fbpx

Pelé, le roi du « beau jeu » brésilien, est mort

Start

Pelé, le roi du football brésilien et l’une des figures sportives les plus imposantes du siècle dernier qui a remporté trois Coupes du monde est mort, ce jeudi, à São Paulo, des suites d’un cancer du côlon. Il avait 82 ans.

Avec AP

Le porte-drapeau du « beau jeu » et le footballeur le plus célèbre de l’histoire est mort ce jeudi 20 décembre 2022. Pelé suivait un traitement contre le cancer du côlon depuis 2021. Il avait été hospitalisé le mois dernier pour de multiples affections.

Son agent Joe Fraga a confirmé son décès.

L’état de santé de Pelé s’est détérioré au cours du mois dernier et il ne quittait plus l’hôpital juif Albert Einstein de Sao Paulo. Car en plus de son cancer il luttait contre des problèmes rénaux et cardiaques Dimanche, les membres de sa famille ont passé la matinée de Noël avec l’ancien footballeur à l’hôpital.

Peu après minuit, au début du jour de Noël, la fille de Pelé, Kely Nascimento, a posté une photo de l’épouse du footballeur, Marcia Aoki, et d’autres membres de sa famille réunis à l’hôpital Albert Einstein où il est soigné. Pelé n’était pas bien visible sur l’image.

Une autre vidéo postée sur les réseaux sociaux ont montré Pelé, très démuni, faisant ses adieux à ses proches et à ses amis.

Une légende

Largement considéré comme l’un des plus grands joueurs de football, Pelé a passé près de deux décennies à enchanter les fans et à éblouir les adversaires en tant que buteur le plus prolifique du jeu avec le club brésilien Santos et l’équipe nationale du Brésil.

Sa grâce, son athlétisme et ses mouvements hypnotiques ont fasciné les joueurs et les supporters. Il a orchestré un style rapide et fluide qui a révolutionné le sport – un style samba qui personnifiait l’élégance de son pays sur le terrain.

Il a porté le Brésil vers les sommets du football. Il est devenu un ambassadeur mondial de son sport au cours d’un voyage qui a commencé dans les rues de l’État de Sao Paulo, où il donnait des coups de pied dans une chaussette remplie de journaux ou de chiffons.

Dans les conversations sur les plus grands joueurs de football, seuls feu Diego Maradona, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo sont mentionnés aux côtés de Pelé.

Le nombre de buts de Pelé varie selon les sources, entre 650 (matchs de championnat) et 1 281 (tous les matchs seniors, dont certains contre des équipes de bas niveau).

Celui que l’on allait surnommer «le Roi» a été présenté au monde à 17 ans lors de la Coupe du monde 1958 en Suède, le plus jeune joueur de l’histoire du tournoi. Il a été porté hors du terrain sur les épaules de ses coéquipiers après avoir marqué deux buts lors de la victoire 5-2 du Brésil sur le pays hôte en finale.

Une blessure l’a limité à deux matchs seulement lorsque le Brésil a conservé le titre mondial en 1962, mais Pelé a été l’emblème du triomphe de son pays à la Coupe du monde de 1970 au Mexique. Il a marqué en finale et a servi Carlos Alberto d’une passe nonchalante pour le dernier but de la victoire 4-1 sur l’Italie.

L’image de Pelé dans un maillot jaune vif du Brésil, avec le numéro 10 estampillé dans le dos, reste vivante chez tous les fans de football. Il en va de même pour la célébration de ses buts, qui est sa marque de fabrique : un saut avec le poing droit brandi au-dessus de sa tête.

La célébrité de Pelé était telle qu’en 1967, les factions d’une guerre civile au Nigeria ont accepté un bref cessez-le-feu pour qu’il puisse jouer un match d’exhibition dans le pays. Il a été fait chevalier par la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne en 1997. Lorsqu’il s’est rendu à Washington pour aider à populariser le jeu en Amérique du Nord, c’est le président américain qui lui a tendu la main en premier.

«Je m’appelle Ronald Reagan, je suis le président des États-Unis d’Amérique», dit l’hôte à son visiteur. «Mais vous n’avez pas besoin de vous présenter car tout le monde sait qui est Pelé».

Premier héros national noir moderne du Brésil

Pelé était le premier héros national noir moderne du Brésil, mais il parlait rarement du racisme dans un pays où les riches et les puissants ont tendance à être issus de la minorité blanche.

Les fans adverses ont raillé Pelé avec des chants de singes à la maison et dans le monde entier.

«Il disait qu’il ne jouerait jamais s’il devait s’arrêter à chaque fois qu’il entendait ces chants», a déclaré Angelica Basthi, l’une des biographes de Pelé. «Il est la clé de la fierté des Noirs au Brésil, mais n’a jamais voulu être un porte-drapeau».

Une vie riche près le football

La vie de Pelé après le football a pris de nombreuses formes. Il a été un homme politique – ministre extraordinaire des sports du Brésil -, un riche homme d’affaires et un ambassadeur de l’UNESCO et des Nations unies.

Il a tenu des rôles dans des films, des feuilletons et a même composé des chansons et enregistré des CD de musique populaire brésilienne.

À mesure que sa santé se détériore, ses voyages et ses apparitions deviennent moins fréquents. On le voit souvent en fauteuil roulant pendant ses dernières années et il n’assiste pas à la cérémonie d’inauguration d’une statue à son effigie représentant l’équipe brésilienne de la Coupe du monde 1970. Pelé a passé son 80e anniversaire isolé avec quelques membres de sa famille dans une maison sur la plage.

Un talent unique

Né Edson Arantes do Nascimento, dans la petite ville de Tres Coracoes, à l’intérieur de l’État du Minas Gerais, le 23 octobre 1940, Pelé a grandi en cirant des chaussures pour acheter son modeste équipement de football.

Le talent de Pelé a attiré l’attention lorsqu’il avait 11 ans, et un joueur professionnel local l’a amené dans les équipes de jeunes de Santos. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il intègre l’équipe senior.

Malgré son jeune âge et son gabarit d’1,80 m, il marquait contre des hommes adultes avec la même aisance que celle dont il faisait preuve contre ses amis au pays. Il a fait ses débuts avec le club brésilien à 16 ans, en 1956, et le club a rapidement acquis une reconnaissance mondiale.

Le nom Pelé vient du fait qu’il a mal prononcé le nom d’un joueur appelé Bilé.

Il a participé à la Coupe du monde de 1958 en tant que réserviste mais est devenu un joueur clé de l’équipe championne de son pays. Son premier but, dans lequel il a fait passer le ballon par-dessus la tête d’un défenseur et l’a contourné pour le reprendre de volée, a été considéré comme l’un des meilleurs de l’histoire de la Coupe du monde.

La Coupe du monde de 1966 en Angleterre – remportée par le pays hôte – a été amère pour Pelé, qui était déjà considéré comme le meilleur joueur du monde. Le Brésil est éliminé en phase de groupe et Pelé, furieux d’avoir été malmené, jure que c’est sa dernière Coupe du monde.

Il a changé d’avis et s’est rajeuni lors de la Coupe du monde 1970. Lors d’un match contre l’Angleterre, il a frappé de la tête pour un but certain, mais le grand gardien Gordon Banks a fait passer le ballon au-dessus de la barre dans un geste étonnant. Pelé compare cet arrêt – l’un des meilleurs de l’histoire de la Coupe du monde – à « un saumon qui remonte une cascade ». Plus tard, il a marqué le premier but de la finale contre l’Italie, son dernier match de Coupe du monde.

Pelé, un trésor national brésilien

En tout, Pelé a joué 114 matches avec le Brésil, marquant un record de 95 buts, dont 77 en matches officiels.

Son parcours avec Santos s’est étendu sur trois décennies, jusqu’à ce qu’il prenne une semi-retraite après la saison 1972. De riches clubs européens ont tenté de le recruter, mais le gouvernement brésilien est intervenu pour empêcher sa vente, le déclarant trésor national.

Sur le terrain, l’énergie, la vision et l’imagination de Pelé ont permis à l’équipe nationale brésilienne de se surpasser grâce à un style de jeu rapide et fluide, incarnant le « O Jogo Bonito » (le « beau jeu » en portugais). Son autobiographie de 1977, «My Life and the Beautiful Game», a fait entrer cette expression dans le lexique du football.

En 1975, il a rejoint le New York Cosmos de la North American Soccer League. Bien qu’il ait 34 ans et qu’il ne soit plus dans la force de l’âge, Pelé donne au football une plus grande visibilité en Amérique du Nord. Il a conduit les Cosmos au titre de champion en 1977 et a marqué 64 buts en trois saisons.

Pelé a mis fin à sa carrière le 1er octobre 1977, lors d’un match d’exhibition entre le Cosmos et Santos, devant une foule de quelque 77 000 personnes dans le New Jersey. Il a joué la moitié du match avec chaque club. Parmi les dignitaires présents, on trouve peut-être le seul autre athlète dont la renommée s’étend au monde entier : Muhammad Ali.

Pelé a connu des moments difficiles dans sa vie personnelle, notamment lorsque son fils Edinho a été arrêté pour trafic de drogue. Pelé a eu deux filles hors mariage et cinq enfants de ses deux premiers mariages, avec Rosemeri dos Reis Cholbi et Assiria Seixas Lemos. Il a ensuite épousé la femme d’affaires Marcia Cibele Aoki.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.