fbpx

DeSantis qualifie l’inculpation de Trump «d’anti-américaine» et déclare qu’il ne participera pas à son extradition de Floride

Partager

Le gouverneur de Floride Ron DeSantis a fustigé jeudi l’inculpation de Donald Trump et a promis que l’État «n’aidera pas à l’extradition», même si des rapports suggèrent que l’ancien président a l’intention de se rendre volontairement aux autorités de New York.

Le gouverneur Ron DeSantis, rival possible de Donald Trump pour l’investiture républicaine à la présidentielle de 2024, a déclaré sur Twitter que la Floride ne collaborerait pas avec New York pour toute demande d’extradition au cas où une telle demande serait nécessaire pour l’ancien président récemment inculpé.

DeSantis, qui devrait défier Donald Trump pour l’investiture républicaine à la présidentielle de 2024, avait déjà déclaré qu’il ne s’impliquerait pas dans l’inculpation de Trump «de quelque manière que ce soit», mais il a été vivement condamné par l’ancien président et ses partisans, qui l’ont accusé d’être déloyal.

LIRE AUSSI  Maroc-France : Comment Macron a avalé son chapeau

La décision du gouverneur républicain de critiquer l’inculpation de Donald Trump l’aligne sur d’autres républicains qui se sont ralliés à l’ancien président. Elle reflète également le soutien inconditionnel du GOP à Trump après que le FBI a perquisitionné sa résidence de Mar-a-Lago en août.

«La militarisation du système juridique pour faire avancer un programme politique renverse l’État de droit. C’est anti-américain», a déclaré DeSantis sur Twitter. «Le procureur de Manhattan, soutenu par Soros, n’a cessé de contourner la loi pour déclasser des crimes et excuser des fautes pénales. Pourtant, maintenant, il étire la loi pour cibler un opposant politique».

«La Floride ne répondra pas à une demande d’extradition étant donné les circonstances douteuses dans lesquelles se trouve ce procureur de Manhattan soutenu par Soros et son programme politique», a-t-il poursuivi.

Selon la loi de Floride, le gouverneur peut intervenir dans une affaire d’extradition si celle-ci est contestée. Mais pour l’instant, les avocats de Trump ont indiqué que ce dernier devrait se rendre.

La position de DeSantis sur l’acte d’accusation était très attendue car, en tant que probable rival politique, il a été durement frappé par Trump et ses alliés au cours des dernières semaines, notamment en raison de ses commentaires antérieurs sur les problèmes juridiques de Trump, lorsqu’il avait déclaré : «Je ne sais pas ce qui se passe quand on paie des pots-de-vin à une star du porno pour qu’elle garde le silence sur une affaire présumée».

Trump est actuellement lié à plusieurs enquêtes en cours, dont l’une porte sur la manipulation de documents classifiés dans sa résidence de Floride, Mar-a-Lago, et une autre est en cours à Atlanta.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -