Najib Benamour, Secrétaire Général de l’Institut Marocain de l’Intelligence Stratégique

Najib Benamour, ancien directeur général de la caisse de compensation, vient d’être désigné secrétaire général et délégué exécutif de l’Institut Marocain de l’Intelligence Stratégique. Il pilotera la stratégie de production de connaissance de l’IMIS, la représentation de l’Institut et l’animation du réseau d’experts et chercheurs. Une décision prise, à l’unanimité, par le Conseil d’administration du Think tank réuni en assemblée générale mixte, le mercredi 30 Octobre à Casablanca.

Assemblée générale du conseil d’Administration de l’IMIS, Casablanca le 30 octobre
De gauche à droite: Mohamed Ouerdedine, Salma Bachir El Bouhali, Mohamed Benabid, Younes El Mechrafi, Najib Benamour, Abdelamalek Aloaui, Mohamed H’midouche, Ahmed Azirar, Naoufal Semlali

L’Institut Marocain de l’Intelligence Stratégique (IMIS), présidé par Abdelmalek Alaoui, confirme ses ambitions pour se démarquer dans le paysage des Think tanks nationaux en désignant, en tant que Secrétaire Général et Délégué Exécutif, un économiste chevronné, spécialisé en économie du développement, en macroéconomie et en politiques de protection sociale, en la personne de Najib Benamour.

Agé de 67 ans, le nouveau SG de l’IMIS, a été durant plusieurs années au coeur de la décision de la politique économique du pays. Titulaire d’un diplôme d’études supérieures en sciences économiques, Najib Benamour débute sa carrière professionnelle à l’Office pour le Développement Industriel avant d’intégrer en 1980 le cabinet de la Primature du gouvernement Bouabid I en tant que chargé d’étude. Il occupera par la suite le poste de chef de cabinet du ministre des Finances, Abdellatif Jouahri, au sein du gouvernement Bouabid II. Najib Benamour sera chargé de mission auprès de la Primature puis détaché au Ministère chargé de l’Incitation de l’Economie où il dirigera successivement les directions des Etudes et des Investissements. Il siègera durant plusieurs années au conseil de Bank Al-Maghrib et au Conseil National de la Comptabilité dont il a été le rapporteur général. En 1995 Najib Benamour sera nommé à la tête de la caisse de compensation qu’il quittera en 2013.

La nomination de Najib Benamour a été approuvée à l’unanimité par les membres du conseil d’administration de l’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique, rassemblés le mercredi 30 octobre à Casablanca en assemblée générale mixte. Lequel Conseil d’administration a adopté une feuille de route ambitieuse pour l’année 2020 et a donné le coup d’envoi du chantier de la production de l’institut, incluant entre autres un ouvrage et plusieurs policy papers thématiques dans les domaines de prédilection de l’IMIS.

A l’issue de cette réunion le conseil a chargé le nouveau Secrétaire Général et Délégué Exécutif, de remplir les tâches de représentation de l’Institut et de l’animation du réseau d’experts et chercheurs. Najib Benamour pilotera également la stratégie de production de connaissance de l’IMIS, qui a pour but de soutenir et contribuer à l’élaboration des stratégies de développement national.

L’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique (IMIS) se définit comme un Think tank généraliste qui se propose de tracer des traits d’union entre les trois communautés ( le Maroc des penseurs, le Maroc des acteurs, le Maroc des commentateurs ) aptes à concevoir les grilles de lecture de demain, à planifier leurs applications et à les rendre concrètes, inclusives et durables.

L’IMIS est le fruit d’une dynamique engagée en 2007 avec l’Association Marocaine d’Intelligence Economique (AMIE) puis de sa migration vers l’AMIE Center for Policy, deux structures qui se sont établies comme la référence continentale pour les praticiens de l’intelligence stratégique et comme un moteur dans la production de doctrine stratégique via deux ouvrages majeurs : « Une ambition marocaine » et « Le Maroc stratégique ».

En 2019, l’IMIS a produit un ouvrage collectif “Un Chemin marocain”, réalisé sous la direction d’Abdelmalek Alaoui et publié aux éditions Cent Mille Milliards et Descartes & Cie. L’ouvrage décrit les permanences et les ruptures d’un Maroc en mouvement au cours des vingt dernières années du règne du roi Mohammed VI.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Câbles

Allez en Haut de la page
338 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap