fbpx

Biden annonce sa candidature à sa propre réélection, défiant Trump et l’histoire

Partager

Joe Biden s’était présenté comme «un pont» vers une nouvelle génération de dirigeants démocrates. Que nenni ! Le pensionnaire de la Maison-Blanche le plus âgé dans l’histoire des États-Unis, 80 ans, qui a montré à plusieurs reprises des signes inquiétants de perte de mémoire, a décidé qu’il n’était pas encore prêt à passer le flambeau.

Le président Biden a officiellement annoncé mardi qu’il briguerait un second mandat, estimant que la démocratie américaine est toujours confrontée à une menace profonde de la part de l’ancien président Donald J. Trump, et évoquant la possibilité d’une revanche décisive entre les deux hommes l’année prochaine.

Dans une vidéo qui s’ouvre sur des images d’une foule de partisans de Trump prenant d’assaut le Capitole le 6 janvier 2021, le président a déclaré que la «lutte pour notre démocratie» a été «le travail de mon premier mandat» mais qu’elle est incomplète alors que son prédécesseur monte une campagne de retour pour son ancien poste qui, selon Joe Biden, mettrait en péril les droits fondamentaux.

«Dans tout le pays, les extrémistes du MAGA font la queue pour s’attaquer à ces libertés fondamentales», a déclaré Biden, en utilisant le slogan «Make America Great Again» de Donald Trump pour décrire les alliés de l’ancien président. «Ils réduisent la sécurité sociale pour laquelle vous avez cotisé toute votre vie, tout en réduisant les impôts des plus riches. Dicter les décisions que les femmes peuvent prendre en matière de soins de santé, interdire les livres et dire aux gens qui ils peuvent aimer. Tout cela en rendant plus difficile votre droit de vote».

Lorsque je me suis présenté à l’élection présidentielle il y a quatre ans, a-t-il ajouté, j’ai dit que nous étions en train de nous battre pour l’âme de l’Amérique. Et c’est toujours le cas.

Dans un discours prononcé plus tard dans la journée devant un groupe de travailleurs à Washington, Joe Biden s’est davantage concentré sur les questions de fond, vantant son bilan en matière de création d’emplois et de financement de nouvelles routes et de nouveaux ponts. «Finissons le travail», a-t-il déclaré, répétant son slogan de ces derniers temps devant une foule qui scandait obligeamment : «Quatre ans de plus !»

Cette déclaration officielle a mis fin à tout suspense concernant les intentions de Biden et a ouvert la voie à une nouvelle nomination du président, sauf imprévu. Alors qu’il avait déclaré à plusieurs reprises et de manière cohérente qu’il avait l’intention de se présenter, Joe Biden a relancé les spéculations en retardant son coup d’envoi pendant des mois. Son équipe peut désormais mettre en place la structure formelle d’une organisation de campagne et lever des fonds pour la financer.

«Biden a choisi Julie Chávez Rodríguez, conseillère principale à la Maison-Blanche et petite-fille du célèbre leader syndical Cesar Chávez, comme directrice de campagne. Quentin Fulks, un agent démocrate qui a récemment dirigé la campagne de réélection du sénateur Raphael Warnock en Géorgie en 2022, sera son principal adjoint. Toutefois, l’opération devrait être supervisée depuis la Maison Blanche par les principaux collaborateurs du président», affirme New York Times.

Biden, le président le plus âgé de l’histoire des États-Unis

À 80 ans, Joe Biden est déjà le président le plus âgé de l’histoire des États-Unis et, en cas de sa réélection, il aurait 86 ans à la fin de son second mandat, soit près de neuf ans de plus que Ronald Reagan lorsqu’il a quitté la Maison-Blanche en 1989. Biden n’est pas encore prêt à passer le flambeau

«Sa décision a été motivée en partie, selon des collaborateurs, par son antipathie pour Trump et sa conviction qu’il est le démocrate le mieux placé pour empêcher l’ancien président, inculpé au pénal et deux fois mis en accusation, de reconquérir la Maison-Blanche», affirme le New York Times.

Bien que Biden préside un parti plus uni que son adversaire potentiel, de nombreux démocrates craignent en privé que le président ne soit pas à la hauteur d’une nouvelle campagne. Sa cote de popularité globale se situe à un peu plus de 42 %, selon une agrégation de sondages réalisée par le site web politique FiveThirtyEight, soit moins que 10 des 13 derniers présidents à ce stade de leur mandat.

Kamala Haris, élément névralgique de la candidature de Biden

Kamala Harris, la vice-présidente américaine, a figuré en bonne place dans la vidéo que le président Biden a utilisée pour annoncer sa campagne pour 2024, mardi, ce qui indique clairement qu’elle jouera un rôle central dans ses efforts de réélection.

D’une manière ou d’une autre, ses plus féroces détracteurs comme ses plus fidèles alliés y voient une bonne chose.

Pour ses partisans, Kamala Harris, 58 ans, représente de larges pans de l’électorat américain, ce qui n’est pas le cas de Biden : Elle est une femme, elle est biraciale et elle est plus jeune de plusieurs décennies que le président. Elle est considérée comme l’avocate la plus visible de l’administration sur des questions telles que le droit de vote, l’accès à l’avortement et la lutte contre le changement climatique.

Mais ses détracteurs, républicains comme démocrates, estiment qu’elle n’est pas préparée à l’examen minutieux qui ne manquera pas de l’attendre alors qu’elle se positionne comme l’héritière potentielle d’une présidence Biden. Certains ne pensent pas non plus que les thèmes qu’elle abordera intéresseront les électeurs indépendants et modérés qui ont tendance à décider des élections présidentielles.

Medvedev moque Biden : grand-père désespéré et sénile

L’ancien président et numéro 2 du Conseil de sécurité russe Dmitri Medvedev s’est moqué mardi de Joe Biden après l’annonce de sa candidature à sa réélection en 2024. Il l’a qualifié sur sa chaîne Telegram de «grand-père désespéré et sénile».

Capture d’écran de la chaine Telegram de Medvedev

« Biden a pris sa décision. Un grand-père désespéré.
Si j’étais l’armée américaine, je créerais immédiatement une fausse valise de faux codes nucléaires au cas où il gagnerait, afin d’éviter des conséquences irréparables
» a écrit Medvedev a ajouté l’ex-président, également .

- Advertisement -