fbpx

Energie - Page 2

Plusieurs milliards de dollars investis dans les Énergies renouvelables, partis en fumée. Une bérézina planétaire

Le plus prestigieux des hebdomadaires allemands, Der Spiegel, a consacré la couverture de son premier numéro du mois de mai à l’échec du plus grand projet planétaire de transition énergétique, Energiewende. On y apprend que malgré que l’Allemagne ait dépensé, depuis 2010, plus de 240 milliards de dollars en énergies renouvelables, ses émissions de gaz à effet de serre sont restées au même niveau… qu’en 2009. En fait le grand gagnant de cette mobilisation mondiale de la transition énergétique s’est avéré être le GNL, Gaz Naturel liquéfié, ainsi que l’armada des méthaniers américains qui irriguent depuis 5 ans, en toute discrétion, toute la planète en Gaz de schiste. Le monde a changé depuis le célèbre documentaire d’Al Gore «Une vérité qui dérange» diffusé en 2006. Les climatosceptiques logent à la Maison Blanche, les mines de charbon reprennent leurs activités de plus belle, les découvertes des gisements de pétroles et de gaz n’ont jamais été aussi nombreuses et d’aucuns n’envisagent d’arrêter le nucléaire. La transition vers les énergies renouvelables est vouée à l’échec car les industriels modernes ne veulent tout simplement pas pas retourner à la vie prémoderne.

Lire ici

L’Afrique du Sud explore le pétrole au Soudan du Sud

/

L’Afrique du Sud avance lentement ses pions au Soudan du Sud. Le 6 mai dernier, l’African Energy Chamber a annonce la signature d’un nouvel accord pétrolier entre le Soudan du Sud et l’Afrique du Sud. Cet accord « historique » de partage d’exploration et de production se veut « un stimulant pour la paix, la stabilité économique et l’industrie pétrolière ». Il marque la réalisation de nouveaux investissements et leur contribution à la relance économique du Soudan du Sud.


Présente à Juba lors de la cérémonie de signature, la Chambre africaine de l’énergie a rappelé que « c’est la deuxième fois en deux ans que le Sud-Soudan attire avec succès les investissements africains sur ses terres, marquant ainsi l’émergence d’une forte coopération énergétique intra-africaine et signalant le succès des réformes du Soudan du Sud visant à fournir aux investisseurs un environnement propice à faire des affaires dans le pays ». Selon le président de la chambre NJ Ayuk, « l’accord est brillant et les perspectives d’exploration pour le Soudan du Sud et le bloc B sont énormes, avec des ressources potentielles pouvant atteindre les milliards de barils de pétrole ».

Un potentiel énorme, mais peu exploré

Le potentiel pétrolier et gazier est énorme au Soudan du Sud, mais demeure sous exploré. On estime les réserves actuelles de pétrole à 3,5 milliards de barils. Le Soudan du Sud devrait produire près de 270 000 barils par jour d’ici la fin de l’année et cherche à investir dans toute sa chaîne de valeur. L’accord signé entre le Strategic Fuel Fund (SFF) et le Soudan du Sud porte sur l’exploration et l’exploitation du bloc pétrolier B2 qui est prometteur. L’accord, qui est stratégique pour l’Afrique du Sud, verra le bloc B2 exploré et exploité par le Strategic Fuel Fund (SFF), le ministère Pétrole et Nilepet – la compagnie pétrolière nationale de la République du Sud-Soudan.

Le Soudan du Sud cherche à attirer de nouveaux investisseurs

Il s’agit du deuxième accord signé au Soudan du Sud depuis 2012. En vertu de l’accord signé, une période d’exploration de six ans est prévue et le forage de puits. Le SFF investira également dans des initiatives de renforcement des capacités, de formation des citoyens du Sud-Soudan, dans des projets de développement social et communautaire et dans la garantie du contenu local et de l’autonomisation des femmes dans le cadre de cet effort d’investissement. En marge de la cérémonie de signature, Jeff Radebe, ministre sud-africain de l’Énergie a déclaré : « nous sommes optimistes face à cette opportunité stratégique et unique d’entrer dans le bloc B2 avec un grand potentiel pétrolier. Il offre à l’Afrique du Sud une chance de renforcer davantage sa sécurité énergétique tout en accédant à l’un des trois marchés les plus lucratifs du pétrole et du gaz onshore en Afrique ».

L’Afrique du Sud cherche à sécuriser son approvisionnement en pétrole

Pour sa part son homologue Sud-Soudanais, Ezekiel Lol Gatkuoth a affirmé que « le Soudan du Sud a un grand potentiel, mais notre pays reste largement sous-exploré et nous pensons que l’arrivée de nouveaux acteurs tels que le SFF entraînera très bientôt de nouvelles découvertes de classe mondiale, compte tenu du programme d’exploration agressif et de la grande viabilité pétrolière du bloc B3. Cela contribuera à la relance économique du Sud-Soudan et à l’amélioration des échanges commerciaux avec d’autres pays africains. » Rappelons que l’année dernière, le Département de l’Énergie de l’Afrique du Sud s’est engagé à investir un milliard de dollars dans l’industrie pétrolière du Sud-Soudan, dans le but de garantir des approvisionnements en énergie abordables pour l’Afrique du Sud. Les deux pays sont actuellement en pourparlers pour mettre en place une raffinerie de 60 000 barils par jour approvisionner le marché local et sécuriser les exportations vers l’Éthiopie et d’autres pays voisins.

Efficacité énergétique : TAQA introduit une technologie de pointe au Maroc, une première mondiale

C’est en marge du 12e Sommet mondial sur les énergies du futur (WFES), qui s’est tenu cette semaine à Abu Dhabi, que le géant émirati TAQA Global, présent au maroc à travers sa filiale Taqa Morocco (JLEC), a signé un partenariat industriel avec une start-up suisse LakeDiamond, qui détient une technologie unique en son genre exploitant les caractéristiques conductrices de la chaleur du diamant pour transférer de l’énergie de manière plus efficace et sans fil. Le premier déploiement de cette technologie sera effectué au Maroc.

Lire ici

GAZ : Sound Energy a la main heureuse à la veille du Sommet du pétrole et du gaz qui se tiendra au Maroc

/

Les différentes sociétés d’exploration présentes au Maroc auront l’occasion de faire le point lors du 2ème Sommet du pétrole et du gaz au Maroc, les 6 et 7 février 2019 à Marrakech. Organisé par IN-VR Oil & Gas et sous les auspices de l’Office national marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM), ce sommet permettra à cet office de rencontrer des investisseurs potentiels et existants, notamment SDX Energy, Chariot Oil & Gas, Geoex, Enagas et ENI. Au cours de ce sommet, l’ONHYM prévoit d’annoncer les futurs projets d’exploration et de production suite aux récentes découvertes d’hydrocarbures et former de nouveaux partenariats pour des projets à mi-parcours. Entre-temps, la société britannique Sound Energy a annoncé le 7 janvier la découverte de nouvelles traces de gaz dans le puits TE-10 dans le permis de Tendrara. C’est la troisième fois que la société trouve des traces de gaz dans ce puits.

Lire ici

Mix énergétique : Le Maroc a-t-il visé trop haut?

/

Le Maroc a choisi d’investir dans plusieurs projets gaziers de taille comme le Gazoduc Maghreb-Europe et le projet du gazoduc Maroc-Nigéria reliant 12 pays de l’Afrique de l’Ouest et l’Europe. Et le gaz naturel est amené à «jouer un rôle crucial dans l’amélioration de la sécurité énergétique mondiale et la flexibilité de l’approvisionnement couplé à des mesures d’intégration et de politique d’urgence». Cela dit, le Maroc réussira-t-il à réaliser 52% de son mix énergétique à partir des énergies renouvelables ? L’échéance 2030 approche à grand pas. Est-ce à dire que le défi sera relevé ?

Lire ici

Attijari bank Tunisie veut dynamiser les PME de l’économie verte

//

Dans le cadre de l’engagement du Groupe Attijariwafa bank et de la Banque mondiale dans le financement d’une croissance économique verte et inclusive du continent africain, Attijari bank Tunisie et la Société financière internationale (SFI) ont signé ce mardi une convention de prêt subordonné de 40 millions d’euros destiné au financement des PME et de l’énergie durable en Tunisie.

Ce premier prêt de la Société financière internationale (SFI), une organisation membre de la banque mondiale, accordé à Attijari bank Tunisie lui permettra de développer davantage le volume de ses financements à long terme pour accompagner des projets en faveur de la planète et des petites et moyennes entreprises, rapporte le communiqué conjoints des deux institutions. La banque rappelle que dans le cadre de sa contribution aux efforts du gouvernement pour encourager l’utilisation des énergies renouvelables et réduire la facture énergétique, avoir été pionnière dans le développement de produits financiers verts pour soutenir des investissements tels que des unités photovoltaïques, des usines de traitement des déchets et des projets d’efficacité énergétique.

Dans le même communiqué, la SFI affirme que ce prêt subordonné a pour objectif de renforcer les fonds propres de la banque et d’augmenter sa capacité de prêts permettant par ricochet aux entreprises locales de se développer et de contribuer ainsi à la croissance de l’économie tunisienne et à la création d’emplois.

« Grâce aux nouveaux fonds alloués par IFC ainsi qu’à notre connaissance des besoins des entreprises, nous pourrons étendre notre action pour les conseiller sur le financement de projets d’énergie durable et aider les PME locales à se développer », a déclaré Hicham Seffa, le directeur général d’Attijari bank Tunisie.

SFI/Attijari bank, la transformation digitale et la finance verte au coeur de leur partenariat

Le partenariat SFI/Attijari bank Tunisie date de 2017, ils l’ont initié par un projet de conseil sur le potentiel de la digitalisation des services et la création de nouveaux produits.

« Le marché tunisien du financement de l’énergie durable est encore naissant mais regorge de potentiel, » a déclaré Kudret Akgun, le responsable d’IFC en charge des institutions financières de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. « IFC s’est engagée à soutenir les institutions financières privées de la région qui contribuent au développement des activités de leurs clients tout en respectant la planète. C’est en effet essentiel pour construire un avenir plus respectueux de l’environnement tout en favorisant une croissance inclusive et durable. »

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de Kudret Akgun, le responsable d’IFC en charge des institutions financières de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Hicham Seffa, directeur général d’Attijari bank, Moncef Chaffar, président du Conseil d’administration de la banque ainsi que de hauts cadres des deux sociétés.

 

 

Maroc-Russie : Un accord sur le nucléaire civil sur le point d’être signé et Gazprom entre en jeu

//

La visite de travail de Dimitri Patrouchev, ministre de l’Agriculture de la Fédération de Russie au Maroc a été une occasion de renforcer les relations bilatérales et de montrer l’intérêt des deux parties à développer leurs intérêts. Les deux pays, qui cherchent à développer les échanges agricoles au regard du grand potentiel de coopération dans ce secteur, se préparent aussi à signer un accord dans le nucléaire civil et dans le domaine des transports. Pour l’anecdote, le site Sputnik, proche des centres de décision russes, a estimé que le « Maroc a froissé ses partenaires serbes et indirectement russes» quand le chef du gouvernement marocain Saâd Eddine El Othmani a rencontré le Chef de la diplomatie du Kosovo en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Mais il semble que Moscou a oublié cette «maladresse».

Lire ici

SDX Energy : Nouvelle découverte de gaz au Maroc

La société britannique d’exploration gazière et pétrolière, SDX Energy, a annoncé ce vendredi 20 avril sur son site web la découverte de gaz naturel suite à l’exploration du puits LNB-1 dans la concession de son permis de Lalla Mimouna au sud de la ville de Larache. Il s’agit de la sixième découverte de SDX, dans le cadre de son programme de forages de neuf puits. C’est aussi le huitième puits foré de la campagne. Il est à rappeler que SDX Energy avait annoncé le vendredi 9 mars dernier la découverte de gaz naturel dans la région de Sebou.

Foré à une profondeur de 1861 mètres, le puits LNB-1 représenté une colonne de 300 mètres où la charge de gaz obtenue a montré une porosité de plus de 20% avec, dans des sections multiples, une porosité supérieure à 50%, explique SDX Energy dans un communiqué dont le1.ma dispose d’une copie.

Selon Paul Welch, président de SDX Energy, le volume préliminaire moyen non compromis de gaz en présence est de 10,2 Bscf et de 55 000 barils de condensat. Paul Welch explique dans ce sens que SDX Energy «est très heureuse, étant donné que les résultats ont dépassé les attentes. »

Chariot Oil & Gas entame le forage du puits Rabat Deep1

/

Le groupe d’exploration pétrolière et gazière Chariot Oil & Gas Limited a annoncé ce vendredi 16 mars que le navire 12000, un navire de forage ultra-profond de la sixième génération, a commencé le forage du puits Rabat Deep1 dans les eaux profondes au large de l’Atlantique.

Les opérations devraient durer près de 50 jours mais d’autres annonces seront faites au moment approprié, précise Chariot & Oil.

Cette dernière détient 10% des investissements , 40% par l’opérateur italien ENI, 25% par l’Office national marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et 25% par Woodside Energy Maroc.

Il y a une semaine, la société d’exploration gazière et pétrolière SDX Energy Inc. avait annoncé la découverte de gaz naturel de son puits SAH-2 sur le permis de Sebou. Le puits SAH-2 a été foré à une profondeur totale de 1 304 mètres.

Le puits, une fois testé et connecté à l’infrastructure existante, permettra à SDX de fournir une mise à jour des résultats des tests dès le début du mois d’avril.

SDX Energy annonce la découverte de gaz naturel à Sebou

/

La société d’exploration gazière et pétrolière SDX Energy Inc. a annoncé ce vendredi 9 mars,  la découverte de gaz naturel de son puits SAH-2 sur le permis de Sebou. Le puits SAH-2 a été foré à une profondeur totale de 1 304 mètres.

Le puits sera maintenant terminé, testé et connecté à l’infrastructure existante. SDX s’attend à fournir une autre mise à jour des résultats des tests début avril, précise le communiqué.

Le PDG de SDX Energy, Paul Welch, a commenté en ces termes cette nouvelle découverte:

« Nous sommes très heureux de pouvoir annoncer une autre découverte, la cinquième de sept puits forés à ce jour dans notre neuf puits campagne marocaine… ».