Conférence de presse du Premier ministre danois, Lars Loekke Rasmussen, à Copenhague.

Horreur d’Imlil : Le Danemark confirme l’identité des victimes et accuse Daesh

Après que les autorités marocaines aient arrêté trois suspects dans l’assassinat de deux touristes scandinaves à Imlil, aux pieds du Toubkal, dans les montagnes de l’Atlas, les services de renseignement danois, Politiets Efterretningstjeneste (PET), ont déclaré que ce crime pourrait “avoir un lien de parenté” avec le groupe “Etat islamique”.

Le Bureau central d’investigations judiciaires, BCIJ, a annoncé, jeudi, dans un communiqué, que les trois suspects recherchés avaient été arrêtés à Marrakech. Mardi, le procureur général du roi avait affirmé, dans un premier communiqué, l’arrestation d’un suspect affilié à un groupe extrémiste, mais sans le nommer.

Dans une conférence de presse donnée ce jeudi au Mirror Hall, bureau du Premier ministre à Christiansborg au Danemark, le chef du gouvernement Lars Loekke Rasmussen a expliqué que «l’assassinat peut être considéré de motivation politique, et donc un acte de terreur. » Ajoutant qu’il y a « encore des forces obscures qui veulent combattre nos valeurs (…) et nous ne devons pas céder.»

Dans sa déclaration, le premier ministre danois a confirmé l’identité des victimes : Louisa Vesterager Jespersen du Danemark et Maren Ueland de Norvège.

« Ce qui aurait dû être un voyage de vacances s’est transformé en cauchemar », a-t-il déclaré à des journalistes danois.

En Norvège voisine, le Premier ministre Erna Solberg a qualifié le massacre “d’attaque brutale et dénuée de sens sur des innocents”, ajoutant que l’affaire “souligne l’importance de la lutte contre l’extrémisme violent”.

Dans une déclaration à l’agence Associated Press, l’agence danoise de sécurité nationale a expliqué que l’enquête préliminaire “a indiqué, selon les autorités marocaines, que les meurtres pourraient être liés à l’organisation terroriste du groupe État islamique“.

Sur cette photo fournie par la chaîne d’information marocaine 2M et prise le mardi 18 décembre 2018, une équipe de sécurité est vue sur la zone où les corps de deux touristes scandinaves ont été retrouvés morts, près d’Imlil dans les montagnes du Haut Atlas, au Maroc.

Le massacre a choqué le Maroc, une destination touristique populaire où les attaques contre les étrangers sont extrêmement rares. Les corps des femmes ont été retrouvés lundi dans les montagnes de l’Atlas, une région prisée des randonneurs.

Les corps ont été retrouvés dans une région montagneuse isolée, à 10 kilomètres du village d’Imlil, souvent le point de départ de randonnées vers le mont Toubkal, le plus haut sommet d’Afrique du Nord.

Les médias marocains ont rapporté que les enquêteurs avaient des images de vidéosurveillance montrant trois suspects installant une tente près de la tente des victimes et quittant les lieux après l’assassinat.

La mère de la victime norvégienne, Reinert Kverneland, a déclaré à la chaîne de télévision norvégienne NRK, qu’elle avait informé les proches de son décès tout en précisant que sa fille avait pris toutes les mesures de sécurité avant de faire le voyage.

Les autorités danoises et norvégiennes ont averti mercredi leurs citoyens de ne pas faire de randonnée sans guides locaux au Maroc. Des policiers danois ont annoncé mercredi avoir envoyé un officier au Maroc pour participer à l’enquête.

Le Maroc est généralement considéré comme une destination sûre pour les touristes, mais lutte depuis des années contre l’extrémisme violent, et des milliers de Marocains sont connus pour avoir rejoint Daesh.

Avec AP

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Allez en Haut de la page
0 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap