fbpx

Barclays Egypt

Club Afrique Développement Egypte : Quand l’Est rencontre l’Ouest

/

Le Groupe Attijariwafa bank n’en finit pas de tisser la toile de son réseau des communautés d’affaires sur le continent. Le dernier en date, le Club Afrique développement Egypte, a lancé le 12 mai dernier au Caire en présence de plusieurs responsables gouvernementaux, d’hommes d’affaires, de l’ambassadeur du Maroc au Caire, Ahmed Taziet et de ses homologues africains accrédités au Caire ainsi que de 300 grands clients d’AWB Egypte.

Lire ici

FIAD : Le Forum d’Al Mada reprend du service en 2019

//

Après une pause d’une année, le Forum International Afrique développement, considéré comme le Davos africain, se tiendra cette année les 14 et 15 mars prochain à Casablanca. Le sujet de cette sixième édition intègre une nouveauté thématique qui sort du débat classique Nord/Sud. Les organisateurs de ce forum ont en effet choisi d’ausculter durant leurs travaux la problématique de l’émergence africaine à travers son intégration régionale Est -Ouest.

 

Le FIAD, plate-forme de dialogue et d’affaires dédiée au continent de référence, revient en force cette année. Le choix du thème «Quand l’Est rencontre l’Ouest» dévoile une certaine maturation de l’approche Afrique du porteur de cet évènement Attijariwafa bank et son actionnaire de référence le fonds d’investissement panafricain AL MADA.

En effet, 2018 a été une année de consolidation de plusieurs acteurs économiques opérant en Afrique. Une année durant laquelle le royaume a récolté les premiers fruits de pas moins de dix années de chantiers diplomatiques, économiques et cultuels impulsés par le roi Mohammed VI.

L’acquisition de Barclays Egypt, réalisée avec un pragmatisme exemplaire, et dont la greffe semble bien prendre, l’ouverture vers les pays de l’est comme le Rwanda, l’Ethiopie et le Soudan, l’importance géostratégique galopante de l’est africain, autant d’éléments parmi d’autres qui semblent influer sur la nouvelle conception d’intégration régionale Est-Ouest autour de laquelle le FIAD2019 projette de débattre.

Le Forum promet donc un débat intense et riche. D’une part, le monde a beaucoup changé, entre l’édition de 2017 et celle de 2019. Les équilibres géopolitiques qui replacent l’Asie et l’Afrique au coeur des enjeux du millénaire, les problématiques d’immigration, de sécurité, de changement climatique et d’émancipation du passé colonial, font partie du quotidien du décideur africain. D’autre part, le Forum sera l’occasion pour les opérateurs marocains de faire le point sur leurs stratégies africaines respectives.

Quant à son organisation, le FIAD2019 ne changera pas de formule. Il offre aux décideurs et investisseurs sur le continent, à l’image des éditions précédentes, la possibilité de participer aux workshops thématiques de haut niveau, aux rencontres B to B et B to G. Le Marché de l’Investissement est également maintenu, il mettra à l’honneur plusieurs pays africains dont la liste n’est pas encore dévoilée.

Le Forum d’Al MADA réunit, depuis sa création, plus de 7500 opérateurs représentant 36 pays, avec plus de 17 000 réunions BtoB.

Les préinscriptions à cette 6ème édition du Forum International Afrique Développement ont été ouvertes aujourd’hui et ce jusqu’au 01 mars 2019. Elles se font en ligne via le lien : https://www.clubafriquedeveloppement.com/fr/intro.

Attijariwafa Bank lorgne de nouvelles acquisitions en Afrique de l’Est

/

La banque marocaine Attijariwafa Bank envisage de lancer une nouvelle opération d’acquisitions en Afrique à la fin de l’année2019, en commençant par le Rwanda, le Kenya et l’Ethiopie, a annoncé ce jeudi 8 novembre, Youssef Rouissi, directeur général adjoint de la banque pour les banques d’investissement mondiales en marge de sa participation à une conférence sur l’investissement à Johannesburg en Afrique du Sud, information rapportée par l’agence Reuters.

Lire ici

Rachat Barclays Egypt – Qui croire? Mes yeux ou Economie & Entreprises?

/

Qui croire ? Mes yeux ou Economie & Entreprises ? C’est par ces propos que s’est exclamé Ismail Douiri, DG du Groupe Attijariwafa bank sur son compte Twitter, après la publication sur les réseaux sociaux du teasing de l’article du mensuel Economie-Entreprises sur un supposé blocage de Bank Al Maghrib de la transaction du rachat de la filiale de Barclays Egypte par Attijariwafa bank, pourtant entériné par Autorité du marché financier égyptien en grande pompe le 3 Mai dernier.

Economie-Entreprises dont le directeur de publication, Hassan Alaoui, entretenait des relations particulièrement tendues avec l’actionnaire de référence d’Attijari, le Groupe SNI, a en effet publié comme à son accoutumée sur son site internet, un teasing de son dossier chaud du mois, et en l’occurrence cette fois-ci au sujet du rachat de Barclays Egypt par la banque marocaine. Un article que le mensuel a choisi de titrer : « BAM suspend le deal Attijari/Barclays. »

L’article n’étant encore pas disponible au moment où nous rédigeons ce papier, nous ne pouvons que nous interroger sur la véracité de cette information sachant que les autorités du marché financier égyptien ont d’ores et déjà conclu et entériné l’opération d’acquisition de Barclays Egypt. Une cérémonie de passation a même été tenue devant les collaborateurs d’Attijari Egypt en présence du Président Mohamed El Kettani et une grande délégation marocaine.

 


Il est vrai que le Groupe Attijariwafa bank, avec cet investissement très important plus 400 millions de dollars, prend un certain risque opérationnel en raison des spécificités locales égyptiennes, mais l’opération a le mérite d’ouvrir le développement de la filiale de la SNI au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est et donner également accès à l’économie et la finance marocaine à un marché énorme qui, en plus des retombées économiques, enrichirait le tissu entrepreneurial marocain en termes de diversité culturelle et managériale.

LE1