fbpx

Christine Lagarde confisque les téléphones dans les réunions pour éviter les fuites d’informations

Partager

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a confisqué les téléphones portables de ses collègues décideurs lors de la réunion , la semaine passée, et les a réprimandés pour avoir divulgué des informations cruciales avant une décision politique.

Avec Reuters

Cette démarche sans précédent est la mesure la plus radicale que Lagarde ait prise pour empêcher les fuites d’informations en provenance du Conseil des gouverneurs de la BCE, un problème qui a tourmenté sa présidence ainsi que celle de son prédécesseur, Mario Draghi.

Les 26 membres du Conseil des gouverneurs ont été sommés de remettre leurs téléphones portables mercredi, premier jour de la réunion, alors qu’ils s’apprêtaient à choisir Claudia Buch comme superviseur bancaire en chef de la BCE.

Les téléphones ont été restitués après l’annonce de la nomination de Buch à la tête du Conseil de surveillance unique, chargé de superviser plus d’une centaine des plus grandes banques de la zone euro, ont ajouté les sources.

LIRE AUSSI  Maariv : Pour les Bibistes, Netanyahu est le messie annoncé

Cette décision a été prise parce que le choix en 2018 du président actuel, Andrea Enria, avait été révélé dans les médias avant la publication officielle, ont précisé les sources.

L’initiative de Lagarde est intervenue un jour après que Reuters ait révélé en exclusivité que la BCE augmenterait ses prévisions d’inflation, ouvrant la voie à une hausse des taux d’intérêt.

La plupart des économistes et des traders s’attendaient à ce que la BCE maintienne les taux inchangés, mais nombreux sont ceux qui ont changé d’avis après la publication du rapport de Reuters mardi dernier.

Lagarde a vivement condamné la fuite en début de la réunion de deux jours, une critique qui a été reprise par plusieurs de ses collègues.

Lagarde n’a ménagé aucun effort pour séduire ses collègues.

Lagarde a hérité d’un Conseil des gouverneurs divisé de Draghi, qui avait aliéné les “faucons” de la zone euro avec sa politique monétaire ultra-accommodante et son style de gestion abrasif.

Elle a progressivement tenté de créer une atmosphère plus harmonieuse, et plusieurs sources s’accordent à dire qu’elle a en grande partie réussi.

Ironiquement, ses efforts ont été aidés par une inflation douloureusement élevée au cours des deux dernières années, ce qui a réduit la marge de dissension et a effectivement contraint la BCE à entreprendre une série de hausses des taux d’intérêt.

Cependant, à mesure que les coûts d’emprunt augmentaient, de plus en plus de décideurs exprimaient des réserves quant à de nouvelles hausses, ont indiqué les sources.

Lagarde a déclaré jeudi que la dernière hausse avait été soutenue par “une majorité solide des gouverneurs”, contre l’unanimité pour la hausse précédente en juillet et un “très, très large consensus” un mois plus tôt.

Quelques semaines après son entrée en fonction en 2019, ils se sont réunis dans un château de montagne allemand où elle s’est engagée à consacrer plus de temps à l’écoute et à ne pas anticiper les décisions avant que les décideurs n’aient donné leur avis, comme on accusait souvent Draghi de le faire.

En retour, elle a demandé aux gouverneurs de cesser de critiquer publiquement les décisions politiques une fois prises, de ne pas étaler les conflits internes dans les médias et de ranger leurs téléphones lors des interventions de leurs collègues.

Elle a également établi des directives informelles l’année dernière enjoignant à ses collègues de présenter l’avis majoritaire au public après les décisions politiques de la BCE, qui sont publiées le jeudi, et de réserver leurs opinions “personnelles” jusqu’au lundi suivant.

Tags

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -