Tunisie : Youssef Chahed opère un grand remaniement gouvernemental

Après des semaines de tiraillements politiques et de surenchères des divers partis politiques marqués par le divorce entre la formation islamiste d’Ennahdha et Nidaa Tounes du président Béji Caïd Essebsi mais géré par son fils Hafedh qui réclamait la tête du chef du gouvernement Youssef Chahed, ce dernier a annoncé lundi soir un grand remaniement avec une nouvelle équipe sans le parti présidentiel qui se trouve de fait dans l’opposition.

Ce remaniement qui porte l’empreinte et la mainmise du patron d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, a touché 13 ministres et secrétaires d’Etat.

Le nouveau gouvernement tunisien est marqué par quelques surprises à savoir l’entrée en son sein du voyagiste de confession juive, René Trabelsi. Résidant à Paris et connu pour ses activités touristiques, lui qui commercialise notamment le pèlerinage de la fameuse synagogue d’El Ghriba dans l’île de Djerba, il était déjà pressenti pour le ministère du Tourisme lors de la formation du gouvernement Mehdi Jomaa en 2014. C’est chose faite aujourd’hui. Il est le troisième israélite à assumer une fonction ministérielle depuis l’indépendance du pays en 1956 sous Habib Bourguiba.

Autre fait marquant est l’entrée de Kamel Morjane, ex ministre des affaires étrangères sous Ben Ali qui se voit chargé de la fonction publique. Autre nouveauté, la création d’un ministère de la migration.

L’on relève qu’à part le départ du ministre de la justice, Ghazi Jribi, les portefeuilles de la défense et des affaires étrangères n’ont pas changé de main, de même que le maintien de certains ministres appartenant à Ennahdha.

Youssef Chahed a ratissé large pour former son équipe, le justifiant par son souci d’efficacité et de compétences et l’exigence des dossiers brûlants.

Réagissant à chaud par l’intermédiaire de sa porte –parole à la présidence, Saïda Garrache a affirmé dans une déclaration à la radio Mosaïque que le président de la République n’était pas d’accord avec le remaniement ministériel annoncé et en avait été informé tardivement.

Idem pour son fils, Hafedh Caïd Essebsi, qui a estimé la mort dans l’âme que ce remaniement constitue un gouvernement « nahdhaoui » par excellence.

A presque un an des échéances électorales législatives et présidentielles, le chef du mouvement islamiste Rached Ghannouchi et ses partisans peuvent jubiler face à l’autoroute qui leur est désormais ouverte.

Voici la liste des membres du nouveau gouvernement Chahed III :

Kamel Morjane : Ministre de la Fonction publique
René Trabelsi : Ministre du Tourisme et de l’Artisanat
Chokri Belhassen : Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l’Economie sociale et solidaire
Karim Jamoussi : Ministre de la Justice
Radhouane Ayara : Ministre auprès du chef du gouvernement chargé l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger
Noureddine Selmi : Ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire
Hedi Mekni : Ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières
Hichem Ben Ahmed : Ministre du Transport
Raouf Chérif : Ministre de la Santé publique
Saïda Lounissi : Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle
Sonia Bencheikh : Ministre de la Jeunesse et des Sports
Mohamed Fadhel Mahfoudh : Ministre chargé des Relations avec les Instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits humain
Mokhtar Hammami : Ministre des Affaires locales et de l’Environnement

Samir Bechouel : Secrétaire d’Etat auprès du Ministre du Commerce chargé du Commerce intérieur
Habib Debbabi : Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Industrie et des PME, chargé des PME
Besma Jebali : Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires locales
Adel Jarboui : Secrétaire d’Etat auprès du Ministre du Transport
Ahmed Gaâloul : Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Jeunesse et des sports, chargé du sport

Les ministres maintenus :

Hichem Fourati : Ministre de l’Intérieur
Abdelkrim Zbidi : Ministre de la Défense nationale
Khemaies Jhinaoui : Ministre des Affaires étrangères
Ridha Chalghoum : Ministre des Finances :
Ahmed Adhoum : Ministre des Affaires religieuses
Zied Laâdheri : Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale
Hatem Ben Salem : Ministre de l’Education nationale
Slim Khalbous : Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
Anouar Maârouf : Ministre des Technologies de l’information et de l’Economie numérique
Samir Taïeb : Ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche
Mohamed Trabelsi : Ministre des Affaires sociales
Mohamed Zinelabidine : Ministre des Affaires culturelles
Naziha Laâbidi : Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance
Omar El Behi : Ministre du Commerce
Slim Feriani : Ministre de l’Industrie et des PME

Noureddine Boughanmi

Noureddine Boughanmi

Noureddine Boughanmi, journaliste polyglotte avec plus de trois décennies d'expérience dans différents supports marocains et étrangers. Passionné de littérature, d'actualité et d'art, il a interviewé, en français, en anglais et en arabe des dizaines d'acteurs politiques de renommée mondiale. Durant les années 1980 et 1990 il a roulé sa bosse entre la Tunisie, la France, l'Indonésie, l'Afrique du Sud avant de s'installer définitivement au Maroc
Noureddine Boughanmi
Noureddine Boughanmi

Noureddine Boughanmi, journaliste polyglotte avec plus de trois décennies d'expérience dans différents supports marocains et étrangers. Passionné de littérature, d'actualité et d'art, il a interviewé, en français, en anglais et en arabe des dizaines d'acteurs politiques de renommée mondiale. Durant les années 1980 et 1990 il a roulé sa bosse entre la Tunisie, la France, l'Indonésie, l'Afrique du Sud avant de s'installer définitivement au Maroc

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de MENA

Facebook
Allez en Haut de la page