Laâyoune-Sakia El Hamra

La station de dessalement de Laâyoune prête fin 2021

Le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, s’est enquis lundi de l’état d’avancement du projet de renforcement de la production d’eau potable de la ville de Laâyoune à travers la réalisation d’une nouvelle station de dessalement d’eau de mer.

MAP

Au cours de cette visite de terrain, M. El Hafidi s’est informé de l’état d’avancement des préparatifs relatifs aux essais de mise en service de la première tranche, qui consiste en la réalisation d’une nouvelle station de dessalement d’une capacité de production de 26.000 m3/j à partir des forages côtiers.

La mise en service de la station, dont le coût est de 370 millions de dirhams (MDH), est prévue avant fin 2021, a déclaré à la MAP le directeur général de l’ONEE, ajoutant qu’il s’agit d’un “projet structurant et stratégique” pour les provinces du Sud du Royaume et qui aura des impacts “très positifs” sur la dynamique économique et de développement que connaît actuellement la région.

M. El Hafidi a précisé que ce chantier phare permettra de rehausser la capacité de production de l’eau potable à 60.000m3/j et de satisfaire ainsi les besoins en eau potable des habitants de Laâyoune et El Marsa ainsi que les centres Foum El Oued et Tarouma au-delà de l’horizon 2035.

L’ONEE a programmé également la réalisation de la deuxième tranche dudit projet qui consiste en une prise directe d’eau de mer sur un linéaire de 2 Km et une adaptation du système de prétraitement pour renforcer l’alimentation en eau brute de la station de dessalement.

D’un coût global de 300 MDH, la réalisation des travaux relatifs à cette tranche est prévue avant fin 2023.

Après Laâyoune, la CFCIM inaugure sa nouvelle Délégation Régionale à Dakhla

En présence d’ambassadeurs africains au Maroc, et en partenariat avec la Région de Dakhla-Oued Eddahab, la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), va inaugurer, ce vendredi, sa nouvelle Délégation Régionale de Dakhla. Il s’agit de la deuxième antenne régionale, dans les provinces du sud marocain, après celle de Laâyoune créée en mars 2017. C’est à grâce à la ferme volonté du roi Mohammed VI pour la mise en oeuvre effective de la régionalisation avancée et pour la dotation de ces régions du sud du Maroc de contrats-programmes royaux très ambitieux au profit des populations sahraouis, et aussi aux victoires diplomatiques engrangées par le Maroc sur les dossiers des ressources naturelles du Sahara, que les provinces du sud du Maroc connaissent une attractivité, sans précédent, d’investisseurs internationaux qui croient dans le potentiel économique d’une région, qui représente un véritable trait d’union entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.

Lire ici

L’adoption de l’accord agricole Maroc-UE, une grande victoire pour les populations du Sahara

/

Immédiatement après le vote du parlement européen, à une large majorité, en faveur de l’adoption de l’accord agricole Maroc-UE qui étend les préférences commerciales aux produits agricoles et de la pêche issus des provinces du sud du royaume, les adversaires de notre intégrité territoriale, étourdis par ce séisme dont la puissante magnitude calculée sur l’échelle diplomatique n’a d’égale que la portée du revers politique qu’ils ont subi, les voilà dissertant aujourd’hui sur les thématiques de «souveraineté», de «juridiction territoriale» et de «puissance administrante» alors que le Maroc a, de jure et de facto, définitivement plié ces problématiques en sa faveur. Dans le cadre de l’Histoire et du droit. Pour en avoir le cœur net et s’en convaincre, il suffit d’un simple détour par les provinces du sud pour témoigner de l’engagement quotidien des femmes et des hommes sahraouis, des élus locaux, des acteurs de la société civile et des opérateurs économiques, engagés dans la vie de leurs communes respectives et de leurs régions, et pleinement investis au sein de la communauté à laquelle ils appartiennent.

Lire ici

Table ronde de Genève : Briser la glace ne doit pas être une fin en soi

/

Lors d’un point de presse tenu jeudi à Genève à l’issue des travaux de la table ronde sur le Sahara, le président de la région Laâyoune-Sakia el-Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, a expliqué que la population sahraouie est les élus qui la représentent dans les instances locales et régionales sont solidairement impliqués dans la construction et le développement des provinces du sud, et participent activement à l’œuvre d’une société moderne et évoluée, avec des résultats concrets et palpables, sur le terrain, au bénéfice de la population locale, démentant ainsi, jour après jour, les thèses adverses. Si rien n’est plus à prouver sur ce volet, la participation du Maroc aux pourparlers de Genève avait un triple objectif : 1) Confirmer la responsabilité directe de l’Algérie dans ce conflit et l’impliquer dans le processus politique de règlement de la question du Sahara ; 2) Impliquer les élus marocains sahraouis dans la table ronde en leur qualité de véritables représentants des populations locales et casser le mythe du Polisario comme leur représentant légitime ; 3) Soutenir l’application de la résolution onusienne 2440 qui conforte le plan crédible de sortie de crise proposé par le Maroc, le projet d’autonomie.

Lire ici

Exclusif – Table ronde de Genève sur le Sahara : Une première journée dans la sérénité

Au sortir du Palais des Nations à Genève où se tiennent, sur deux jours, les travaux de la «Table de ronde» sur le Sahara sous les auspices de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, Horst Köhler, les participants à ce dialogue donnaient l’air «sereins». En effet, des sources concordantes à Genève, très proches des pourparlers sur le Sahara, ont confié à LE1.ma que l’ambiance globale à l’issue de la première journée d’échanges politiques penchait davantage vers le «climat positif ».

Lire ici

Table ronde de Genève sur le Sahara, Rabat choisit la rupture

Rabat a dévoilé aujourd’hui la composition de la délégation officielle qui participera les 5 et 6 décembre 2018 à Genève à la «table ronde» sur le Sahara à l’invitation de l’Envoyé personnel du Secrétaire Général de l’ONU, Horst Köhler. Si le Maroc s’inscrit dans la continuité de la rencontre de Lisbonne, il opère une véritable rupture avec le processus de Manhasset : 1) La délégation marocaine est majoritairement originaire des provinces du Sud, avec la présence en force des jeunes étoiles montantes de la gestion locale et régionale, en plus d’être enrichie d’une composante féminine représentant la société civile; 2) Rabat a su imposer la présence de l’Algérie en tant que partie prenante dans le dossier.

Lire ici

Laâyoune a désormais son Club PME BMCE Bank

Forte du succès de plusieurs promotions du « Club PME by BMCE Bank », BMCE Bank of Africa a célébré le week-end dernier, en marge du Forum d’Affaires Maroc-France, la promotion du Club PME Laâyoune, la 18ème de ses Clubs PME et la première de la région de Laâyoune-Sakia el Hamra. La banque s’est aussi associée à cette occasion à la Chambre Française de Commerce de l’Industrie au Maroc, CFCIM, pour améliorer la qualité des formations prodiguées. Cette célébration s’inscrit dans le cadre de la mission d’accompagnement et de partenariat durable en faveur des cadres des PME.

Lire ici