fbpx

Alain Juillet : «Aujourd’hui, le réseau le plus puissant en France, ce n’est pas la franc-maçonnerie, c’est les LGBT»

Partager

Alain Juillet, qui a occupé le poste de directeur du renseignement à la DGSE, a qualifié le mouvement LGBT comme le réseau d’influence le plus puissant de France.

Sous-entendant l’influence du mouvement sur l’Élysée, l’ancien Grand maître maçonnique a nié l’appartenance de Macron à la franc-maçonnerie.

Lors de son intervention dans une émission YouTube “Les Incorrectibles”, Alain Juillet, ex-directeur de la DGSE et ancien Haut responsable chargé de l’intelligence économique auprès du Premier Ministre français, n’a pas mâché ses mots en affirmant qu’ « aujourd’hui le réseau le plus puissant en France, c’est pas la franc-maçonnerie, c’est celui des LGBT ».

Cette déclaration, venant d’une personnalité publique avec un passé notable dans la franc-maçonnerie et le renseignement, relance le débat sur l’influence des différents groupes sociaux et lobby en France. Surtout que cela coïncide avec la nomination surprise de Gabriel Attal à la tête du gouvernement français, devenant ainsi le premier locataire de Matignon ouvertement homosexuel.

La franc-maçonnerie un mouvement has-been ?!

Juillet a estimé que le pouvoir de la franc-maçonnerie a beaucoup diminué comparé à ce qu’il était durant la 3ème république et au mouvement des minorités sexuelles et de genre.

L’ancien directeur de la DGSE explique que les groupes LGBT, par leur organisation et leur capacité à exercer une pression forte, sont devenus un lobby considérable.

«Aujourd’hui, il faut dire les choses en face, le réseau le plus puissant en France, c’est pas la franc-maçonnerie, c’est les LGBT. Ce sont eux qui sont les plus puissants» a-t-il affirmé.

Alain Juillet suggère que, contrairement à la perception traditionnelle de la franc-maçonnerie comme un réseau d’influence majeur, ce sont aujourd’hui les groupes LGBT qui exercent le plus de pouvoir.

«Pourquoi? Parce qu’ils se sont regroupés, les différentes tendances, se sont regroupées, et exercent une pression extrêmement forte, parce que ce sont des groupes d’influence et des groupes d’oppression très forts (..) Ah oui, c’est un véritable lobby, un lobby considérable, considérable.» s’est-il exclamé.

«Je pense qu’il y a pas photo, c’est eux qui sont beaucoup plus puissants que la franc-maçonnerie. Ce n’est pas du tout une critique, c’est parce que, quand une quand des minorités se regroupent, et essaient d’influencer, si elles sont composées de gens qui réfléchissent un peu, bah peuvent être extrêmement efficaces.»

Alain Juillet, ancien Grand Maître d’une obédience de plus de 15.000 frères

Interrogé par le journaliste Éric Morillot sur son appartenance à la franc-maçonnerie et son influence actuelle sur la politique française, Alain Juillet n’a pas nié. Mieux encore, il a affirmé avoir été Grand Maître d’une obédience de plus de 15.000 membres.

Juillet décrit son adhésion à la franc-maçonnerie comme une démarche spirituelle et intellectuelle qui a significativement contribué à sa compréhension du monde et des valeurs humanistes. Il a mentionné son entrée à la Grande Loge Nationale de France (GLNF) motivée par le fait de la présence d’amis dans cette obédience.

Il a également partagé son expérience en tant que grand maître de la GLNF, évoquant des problèmes internes, dont des dérives affairistes, qui ont conduit à la création d’une nouvelle obédience par un groupe de plus de 15.000 frères, dont il a été élu premier grand maître.

Juillet bénéficie d’une compréhension approfondie des dynamiques de pouvoir au sein des sociétés secrètes et des groupes d’influence. Son observation sur l’amoindrissement du pouvoir de la franc-maçonnerie face à la montée en puissance du mouvement LGBT est un fait à prendre en compte.


Retranscription des déclaration d’Alain Juillet


Éric Morillot : En parlant de votre monde, justement, j’ai évoqué le terme lumière. On est dans une émission où on est transparent, on parle de tout. En parlant de la lumière, faut aussi évoquer le fait que vous êtes ouvertement franc-maçon.

Alain Juillet : Ah, bah je peux pas nier, j’étais grand maître d’une obédience, c’est difficile de dire le contraire.

Éric Morillot : J’aimerais qu’on en parle un instant. Vous avez intégré ce courant. Est-ce que ça vous a beaucoup apporté, votre appartenance à la franc-maçonnerie? On entend beaucoup de choses sur l’influence occulte de la franc-maçonnerie en France. Qu’est-ce qu’il en est vraiment?

Alors, d’abord, vous, votre engagement personnel.

Alain Juillet : Alors, non, moi j’ai moi je suis rentré en franc-maçonnerie pour une quête spirituelle, c’est-à-dire que si vous voulez. Je travaillais tellement que j’avais pas le temps de me forcer à lire des livres pour réfléchir à sur la métaphysique, sur, l’évolution de la pensée, sur les religions, sur beaucoup de choses, j’avais pas le temps de je me forçais pas suffisamment à lire, à travailler là-dessus.

Et parce que je connaissais des gens qui étaient en franc-maçonnerie, je me suis dit, si jamais je rentre en franc-maçonnerie, à ce moment-là, comme il y a toute une démarche, spirituelle et intellectuelle en franc-maçonnerie, j’ai dit ça va me faire travailler, ça va me faire progresser, ça va améliorer ma connaissance dans ces domaines-là.

Et là, je dois dire que effectivement, ça m’a fait énormément progresser dans ma compréhension, je dirais, du monde, au niveau des humains, de la valeur des valeurs fondamentales.

LIRE AUSSI  Leçons de l'hubris : Quand l'arrogance est balayée par la grandeur d'un Souverain et la sagesse de dames d'influence

Moi, je suis rentré dans une loge qui était à l’époque à la Grande Loge Nationale de France, à la GLNF. Parce que j’y avais des amis. Vous savez, les loges, on va dans une obédience, en général, non pas parce qu’on fait le choix d’une obédience, mais parce qu’on a des copains qui y sont, et que donc naturellement, on les suit.

Après, le problème qui se pose, est-ce que cette obédience correspond à vous ? Parce que vous avez le GE ( Grand Orient de France ) est beaucoup plus matérialiste, par exemple, que nous,

Éric Morillot : plus à gauche aussi ..

Alain Juillet : la GNF était plutôt au centre. Bon, vous, vous en avez d’autres, vous en avez quantité. On a en France une centaine d’obédiences, différentes avec des rites différents, et chacune qui correspond à quelque chose. Donc, quand vous connaissez bien la franc-maçonnerie, après, vous pouvez faire un choix, pouvez dire, tiens, il y a telle obédience, il y a tel rit, il a qui me correspond mieux, et vous pouvez y aller.

Éric Morillot : Et vous avez terminé donc grand maître ?

Alain Juillet : Oui, j’ai terminé grand maître d’une obédience, parce que moi, j’étais à la GLNF. On a eu un gros problème à la GNF, parce qu’il y a eu des relations épouvantables, pas la direction au niveau de l’obédience. À un moment donné, a complètement disjoncté, s’est mis à devenir affairiste à outrance,.., il y a des risques. Eh bien, sûr, ça arrive régulièrement dans les grandes obédiences. Bon, à l’époque où moi, j’étais, il y a eu une de ces fameuses dérives. Un certain nombre de frères, comme on dit, de cette obédience, ont dit, on peut pas rester là-dedans avec ce qui s’y passe. On a claqué la porte, on a créé une nouvelle obédience, et on était 15000, donc c’est pas rien, quand même.

On est parti à 15000, on a monté une nouvelle obédience, dont ils m’ont élu le premier grand maître. Donc, je me suis retrouvé grand maître, chargé de remonter la machine, et la relancer.

Éric Morillot : Qu’est-ce qu’il en est aujourd’hui de l’influence de la franc-maçonnerie en France ?

Alain Juillet : Elle a beaucoup diminué, elle a été très puissante. Alors, la franc-maçonnerie, ça a été la toute puissance, sous la 3e République.

Éric Morillot : Au niveau des politiques actuels ? Est-ce que il y a encore autant de franc-maçons ?

Alain Juillet : Il y en a, mais beaucoup moins qu’avant. Non …

Éric Morillot : Macron, est-il franc-maçon, ou pas d’après vous ?

Alain Juillet : Non, je pense pas, non, non, je pense pas, parce que, non, non. Si vous voulez, aujourd’hui, il faut dire les choses en face, hein, aujourd’hui, le réseau le plus puissant en France, c’est pas la franc-maçonnerie, c’est les LGBT, c’est eux qui sont les plus puissants.

Pourquoi? Parce qu’ils se sont regroupés, les différentes tendances, si vous voulez, sont regroupées, et exercent une pression extrêmement forte, parce que ce sont des groupes d’influence et des groupes d’oppression très forts.

Éric Morillot : Pareil a des lobbies ?

Alain Juillet : Oui, ah oui, c’est un véritable lobby, un lobby considérable, considérable. Aujourd’hui, moi, je pense qu’il y a pas photo. C’est eux qui sont beaucoup plus puissants que la franc-maçonnerie.

Éric Morillot : Ah, donc vous pensez que c’est lobby LGBT aujourd’hui qui est le plus influent en France ?

Alain Juillet : Ah oui. Pas de problème, il y a pas de problème. Ce n’est pas du tout une critique, c’est parce que, quand des minorités se regroupent, et essaient d’influencer, si elles elles sont composées de gens qui réfléchissent un peu, bah ils peuvent être extrêmement efficaces.

Éric Morillot : Vous avez suivi cette semaine, il y a une polémique là sur LCI, c’était, je crois, Guillaume Roquet, l’un des directeurs de la rédaction des Figé magazine, qui a émis le fait que Emmanuel Macron a pu choisir Gabriel Atal parce qu’il était aussi homosexuel. Il a parlé d’émancipation, et séquence a été retirée d’LCI.

Alain Juillet : Moi, c’est pas ça, moi, je pense pas. Cet esprit-là que je le dis.

Éric Morillot : Vous savez très bien que ça va être exploité dans ce sens..

Éric Morillot : J’ai connu l’époque et je entends encore aujourd’hui : ah, mais moi, j’ai perdu un poste parce que les francs-maçons ont été contre moi.

Quand j’entends ça, j’ai les bras qui tombent, parce que dans 99 % des cas, c’est des gens qui fantasment et qui essaient d’expliquer leur échec en essayant de trouver un coupable. Alors, vous savez, la création du coupable, c’est un sport national en France. Nous sommes les rois de la lettre anonyme.

Donc, on a toujours, on a toujours besoin de coupable. On a connu ça sous Vichy.

Sous,Vichy durant la Guerre mondiale, il y avait les juifs et les franc-maçons. C’était des monstres, il fallait les mettre dans des camps de concentration, parce que c’était des dangers publics. Bon, faut arrêter, on, c’est pas vrai.

Tous les franc-maçons ils jurent de défendre la République quand il rentrent.

RRE Fran fr maçonnerie on jure de respecter les lois de la République

Éric Morillot : Et pas de faire passer l’ordre maçonnique avant la justice ?.

Alain Juillet : Mais non justement. Si les gens connaissaient un peu mieux ce que c’est il dirait pas des âneries.

C’est pour ça que je vous disais tout à l’heure pour les groupes. Quand vous êtes dans une loge vous vous voyez une fois ou deux fois par mois, la loge en question au bout de 5 ans, 10 ans ou 20 ans, c’est difficile de pas devenir copains les uns avec les autres.

Donc, quand vous voyez quelqu’un d’autre à l’extérieur, c’est un ami avec un ami vous réagissez pas de la même manière qu’avec un inconnu. C’est normal, c’est humain. C’est pas ça qui fait que tout est manipulé, tout est magouillé et que il y a les gens qui vont venir vous tirer les pieds la nuit.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

- Advertisement -