprises chinoises si Pékin envoie des armes à la Russie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -