CSMD

Biden : «La théorie du ruissellement n’a jamais fonctionné»

Le président américain vient d’enterrer le mythe de la théorie du ruissèlement chère à Ronald Reagan, Margaret Thatcher et Emmanuel Macron selon laquelle l’allégement fiscal des plus riches stimulerait l’économie et profiterait aux plus pauvres.

«La théorie du ruissellement n’a jamais fonctionné. L’économie doit marcher du bas vers le haut, du milieu vers l’extérieur.» a déclaré Joe Biden lors de son premier discours présidentiel devant le Congrès.

https://twitter.com/Inside_US4/status/1387671610124034049

«20 millions d’Américains ont perdu leur emploi pendant la pandémie alors que 650 milliardaires ont augmenté leur richesse de 1 billion de dollars» a martelé le successeur de Donald Trump.

Inspiré par la méthode Franklin D. Roosevelt après la Grande Dépression, le président américain a signé des budgets gigantesques s’élevant à 6.000 milliards de dollar pour relancer une économie malmenée par la crise sanitaire :

  • 1.900 milliards de dollars pour le plan de relance,
  • 2.300 milliards de dollars pour reconstruire ou rénover les infrastructures (20.000 miles de route et 10.000 ponts notamment),
  • 1.800 milliards de dollars de l’American Families Plan.

Face à l’importance de ces dépenses, les critiques ont fusé quant à leurs sources de financement. La réponse de Biden a été claire: impôt sur les revenus du capital des 500.000 familles les plus riches, imposition minimum pour les multinationales à l’échelle globale, annulation des baisses d’impôts accordées par Trump (2017) à certaines niches fiscales.

L’approche du président démocrates fera des petits

«Alors que la page des « Reaganomics » se referme, la France d’Emmanuel Macron risque de se retrouver en complet décalage.» écrit L’Obs en réaction aux déclarations susmentionnées du président américain.

Le journal rappelle que la « théorie du ruissellement » a coloré la politique d’Emmanuel Macron dès son arrivée à l’Elysée, lorsqu’il a défendu ses réformes fiscales, la suppression partielle de l’ISF et l’aplatissement de l’impôt sur les gains du capital. Et de surenchérir : «A un an de la présidentielle, en pleine crise sanitaire et sociale, et alors que les Etats-Unis amorcent un virage idéologique tant attendu, le locataire de l’Elysée n’envisage pas de mettre au placard son costume de « président des riches ».

Au Maroc, la page du Reganomics qui se tourne devrait pousser la Commission spéciale pour le Modèle de développement (CSMD) à revoir la copie de son rapport sensé être prêt en janvier 2021. L’économiste Najib Akesbi, l’un des détracteurs du ruissèlement avait réagi lors des débats sur les travaux de ladite commission en déclarant : «cette théorie de ruissellement ne s’est pas avérée au Maroc, je dirais même qu’elle défie la loi de la gravité ».

Le Cabinet Royal dévoile la liste des membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement

Le Roi Mohammed VI a procédé ce jeudi 12 décembre à la désignation des membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement. Outre le Président, la Commission est composée de 35 membres ayant des parcours académiques et professionnels pluriels et une connaissance importante de la société marocaine et des questions politiques, économiques et sociales, culturelles et environnementales. La Commission mobilise des compétences marocaines travaillant tant au Maroc qu’à l’international, actives et engagées dans les secteurs public, privé ou de la société civile.

Lire ici

Nouveau modèle de développement : Chakib Benmoussa sur les Starting-Blocks

Ce dimanche après-midi, depuis son domicile à Rabat, Chakib Benmoussa, a endossé le costume de président de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement, qui lui sied si bien, pour donner, devant un parterre de journalistes triés sur le volet, le coup d’envoi officiel de la mission pour laquelle il a été désigné par le roi Mohammed VI.

«Demain, lundi, je rencontre le Chef de Gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani et je récupère les locaux du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique qui accueilleront les futurs membres de la Commission, qui ne sont d’ailleurs, pas encore officiellement désignés (…) Ma mission est de rendre un rapport sur le nouveau modèle de développement qui répond aux défis actuels et futurs dans un délai de 6 mois. Je veillerai à ce que nous mettions l’accent sur la question essentielle du “Comment” et donner la part belle à “l’Action” » a déclaré Chakib Benmoussa, précisant qu’il garderait son poste d’ambassadeur du Royaume en France.

Lire ici