fbpx

Vidéo – L’ancien premier ministre japonais Abe assassiné lors d’un discours de campagne électorale

Partager
  • Le Premier ministre japonais Kishida dénonce une attaque contre les «fondements de la démocratie».
  • La police a arrêté un suspect sur les lieux de l’attentat.
  • L’agresseur a apparemment utilisé une arme artisanale.
  • La violence politique est rare et les armes à feu sont étroitement contrôlées au Japon.

Avec Reuters

L’ancien Premier ministre Shinzo Abe, le plus ancien dirigeant du Japon, est décédé vendredi quelques heures après avoir été abattu alors qu’il faisait campagne pour une élection parlementaire, choquant un pays où la violence politique est rare et les armes à feu étroitement contrôlées.

Un homme a ouvert le feu sur Abe, 67 ans, de dos avec une arme apparemment artisanale, alors qu’il prenait la parole sur un îlot routier de la ville de Nara, dans l’ouest du pays, ont rapporté les médias japonais.

LIRE AUSSI  Comment l'Égypte a saboté l'accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

Il s’agit du premier assassinat d’un premier ministre japonais en exercice ou d’un ancien premier ministre depuis l’époque du militarisme d’avant-guerre, en 1936.

Abe prononçait un discours de campagne devant une gare lorsque deux coups de feu ont retenti. Des agents de sécurité ont ensuite été vus en train de maîtriser un homme portant un T-shirt gris et un pantalon beige.

Les médecins ont lutté pour sauver Abe, mais il est mort à 08 h 03 GMT, environ cinq heures et demie après avoir été agressé.

Il s’est vidé de son sang à cause de deux blessures profondes, dont une sur le côté droit de son cou, a déclaré un médecin lors d’une conférence de presse télévisée nationale. L’ancien dirigeant ne présentait aucun signe vital lorsqu’il a été amené.

S’exprimant avant l’annonce de la mort d’Abe, le Premier ministre Fumio Kishida a condamné la fusillade dans les «termes les plus forts», tandis que la population japonaise et les dirigeants du monde entier ont exprimé leur choc.

«Cette attaque est un acte de brutalité qui s’est produit pendant les élections – le fondement même de notre démocratie – et elle est absolument impardonnable», a déclaré Kishida, luttant pour contenir ses émotions.

Aveux du suspect

La police a déclaré qu’un homme de 41 ans, soupçonné d’être l’auteur de la fusillade, avait été arrêté. Selon la chaîne de diffusion publique au Japon, NHK, le suspect, identifié comme Tetsuya Yamagami, a déclaré à la police qu’il était «mécontent d’Abe et qu’il voulait le tuer».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -