Israël respect le calendrier de la déclaration de Rabat et rouvre sa mission diplomatique au Maroc

Start

C’est fait. Le bureau de liaison israélien au Maroc a rouvert ce mardi 26 janvier 2021, vingt ans après sa fermeture.

Vingt ans après la fermeture du bureau de liaison israélien au Maroc suite au déclenchement de la deuxième Intifada en 2000, l’ambassadeur David Govrin est arrivé mardi à Rabat pour rouvrir la mission diplomatique d’Israël dans le cadre de la déclaration tripartite qui engage les deux pays ainsi que l’administration américaine dans un processus de paix entre l’Etat hébreux et les pays arabes.

L’arrivée de l’ancien ambassadeur d’Israël en Egypte de 2016 à 2020 fait suite à l’approbation unanime par le Conseil des ministres israélien dimanche de l’accord de normalisation négocié par les États-Unis entre les deux pays. Lequel accord sera soumis à la Knesset pour ratification.

https://twitter.com/simonarann/status/1354077163536969729

Ouverture simultanée de représentations diplomatiques israélienne à Rabat et à Abu Dhabi

Alors que le Maroc accueillait le responsable du bureau de liaison israélien avenue Mehdi Ben Barka à Rabat, l’ancien ambassadeur en Argentine Ilan Sztulman, atterrissait à Dubaï pour prendre ses fonctions de Consul général.

L’ouverture de ses deux représentations diplomatiques survient 48h après celle de la première ambassade de son pays aux Emirats arabes unis, qui sera dirigée par l’ancien ambassadeur d’Israël en Turquie, Eitan Na’eh, arrivé à son poste le 24 janvier 2021.

Le ministre israéliens aux Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a déclaré à ce propos que «l’arrivée des chefs des missions israéliennes au Maroc et à Dubaï achève la première phase importante d’ouverture de nouvelles missions israéliennes dans la région, dans le cadre des accords d’Abraham».

https://twitter.com/IsraelMFA/status/1337147668108357635

Ashkenazi a souligné que ces dernières semaines, le nombre de missions israéliennes au Moyen-Orient a été multiplié par trois, passant de deux – à Amman et au Caire – à six – deux aux Émirats arabes unis, au Bahreïn et le Maroc.

«C’est la preuve vivante des changements dans la région et de la paix chaleureuse entre nous et les pays de la région», a-t-il déclaré. «C’est une journée importante pour la paix et une journée passionnante dans le cadre de la mise en œuvre des accords avec les E.A.U et le Maroc.»

Le Maroc envisage également de rouvrir son bureau à Tel-Aviv. Les locaux rue Hayarkon sont en cours de rénovation. L’identité du responsable marocain qui sera assigné au poste d’envoyé en Israël n’a pas été encore dévoilé.

L’immeuble en rénovation situé au 266, Rue Hayarkon à Tel Aviv et qui servira de bureaux de liaison du Maroc

Israël-Maroc, Israël-E.A.U, deux pays, deux missions

Au Maroc, le Chef du bureau de liaison israélien, David Govrin, prévoit de travailler à l’avancement du dialogue diplomatique entre les pays, ainsi que des échanges touristiques, culturels et économiques.

Aux Emirats arabes unis, l’envoyé spécial, Eitan Na’eh, qui gérera temporairement la période transitoire en attendant la nomination d’un ambassadeur permanent, a du pain sur la planche. Si les relations économiques et les échanges commerciaux, d’expertises et de savoir-faire font partie du deal de la normalisation de relations diplomatiques, les dossiers chauds de la région notamment le dossier iranien risquent de peser sur son agenda.

En isolement depuis son arrivée à Abu Dhabi, Eitan Na’eh a donné les grandes lignes de sa mission.

«Les EAU sont une ouverture sur un marché énorme, d’énormes ports, avec de très grandes zones de libre-échange», a déclaré Na’eh, s’exprimant par téléphone à la presse israélienne. «Il y a d’énormes avantages pour le commerce israélien, qu’il s’agisse d’importations ou d’exportations, pour baisser le coût de la vie en Israël.» a-t-il souligné.

Alors que sa nomination intervient quelques jours après l’installation de la nouvelle administration américaine, plus ouverte au dialogue sur le nucléaire iranien, l’ambassadeur Na’eh a déclaré que la menace iranienne n’était pas sur son radar.

«C’est un stade précoce et je me concentre entièrement sur le développement des accords bilatéraux pour le moment», a-t-il déclaré à Times of Israël.

Il a ajouté qu’il n’était pas sûr d’être la bonne personne à qui s’adresser sur le sujet iranien, un appel de pied à Netanyahu qui manœuvre pour contrôler le dialogue avec l’Iran depuis le bureau du Premier ministre et non du ministère des Affaires étrangères.

A Dubaï, le Consul général, Sztulman devrait se concentrer exclusivement sur les relations économiques entre Israël et les Émirats arabes unis, avec un accent particulier sur la technologie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.