fbpx

Habib El Malki

Habib El Malki revient aux affaires

Le Roi Mohammed VI a reçu, lundi 14 novembre 2022 au Palais Royal de Rabat, l’ancien ministre de l’éducation Habib El Malki, que le Souverain a nommé Président du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique. M. El Malki, natif de Bejaâd, est âgé de 76 ans.

L’USFP prend le témoin des mains du PAM en ce qui concerne la supervision des politiques publiques en matière d’éducation. En effet, après l’échec de la mission d’Ahmed Akhchichine de mener à bien le Plan d’urgence pour la réforme de l’éducation et l’évaporation des 45 milliards de dirhams qui lui étaient alloué, le Roi Mohammed VI nomme l’Usfpéiste Habib El Malki à la tête du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique. Une instance prévue par la constitution de 2011.

L’annonce a été faite ce lundi après-midi par le Cabinet Royal dans une dépêche diffusée par l’agence officielle MAP. Lequel communiqué précise que le Roi a reçu en audience M. El Malki au Palais Royal de Rabat et l’a chargé de veiller à la mise en oeuvre des missions de ce Conseil et de veiller à émettre des avis et à contribuer à l’évaluation au des politiques publiques et les questions nationales concernant l’éducation.

«SM le Roi a donné Ses Hautes Orientations au nouveau président du Conseil pour la mise en oeuvre optimale des missions confiées par la Constitution à cette Institution, en vue de promouvoir l’école marocaine, émettre des avis au sujet de toutes les politiques publiques et les questions nationales concernant l’éducation, la formation et la recherche scientifique, et de contribuer à l’évaluation des politiques et programmes publics dans ce secteur crucial pour l’avenir du Maroc» souligne le communiqué .

Le Roi Mohammed VI a également insisté sur la nécessité pour le Conseil, en tant qu’institution consultative, d’accompagner la réforme du système de l’éducation et de la formation en coordination avec les départements gouvernementaux et les établissements concernés, afin de réaliser les principaux objectifs de cette réforme en ce qui concerne :

  • la promotion de la qualité de l’enseignement à tous les niveaux,
  • la réalisation de l’équité et de l’égalité des chances dans ce domaine,
  • la maîtrise des langues étrangères et l’encouragement de la recherche scientifique, à même de contribuer à la qualification du capital humain national et de faciliter l’intégration des générations actuelles et futures dans la dynamique de développement que connaît le pays.

Biographie de Habib El Malki

M. Habib El Malki, que le Roi Mohammed VI a nommé lundi président du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique, est né le 15 avril 1946 à Bejaâd (province de Khouribga).

Professeur d’économie, M. El Malki a été président de la Chambre des représentants entre 2017 et 2021.

Il était président du Groupement d’études et de recherches sur la Méditerranée et du Centre marocain de conjoncture.

Le 12 novembre 1990, il a été nommé par feu Hassan II secrétaire général du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir.

Elu député pour l’Union socialiste des forces populaires à la Chambre des Représentants, puis réélu en 1997, 2002, 2007, 2011 et 2016, M. El Malki est depuis le 19 novembre 1992 membre de l’Académie du Royaume du Maroc.

En mars 1998, il a été nommé ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche maritime au gouvernement de transition conduit par M. Abderrahmane El Youssoufi, avant d’être nommé en 2002 ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, puis en 2004 ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique.

M. El Malki est décoré du Wissam Al-Arch de l’Ordre d’officier et de la médaille de mérite économique que lui a décerné l’Institut luso-arabe de coopération (ILAC) et des insignes d’officier de la légion d’honneur française.

Nasser Bourita appelle à la dépollution de l’Union africaine des « débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité »

/

Au cours de la conférence de presse conjointe tenue par le Chef de la diplomatie marocaine et le ministre rwandais des Affaires étrangères, Richard Sezibera, Nasser Bourita a saisi ce moment fortement symbolique de la tenue de la première session de la Grande commission mixte Maroc-Rwanda, pour appeler à « dépolluer l’Union africaine des débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité » concernant le dossier du Sahara marocain.

Ce point de presse a été organisé l’issue de la première session de la Grande commission mixte Maroc-Rwanda, présidée par les deux ministres. Nasser Bourita a salué le rôle « constructif » joué par le Rwanda au sein de l’Union africaine (UA) pour faire prévaloir « l’esprit du réalisme » concernant le dossier du Sahara marocain. Pour sa part, Richard Sezibera a réitéré l’engagement du Rwanda à « faire ce qu’il faut » pour trouver « une solution juste et équitable » à ce conflit artificiel. Le ministre rwandais a également révélé que le Maroc et son pays oeuvrent conjointement pour faire avancer l’agenda de réforme de l’UA et coordonnent leurs actions dans le but de permettre à l’Afrique de faire entendre sa voix au niveau international, pour lancer des projets d’intégration importants et pour doter le continent d’un instrument institutionnel efficace.

Les deux pays sur la même longueur d’ondes


Le Chef de la diplomatie rwandaise a tenu à exprimer sa gratitude au roi Mohammed VI pour son appui à l’agenda des réformes de l’Union Africaine défendu par le président rwandais Paul Kagame. Réformes qui ont été initiées durant son mandat à la tête de l’UA. De son côté, Nasser Bourita a mis en exergue l’appréciation du Souverain des actions entreprises par Paul Kagame dans le cadre du processus de réforme de l’UA, pour répondre aux aspirations des États africains et pour que l’UA devienne un instrument efficace de défense des intérêts du continent au niveau régional et international. Il a de même rappelé que les deux pays travaillent ensemble sur un certain nombre de sujets en Afrique.

Rappelons qu’au terme de la première session de la Grande commission mixte Maroc-Rwanda, les deux parties ont signé 12 nouveaux accords de coopération portant sur divers domaines dont des mémorandums d’entente sur la coopération commerciale, dans le domaine de l’environnement, du développement durable, du tourisme et de la formation des jeunes diplomates ainsi qu’un protocole d’accord industriel.

Durant sa visite au royaume, le ministre rwandais des Affaires étrangères a rencontré plusieurs officiels marocains. Outre Nasser Bourita, Richard Sezibera a été reçu par le Chef de Gouvernement, Saad Eddine El Othmani, Le Président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, la Secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur, Rakiya Faidoul Eddarhem et le ministre de la Santé, Anass Doukkali. Le responsable rwandais a également tenu à rencontrer la communauté des étudiants de son pays au Maroc.

 

 

Diplomatie : La ministre indienne des Affaires étrangères bientôt au Maroc

La ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, effectuera une visite de travail de deux jours au Maroc du 17 au 18 février. Cette visite « poursuit l’objectif de l’Inde de renforcer son dialogue avec le royaume et sera l’occasion de mener des discussions approfondies sur des questions bilatérales, régionales et mondiales », a annoncé, ce jeudi après-midi, le ministère indien sur son portail officiel.

Lors de son séjour marocain, la responsable indienne devrait être reçue en audience par le roi Mohammed VI. Elle aura par ailleurs des entretiens avec son homologue Nasser Bourita mais également avec Saad Eddine El Othmani, le chef du gouvernement, et Habib El Malki, président de la Chambre des représentants.

A cette occasion, trois protocoles d’accord de coopération dans les domaines de l’habitat, des établissements sociaux, de la jeunesse et de la lutte contre le terrorisme devraient être signés.

Sushma Swaraj rencontrera aussi la communauté indienne basée à Rabat.

Il est à signaler que la visite de la ministre indienne des Affaires étrangères entre dans le cadre d’une tournée de quatre jours qui la conduira d’abord en Bulgarie, puis au Maroc et s’achèvera en Espagne.

Le président de l’Assemblée nationale angolaise prochainement au Maroc

/

Le président de l’Assemblée nationale de l’Angola, Fernando da Piedade Dias dos Santos, devrait se rendre au Maroc au cours du premier trimestre de cette année pour renforcer les relations parlementaires entre les deux pays. Dos Santos répond à une invitation de son homologue marocain, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, indique l’ambassadeur du Royaume en Angola, Saadia El Alaoui.

La diplomate marocaine a fait cette déclaration à la presse angolaise à l’issue d’une rencontre avec Fernando da Piedade Dias dos Santos à qui elle a remis un message d’El Malki.

L’Angola et le Maroc travaillent à la signature de plusieurs accords qui seront conclus lors de la réunion de la Commission mixte bilatérale qui se tiendra cette année dans la capitale marocaine.

Le Maroc et l’Angola ont relancé en juillet 2018 leurs relations bilatérales suite à la visite officielle au Maroc du ministre des affaires étrangères angolais, Manuel Domingos Augusto, durant laquelle il a été reçu par Nasser Bourita.

Pour rappel, ce réchauffement des relations entre les deux pays intervient après les deux rencontres historiques entre le roi Mohammed VI et le président João Lourenço, à Abidjan et Brazzaville, et près d’un demi-siècle de froid diplomatique entre Rabat et Luanda.

Loi OEF : Un appui de taille de Habib El Malki

Lors d’une séance plénière tenue ce mardi à la Chambre des Représentants, Othman El Ferdaous, Secrétaire d’Etat auprès de Moulay Hafid Elalamy chargé de l’Investissement, a présenté les grandes lignes politiques portant sur la création de l’Agence Marocaine de Promotion des Investissements et des Exportations qui remplace l’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI) et Maroc Export, fusionnant ainsi leurs activités respectives.

Devant un hémicycle déserté par la moitié de l’exécutif, en mission dans le nord, le jeune ministre a eu un soutien de taille : la présence du Président de la Chambre des Représentants, l’Usfpéiste Habib El Malki himself, qui a remplacé au pied levé Amina Maelainine, l’enfant terrible du PJD, qui présidait jusqu’alors la séance. Un gage de poids et de choix pour le Secrétaire d’Etat aux Investissements, sachant qu’historiquement, ce n’était pas le grand amour entre les partis des deux Bouabid, feus Si Abderrahim et Si Maati. Ce rapprochement initie une nouvelle page politique entre les deux Unions, socialiste et constitutionnelle, augurant une remodélisation future du champ politique national.

Venu expressément soutenir la création de l’Agence portée par le projet de loi 60.16, Habib El Malki renvoie ainsi l’ascenseur à Mohamed Sajid qui a fortement lobbyé pour son « élection » au perchoir et, ultérieurement, l’entrée de l’USFP au gouvernement d’El Othmani.

Notons que la nouvelle agence aura pour mission de développer des investissements directs étrangers, de promouvoir les exportations du Maroc, de mieux marketer la marque « Maroc » et de rationnaliser la stratégie commerciale du royaume en coordonnant d’une manière plus efficace le développement de son attractivité.

LE1