fbpx
/

Urgent. Le Maroc arrache sa réélection au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine

Start

Et de deux pour le Royaume ! Le Maroc a été élu ce jeudi 3 février 2022 pour un nouveau mandat de trois ans au Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine. C’est le deuxième du genre depuis le retour du pays au sein de l’union africaine le 30 janvier 2017. Une élection importante en raison de l’hégémonie historique qu’exerçait l’Algérie sur le CPS en connivence avec l’Afrique du Sud mais également en raison de la montée des tensions armées en Ethiopie, Centrafrique et le Sahel. Il est à noter que la Tunisie, le Burundi et le Djibouti ont également été élus.

C’est la responsable de communication du Ministère des Affaires Etrangères du Royaume, Najlae Benmbarek, qui a donné l’alerte sur son compte Twitter. « Addis : élection du Maroc au Conseil de Paix et Sécurité pour un mandat de 3 ans» a-t-elle écrit.

C’est au deuxième jour des travaux de la 40ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union Africaine, que s’est tenue ce jeudi 3 février 2022 l’élection des 15 membres du Conseil de Paix et de Sécurité.

Le Maroc, représenté par une délégation conduite par Nasser Bourita, a recueilli deux tiers des voix exprimées. Un vote qui a permis la reconduction de son mandat au sein du CPS pour trois autres années. Le précédent mandat a été gagné le 28 janvier 2018, une année après le retour du Maroc à l’UA.

Le CPS, un organe de gouvernance important

Maroc Diplomatique rappelle dans un article paru ce jeudi matin, que le CPS est l’un des organes de gouvernance qui a le pouvoir de suspendre l’adhésion d’un membre du l’Union. Une allusion faite à la présence imposée par l’Algérie, des séparatistes du Polisario en tant qu’affilié à l’organisation africaine. Une présence que le journal qualifie de «fausse note qui doit être corrigée».

Maroc Diplomatique précise par ailleurs que la Libye avait annoncé en décembre son soutien à la candidature du Royaume tout en décidant de retirer la sienne. Une annonce qui n’a pas fait plaisir à la Tunisie poussée par l’Algérie à se présenter au CPS.

Le Burundi et la Tunisie élus pour la première fois

Le Burundi a été élu pour la première fois ce jeudi en tant que membre du Conseil de Paix et de Sécurité pour un mandat de deux ans. L’information rapportée par l’ambassade du pays à Addis-Abeba précise que cette élection reste sou réserve de la ratification par le Conférence des Chefs d’État.

La Tunisie qui avait officiellement annoncé sa candidature en novembre 2021, a également été élue. Le ministère des Affaires étrangères tunisien a souligné dans un communiqué annonçant le résultat du suffrage que l’élection de la Tunisie comme membre de cette importante instance africaine est «une nouvelle preuve du respect dont jouit le pays sur le plan régional et international et une nouvelle preuve de confiance en sa capacité à contribuer efficacement à l’établissement de la paix et de la sécurité internationales, en particulier sur le continent africain ».

Un autre pays a également annoncé son élection au CPS, il s’agit du Djibouti qui est reconduit pour un deuxième mandat de 3 ans. C’est le Chef de la diplomatie du pays, Mahmoud Ali Youssouf qui l’a annoncé sur son compte Twitter.

«Notre pays vient d’être élu au conseil de paix et de sécurité pour un mandat de 3ans : reconnaissance africaine du rôle de Djibouti pour la paix . Merci à tous les pays qui ont voté pour Djibouti» a-t-il écrit.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.