Abdelmalek Alaoui à Africanews : le succès de la stratégie du Maroc face au Coronavirus est la conjonction de l’opportunité, du moment et du leadership du Roi Mohammed VI

Abdelmalek Alaoui, président de l’Institut Marocain de l’Intelligence Stratégique, IMIS, est intervenu ce jeudi 16 avril, par skype sur le plateau d’Africanews, chaîne du groupe Euronews, pour répondre aux interrogations du média africain sur la stratégie du Royaume dans la lutte contre la pandémie du Coronavirus. Il a ainsi passé en revue les principaux jalons de l’action marocaine à savoir : 1) la décision salutaire de confinement général; 2) les mesures de sauvegarde de l’économie; 3) les aides aux populations; 4) la réorientation de la production industrielle vers la production d’équipements sanitaires; 5) l’investissement dans l’innovation avec l’élaboration d’un respirateur 100% marocain; 4) et enfin le couronnement par l’appel à l’unité africaine lancée par le roi Mohammed VI. Une feuille de route d’une stratégie désormais perçue comme modèle de modernité et d’efficacité.
Vous trouverez ci-après la retranscription intégrale de l’interview.

La journaliste Ruth Lago qui présente l’émission «Morning Call» a entamé son sujet sous le titre «Les industries au Maroc mènent la bataille contre le Coronavirus» par une présentation exhaustive de la stratégie du Maroc face à la pandémie :

«Le royaume chérifien déploie une stratégie offensive de lutte contre la pandémie du Covid-19. Outre le confinement ordonné le 12 mars dernier, les mesures de sauvegarde de l’économie à travers notamment la mise en place d’un fonds de 3 milliards d’euros et un mécanisme d’aide directe aux populations affectées par la perte d’activité, le pays à également mobiliser son tissu industriel en réorientant les usines vers la production de masques de protection, de gels hydroalcooliques ou encore d’équipements médicaux incluant combinaison, casques, Charlottes, surchaussures, l’innovation n’est pas en reste puisque le pays a également produit son propre respirateur artificiel en combinant les forces les industriels de l’aéronautique et les scientifiques de ses universités. Pour comprendre les raisons de ce succès marocain avec nous ce matin Monsieur Abdelmalek est le président du Think tank, IMIS, l’institut marocain de l’intelligence stratégique.»

Ruth Lago : Quelles sont les raisons de ce succès marocain ou encore les secrets de ce succès à cette crise pandémique ?

Abdelmalek Alaoui : Il y a deux raisons pour lesquelles le Maroc a pu très rapidement réorienter son tissu industriel afin d’équiper le pays en masques, en gels hydroalcooliques, en surchaussures, en matériel pour les personnes soignant mais également pour les populations.

Premièrement il y avait un tissu industriel qui fabriquait du plastique recyclé, suite à l’abandon par le Maroc du plastique pur les sacs, se sont d’abord ses usines là qui ont été mises à contribution.

La deuxième raison, c’est un très fort volontarisme des pouvoirs publiques. Sur instruction du roi Mohammed VI, qui a ordonné que toute l’industrie du Maroc se mette en ordre de marche afin de pouvoir fournir aux marocains, au personnel de santé également et au personnel de l’état qui sont en première ligne tout le matériel nécessaire. Il y a eu la conjonction de l’opportunité et du moment et du leadership

Ruth Lago : Monsieur Abdelmalek, avec cette mobilisation scientifique et industrielle , le Maroc a pu produire en peu de temps une quantité de matériel sanitaire dépassant même la demande nationale. Que comptez-vous faire mais ce surplus ?

Abdelmalek Alaoui : La grande question que beaucoup de pays se posent, puisque selon les médias, un certain nombre de pays européens mais également d’autres partenaires du Maroc ont demandé au pays de pouvoir leur exporter le surplus en masques.

De ce que j’ai compris de la doctrine actuelle, c’est que le Maroc doit d’abord atteindre sa réserve stratégique complète en matière de masques mais également en matière de respirateurs, puisqu’il y a un respirateur 100 % marocain qui a été élaboré par des entreprises actives dans l’aéronautique, qui est un des secteurs forts de l’industrie marocaine, mais également une une université marocaine qui a mis tous ses chercheurs en ordre de marche pour pouvoir le développer.

Pour l’instant il n’y a pas de visibilité sur ce qui va être fait sur ce surplus, mais il y a fort à penser que le Maroc conciliera à la fois sa politique d’aide, d’assistance et de fraternité avec un certain nombre de ses partenaires en leur envoyant du matériel, et pourquoi pas une partie du surplus pourra être ensuite mis sur le marché.

Ruth Lago : En attendant ce geste de générosité, peut-être, de la part de Maroc, parlons de cet entretien qu’a tenu le Roi Mohammed VI avec le président Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire et Macky Sall du Sénégal, pour vous est-ce une initiative à saluer aujourd’hui, lorsqu’il parle de gestion commune africaine de cette pandémie? Comment est-ce que vous appréciez cette initiative ?

Abdelmalek Alaoui : L’axe Rabat, Dakar, Abidjan est consubstantiel de la stratégie de coordination dans cette grande région d’Afrique de l’Ouest. Il était donc attendu qu’un Chef d’Etat, qui entretient des liens étroits avec ses pairs dans la région, lance une initiale commune qui soit au niveau des chefs d’Etats, car on le sait, l’Union Africaine a lancé une initiative, mais là, il s’agit d’une initiative qui est à un niveau plus stratégique qui permettra la coordination entre les différentes chefs d’états, afin de pouvoir mieux utiliser les moyens, travailler ensemble, travailler sur des solutions techniques et pourquoi pas déjà commencer à réfléchir à la sortie de crise du Covid, puisque comme chacun le sait, il va bien falloir redémarrer toutes ces économies. Si elles redémarrent ensemble, elles seront plus fortes. C’est en tout cas l’impulsion qui a été donnée par le Roi du Maroc.

Ruth Lago : Monsieur Abdelmalek, le président français, Emmanuel Macron, a appelé à un moratoire sur la dette des pays africains, pour bien évidement aider ce continent à traverser cette crise due au coronavirus. Peut-t-on dire que cette initiative à un lien avec celle q’entretient en ce moment le roi Mohammed VI

Abdelmalek Alaoui : Je pense que l’idée elle est d’abord venue suite à la grande tribune publiée par le président Macky Sall, appelant à l’annulation de la dette publique africaine. Le président français s’est exprimé en disant qu’il était favorable à cet élément là. Espérons qu’il se ferra également ambassadeur des pays africains qui demandent à ce que la dette publique soit annulée, afin d’avoir plus de marges manoeuvres budgétaires dans la période post coronavirus.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

MBZ projetait d'évacuer des touristes israéliens bloqués au Maroc sans consulter les autorités du Royaume

Article suivant

New York prolonge le confinement jusqu'au 15 mai

Derniers articles de Afrique

159 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap