Sidi Hamdi Ould Errachid

Sidi Hamdi Ould Errachid investit dans les ressources humaines de l’hôpital régional de Laâyoune et injecte 20 MDH pour la lutte contre le coronavirus

Le Président de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, a conclut ce jeudi deux conventions avec le ministère de la Santé pour renforcer les moyens humains et les prestations médicales de l’hôpital Moulay Hassan Ben Mehdi de Laâyoune.

L’offre de soins prodigués par le centre hospitalier régional Moulay Hassan Ben Mehdi de Laâyoune sera sensiblement améliorée après la conclusion de deux conventions de partenariat prévoyant le renforcement des ressources humaines des services d’urgence de cet établissement.

Aux termes de la convention qui engage le conseil de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, la commune de Laâyoune et le ministère de la Santé, un staff de 5 médecins généralistes et de 25 infirmiers sera affecté aux services d’urgences de l’hôpital régional pour renforcer ses moyens humains et ses prestations médicales destinées aux habitants de la région.

La convention accorde également une grande importance au bien-être du personnel médical et des patients, à travers le renforcement de la propreté des différents services et bâtiments de l’hôpital, l’aménagement de salles de repos pour les médecins et infirmiers, la mise à leur disposition de la nourriture lors des gardes, outre la présence régulière d’une ambulance dans le service des urgences.

La convention conclue entre les deux conseils élus et l’association des ophtalmologues contribuera, de son côté, à améliorer les services médicaux rendus aux citoyens et à réduire les délais des consultations en mettant à la disposition de cette structure hospitalière de 07 médecins généralistes.

Le renforcement des ressources humaines de l’hôpital régional de Laâyoune intervient dans le contexte de la mobilisation de tous les partenaires pour améliorer l’offre de soins et lutter contre les risques de propagation du coronavirus.

Coronavirus : Le Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra débloque 20 millions de dirhams

Le Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra a débloqué 20 millions de dirhams (MDH) en vue de soutenir les efforts visant à réduire les effets du coronavirus.

Une partie de ce montant sera destinée à l’achat des denrées alimentaires de première nécessité au profit des familles nécessiteuses issues des provinces de Laâyoune, Boujdour, Smara et Tarfaya, indique un communiqué du conseil parvenu jeudi à la MAP.

Cette importante contribution financière concerne aussi l’appui des centres hospitaliers de la région à travers l’acquisition du matériel et des équipements médicaux nécessaires, ajoute-t-on.

L’achat et la distribution des denrées alimentaires et des équipements médicaux se dérouleront en coordination avec le wali de la région et les gouverneurs des provinces concernés.

Cet appui financier vient s’ajouter aux diverses initiatives déjà prises par le conseil de la région en vue de limiter la propagation de cette pandémie.

Il s’agit notamment de mettre à la disposition des autorités compétentes les divers équipements, matériel, infrastructures et ambulances dont dispose cette instance élue.

Depuis le début de son mandat, le conseil a mobilisé environ 31 MDH au profit des hôpitaux et des associations professionnelles s’activant dans le secteur de la santé, rappelle le communiqué. L’objectif est d’améliorer et faciliter l’accès des habitants de la région aux prestations médicales nécessaires et d’urgence.

Le conseil a aussi exhorté les citoyens à adhérer pleinement aux mesures préventives et restrictives et aux règles de confinement, conformément aux exigences de l’état d’urgence sanitaire décrété sur l’ensemble du territoire national.

L’adoption de l’accord agricole Maroc-UE, une grande victoire pour les populations du Sahara

/

Immédiatement après le vote du parlement européen, à une large majorité, en faveur de l’adoption de l’accord agricole Maroc-UE qui étend les préférences commerciales aux produits agricoles et de la pêche issus des provinces du sud du royaume, les adversaires de notre intégrité territoriale, étourdis par ce séisme dont la puissante magnitude calculée sur l’échelle diplomatique n’a d’égale que la portée du revers politique qu’ils ont subi, les voilà dissertant aujourd’hui sur les thématiques de «souveraineté», de «juridiction territoriale» et de «puissance administrante» alors que le Maroc a, de jure et de facto, définitivement plié ces problématiques en sa faveur. Dans le cadre de l’Histoire et du droit. Pour en avoir le cœur net et s’en convaincre, il suffit d’un simple détour par les provinces du sud pour témoigner de l’engagement quotidien des femmes et des hommes sahraouis, des élus locaux, des acteurs de la société civile et des opérateurs économiques, engagés dans la vie de leurs communes respectives et de leurs régions, et pleinement investis au sein de la communauté à laquelle ils appartiennent.

Lire ici

Table ronde de Genève : Briser la glace ne doit pas être une fin en soi

/

Lors d’un point de presse tenu jeudi à Genève à l’issue des travaux de la table ronde sur le Sahara, le président de la région Laâyoune-Sakia el-Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, a expliqué que la population sahraouie est les élus qui la représentent dans les instances locales et régionales sont solidairement impliqués dans la construction et le développement des provinces du sud, et participent activement à l’œuvre d’une société moderne et évoluée, avec des résultats concrets et palpables, sur le terrain, au bénéfice de la population locale, démentant ainsi, jour après jour, les thèses adverses. Si rien n’est plus à prouver sur ce volet, la participation du Maroc aux pourparlers de Genève avait un triple objectif : 1) Confirmer la responsabilité directe de l’Algérie dans ce conflit et l’impliquer dans le processus politique de règlement de la question du Sahara ; 2) Impliquer les élus marocains sahraouis dans la table ronde en leur qualité de véritables représentants des populations locales et casser le mythe du Polisario comme leur représentant légitime ; 3) Soutenir l’application de la résolution onusienne 2440 qui conforte le plan crédible de sortie de crise proposé par le Maroc, le projet d’autonomie.

Lire ici

Exclusif – Table ronde de Genève sur le Sahara : Une première journée dans la sérénité

Au sortir du Palais des Nations à Genève où se tiennent, sur deux jours, les travaux de la «Table de ronde» sur le Sahara sous les auspices de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, Horst Köhler, les participants à ce dialogue donnaient l’air «sereins». En effet, des sources concordantes à Genève, très proches des pourparlers sur le Sahara, ont confié à LE1.ma que l’ambiance globale à l’issue de la première journée d’échanges politiques penchait davantage vers le «climat positif ».

Lire ici

Exclusif – Programme des deux jours de la table ronde de Genève sur le Sahara

C’est ce mercredi, en début d’après-midi, et plus précisément à 14h15 (heure suisse) qu’ont débuté officiellement, au Palais des Nations à Genève, les pourparlers sur le Sahara. La première réunion sera consacrée au passage en revue des derniers développements de la question du Sahara avec une synthèse sur le sujet soumise par l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, suivie des remarques des délégations présentes.

Lire ici

Table ronde de Genève sur le Sahara, Rabat choisit la rupture

Rabat a dévoilé aujourd’hui la composition de la délégation officielle qui participera les 5 et 6 décembre 2018 à Genève à la «table ronde» sur le Sahara à l’invitation de l’Envoyé personnel du Secrétaire Général de l’ONU, Horst Köhler. Si le Maroc s’inscrit dans la continuité de la rencontre de Lisbonne, il opère une véritable rupture avec le processus de Manhasset : 1) La délégation marocaine est majoritairement originaire des provinces du Sud, avec la présence en force des jeunes étoiles montantes de la gestion locale et régionale, en plus d’être enrichie d’une composante féminine représentant la société civile; 2) Rabat a su imposer la présence de l’Algérie en tant que partie prenante dans le dossier.

Lire ici