fbpx

Les perspectives d’inflation aux États-Unis s’améliorent grâce à la baisse des prix à l’importation et à la hausse du moral des consommateurs

Partager

Les prix des importations américaines ont baissé pour la première fois en sept mois en juillet, aidés par la vigueur du dollar et la baisse des coûts du carburant. Les perspectives d’inflation à un an se sont améliorées en août. Les pressions sur les prix pourraient bien être parvenues à leur maximum.

Reuters

Aux États-unis, les prix à l’importation, qui excluent les droits de douane, ont baissé de 1,4 % le mois dernier après avoir augmenté de 0,3 % en juin, selon le département américain du travail vendredi.

Il s’agit de la plus forte baisse mensuelle depuis avril 2020 et elle dépasse la baisse de 1,0 % attendue par les économistes dans un sondage Reuters. Sur les 12 mois jusqu’en juillet, les prix à l’importation ont gagné 8,8% après une hausse de 10,7% en juin, marquant la quatrième baisse mensuelle consécutive du taux annuel.

Ce rapport fait suite à d’autres indications timides, en début de semaine, qui ont montré que l’inflation a finalement cessé de croître. Les prix à la consommation aux États-Unis sont restés inchangés en juillet en raison d’une forte baisse du coût de l’essence, après avoir augmenté de 1,3 % en juin, bien que les pressions sous-jacentes sur les prix soient restées élevées. Les prix à la production ont également diminué le mois dernier en raison de la baisse des coûts de l’énergie.

«La baisse des prix à l’importation et des prix à la production confirme la thèse selon laquelle l’économie a dépassé le pic d’inflation », a déclaré Jeffrey Roach, économiste en chef de LPL Financial.

La Réserve fédérale étudie la possibilité de relever son taux directeur de 50 ou 75 points de base lors de sa prochaine réunion des 20 et 21 septembre, alors que la banque centrale américaine s’efforce de contenir la demande dans l’ensemble de l’économie et de ramener l’inflation à son objectif de 2 %. La Fed a augmenté son taux directeur de 225 points de base depuis mars.

Forte baisse des prix des importations et des exportations américaines

Les prix des carburants importés ont chuté de 7,5 % le mois dernier, après une hausse de 6,2 % en juin. Les prix du pétrole ont diminué de 6,8 %, tandis que le coût des denrées alimentaires importées a baissé de 0,9 %, soit la plus forte baisse sur un mois depuis novembre 2020 et la troisième baisse mensuelle consécutive.

En excluant les carburants et les denrées alimentaires, les prix à l’importation ont baissé de 0,5 %. Ces prix à l’importation dits de base ont diminué de 0,6 % en juin. Ils ont augmenté de 3,8 % en glissement annuel en juillet. La force du dollar américain contribue à contenir les prix des importations de base.

Le dollar a gagné environ 10 % par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux des États-Unis depuis le début de l’année.

Les prix à l’exportation ont baissé de 3,3 % en juillet après une accélération de 0,7 % en juin. Les prix des exportations agricoles ont diminué de 3,0 %, la baisse étant due à la diminution des prix du soja, du blé et du coton.

Les prix des exportations non agricoles ont baissé de 3,3 %. Les prix à l’exportation ont augmenté de 13,1% sur une base annuelle en juillet, après avoir augmenté de 18,1% en juin.

Semaine baissière pour le pétrole

Selon ZoneBourse, les prix de l’or noir s’établissent aux alentours des 95 USD le baril pour le Brent (97 USD) mais également pour le WTI (92 USD). Soit une chute de l’ordre de 30 USD depuis les pics de juin. Cette baisse, souligne l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), s’explique principalement par une augmentation de l’offre. Avec une moyenne de 100,5 millions de barils par jour en juillet, nous atteignons les plus hauts niveaux depuis janvier 2020, soit juste avant le début de la pandémie. Pourtant la demande reste soutenue. L’agence ayant révisé à la hausse son estimation pour 2022, de 380.000 barils par jour, pour la porter à 99,7 mb/j.

Amélioration du moral des consommateurs.

Selon une enquête de l’Université du Michigan, le moral des consommateurs américains s’est encore amélioré en août, après avoir atteint son plus bas niveau au début de l’été, et les perspectives d’inflation à court terme des ménages américains se sont de nouveau assouplies en raison de la forte baisse des prix de l’essence.

La lecture préliminaire de l’indice global du sentiment des consommateurs pour le mois d’août s’est établie à 55,1, contre 51,5 le mois précédent. Il avait atteint un niveau record de 50 en juin.

Le résultat préliminaire d’août est supérieur à la prévision médiane de 52,5 des économistes interrogés par Reuters.

Les prévisions d’inflation à un an de l’enquête sont tombées de 5,2 % à 5,0 %, leur niveau le plus bas depuis six mois, tandis que les perspectives d’inflation à cinq ans de l’enquête ont légèrement augmenté de 2,9 % à 3 %, restant dans la fourchette qui a prévalu l’année dernière.

Tags

- Advertisement -